Les villes des savoirs (Genèses 76)

B. M. —Dans les logiques territoriales que vous reconstituez, les lieux, les centres, les périphéries, vous attribuez beaucoup d’importance aux villes. Mais les régions paraissent moins présentes – je pense par exemple à la Silicon Valley – comment les intégrez-vous?

C. J. — Il nous a semblé intéressant de refermer le volume sur les villes phares, qui permettaient de nouer tout un ensemble de fils déroulés dans les études de cas. Les textes de cette dernière section, en effet, montrent comment certaines villes, à différents moments de l’histoire, ont pu matérialiser une conception du savoir en réunissant des bibliothèques, des universités, des écoles, des laboratoires et des savants. Notre travail était déjà très avancé lorsque nous avons pris connaissance du livre de David N. Livingstone, Putting Science in Its Place (2003) : cet ouvrage écrit par un géographe étudie les différentes échelles spatiales configurées par l’activité scientifique, la manière dont les sciences s’inscrivent dans des territoires, et parfois les transforment ou les créent.

Nous partageons avec David N. Livingstone l’idée que la géographie des savoirs, par rapport à la géographie tout court, se doit d’étudier la manière dont les pratiques scientifiques circulent et se fixent. Elle doit prendre en compte les voies de communication, les carrefours, les frontières, les points d’ancrage et les points de départ, les zones centrales, périphériques, et les différentes échelles de distance.

Cette problématique est bien représentée dans les Lieux de savoir, je pense en particulier au chapitre écrit par Madalina Dana sur la mobilité culturelle entre les cités de la mer Noire et les grands centres intellectuels du monde égéen dans l’Antiquité (2007) : ces cités excentrées, qui se trouvent presque au bout du monde dans la vision des anciens, entretiennent des relations multiples avec Athènes, Alexandrie, Pergame et Rome, et parviennent, du moins pour certaines d’entre elles, à dupliquer sur le plan régional ce modèle du centre et de la périphérie. Elles deviennent elles-mêmes des centres régionaux pour des cités encore plus excentrées qu’elles.

De même, le chapitre sur les «cités interdites » dans l’ex-Union soviétique analyse des dynamiques d’aménagement des territoires à l’échelle régionale.

Mais ce n’est sans doute pas un hasard si la géographie des savoirs a privilégié pendant si longtemps un ancrage urbain. C’est dans les villes que se trouvait la clientèle des praticiens des techniques, la demande éducative des étudiants, les institutions savantes, les musées et les bibliothèques, les palais des riches et des puissants susceptibles d’entretenir artistes, savants et lettrés.

B. M. — Mais en même temps tout cela se meut dans le cadre de logiques territoriales, pour autant que l’expression soit pertinente, de lieux, de réseaux, de centres, de périphéries, qui sont à la fois des tissus, des paysages construits par les producteurs, mais aussi observés, visités, explorés par eux-mêmes et d ’autres acteurs aussi. Le volume 1 met en évidence ces jeux de paysages, vous insistez notamment sur les mobilités, les itinérances.

Vous proposez la notion de «sphère d’action» dont vous dites qu’elle est une notion qui a suscité l’un des chapitres aventureux du livre… Vous ne dites évidemment pas cela pour noter une fragilité, mais au contraire annoncer l’ouverture de perspectives inédites… Comment cette notion, d’autres encore, ouvrent-elles des perspectives nouvelles pour l’histoire des savoirs?

C. J. — Dans la perspective exploratoire qui était la nôtre, il ne s’agissait pas de proposer une approche synthétique ni une taxinomie générale des configurations spatiales liées à la pratique et à la circulation des savoirs, mais d’ouvrir un champ de réflexion à partir de quelques études choisies. Nous avons voulu mettre l’accent sur des dispositifs particuliers, où l’espace et les pratiques savantes se déterminent mutuellement. Ziva Vesel et Francis Richard, par exemple, nous ont décrit la culture de cour dans le monde persan (2007), où les déplacements des souverains entraînent ceux des lettrés et des savants, mais aussi la création de centres de savoir temporaires, financés par le roi, réunissant un observatoire astronomique, une bibliothèque et un hôpital pour un programme de recherche limité dans le temps. L’observatoire était un lieu d’accumulation et de traitement de données, enregistrées sur des tables astronomiques, un « centre de calcul » selon l’expression de Bruno Latour, où il s’agit de faire venir le ciel et ses constellations sur un support d’inscription.

Évoquant la logistique de l’expédition menée par Marcel Griaule de Dakar à Djibouti (1931-1933), Éric Jolly nous invite à réfléchir sur une forme particulière de travail de terrain, où, au fil du voyage, il faut enregistrer et prélever le plus grand nombre d’informations possibles, afin de les exploiter de retour à Paris (2007). Photos, croquis, cartes, enregistrements, carnets de notes, objets, échantillons divers sont autant de moyens de s’approprier des traces analogiques qui permettront d’étudier à volonté les différentes cultures rencontrées en cours de route. L’Afrique est mise en fiches et en caisses.

Le cas de la conquête de la planète Mars offre un cas de figure extrême, avec l’exploration d’un monde à distance, grâce à des médiateurs non humains, des robots téléguidés qui ont leur propre autonomie, leur marge d’initiative, commandés depuis la terre dans un cadre extrêmement régulé, dans des créneaux horaires, avec un temps de réaction incompressible. Quel est le plus important dans le cas de la planète Mars? Est-ce la distance spatiale? Est-ce l’écart temporel qui se glisse entre la commande et son exécution?

L’astronome persan faisait venir le ciel à lui, grâce à la médiation de ses tables d’observations et à ses instruments. L’ethnologue français traversait l’Afrique et la ramenait à Paris sous la forme de collections d’objets et d’une archive multimédia. Les chercheurs de la Nasa explorent le sol de la planète Mars grâce à la médiation d’une machine qui leur fait parvenir des flux de données numériques qu’il faut ensuite traiter pour reconstituer des paysages faisant sens pour l’oeil humain.

(Les Lieux de savoir: un entretien avec Christian Jacob par Bertrand Müller, Genèses 76, 2009, pp. 116-136)

© Genèses, avec l’autorisation de la revue et de Bertrand Müller.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *