Anthropologie historique (Page des libraires 2)

PAGE. A L’œil et l’esprit de Merleau-Ponty vous répliquez par La main et l’esprit, inscrivant votre démarche dans un sillon bien plus anthropologique et historique que philosophique, tout en tissant des liens pluridisciplinaires et transversaux qui enrichissent l’analyse.

CJ. Notre projet est en effet celui d’une anthropologie historique. Anthropologie, car la construction et le partage des savoirs sont constitutifs de l’humain, dès les origines, dans la diversité des cultures, des sociétés et des niveaux de développement technologique. Le chasseur dans la forêt amazonienne, le chamelier nomade dans le désert, l’agriculteur, le forgeron ou le potier sont détenteurs de savoirs extraordinaires, acquis par une longue expérience, savoir sur les animaux et les plantes, sur la forêt et le sable, sur les étoiles et sur le feu, sur les vents et sur la terre. Le poète des îles Philippines qui chante les épopées de son peuple, lors de longues mélopées devant un auditoire fasciné, a un savoir unique, de même que le scribe indien anonyme qui recopie les textes de la tradition, se relit et corrige ses fautes par un système sophistiqué de signes critiques. Chez le biologiste d’aujourd’hui, qui manipule un microscope électronique pour observer la vie secrète des cellules, le savoir est indissociable du savoir-faire, de même que chez un philologue ou un philosophe, habitués de longue date au corps-à-corps avec les mots et les idées.

Le projet des Lieux de savoir est de décliner les différences, la diversité des manières de faire, de dire et de penser, à l’intérieur d’un cadre anthropologique englobant : ce n’est pas nier les différences, la variété des savoirs et des formes de pensée que de poser comme un préalable qu’ils sont constitutifs de l’humain, qu’ils partagent une même fonction fondamentale, celle de donner sens au monde dans lequel nous vivons, monde de l’inerte et du vivant, du visible et de l’invisible, du temps et de l’espace, de l’homme, de l’animal et des dieux. Tous ces savoirs permettent d’agir sur ce monde, selon des modalités différentes, avec différents outillages conceptuels et matériels, selon différentes conceptions de l’action et de l’efficacité. Notre perspective anthropologique ouvre un espace de comparaison plus que de hiérarchisation: la comparaison est un instrument pour penser la spécificité de nos propres savoirs depuis des angles de vision décentrés, mais aussi pour apprendre à déchiffrer et à respecter les savoirs et les croyances des autres, même ceux qui apparaissent comme les plus différents pour nos regards occidentaux. La comparaison porte sur la diversité des cultures humaines, mais se déploie aussi dans la profondeur historique : nous remontons jusqu’au passé le plus lointain, la Mésopotamie, l’Egypte, non pour déployer le fil d’une évolution continue des savoirs, mais pour mettre en lumière des expériences situées, des dispositifs et des pratiques qui enrichissent notre compréhension des savoirs humains.

La transversalité et la pluridisciplinarité sont au cœur de ce volume, de même qu’une conviction humaniste forte sur ce qui fait l’unité des savoirs humains. En des temps d’intolérance et de chocs culturels, il est important d’insister sur les liens qui nous rapprochent, dans le respect des différences et des identités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *