Les ustensiles de l’intelligence (Lauren Malka)

« Entre les rives du même et de l’autre, l’homme est un pont », écrivait Jean-Pierre Vernant, pour achever sa Traversée des frontières. Porté par cette conviction, trois ans après le premier tome, Christian Jacob, directeur de recherche au CNRS et à l’EHESS, poursuit son impressionnante investigation des « lieux de savoir », accompagné d’une soixantaine de chercheurs du monde entier — sociologues, historiens, anthropologues… — en publiant le deuxième volume intitulé Les Mains de l’intellect. Un titre hégélien qui annonce la complexité de ce défi interdisciplinaire: élaborer une anthropologie comparatiste des pratiques du savoir, porté par les vérités infinies — donc non exhaustives — de l’histoire. Après avoir établi, dans le premier opus, une géographie des lieux et des communautés savantes, Christian Jacob soulève de nouvelles questions: Comment naissent , s’expriment et se transmettent les savoirs de nos sociétés? Quels gestes, quels organes, quelles traces matérialisent le mouvement des idées et de l’intelligence à travers les temps et les lieux ?

Pour réaliser un projet d’une telle ampleur, les auteurs mettent en lumière, dans ce magnifique ouvrage de près de mille pages illustrées, les objets les plus familiers de notre environnement. Ce journal que nous tenons entre les mains, dont l’ordonnance visuelle se révèle déjà porteuse de modes d’inscriptions sémiologiques largement significatifs des raisonnements de notre société: le titre, la mise en page, l’illustration, qui ne constituent pas seulement, selon Jean-Marc Chatelain, « un code à déchiffrer [mais aussi] un fait social à interpréter ». Cette table de travail, ou bien cette bibliothèque, qui déploient « un univers d’objets, où l’utilitaire s’entrelace à l’esthétique ou au symbolique ». Les cartes du ciel, qui donnent lieu au développement remarquable de l’helléniste Arnaud Zucker, pour qui « toutes les cultures compensent la pauvreté formelle et la mobilité des corps célestes par la projection d’images […] résultant de l’action conjuguée de l’imagination et du calcul »: des variations de formes mentales, littéraires et iconographiques éclairant les cultures qui les ont produites. Mais aussi des objets et des savoir-faire aussi variés que l’imagerie médicale, l’ordinateur, la table du menuisier ou encore la Torah, qui retrouvent ainsi — fait salutaire à une époque à laquelle on reproche souvent de manquer de mémoire — leur passé et leur sens. A mi-parcours de ce projet colossal des Lieux de savoir, qui prévoit encore deux tomes  l’un sur la construction sociale des savoirs et le dernier sur les grandes dynamiques qui en régissent l’histoire —, Christian Jacob conclut ce deuxième tome par une escale dans l’atelier qui constitue certainement l’origine de sa propre pensée: celui de Michel Foucault, où les archives, brouillons et lieux d’étude donnent à entendre, selon l’expression du philosophe lui-même, « le marmonnement du monde ».

Lauren Malka

© Le Magazine littéraire, 505, février 2010, p. 39



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *