Quatre choses à savoir sur les Lieux de savoir

En librairie le 5 janvier 2011

Le volume 2 des Lieux de savoir est aujourd’hui en librairie…  Joie et soulagement d’être arrivé au terme d’un long périple, grande gratitude pour la maison d’édition qui a transformé le rêve en réalité, immense reconnaissance et amitié pour tous les auteurs qui ont accepté de partager le voyage et apporté leurs savoirs, leurs idées, leur talent à ce livre-fleuve…


Le site web Le choix des bibliothécaires est le rendez-vous de tous ceux qui aiment les livres et les font vivre, en particulier les bibliothécaires qui les conservent pour mieux les partager.

Je leur suis reconnaissant d’avoir choisi les Lieux de savoir et de m’avoir invité à répondre à cinq questions lapidaires, qui sont comme des tags affectifs et informels que j’aimerais voir attachés au livre.

Voici quatre de mes réponses:


Quel est le thème central de ce livre ?
L’aventure des savoirs humains, qui relient la main et l’esprit, la pensée, les signes et la matière. La beauté des gestes de la main qui fabrique et écrit, la mélodie de la voix qui chante, l’intelligence des textes et des images, les milles figures de l’imagination, de la mémoire, du raisonnement, dans le pluriel des cultures et au fil de l’histoire.

Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
« Savoir, c’est voyager (…) : le voyage figure la mise en mouvement de la pensée, que les plus mortelles contraintes ne parviennent jamais à paralyser complètement » (Jean-Louis Fabiani).

Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un long mix ambiant entrecroisant : quelques Cantates de Jean-Sébastien Bach ; On Land de Brian Eno ; tous les disques d’ECM ; « Magnificent » de U2 ; « Echoes » et « Comfortably Numb » de Pink Floyd ; un raga de nuit avec le sarangi de Ram Narayan.

Qu’aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Un rêve qui devient réalité tout en restant une utopie ; l’amour des voyages et des rencontres ; un émerveillement qui se transforme en questionnement ; l’art du braconnage ; le jeu de saute-mouton par-dessus toutes les clôtures disciplinaires ; une conviction humaniste forte sur la beauté et la profondeur des cultures humaines, dans leur inépuisable inventivité comme dans leur unité fondamentale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *