Un livre laboratoire (Genèses 76)

B. M. Pouvons-nous nous arrêter un instant sur le fonctionnement très concret de ce lieu de savoir particulier qu’était votre réseau de recherche ? Vous rédigez un texte de quatrevingts pages qui est une charte, mais aussi un cahier des charges et puis vous organisez le travail collectif, comment avez-vous procédé?

C. J. — Ce document de travail proposait un découpage thématique prospectif des quatre volumes, une première répartition des sujets possibles, selon les disciplines, les aires culturelles et les périodes historiques, avant même de penser à des noms d’auteurs. Il y a eu ensuite vingt-quatre versions successives du plan du premier volume: ce fut donc un long cheminement, qui a permis d’inscrire ce projet utopique dans la réalité, de transformer un concept en livre, en tenant compte de la disponibilité des auteurs, de l’état des recherches dans différents domaines, de l’équilibre des aires culturelles et des époques, et aussi des nécessaires contraintes techniques et économiques qui ont déterminé le format du livre final.

La construction intellectuelle de ce volume s’est appuyée sur un cercle de conseillers et d’amis proches, composé de sinologues, d’indianistes, d’assyriologues, d’antiquisants, d’historiens des sciences et de l’humanisme. Il y a eu un réel compagnonnage intellectuel qui s’est développé sur plusieurs années: nous ressentions tous le besoin de sortir de nos champs de spécialités respectifs pour travailler sur des objets communs. On s’est rendu compte par exemple qu’une spécialiste de la culture lettrée persane rencontrait des problèmes ou des objets très voisins de ceux que rencontre un sinologue, ou un helléniste qui travaille sur Alexandrie, sur le statut des bibliothèques, les usages des livres manuscrits, les formes d’écriture savante.

Nous avons ainsi travaillé sous forme de séminaires ou d’ateliers interdisciplinaires, où l’on prenait le temps d’écouter différents spécialistes commentant des dossiers de recherche particuliers, le temps de réfléchir à la formulation des problèmes et à leur articulation comparatiste, dans une sorte de think tank informel et sans enjeu institutionnel, une communauté humaine et intellectuelle de chercheurs de bonne volonté, qui est devenue finalement le conseil scientifique des Lieux de savoir. Les membres de ce cercle de travail ont tenu lieu de têtes de réseau et m’ont aidé à identifier les problématiques émergentes, les auteurs à contacter.

B. M. Vous écrivez quelque part que ce livre est un livre laboratoire…

C. J. — Oui, un livre laboratoire, pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il est un lieu d’expérimentation et de travail historique, qui ne s’appuie pas sur un modèle théorique unique. S’il y a un effet théorique des Lieux de savoir, il est construit par les différents chapitres du livre et il émergera de la confrontation des quatre volumes. On est parti en effet de situations concrètes pour en extraire des problèmes partagés, des questions plus générales. Livre laboratoire, également, car il y a une part d’expérimentation académique et éditoriale dans le fait de réunir des spécialistes de différents domaines et de leur demander d’écrire non pour les spécialistes de leur champ, mais pour une communauté plus large de chercheurs en sciences humaines. Livre laboratoire, enfin, par la composition même du projet, avec ses deux niveaux de textes : études de cas et textes d’articulation, qui permettent de multiples modes de lecture et de circulation dans le volume. Ce n’est pas un livre clos sur luimême. Ce n’est pas une somme. C’est  notamment en cela qu’il se différencie des Lieux de mémoire de Pierre Nora (1984-1992). C’est une oeuvre ouverte dans la mesure où, je l’espère, les questionnements, la démarche, la confrontation de situations culturelles différentes peuvent susciter de nouveaux projets de recherche dans des disciplines très diverses. Un certain nombre de doctorants ont activement participé aux séminaires préparatoires des Lieux de savoir et certains ont d’ailleurs contribué au premier volume.

Il y a aussi une part d’expérimentation éditoriale dans le fait de réaliser un tel livre, écrit par des chercheurs souvent très spécialisés à l’intention d’un public plus large. Audelà des différentes situations historiques et culturelles présentées, ce livre veut aussi témoigner de l’importance et de la vitalité des sciences humaines et des disciplines d’érudition, de leur apport essentiel pour penser le présent et préparer l’avenir. Affirmer cette actualité et cette pertinence est particulièrement important, à un moment où le statut même des sciences humaines est interrogé et menacé, notamment dans les réformes en cours du Centre national de la recherche scientifique.

B. M. À propos encore des modes de lecture, j’ai été frappé par l’écriture. Vous évoquez les différents niveaux de texte, niveaux de lecture. Cela se traduit dans les divisions, les sections, les chapitres, sans qu’il y ait ici de parfaite symétrie, des index aussi, mais il n’y a pas d’index matières, ni des notions…

C. J. — Les Lieux de savoir sont en effet construits sur deux niveaux de textes, euxmêmes distribués en chapitres et en sections. Cette architecture permet de multiples parcours et invite le lecteur à suivre le fil conducteur de son choix. Le premier niveau est composé d’études de cas, aussi concrètes et précises que possible, nous mettant en présence d’une situation, d’un lieu, d’un dispositif particulier. Chacun de ces textes est écrit par un(e) spécialiste et s’appuie sur un travail de première main sur les sources. À ce niveau, la discontinuité est de règle, et on peut passer d’un texte sur la Chine à un texte sur l’Antiquité classique ou sur la science moderne. Ces textes sont regroupés, par trois ou quatre, dans des chapitres, où leur proximité crée de multiples échos et effets de sens. Ces chapitres sont eux-mêmes introduits par un texte de second niveau, un texte d’articulation qui, depuis des points de vue variés (une discipline particulière, une approche théorique), tisse des liens entre les études de cas, les met en perspective, fait ressortir les enjeux partagés. Ces textes, selon les cas, sont réflexifs, historiographiques ou à visée théorique. Le lecteur peut ainsi choisir de parcourir à la suite toutes les études de cas ou, parmi elles, de suivre un fil particulier (par exemple tous les textes sur la Chine ou sur la Grèce ancienne). Il peut aussi introduire ou conclure la lecture d’une section par celle du texte d’articulation. Mais, au fond, le lecteur peut aussi établir ses propres liens, ouvrir la lecture sur ses propres préoccupations et intérêts, appliquer notre démarche à ses propres chantiers de recherche. Quant aux index, nous envisageons un index thématique général dans le quatrième volume. Chaque volume a un index des noms de lieux et de personnes.

B. M. Ce niveau assez complexe n’est-il pas un peu compliqué pour le lecteur? N’est-ce pas aussi une difficulté de ce genre d’entreprise qui hésite entre deux niveaux de lecture, la lecture continue et la consultation, en d’autres termes, le livre ou l’encyclopédie?

C. J. — Il me semble que l’architecture du livre est claire, tant par les codes de mise en pages que par la présentation de son organisation dans l’introduction. Il ne s’agit pas d’une encyclopédie, puisque nous n’y recherchons pas l’exhaustivité. En revanche, il y a un découpage thématique, qui organise la répartition des volumes et à l’intérieur de chacun d’eux, celle des parties, sections et chapitres. Chaque texte a un intérêt propre et peut être lu pour lui-même : il apportera un savoir précis et de première main sur tel ou tel milieu savant. Mais ces textes sont aussi destinés à entrer en résonance les uns avec les autres. Le comparatisme est à la fois un principe de composition, mais aussi un effet de lecture où le lecteur joue un rôle actif et peut établir de multiples connexions. On peut certes suivre le fil continu des textes, et la lecture sera alors un voyage de découverte et d’exploration, éveillant la curiosité, provoquant fascination et dépaysement. Des lecteurs, disons « professionnels », doctorants, enseignantschercheurs, pourront faire de ces parcours un instrument heuristique et réflexif pour enrichir leur propre travail, tant sur le plan des propositions théoriques et historiographiques que sur celui des situations expérimentales étudiées. Nous parions sur l’intelligence et la créativité des lecteurs…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *