Sources et filiations (Page des libraires 4)

PAGE – Outre Michel Foucault, votre travail puise de nombreuses sources chez Pierre Bourdieu, Michel de Certeau, Marcel Mauss ou Jean-Pierre Vernant, sans filiation spécifique mais comme des jalons posés dont vous semblez vouloir suivre les pas. On ressent une volonté de raviver une curiosité, un goût de la recherche, du questionnement. Peut-être un certain nombre de valeurs en voie de disparition ?

CJ – J’aime cette image d’un travail qui puise à différentes sources. Elle décrit bien la fluidité d’une trajectoire intellectuelle, qui est comme un fleuve nourri de nombreux affluents, définissant sa trajectoire, lui apportant force et dynamique. Certaines sources sont des rencontres marquantes, d’autres des lectures séminales, d’autres encore les deux à la fois. J’ai eu la chance de rencontrer à plusieurs reprises Michel de Certeau alors que j’étais tout jeune chercheur, et je garde de lui le souvenir d’une générosité intellectuelle peu commune, d’un éveilleur qui encourageait chacun de ses interlocuteurs, collègue confirmé ou débutant, à tracer sa voie, à s’engager dans l’aventure de la pensée, en toute liberté, mais avec une grande exigence envers soi-même et les objets que l’on choisissait de travailler. Jean-Pierre Vernant a été un maître aimé et admiré, depuis la fin de mes années d’études, et je me sens toujours redevable tant pour les multiples perspectives ouvertes que pour l’exemple d’un éthos professoral particulier, fait lui aussi de générosité et de camaraderie intellectuelle. Le projet des Lieux de savoir s’est construit dans le croisement des intelligences, dans des liens d’amitié, dans des rencontres intellectuelles privilégiées…

Puis-je par exemple vous confier un souvenir… J’ai rencontré Henri-Jean Martin à l’occasion d’un colloque que j’avais organisé à la Bibliotheca Alexandrina, peu avant son inauguration, en novembre 1999. J’avais lu ses livres, il était une autorité incontournable sur l’histoire de l’écrit et de l’édition. Je ressentais pour lui un respect et une forte affinité intellectuelle et humaine, inspirée en particulier par sa forte personnalité, son caractère iconoclaste, sa trajectoire de chercheur, de professeur et de directeur d’une grande bibliothèque, celle de Lyon. Je me souviens d’un entretien en tête-à-tête, lors d’un petit déjeûner à l’hôtel Cecil d’Alexandrie, où je lui parlais de ce projet, encore très vague, très nébuleux, des Lieux de savoir. Je lui demandais un avis, un conseil, est-ce une entreprise réalisable, raisonnable ? Martin me répondit que c’était complètement déraisonnable, mais qu’il fallait la réaliser. « Allez-y, mon vieux ! », m’a-t-il dit…

Les Lieux de savoir sont une utopie qui n’aurait jamais pu accèder à la réalité sans l’implication de tous les auteurs qui y ont participé, sans cette convergence d’énergies, d’expertises, de savoirs et de savoir-faire, couvrant l’arc des civilisations humaines, de la Mésopotamie à la Chine, de l’Inde au monde méditerranéen, de l’Afrique à l’occident moderne… Raviver une curiosité, un goût de la recherche et du questionnement ? Oui.. Les Lieux de savoir témoignent d’une conviction forte sur l’importance des sciences sociales et historiques, sur leur utilité pour vivre et comprendre les temps présents, pour interroger et interpréter notre monde au lieu de le subir. Ce livre est aussi un manifeste pour une démarche intellectuelle buissonnière et vagabonde, aventureuse et non-conformiste, n’hésitant pas à jouer à saute-moutons avec les clivages disciplinaires ou les découpages académiques. Cet esprit de découverte, cette curiosité mêlée de réflexion, nous espérons qu’ils seront perceptibles par nos lecteurs…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *