Une entreprise éditoriale en construction (Genèses 76)

B. M. On peut donc évoquer maintenant l’ensemble de l’entreprise : comment envisagez-vous la suite du travail ? D’abord comment s’articulent les quatre volumes dans le plan éditorial? Comment va s’organiser la suite de l’entreprise après l’expérience du volume 1? Le chantier est-il déjà complètement prévu, dessiné?

C. J. — On travaille en ce moment sur le volume 2 en vue d’une parution en 2010. Il est consacré aux pratiques savantes. Après avoir évoqué, dans le premier volume, les communautés, les lieux, les institutions, les parcours et les sphères d’action, toute la dimension collective de l’activité savante, le volume 2 portera sur l’individu au travail, sur sa table et ses instruments, sur les formes d’inscriptions et d’écriture, sur les opérations mentales qui prennent appui sur ces inscriptions. Ce volume explorera les liens entre la main et la pensée, les dispositifs qui permettent l’objectivation et la matérialisation de la pensée. Le troisième volume explorera la construction sociale des savoirs selon une triple modalité : ce qui confère une autorité ou une forme de vérité à des énoncés, des artefacts ou des livres ; la communication des savoirs dans une société ; la transmission de ces savoirs dans le temps. Le quatrième volume tentera de réintroduire l’histoire, en mettant en évidence le faisceau de déterminations qui expliquent, en un lieu et une époque déterminée, la floraison d’une palette particulière de savoirs : pourquoi certains savoirs sont-ils produits dans certaines sociétés données à une certaine époque ? Pourquoi certaines cultures, grâce à la traduction, s’approprient- elles des traditions de savoir étrangères ? On suivra par exemple la transmission de la science et de la philosophie grecques vers les mondes syriaque, arabe et persan, puis vers l’Occident. Qu’est-ce que cela implique de s’approprier les écrits d’Aristote, Euclide, Ptolémée ou Hippocrate, de les traduire, de les commenter, et de produire un savoir nouveau à partir de ces fondations ? On étudiera aussi les processus par lesquels un certain type de savoir prétend à l’universalité, c’est-à-dire à une validité et une portée indépendantes de son ancrage spatial : nous étudierons ainsi des étapes conceptuelles, comme la mathématisation des sciences, mais aussi des dispositifs matériels, comme la standardisation des instruments de mesure et de calcul des sciences expérimentales. Voilà l’architecture générale des Lieux de savoir

B. M. Je comprends mieux ainsi l’ensemble et l’articulation des éléments, leur intégration dans l’ensemble. Vous utilisez souvent la métaphore du tissu, du tissage, qui fait référence à la matérialité même d ’un réseau à la fois très serré, solide, mais en même temps souple, malléable. Mais si c’est un tissu, ce n’est pas un tissu parfait, les espaces sont des espaces structurés mais inégalement, des espaces hiérarchisés, des espaces en compétition en concurrence les uns avec les autres… Comment intégrer ces dimensions dans une démarche de déconstruction des lectures classiques, en favorisant les jeux d’échelles, au détriment éventuellement de l’absence d’une vision d’ensemble, sentiment que l’on peut éprouver également dans le jeu des études de cas les unes par rapport aux autres, non leur représentativité bien sûr, mais leurs articulations, leurs confrontations ?

C. J. — C’est l’une des difficultés, l’un des défis de l’entreprise, car il s’agira d’arriver à composer au terme des quatre volumes un ensemble cohérent. La difficulté, c’est qu’à l’intérieur d’un même volume il y ait en même temps la construction d’un parcours problématisant, une réflexion et une cohérence entre les études de cas ; qu’entre la Chine, la Grèce ou l’Europe, il n’y ait pas de redite, mais des complémentarités, des jeux d’échos, etc. Il s’agira ensuite de faire en sorte que chaque volume interagisse l’un avec l’autre. Dans le volume 2, des textes vont faire écho avec des textes du volume 1, mais dans une perspective complètement différente. Cependant c’est un peu tôt pour dire si ce pari sera réussi ou pas, mais c’est un des enjeux de l’entreprise.

Ainsi que nous l’avons envisagé tout au début du projet, ces quatre volumes des Lieux de savoir sont supposés jouer un rôle fondateur et paradigmatique et donner lieu par la suite à des monographies plus classiques, à des livres collectifs de moindre importance qui pourraient revenir sur certains choix faits dans les volumes et proposer de nouveaux rapprochements mais aussi peut-être dépasser certains des modèles que nous avons proposés. Chaque étape du chantier va donc développer sa propre cohérence.

B. M. Vous avez renoncé – est-ce par prudence ? – à présenter le plan d ’ensemble des quatre volumes dans une grande introduction générale.

C. J. — Je ne l’ai pas souhaité, car cela aurait donné l’impression que la totalité de l’entreprise était entièrement figée, organisée et structurée. Cela n’est pas le cas, c’est un travail qui est très largement en cours, on a beaucoup travaillé sous forme de séminaires et de journées d’études. Pour vous donner une idée, en quatre années de fonctionnement du GDRI « Les Mondes lettrés », on a organisé une trentaine de tables rondes, de colloques, de journées d’études : nous avons ainsi amassé un capital de travail empirique et d’élaboration conceptuelle tout à fait considérable.

B. M. — Vous êtes sur le point de livrer le volume 2 à l’éditeur, est-il possible d’en savoir un peu plus? On le sait bien, l’une des difficultés de ce genre d’entreprise, c’est d’assurer une continuité et une cohérence que le temps qui sépare la publication des volumes, mais aussi la réception des premiers volumes peut entamer: votre projet s’est-il modifié, s’est-il complété ou au contraire allégé, de quelle manière?

C. J. — Une fois construit l’ordonnancement des différents lieux qui sont explorés dans un volume, il faut choisir les études de cas qui permettront de les exemplifier de la manière la plus éclairante, parfois la plus paradoxale. Cela implique ensuite la construction minutieuse de chaque chapitre, en y disposant les textes susceptibles de produire, par leur regroupement, des effets de contraste, de déplacements, de problématisation. Ce processus s’apparente à un puzzle où l’on doit tester différentes combinaisons possibles, en jouant des écarts et des proximités entre périodes historiques, aires culturelles, champs disciplinaires. Il faut aussi trouver l’auteur de chaque texte, puisque chacun d’eux donne lieu à une commande précise, où je détaille l’orientation souhaitée, le champ couvert, les éléments clés à prendre en compte. Tous les auteurs sont des spécialistes des domaines considérés, travaillant de première main, souvent sur des matériaux peu connus. On trouve parmi eux des doctorants en fin de thèse et de jeunes chercheurs post-doctorants comme des chercheurs confirmés : il est particulièrement important pour moi d’associer à ce projet des chercheurs émergents et en devenir, et j’ai déjà eu l’occasion de me rendre compte de l’accueil favorable que beaucoup d’entre eux ont réservé au premier volume. Ils ont compris le comparatisme et l’interdisciplinarité, leurs propres recherches ont immédiatement créé de multiples harmoniques avec notre projet…

Cette manière de procéder, au fond assez empirique, fait de la construction d’un volume une aventure intellectuelle et humaine cheminant entre le plan préconçu et les hasards des rencontres, des amitiés, des découvertes. Elle explique que les volumes soient préparés l’un après l’autre et non en parallèle, ce qui aurait permis une publication resserrée dans le temps. Cette option toutefois n’était ni réaliste ni réalisable. Privilégier le contenu sur la forme, la cohérence d’un projet intellectuel sur l’éphémère d’un «coup» éditorial, demande tout simplement du temps, du recul. Je suis extrêmement reconnaissant à mon éditeur, Albin Michel, de l’avoir compris.

Nous sommes dans la phase finale de l’édition du volume 2, «Les mains de l’intellect », dont la parution en librairie est prévue pour le mois de mars 2010. Dans l’architecture d’ensemble des Lieux de savoir, il s’agit d’une pièce importante, où nous posons les fondements de cette anthropologie des pratiques savantes qui, selon nous, pourrait reconfigurer nombre de partages disciplinaires. Ce volume accompagnera le lecteur de la matérialité des objets et des arts gestuels du maniement, vers les formes de l’inscription (écriture, dessin, schéma, et leurs effets cognitifs). Ce n’est là qu’une étape intermédiaire qui conduira aux opérations de la pensée: calcul, opérations logiques et herméneutiques, conceptualisation, modélisation. Une dernière partie invite à entrer dans l’atelier de différents artisans du savoir, Michel Foucault, Emanuel Ringelblum, Stephen Hawking et d’autres: lieu où se nouent tous les fils, où se recompose la complexité de la création intellectuelle dont nous avons tenté d’isoler des moments singuliers.

Ce fil conducteur n’implique pas un modèle génétique du travail savant, qui conduirait des gestes de la main aux inscriptions, puis de celles-ci aux opérations de la pensée. En fait, dans toute activité savante, de l’interprétation d’une sonate de Beethoven à la résolution d’une équation mathématique, ces trois moments sont indissociablement liés et articulés dans des séquences opératives propres à tel ou tel champ de savoir. Mais le choix du volume 2 est de procéder à un découpage fin, et d’isoler tel ou tel moment pour mieux en saisir les formes, les fonctions et la logique.

(Les Lieux de savoir: un entretien avec Christian Jacob par Bertrand Müller, Genèses 76, 2009, pp. 116-136)

© Genèses, avec l’autorisation de la revue et de Bertrand Müller.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *