Matière, objets, gestes (Page des libraires 1)

PAGE, le magazine des livres lus et conseillés par les libraires, nous a fait l’honneur d’un entretien dans son premier numéro 2011. J’ai répondu par email aux questions de Raphaël Rouille, responsable du rayon Sciences humaines à la Librairie Sauramps en Cévennes, à Nîmes. Les questions étaient fines et pertinentes, je me suis pris au jeu, ce fut pour moi l’occasion de réfléchir à nouveau aux enjeux de ce deuxième volume des Lieux de savoir.

Une version réduite et éditée de cet entretien vient d’être publiée dans la revue PAGE, disponible dans toutes les bonnes librairies. Raphaël Rouille et la revue m’ont donné l’autorisation de publier sur ce carnet l’intégralité de notre échange par email. Je les en remercie très chaleureusement.

…:: Page des Libraires ::…

Les livres, pour respirer et vivre, ont besoin de ces passeurs que sont les libraires: ce sont eux qui les exposent à la lumière de leurs vitrines et de leurs tables, dans des paysages de pensée et de savoir toujours savamment composés. La juxtaposition des livres, dans ces lieux d’exposition que sont les librairies, suggère des itinéraires et des carrefours, invite aux promenades buissonnières ou aux traversées au long cours, suscite désir et curiosité, tant les contiguïtés et les voisinages peuvent être signifiants…

Merci à nouveau à PAGE et au bouquet de lectures qu’ils composent avec passion…


PAGE. Tandis que Espaces et Communautés, en 2007, proposait de réfléchir aux dynamiques spatiales liées aux pratiques savantes, Les mains de l’intellect confronte les savoirs à la matière, aux objets et aux activités concrètes de ses acteurs. En cela, il brise un certain nombre d’idées reçues sur l’intelligence et sur la connaissance et semble répondre à beaucoup d’interrogations de notre temps, notamment à propos de la transmission ou de la mémoire.

CJ. La série des Lieux de savoir s’est en effet ouverte sur la dimension spatiale et sociale des pratiques savantes : les acteurs étaient au centre du premier volume, individus ou communautés, parfois regroupés dans des institutions, déployant leur activité dans des lieux génériques ou spécialisés, studiolos, universités, laboratoires. Notre intérêt portait sur la double dynamique du lien des sociabilités savantes et des espaces ainsi constitués, des lieux architecturaux aux configurations géographiques plus étendues. Le point de vue adopté croisait l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, pour éclairer des situations et des dispositifs particuliers, localisés et datés, dans différents milieux culturels, de la Grèce antique à la Chine impériale, de l’Afrique à l’Inde, du monde occidental à la planète Mars.

Ce second volume, Les mains de l’intellect, garde la même dimension comparative et transhistorique, mais marque un changement d’échelle et veut explorer les gestes et les pratiques, aussi bien manuels et techniques qu’intellectuels. Nous nous intéressons à la matérialité des objets, des supports et des instruments, aux savoir-faire impliqués dans leur maniement, aux opérations de la main et de l’esprit, sur des objets matériels ou immatériels, comme les nombres, les concepts, les idées et les mots.

Nous nous situons au-delà des clivages habituels qui séparent les savoirs manuels et les savoirs intellectuels, et introduisent parmi ces derniers tout un ensemble de distinctions, selon les disciplines concernées, littéraires ou scientifiques. Dans les savoirs artisanaux, l’imagination, l’anticipation, la mobilisation de l’expérience, le contrôle du geste tiennent une place importante. Fabriquer une arme ou un outil, utiliser d’autres outils pour les fabriquer, ce sont des opérations mobilisant toute l’intelligence humaine, impliquant la modélisation, la standardisation, une économie du geste et des matériaux, la corrélation entre une typologie et les effets recherchés (couper, trouer, abattre, scier, écraser…) : l’apparition de l’outil en pierre taillée, dans la Préhistoire, est indissociable du développement de l’intelligence humaine, et les beaux textes d’André Leroi-Gourhan sont ici toujours d’actualité. Les mains de l’intellect, ce sont les mains de l’artisan qui fabrique, les mains du musicien, les mains du calligraphe ou du cultivateur de bonsaïs, qui travaille le végétal vivant.

Inversement, on aurait tort de ne considérer les savoirs dits « intellectuels » que sur le mode d’un processus éthéré et immatériel. Que l’on pense par exemple à tous les gestes de l’écriture, du dessin, de l’inscription, qui matérialisent les idées et les concepts et les objectivent dans un texte, un schéma, un tableau ou une carte. Ces différents types d’inscriptions sont eux-mêmes les supports de nouvelles opérations, par le biais de la lecture, de l’interprétation, de la réflexion. Les modalités concrètes de ces pratiques d’écriture et de lecture ne sont pas indifférentes pour la pensée elle-même : la nature des supports et des instruments, les systèmes graphiques, la mise en page conditionnent les manières de lire et d’écrire, et donc le tempo et le style particulier des opérations intellectuelles. Les différents chapitres du volume montrent en fait le continuum qui relie la main et l’intellect : il y a une intelligence des mains, de même que l’intellect « manie » différents objets, des problèmes, des questions, des mots, des observations, des idées, il les travaille avec différents outils, la comparaison, l’abstraction, la critique, le syllogisme, le découpage analytique, de même qu’un artisan travaille ses matériaux avec le ciseau ou le marteau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *