Faire savoir 2. Monastères, maisons d’édition, bibliothèques

Entretien sur Lieux de savoir I, Espaces et communautés, dans Livres Hebdo, n° 705, vendredi 12 Octobre 2007, p. 82-83,   par Marie Kock.

De cette foule d’acteurs du savoir, le premier volume, sous-titré « Espaces et communautés », tente de comprendre la volonté de se réunir, de s’assembler, pour ensuite s’interroger sur les formes d’espaces, les lieux, que ces communautés créent: monastères, maisons d’édition, laboratoires, musées, imprimeries, bibliothèques, « tous ces lieux qui matérialisent une certaine idée du savoir et font que les pratiques qui y prennent place sont perçues comme des pratiques de savoir« .

Le premier chapitre du livre s’intéresse ainsi à l’intronisation dans les communautés savantes, par le biais d’une description très détaillée des acteurs, du mobilier, de l’habillement ou encore de la mise en scène. Là encore, les exemples sont très divers. « Rites d’initiation des devins bassar du Nord-Togo » décrit toutes les étapes nécessaires à la l’entrée dans la confrérie des guérisseurs.

Puis, « Les trois épreuves de la quête du diplôme en Europe » compare les soutenances de thèses en Europe. « Dans cet article, s’enthousiasme Christian Jacob, on apprend par exemple qu’en Allemagne on pouvait manger, on offrait du thé à la candidate, parfois du vin, c’était un moment très convivial, tandis que dans une soutenance de thèse à la française, comme par exemple celle de Foucault à la Sorbonne, les choses sont beaucoup plus formelles, il y a tout un cérémonial. » Le dernier volet s’attache aux examens en Chine impériale. Voie d’accès unique à l’emploi dans l’administration, ces épreuves se déroulaient à très grande échelle, sur plusieurs jours, des milliers d’ordinateurs pour des centaines de milliers de candidats, enfermés dans des sortes de cellules, dont ils ne pouvaient sortir avant d’avoir terminé… « Cet exemple montre comment le livre fonctionne : confrontées les unes aux autres, des études de cas très localisées, écrites par des spécialistes, permettent de réfléchir sur un processus plus général, résume Christian Jacob. En fait, nous adoptons en même temps des points de vue panoramique et microscopique. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *