Styles intellectuels, géographie, géologie (Page des libraires 5)

PAGE – A travers la grammaire des gestes que vous et vos nombreux collaborateurs décrivez, apparaissent différents styles intellectuels ou spirituels que la main fait surgir comme elle fait surgir l’invisible. Si bien qu’au terme de ce fantastique voyage dans ces nouveaux Lieux de savoir, on prend conscience de l’utilité de ce que vous nommer les « Inscriptions » dans la deuxième partie : aller à la source des choses, sur le terrain ou à travers les archives, les manuscrits, les inscriptions du temps et déchiffrer un monde souterrain, peut-être trop souvent voilé par l’écorce fragile de l’immédiateté ?

CJ – Je suis en accord total avec votre formulation : grammaire des gestes, styles intellectuels et spirituels. La pratique des savoirs, au fond, pourrait être comme un langage particulier, avec son lexique et sa syntaxe, ses règles grammaticales ou plus largement disciplinaires. Chacun commence par apprendre ces règles, cette grammaire, à l’école comme à l’université, en incorporant les manières de dire, de faire et de penser. Une fois maîtrisées les règles de ce langage, vient le moment d’inventer, d’expérimenter un « style », de même que les figures de rhétorique viennent orner ou rendre plus efficace le langage ordinaire. Le projet des Lieux de savoir est double. Il s’agit d’abord d’expliciter la grammaire d’un savoir ou des savoirs dans un moment historique, un milieu culturel particulier. De reconstituer l’horizon des manières de dire et de faire, de ce qui est ou non pensable, dans un lieu et un temps particulier. Mais ce cadre, cet horizon doivent ouvrir un espace de liberté et d’imprévu pour des interprétations (au sens musical du terme) non anticipées. C’est ici que le style intervient. Le style est une liberté à l’intérieur d’un ensemble de contraintes. Il est la marque des talents individuels, qui s’affranchissent des normes pour approcher, parfois, au génie. C’est par les écarts stylistiques que l’individuel s’articule au collectif dans l’histoire des savoirs…

Il me semble aussi que votre intuition d’une quête quasi-spéléologique sous la surface des apparences est juste. Les Lieux de savoir visent à réveiller les eaux dormantes, à troubler les fausses transparences. Sous la surface d’un texte, d’une carte, d’un diagramme, d’un instrument, d’une page de livre, il y a en effet un monde souterrain, des strates successives de pensée et de matérialisation, des gestes, des opérations intellectuelles, des choix discursifs. Nous essayons de redonner aux mots et aux signes, aux textes et aux images la profondeur de leur genèse, graphique autant que mentale. C’est le processus, l’opération, l’action qui sont privilégiés. L’inscription nous conduit à son sujet autant qu’à son objet, et les signes en marge ou entre les lignes d’un manuscrit nous permettent d’atteindre les manières de penser, de parler, de lire et d’écrire du plus anonyme des scribes. Il n’est pas de trace sans intention ; il n’est pas de signe sans volonté ; il n’est pas d’archive sans projet. Percer la surface, c’est  tenter de retrouver l’intention, la volonté, le projet. C’est au fond remettre au premier plan de l’enquête les acteurs, leur milieu, leurs sphères d’action et d’expression.


Notre projet relève à la fois d’une géographie et d’une géologie. Géographie, car nous nous intéressons aux paysages, à la carte des savoirs, dans ses différents continents historiques et culturels. Géologie, car, sous la surface, nous essayons d’atteindre les profondeurs, de saisir les dynamiques profondes des mouvements de terrain : quels sont les moteurs de la quête humaine des savoirs ? Sous l’écorce terrestre de l’immédiateté, selon votre expression,  une exploration humble et audacieuse à la fois nous permet d’approcher au plus près, mais si loin encore, cette volonté des savoir si profondément inscrite dans la nature humaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *