Faire corps, faire lieu (2) Repères

Travail réalisé par Lucie Le Moine, dans le cadre du séminaire Introduction à la philosophie, à la sociologie et à l’histoire des sciences du centre Alexandre Koyré (Master Histoire des Sciences, Technologies et Société, EHESS)

Dans ce livre laboratoire, Christian Jacob se réclame du « braconnage intellectuel », notion empruntée à Michel de Certeau, qui consiste à considérer les consommateurs du savoir comme des braconniers, capables de recomposer à leur façon les textes qu’ils lisent.

Le livre est donc construit comme un « livre bibliothèque », avec des entrées thématiques. La lecture n’est pas forcément linéaire, l’agencement permettant de lire les chapitres dans l’ordre voulu par le lecteur, sans manque de cohérence. « De multiples parcours sont possibles ».

Il n’y a en effet pas de problématique globale définie au préalable, qui créerait un biais dans la réflexion des auteurs. Les contributeurs doivent dans leur article penser la question « comment des savoirs en viennent-ils à faire corps et à faire lieu ? ». Il s’agit donc d’un ensemble d’études de cas, qui, reliées entre elles, permettent de dégager des points communs et des différences dans le travail savant.

Il est donc  proposé une méthode comparative, associée à une ouverture interdisciplinaire, pour dégager ce que différents savoirs ont –ou pas- en commun. Le projet est de  « s’intéresser au pluriel des savoirs et des croyances, sans perdre de vue l’unité fondamentale des cultures humaines par delà le bouillonnement de leurs transformations. »

Il n’y a pas le souhait d’une universalité.

 

            L’héritage de cette entreprise partagée

Christian Jacob en appelle dans son introduction à des figures importantes du monde académique, à ce qu’il nomme les « quatre points cardinaux », l’héritage théorique du projet. Cela lui permet d’enraciner le projet dans le monde académique, de lui conférer de la légitimité.

Ces repères lui permettent d’appuyer l’idée selon laquelle les communautés inscrivent les savoirs dans un espace politique, avec des rapports de pouvoir, des règles propres au travail collectif. Les savoirs sont un lien social. Il soutient également dans son projet le fait que les savoirs permettent l’inscription territoriale, sont « le produit et le principe organisateur de configurations spatiales ».

Sans fermer le cadre d’analyse du projet des Lieux et savoirs, il présente les inspirations du collectif :

–       Anselm Strauss, sociologue interactionniste américain, avec son modèle des « mondes sociaux », qui permet de prendre en compte tous les acteurs qui participent à la création du savoir (dont les libraires, les imprimeurs,…)

–       L’anthropologie historique des pratiques sociales : Erwin Goffman & Edward Hall. Étude des interactions interpersonnelles au sein de la communauté. Autoreprésentation de cette même communauté.

–       Bourdieu : Concernant la construction des positions dans les mondes savants. Pour aborder la constitution du champ académique, de « l’habitus universitaire », des dynamiques d’exclusion,…

Dernier point : Plutôt une problématique, celle de l’inscription spatiale des savoirs. Un espace d’interaction, avec l’émergence de lieux dédiés, qui induit des dynamiques de savoir : zones d’influence, circulation,…

Ces approches sont un moyen de poser des questions. Il s’agit plus d’une ouverture à la réflexion que d’une grille d’analyse à appliquer.

(Lucie Lemoine)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *