Christiane Sinding (2) par Luce Giard

Chère Christiane,

De la médecine vous avez surtout aimé la clinique, qui centre l’attention sur les cas individuels et se défie des généralisations (singuli singillatim, disaient les vieux textes, une formule reprise par Michel Foucault). Vous en aimiez la modestie et la lenteur, la quête minutieuse, et cette accumulation obstinée des petites différences qui finit un jour par faire sens. Vous aimiez la clinique parce qu’elle oblige le médecin à l’humilité devant l’histoire particulière de chaque patient.


Vous aviez été interne dans le service du Professeur Pierre Royer aux Enfants-Malades, vous y aviez appris l’ascèse et la rigueur, le respect des petits patients et l’écoute attentive des familles. Vous aviez aussi été formée aux techniques pointues du laboratoire, à ces analyses minutieuses dont vous n’aviez pas vraiment le goût. Votre désir de comprendre la souffrance des corps et les contingences du savoir médical était plus large, votre exigence réflexive était plus profonde. Vous êtes alors retournée à l’Université pour étudier la philosophie et l’histoire des sciences, avec le regret d’être arrivée trop tard pour bénéficier de l’enseignement de Georges Canguilhem, mais vous avez étudié tous ses textes avec acharnement, ce fut in absentia votre maître en histoire des sciences et en épistémologie. Vous en êtes devenue l’un des meilleurs connaisseurs.


C’est dans un cercle informel de réflexion sur la médecine, réuni et animé par Claire Ambroselli, que je vous ai rencontrée en 1982 ou 1983. Votre dédain de la rhétorique et des faux-semblants, votre exigence intellectuelle et votre formidable honnêteté vous mettaient à part. Plus tard j’ai compris que vous aviez payé un grand prix pour rester telle que vous étiez en un temps et dans un métier où d’autres manières de procéder avaient cours. De cela vous aviez conscience, vous y faisiez allusion parfois, sans vous plaindre. Votre intelligence et votre énergie étaient mobilisées par la tâche, les multiples tâches à accomplir. La soif de pouvoir et d’honneur de certains de vos anciens condisciples, le succès médiatique de livres superficiels et rapides vous faisaient sourire. Tout autre était votre chemin.


De notre amitié, tout commença avec des occasions de travail en commun : les premières rencontres avec Claire Ambroselli, mes quatre ans de séminaire d’histoire des sciences le samedi matin boulevard Raspail, l’écriture et la parution de votre livre Le Clinicien et le Chercheur (PUF, 1991) dans la collection que je dirigeais avec Maurice Caveing, l’enseignement assuré ensemble à Necker en 1990-1992, quelques colloques et séminaires que j’organisais au laboratoire d’histoire des sciences rue Mirabeau, puis rue Damesme. Et tant d’autres instants partagés : des discussions acharnées sur le statut social des sciences, des déjeuners, des dîners, du haddock, du thé, des voyages professionnels à Padoue pour célébrer le grand Zabarella, au Warburg Institute à Londres sur « Logique et méthodologie des sciences », à Marseille dans le laboratoire de neurophysiologie du cerveau, à Montpellier pour comparer l’histoire des mathématiques à celle de la médecine, ailleurs encore.

Au fil du temps, nous avons partagé des travaux et des indignations, des déceptions et des espérances, des amitiés aussi : Michèle Garabédian, Pierre Lardet, Kapil Raj, plus récemment Christian Jacob pour sa grande entreprise des Lieux de savoir à laquelle vous vous étiez associée avec plaisir, avec perspicacité et efficacité, comme d’habitude. Quand vous êtes entrée dans la maladie, vous disiez à vos amis en riant que c’était pour continuer à étudier la clinique sur ses deux faces.


Contre le cancer récurrent, vous vous êtes battue pendant plusieurs années avec courage, avec lucidité, sans illusion, sans plainte et sans pathos. Dans l’intervalle des chimiothérapies et autres traitements épuisants, vous vous remettiez, vaille que vaille, au travail, pour avancer ce livre sur la découverte de l’insuline qui vous tenait à cœur. En novembre, j’ai lu, à votre place, un fragment de ce travail au colloque de Christian Jacob : la grève des transports qui paralysait la ville vous avait empêchée de venir jusqu’à l’INHA. Mais vous aviez été heureuse de l’accueil reçu par votre texte, des commentaires et des questions que Geoffrey Lloyd et Claire Salomon-Bayet avaient formulés.


(Extrait du texte écrit par Luce Giard pour les obsèques à l’Église Saint-Médard, Paris 5e, le 27 mars 2008, reproduit avec son autorisation.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *