Trames et thèmes : au fil des Lieux de savoir

 

Les Lieux de savoir n’ont pas adopté le format typique des ouvrages encyclopédiques. C’est l’un des choix fondamentaux du projet. En effet, sa dimension exploratoire repose notamment sur le refus d’une division en périodes historiques, en aires géographiques ou en domaines culturels. Outre la conversation silencieuse des articles entre eux et avec le lecteur1, chaque section est introduite par un « texte d’articulation ». À ce second niveau, un nouvel auteur propose un dialogue d’une autre sorte : à partir de ses propres intérêts et travaux, il offre un point de vue sur les trois, quatre ou cinq articles qui composent la section.

Cette structure correspond à une volonté de décloisonnement disciplinaire et d’ouverture intellectuelle. Au lecteur de choisir son parcours à l’intérieur des Lieux de savoir et sur les sentiers qu’ils indiquent, en suivant le fil des références ou en imaginant de futures orientations de recherche. Une telle modularité peut également suggérer d’autres projets liés à la série des volumes imprimés, qu’il s’agisse de continuations, de configurations inédites ou de réinventions sur de nouveaux supports.

C’est pourquoi il paraît intéressant de faire ressortir sur ce site certaines lignes de force. Elles sont le produit d’une intelligence collective, celle des nombreuses personnes qui ont conçu l’architecture de ces livres, l’ont remaniée vingt fois et l’ont réalisée en donnant leur interprétation d’un protocole d’écriture. Dans le détail, elles sont aussi, évidemment, le fruit du hasard des lectures, des rencontres et des réseaux. Une catégorie du carnet permettra de rassembler ces « fils thématiques ».

Nous déroulerons un premier fil dans le prochain billet…

  1. Marin Dacos et Pierre Mounier évoquent la « conversation silencieuse qui se noue entre l’auteur [d’un carnet] et ses lecteurs », à propos de la partie invisible de la communication en ligne : cette fréquentation parfois assidue dont, le plus souvent, les commentaires, les liens et les rétroliens n’offrent pas de trace (« Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », Lieux de savoir 2, p. 348 ; voir également cet autre texte). L’expression me sert ici à désigner, plus largement, l’effet comparatiste que produit chaque lecture. []

2 réflexions au sujet de « Trames et thèmes : au fil des Lieux de savoir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *