Faire savoir 1. Ordinateurs, crayons, bloc-notes

Entretien sur Lieux de savoir I, Espaces et communautés, dans Livres Hebdo, n° 705, vendredi 12 Octobre 2007, p. 82-83,   par Marie Kock.


Directeur de recherche au CNRS, Christian Jacob se lance dans une aventure d’envergure avec les Lieux de savoir chez Albin Michel: soit quatre volumes et soixante-dix chercheurs pour comprendre les mutations de nos pratiques intellectuelles.


Comprendre ce qu’est le travail intellectuel aujourd’hui, tel est le pari du très ambitieux Lieux de savoir, dirigé par Christian Jacob, qui paraîtra le 25 octobre [2007] chez Albin Michel. En quatre volumes d’un millier de pages chacun, cette histoire comparée et pluridisciplinaire des pratiques intellectuelles, « des tablettes mésopotamiennes à l’internet », s’attache à décrire la façon dont se produisent et se transmettent les savoirs.

Ordinateurs, crayons, bloc-notes.

Plus que les contenus, ce sont les pratiques qui sont au coeur de l’observation. « Le travail intellectuel est comme le travail technique, artisanal ou industriel: une activité qui implique des gestes, des pratiques, des instruments, des supports d’écriture, rappelle Christian Jacob. Si je regarde mon bureau, j’y vois un ordinateur, des crayons, des blocs-notes, des instruments de communication, des agrafeuses, des ciseaux, c’est-à-dire tout un ensemble d’objets qui servent très concrètement à travailler, à réunir des documents, à les classer, à communiquer, à naviguer sur le Web. Les Lieux de savoir vont observer l’ensemble de ces activités, à travers des sources historiques, littéraires, des images… et considérer finalement les savants comme une population, une tribu étrangère, dont on découvrirait les habitudes et les manières de faire. La démarche est de réintroduire une forme d’exotisme et d’étrangeté dans ce qui va tellement de soi. »

A la manière d’un anthropologue débarqué en terre étrangère, Christian Jacob a pour souci premier de poser les bonnes questions plutôt que d’y répondre. Pour cela, lui et les soixante-dix chercheurs qui ont accepté de contribuer au projet proposent pour chacun des thèmes abordés trois ou quatre exemples. « Même si je ne peux nier l’importance qu’a eue pour ma génération Les Lieux de mémoire, de Pierre Nora, reconnaît Christian Jacob, je m’inscris dans une démarche plus comparatiste, fondée sur la confrontation des sciences occidentales, des savoirs religieux, techniques et humanistes. Lieux de savoir est aussi un livre laboratoire. »

Ni organisation chronologique, ni volonté d’exhaustivité, pour cet ouvrage qui n’est pas une histoire des sciences classique ou une encyclopédie. Par exemple, l’un des chapitres, intitulé « Attraction et expansion », consacré aux sphères d’action et au rapport à la distance dans la production des savoirs, se décline en trois histoires. Le premier article est consacré à la culture de cour dans la Perse médiévale, lorsque les cours royales ou princières se déplaçaient dans la totalité de l’empire, emmenant avec elles les lettrés et les poètes. Le deuxième étudie l’expédition Dakar-Djibouti de Marcel Griaule, entre 1931 et 1933. Le troisième pose la question de l’exploration d’un monde à distance en s’intéressant à la conquête de Mars aujourd’hui et à la façon dont des savants peuvent étudier un monde sur lequel l’homme n’a jamais mis les pieds.

« Nous avons conçu Lieux de savoir comme un livre de découverte et de réflexion, explique Christian Jacob. Son but est de provoquer chez le lecteur, spécialiste ou non, un dépaysement permanent. Un étudiant en histoire moderne peut découvrir des questions, des problématiques qui vont faire écho à celles qu’il se pose dans son domaine — c’est l’enjeu proprement intellectuel —, mais c’est aussi un livre qui peut se lire comme un voyage d’exploration. On a l’impression que l’histoire des savoirs est purement intellectuelle, qu’elle est réservée aux spécialistes, inscrite dans les livres, les bibliothèques. Avec ce projet, nous avons souhaité redéployer cette science comme une immense aventure humaine, mêlant les savants et la foule des anonymes, les étudiants, les moines, les maîtres d’école, les techniciens, les bibliothécaires, les marchands… Tous ceux qui participent à la production, à la communication et à la transmission des savoirs. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *