Lieux de savoir 1 : un entretien (Genèses 76)

BERTRAND MÜLLER. — Les Lieux de savoir (Jacob 2007) est un livre ambitieux, qui se veut novateur ; c’est d’abord une grande entreprise intellectuelle qui propose de relire et de renouveler en profondeur l’histoire des savoirs, l’anthropologie et la sociologie des savoirs. Nous aborderons tous ces éléments de contenu intellectuel, mais dans un premier temps, j’aimerais m’attarder sur l’entreprise elle-même: d’abord, comment est-elle née ? Comment a-t-elle pris forme, dans votre esprit, puisque vous en êtes le maître d’oeuvre ? Comment s’est-elle mise en place?

CHRISTIAN JACOB. — Sans remonter aux calendes grecques, je situerai le point de départ de ce projet en 1999. J’avais dessiné les grandes lignes d’un livre collectif qui s’intitulait «Histoire des pratiques lettrées et intellectuelles » et qui s’organisait autour de quatre grandes sections : mobiliser le monde ; construire, transformer des objets ; travailler avec les livres; interactions sociales. Ce projet avait été discuté lors d’une réunion fondatrice avec Jean-Marc Chatelain, Anne Cheng, Richard Figuier, Luce Giard, Jean-Jacques Glassner, Pierre Lardet et Bruno Latour, autant de collègues et d’amis qui ont joué un rôle important dans la genèse, puis dans la préparation des Lieux de savoir. Nous avons alors proposé ce projet à une première maison d’édition, mais il n’y a pas eu de suite.

Une seconde étape importante a été la conception et l’organisation de deux colloques internationaux, en 2000, à la Bibliothèque nationale de France et dans la nouvelle Bibliotheca Alexandrina, peu de temps avant son inauguration. Au seuil du troisième millénaire, il s’agissait de nouer les fils du passé et de l’avenir et de réfléchir au rôle historique des bibliothèques dans la transmission des textes et aux multiples pratiques des lecteurs qui y travaillent. Ces rencontres comparatistes ont donné lieu à deux livres collectifs (Giard et Jacob 2001, 1 ; Jacob 2003, 2).

En 2002, notre réseau devient un groupement de recherche (le GDR «Les Mondes lettrés»), puis en 2004, il devient groupement de recherche international (GDRI). Ce statut institutionnel nous donne les moyens d’organiser des ateliers, des séminaires, des colloques, et de créer une bibliothèque de recherche. C’est dans ce cadre que s’est construit le projet des Lieux de savoir. Lors d’un séminaire fermé, à la fondation des Treilles à Tourtour, en mai 2003, j’ai proposé un document programmatique de quatre-vingts pages environ, contenant le plan prévisionnel des quatre volumes.

L’autre élément décisif dans la genèse de cette entreprise, c’est l’implication d’un grand éditeur français, Albin Michel. Je parle de ce projet dès le mois de juin 2002 à Hélène Monsacré, responsable des sciences humaines. Le concept d’ensemble retient son intérêt ainsi que celui de Francis Esménard, président-directeur général d’Albin Michel. On entre dès lors dans une phase de préparation à la fois intellectuelle et éditoriale, on recherche des financements. La maison d’édition décide de lancer le chantier en septembre 2003.

B. M. — Les Lieux de savoir est une ambition collective, mais comment s’inscrit-elle dans la trajectoire de son initiateur? Comment ce projet s’articule-t-il par rapport à vos recherches personnelles?

C. J. — Je suis au départ un spécialiste d’histoire ancienne, un helléniste formé par Marcel Detienne, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, qui ont été mes maîtres depuis… le temps de ma maîtrise. Mes recherches ont porté sur le savoir géographique et les cartes de la terre en Grèce, et m’ont conduit en 1987 à une thèse de doctorat d’état sur la Description de la Terre habitée de Denys d’Alexandrie (1990). Il s’agit d’un « géographe mineur », contemporain de l’empereur Hadrien, qui a écrit un poème didactique réemployant sous une forme originale tout le savoir géographique grec antérieur en le tissant avec un discours anthropologique, politique et religieux sur le monde de l’Empire romain. Ce travail m’a conduit à poser tout un ensemble de questions sur la transmission des savoirs, sur les opérations intellectuelles liées à la mémorisation, à la visualisation, à la critique des sources, à la lecture des cartes.

Deux perspectives s’ouvraient dès lors pour mes recherches postdoctorales. La première m’a conduit à travailler sur les cartes géographiques modernes, dans une perspective théorique et pluridisciplinaire, où je me suis attaché à la matérialité de ces objets, à leurs codes graphiques, à leurs effets performatifs, aux opérations intellectuelles, perceptives et sociales qui permettent de comprendre et de valider ces représentations. Ce travail a pris la forme d’un livre, L’empire des cartes (1992, nouvelle édition à venir), où je me suis intéressé au domaine plus large de ce que Bruno Latour a appelé « les vues de l’esprit » (diagrammes, dessins scientifiques, etc.). La seconde perspective portait sur le monde des bibliothèques, d’abord la bibliothèque d’Alexandrie, puis la tradition des bibliothèques occidentales, orientales et extrême-orientales. Je me suis attaché à comprendre les effets intellectuels de ces collections de livres, les pratiques de lecture et d’écriture qu’elles ont générées, la constitution des traditions savantes à partir du travail sur les textes, des projets encyclopédiques, des compilations.

Ces différents aspects impliquaient un regard différent sur des textes érudits souvent considérés de manière condescendante : il s’agissait en fait de retrouver toutes les pratiques qui avaient produit ces textes, ainsi que celles qu’ils rendaient possibles. Ce travail sur les milieux savants de l’Antiquité, que je poursuis actuellement, a joué un rôle important dans la genèse des Lieux de savoir, en me faisant prendre conscience de l’intérêt d’une approche anthropologique, attentive à la matérialité des supports, aux gestes, à la dimension sociale des pratiques. Le projet des Lieux de savoir s’inscrit ainsi parfaitement dans mon itinéraire personnel : la dimension collective et comparatiste m’a permis une exploration plus large et détaillée des mondes lettrés et savants sur lesquels je travaille depuis des années, dans le champ de l’Antiquité classique. Mon travail d’architecte, de concepteur et d’archi-lecteur de ces volumes influe évidemment sur les nouveaux questionnements que je développe dans mon séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales ou dans mes recherches en cours.

(Les Lieux de savoir: un entretien avec Christian Jacob par Bertrand Müller, Genèses 76, 2009, pp. 116-136)

© Genèses, avec l’autorisation de la revue et de Bertrand Müller.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *