Retour vers le futur: comment j'imaginais la lecture assistée par ordinateur en 1991 ?

20 février 2013
Par

Parcourant mes fichiers d'articles et de conférences, qui depuis plus de 20 ans sont passés de disque dur en disque dur, je récupère aujourd'hui, grâce à TextEdit, un texte de 1991, présentant l'expérimentation du Poste de Lecture Assistée par Ordinateur, lancée dans le cadre de l'Etablissement public pour la Bibliothèque de France, Département nouvelles technologies, sous la direction d'Alain Giffard et de Bernard Stiegler. Le nec plus ultra de la technologie était alors le MacIIci et l'écran monochrome double page, avec un scanner et une imprimante laser. L'Internet grand public n'existait pas encore.

Relisant ce texte en 2013, je mesure l'influence de ce travail d'expérimentation sur mon propre parcours intellectuel (la genèse des Lieux de savoir) et sur ma manière de travailler...

Emotion et sourire devant la patine vintage de cette prospective technologique.... que je reproduis ici sans changer un iota.

Texte publié en 1991 ou 1992 dans la revue Préfaces, Cercle de la Librairie.

 

L'une des innovations techniques majeures de la Bibliothèque de France sera d'offrir aux chercheurs, dès son ouverture, en 1995, trois cent postes de lecture assistée par ordinateur (P.L.A.O.). Ces dispositifs, accessibles dans des bureaux individuels et reliés en réseau au système central, offriront aux utilisateurs un ensemble de services nouveaux. Outre des fonctions évoluées de traitement de texte, ils donneront accès aux catalogues de la bibliothèque, à divers "usuels" existant sous forme électronique (dictionnaires, encyclopédies). Ils permettront de consulter  les fonds numérisés de la bibliothèque et de télécharger dans la mémoire de l'ordinateur les textes choisis pour la séance de travail. Ils rendront possible un vaste ensemble d'opérations, annotation, structuration du document, archivage, indexation, comparaison, recherches. L'informatique, dans ses formes grand-public,  a déjà largement influé sur le travail intellectuel dans deux secteurs essentiels: le traitement de texte et les bases de données. Conçu comme un instrument de lecture, l'ordinateur devrait désormais modifier les rapports traditionnels que nous entretenons avec le texte écrit, enrichir le travail même de la lecture. Il ne s'agit naturellement pas de proclamer la fin du livre conventionnel — le texte imprimé — , ni d'imposer à tout lecteur un interface technique qui viendrait se substituer, non sans une certaine pesanteur,  aux formes habituelles de lecture, au plaisir de manipuler, de feuilleter un volume, dans le confort de son environnement de travail ou de détente. D'abord parce que nul écran n'offrira le confort visuel de la page imprimée lorsqu'il s'agit de lire de manière continue et cursive. Ensuite parce que le poste de lecture assistée par ordinateur ne concernera qu'une partie des collections de la bibliothèque —  il est prévu de numériser entre 200 et 250.000 livres (1) d'ici 1995 (ces ouvrages seront consultables in situ, ou, éventuellement, à distance). Enfin parce que ce dispositif informatique a pour finalité de favoriser de nouveaux modes de lecture savante, difficilement concevables par les moyens traditionnels.

 

Le P.L.A.O. contribuera à modifier les pratiques de la recherche dans les domaines les plus variés — philosophie, histoire, linguistique, droit, sciences sociales, études littéraires, archéologie, traduction, etc  — en offrant avant tout un nouveau mode de visibilité du texte et en anticipant l'une des pratiques fondamentales du  public des chercheurs, l'association aussi étroite que possible de la lecture et de l'écriture. Dans nos activités professionnelles, nous pratiquons en effet une forme de lecture "savante", ayant pour finalité l'exégèse, l'annotation, la synthèse, la citation, l'enrichissement d'une problématique personnelle par un faisceau de références, d'idées et de parallèles puisés dans une bibliographie thématique ou disciplinaire. La table de travail du chercheur en sciences humaines est souvent le support de plusieurs livres ouverts côte à côte, de notes de lecture consignées sur des fiches, de citations auxquelles sont greffés des commentaires, des esquisses de développements personnels, de dossiers où s'accumulent tous les matériaux d'une recherche en cours, et naturellement, des pages blanches sur lesquelles on s'apprête à écrire un article ou un chapitre de livre. Il y a un va-et-vient incessant entre la lecture et l'archivage des références et des citations, d'une part, et la formulation des idées, des hypothèses, des arguments, des interprétations, d'autre part. La lecture est inséparable de l'écriture. Et la lecture savante implique le plus souvent l'utilisation simultanée ou séquentielle de plusieurs textes, une oeuvre et ses commentaires, un texte en langue étrangère et ses traductions, les éditions successives d'un ouvrage, etc. Une bonne partie du travail du chercheur, par exemple dans les disciplines historiques, concerne la constitution d'un corpus: il s'agit de retrouver les loci pertinents dans un texte intégral, d'isoler des informations à partir de critères thématiques, conceptuels ou lexicaux. L'index, le thesaurus, la table de concordance sont des outils indispensables, mais pas toujours disponibles. Par exemple, le texte grec de la Géographie de Strabon (début de l'ère chrétienne), composé de XVII livres, ne comporte pas d'index, et une étude basée sur des mots nécessiterait des mois de dépouillements manuels.

A ces différentes phases du travail scientifique, l'informatique peut apporter des solutions spécifiques. Elle permet de visualiser deux textes, en parallèle et sur un même écran, en contrôlant la simultanéité de leur déroulement: c'est un nouveau moyen de contrôle et de vérification pour le traducteur par exemple. Elle offre des possibilités d'annotation, au fur et à mesure de la lecture, le chercheur pouvant consigner ses gloses, hypothèses, remarques ponctuelles sous la forme de marginalia électroniques, qui constituent ainsi un véritable balisage du texte lu. Il peut d'ailleurs s'agir d'un simple marquage, par mots-clés, ou par signes graphiques, trait marginaux, étoiles, surlignage, qui indiquent des passages pertinents dans l'optique d'une recherche précise, ou établissent des liens entre des passages différents d'un même texte. Le chercheur peut ainsi définir ses propres itinéraires de lecture, projeter sur le texte un découpage, une hiérarchie spécifiques à son projet intellectuel, et reparcourir ensuite l'oeuvre ainsi traitée d'une manière non-séquentielle, discontinue, enchaînant tous les passages pertinents marqués par tel mot-clé ou tel signe graphique, ou visualisant simultanément deux extraits d'une même oeuvre.

 

Ces notes, mémorisables d'une séance de travail à l'autre, pourront aussi être extraites du P.L.A.O. sous des formats informatiques adaptés aux ordinateurs personnels disponibles sur le marché. Elles se prêtent alors à être introduites dans des fichiers de bases de données, des documents en traitement de texte. Le P.L.A.O. n'a de sens que s'il n'y a pas de solution de continuité entre le travail en bibliothèque et le travail du chercheur à son domicile ou dans son laboratoire. L'hypothèse sous-jacente est naturellement la conviction que le travail de la réflexion, de l'hypothèse, de l'analyse, se déroule simultanément à la lecture, qu'il est provoqué par elle, et qu'il faut donc disposer d'un système d'archivage souple, indexable, se prêtant à des formatages variés, sans risques d'erreur ni de perte, ce qui était souvent le lot des notes qui s'empilent dans les dossiers de recherche.  Le lecteur doit aussi constituer ses propres fichiers de citations et de références, ses glossaires, véritables thesauri personnels. A cette fin, il lui sera possible, selon des modalités définies en accord avec les éditeurs, d'extraire des blocs de textes des livres numérisés consultés sur écrann Les livres seront dans leur majorité numérisés en mode image (photocopie électronique) ce qui ne permet pas de modifier la mise en page, la typographie ou la lettre du texte. Le P.L.A.O. donnera la possibilité d'extraire des fragments de texte, à des fins personnelles, grâce à un logiciel de reconnaissance optique de caractères. Un scanner permettra au chercheur de numériser des extraits de textes qui ne figurent pas dans les fonds électroniques de la bibliothèque.

 

Le concept de "bureau électronique", si cher à la philosophie conviviale de la micro-informatique, est une métaphore prise au pied de la lettre, puisqu'il permettra au chercheur d'organiser l'ensemble des documents sur lesquels il travaille, corpus de sources, notes ponctuelles, index, commentaires. Il sera possible d'organiser l'ensemble de cette documentation par mots-clés, par auteurs, par dates, dans des dossiers de recherche structurés.

Le P.L.A.O. intégrera aussi une fonction de recherche en texte intégral. Les logiciels déjà existants, comme le programme Phrasea, permettent d'en voir l'importance. La recherche d'un mot-clé ne constitue que l'aspect le plus élémentaire. On  peut composer de véritables algorithmes des recherche, articulés par des opérateurs booléns (et, ou, ne pas, près de), en déterminant le degré de proximité des termes étudiés ou en choisissant des options de troncature et de synonymie. Des analyses statistiques sont aussi possibles, et l'on voit l'intérêt d'un tel instrument pour les recherches linguistiques ou stylistiques. Ces possibilités nouvelles ne constituent pas seulement le moyen de multiplier les notes de bas de page dans une étude savante, ou de nourrir le fantasme de l'exhaustivité. Elles permettent en fait d'avoir une visibilité nouvelle et quasi-instantanée du texte étudié, de s'y déplacer au rythme même des intuitions, des hypothèses, des premiers résultats, indépendamment des contraintes de la matérialité d'un livre imprimé, avec sa pagination fixe, la nécessité de feuilleter, de repérer les pages pertinentes, etc. Le dispositif est suffisamment souple pour suivre les étapes d'une séance de travail, les questions qui surgissent, les hypothèses qui émergent, souvent imprévues. Un scénario de recherche typique, consistera, par exemple, à interroger, comme hypothèse de départ,  la co-occurrence de deux concepts, de deux termes pertinents dans un texte donné. L'ordinateur répond en constituant un corpus de tous les extraits  de l'oeuvre où ces co-occurences sont observables. On peut alors affiner la question initiale, et ajouter (ou exclure) d'autres termes… On parvient dès lors à une nouvelle forme de  visibilité du texte, réduit à une progression conceptuelle, selon le fil conducteur d'une problématique qui peut être centrale ou secondaire.

 

La machine se contente d'effectuer la recherche, de constituer le corpus des réponses, et, en fait, de répondre à nos questions. Car là réside, sans doute, le formidable potentiel, comme les limitations du P.L.A.O. La machine ne répondra qu'aux questions qui lui lui sont posûes. Mal formulée, ou mal pensée, une question peut ne déboucher sur aucune piste de recherche, ou même donner des résultats aberrants, et non-pertinents. En revanche, lorsqu'elle s'appuie sur une connaissance préalable du texte et du domaine étudié, elle permet de tester en temps réel des hypothèses de recherche, de vérifier la validité d'une interprétation, d'une association conceptuelle ou lexicale.  Le P.L.A.O. peut être l'instrument de découverte d'un texte que l'on n'a jamais lu: il permettra alors de le "feuilleter", de repérer sa thématique, sa problématique. Mais il est surtout conçu pour compléter la lecture conventionnelle d'un texte, grâce à une palette d'outils d'interrogation plus approfondie.

 

Une telle procédure de recherche s'apparente en fait à une navigation dans un texte ou un corpus de texte. Sans l'outil informatique, elle impliquerait un va-et-vient fastidieux entre le texte et son index (lorsqu'il existe), la recherche de chaque référence, la nécessité de signaliser matériellement les loci repérés. Le P.L.A.O. permet d'effectuer cette opération instantanément. Il crée des relations. Il invite à penser des constellations de termes et de concepts, leur articulation dans une oeuvre dont ils constituent, par leur dynamique même, l'un des fondements. L'informatique décuple les potentialités de la lecture savante classique, cette "lecture attentive, d'observation scrutative des contenus, des structures, des formes, du lexique; qui met en jeu de manière continue des rapprochements, des comparaisons, des rappels, des échos, des parallèles, des connexions, des mises en regard; qui segmente, regroupe, recoupe, schématise, synthétise"(2) Il est possible d'extraire ces constellations, de les visualiser sous forme de graphes qui mettent en espace les cheminements logiques, la cartographie sémantique d'un texte, les rapports d'inférence ou d'exclusion, de proximité ou d'éloignement qui régissent la co-existence des mots et des idées dans une oeuvre. Et on peut par là-même vérifier la validité des hypothèses initiales, repérer des lacunes, des incohérences dans l'interprétation, des articulations de concepts qui ont pu échapper à la lecture.

 

Une telle méthode de recherche et de lecture, à la fois dynamique et systématique, peut s'appliquer non seulement à une oeuvre autonome, mais aussi à des corpus beaucoup plus larges. Par exemple, on peut soumettre la littérature grecque ancienne, disponible sous forme électronique grâce au CD-Rom édité par l'Université d'Irvine (Californie), à ce type d'interrogation: indépendamment des frontières chronologiques, géographiques ou génériques, on considére alors la totalité de la littérature grecque comme un vaste champ d'investigation. Le point de départ sera un concept ou un mot clé isolé, qui peu à peu va déployer autour de lui le réseau des termes connexes, des associations pertinentes, des synonymes.  La masse documentaire réunie dans une telle recherche est naturellement considérable. Il appartient alors au lecteur d'interpréter et de problématiser ces  résultats. Pourquoi, par exemple, le vocabulaire du pouvoir politique est-il radicalement différent chez deux historiens grecs ? Pourquoi, chez tel auteur, un concept traditionnel est-il abordé avec un langage neuf, accompagné de termes, de concepts que l'on ne rencontrait pas auparavant ? Le P.L.A.O,  dans les domaines les plus divers de la recherche, offrira une nouvelle visibilité sur les textes: un regard quasi-cartographique, apte à saisir le tout et le détail. Il sera un instrument de la recherche même, en permettant de multiplier les hypothèses, les questions, au fil même de la lecture. La vérification d'une hypothèse, sur la logique de la répartition de  certains concepts chez deux auteurs grecs, par exemple, peut demander, par des moyens conventionnels, des semaines de vérification, d'investissement en travail mécanique et fastidieux (relevés d'occurrences, puis comparaison). Et il se peut fort bien que, au terme du processus, les résultats soient décevants: l'hypothèse de départ s'avère a posteriori non-pertinente. La logique économique du rapport entre l'investissement  de temps et les résultats escomptés disparaît avec un instrument comme le P.LA.O. puisque la vérification d'une intuition peut être instantanée.

 

Une telle approche des textes ne préjuge en rien des méthodes, des finalités, des objets de la recherche. Il n'est pas dans la philosophie des concepteurs du P.L.A.O. de privilégier une démarche intellectuelle au détriment des autres. L'outil pourra s'adapter aux méthodologies les plus variées, servir les travaux d'érudition, s'appuyant sur des dépouillements scrupuleux et exhaustifs, les recherches qui ont le texte lui-même pour objet, ou qui l'utilisent simplement comme source documentaire. Mais on voit aussi se profiler un horizon prometteur pour des recherches plus ambitieuses, dans le champ de l'histoire de la culture, des mentalités, des sciences, de la philosophie, pour des projets d'archéologie conceptuelle nécessitant le dépouillement de la littérature d'une époque donnée ou d'amples déplacements dans la mémoire écrite de notre société pour repérer des généalogies, des métamorphoses, des résurgences qui seraient hors de portée du regard du lecteur classique.

 

La lecture assistée par ordinateur ne remplacera pas la connaissance préalable des oeuvres et de leur contexte, la culture historique, la maîtrise des sources et des corpus. En revanche, elle constitue un instrument créatif et heuristique de premier plan, en automatisant la partie fastidieuse et répétitive de tout travail intellectuel fondé sur l'exploitation de sources écrites.

 

Christian Jacob

 

 

 

 

La lecture assistée par ordinateur aujourd'hui.

Les fonctions du PLAO ont été définies et expérimentées par un "banc d'essai" de neuf chercheurs, de disciplines diverses, animé par Bernard Stiegler dans le cadre du département "Nouvelles technologies" de la Bibliothèque de France, dirigé par Alain Giffard. Ce travail préliminaire a été réalisé sur des ordinateurs Apple Macintosh et avec des logiciels déjà commercialisés. Nous mentionnerons en particulier:

• Mark Up (annotation électronique)

• Marco Polo (archivage électronique des documents)

• Candide (cartographie sémantique, programme développé dans le cadre du Centre de recherches sur l'innovation, Ecole des Mines)

• Phraséa: recherche en texte intégral

• Pro-Cite: logiciel de gestion de bibliographies

Les développements des CD-Rom et les progrès de la reconnaissance optique de caractères, associés à des scanners individuels, permettent déjà au chercheur de travailler sur des textes numérisés.

 

1. Les responsables du projet de numérisation affirment leur souci de constituer un fonds électronique bien repérable pour l'usager. On y trouvera toute la littérature française, les textes philosophiques, une sélection d'ouvrages fondamentaux en sciences humaines, en droit, en sciences politiques, en économie, en histoire et en sociologie des sciences, en histoire, avec des corpus spécifiques comme la Révolution française. Les micro-fiches de l'actuelle Bibliothèque Nationale devraient être reconverties en documents numériques. La numérisation des livres récents se déroulera naturellement en concertation avec les éditeurs concernés.

2. Jacques Virbel, Etude technique d'assistance à l'élaboration du Projet de la station de travail de la Bibliothèque de France [rapport interne], Juin 1991, pp. 6.

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Non classé

Laisser un commentaire


Carnets de recherche