Lecture, écriture, pensée (Page des libraires 3)

PAGE – Pour le libraire que je suis, et pour tout amoureux de la lecture, de l’écriture ou du langage, la partie sur les tables de travail, celle sur le travail des textes ou celle, extraordinaire, intitulée Dans l’atelier de Michel Foucault, sont de purs moments de plaisir. L’analyse permet de visualiser les articulations entre le triangle de la lecture, de l’écriture et de la pensée, à l’image du portrait du cardinal Tommaso Inghirami dessiné par Raphaël que vous commentez méthodiquement et très pertinemment en ouverture.

CJ – Le projet des Lieux de savoir a mûri dans un Groupement de recherche du CNRS qui s’intitulait « Les mondes lettrés ». Il reflète le point de vue d’un ensemble de chercheurs, travaillant sur la Chine, l’Inde, le monde arabe, l’Antiquité classique et la tradition européenne, fascinés par le pouvoir de l’écrit, du livre et des bibliothèques. Notre travail a d’ailleurs donné lieu, par le passé, à plusieurs volumes collectifs qui préfiguraient les Lieux de savoir : Le pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident (Paris, Albin Michel, 1996), Des Alexandries 1. Du livre au texte (Paris, Bibliothèque nationale de France, 2001), Des Alexandries 2. Les Métamorphoses du lecteur (Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003). A titre personnel, j’ai trouvé beaucoup d’inspiration et de matière à réflexion dans les travaux d’Henri-Jean Martin et de Roger Chartier sur l’histoire du livre, de l’édition et de la lecture. En tant qu’historien du monde grec antique, je suis particulièrement sensible à l’émergence et au développement d’une culture de l’écrit, du livre et des bibliothèques. Sans cette confiance accordée à l’écriture et à ses supports pour être les dépôts de la pensée, de la création littéraire, des savoirs, nous ne disposerions pas aujourd’hui de cette bibliothèque des auteurs antiques, où Homère côtoie Platon, Aristote, Sophocle et tant d’autres. L’histoire du livre et de la lecture est attentive aux évolutions, à l’impact des objets matériels et des systèmes d’écriture sur les usages, aux formes d’appropriation des textes qui caractérisent différents milieux sociaux. Mais qu’elle soit vocalisée ou silencieuse, collective ou individuelle, la lecture reste ce processus étonnant permettant de réactiver des voix et des pensées, des idées et une imagination, de partager des sentiments et des savoirs, à travers le temps, l’espace et les langues.

Dans Les mains de l’intellect, nous nous sommes surtout intéressés à l’écriture et à la lecture savantes, à ces pratiques de savoir qui s’appuient sur le maniement des livres et des textes. La lecture est souvent indissociable de l’écriture, on souligne un mot ou on balise la marge, on prend des notes, on extrait des citations, on commente et on explique, on utilise des sources dans la rédaction d’un autre texte. Dans ces différentes opérations, la lecture est comme un processus alchimique, où les mots, les idées, les informations, la pensée d’un autre fécondent les vôtres, vous font rêver et penser à votre tour. Dans ce processus, la rigueur savante du commentateur, du traducteur ou de l’éditeur peuvent coexister avec les associations d’idées les plus libres, les digressions, bref ce « braconnage » de la lecture si bien décrit par Michel de Certeau.

Il est vrai que les « tables de travail » occupent une place stratégique dans notre volume : ce sont les tables de laboratoires scientifiques, chargées d’instruments, ce sont les tables des lettrés chinois, où chaque objet, la pierre à encre, le pinceau, la « pierre de rêves », au-delà de sa valeur instrumentale, est investi d’une valeur esthétique et symbolique. C’est la table de l’écrivain contemporain, dont Georges Perec a donné une description inoubliable, cette table parsemée d’objets et de signes qui encadrent la feuille blanche. Aujourd’hui, la table de travail est aussi l’écran de l’ordinateur, à la fois bibliothèque et scriptorium, archive personnelle et fenêtre ouverte sur le monde, sur l’océan du web, où l’on peut naviguer en quête d’information et parfois de savoir. Mais qu’il s’agisse d’une plume de roseau ou d’un clavier d’ordinateur, d’un écran ou d’un rouleau de papyrus, c’est entre la main, les yeux, la voix que se déploie l’alchimie de l’écriture et de la lecture, qui transforme la pensée en signes et les signes en pensée…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *