Faire corps, faire lieu (1) Un manifeste historiographique ?

Travail réalisé par Lucie Le Moine, dans le cadre du séminaire Introduction à la philosophie, à la sociologie et à l’histoire des sciences du centre Alexandre Koyré (Master Histoire des Sciences, Technologies et Société, EHESS)

Comme Christian Jacob dans son introduction au premier tome de l’ouvrage les Lieux de savoir, je vais débuter par la phrase de Michel de Certeau : « toute recherche historiographique s’articule sur un lieu de production socio-économique, politique et culturel. »

C’est en effet le constat partagé par la soixantaine d’auteurs ayant participé au projet.

Cette série, de 4 tomes, dont deux sont parus, a pour objet le savoir en construction. Le réseau international de chercheur mobilisé pour le projet entend renouveler les disciplines de l’histoire des savoirs et de l’anthropologie des savoirs, en étant attentif à la dimension sociale des pratiques. On assiste à un déplacement de l’histoire vers l’anthropologie.

Il faut repenser le concept de savoir. Les savoirs sont en effet des énoncés, pour lesquels il existe à un moment donné dans une société donné, un consensus, parmi un groupe d’acteur donné. Ce consensus est une variable culturelle. Les régimes de vérité peuvent différer.

Ce tome 1 consacré aux Espaces & Communautés cherche à répondre à la question : « Comment les savoirs en viennent-ils à faire corps et à « faire lieu », à être partagés dans des collectifs, à organiser des territoires, à circuler dans des réseaux ? ». L’introduction présente ainsi les bases théoriques de ce tome, et n’est pas générale à l’ensemble des tomes à paraître. Une introduction générale aurait donné l’impression d’un  projet fixé et définitif, alors qu’au contraire la réflexion est constante.

Selon moi, cette introduction fait aussi office de « manifeste » ; c’est la présentation d’un projet original de grande ampleur, qui entend redéfinir une discipline. Il faut lui donner une assise. Il s’agit de montrer les enjeux d’un tel projet, afin qu’il fasse date. Les bases théoriques exposées permettent aussi de rendre le projet crédible. Ceci explique l’enthousiasme de certaines parties : « Les Lieux de savoir visent moins à constituer une somme qu’à ouvrir une voie : les praticiens de la recherche sont appelés à unir leurs forces et leurs ressources pour construire dans toute leur complexité théorique les objets et les problèmes qu’ils rencontrent dans leurs champs respectifs, et ce en associant l’approche comparatiste à l’ouverture interdisciplinaire. »

(Lucie Le Moine)


Une réflexion au sujet de « Faire corps, faire lieu (1) Un manifeste historiographique ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *