Des livres, des voix


Les Lieux de savoir sont un voyage au long cours. Chaque auteur y contribue selon sa vision du projet ; certains lecteurs s’y plongeront dès la publication des volumes ; d’autres les découvriront sur des étagères publiques ou personnelles, sur les pages d’un site ou par les messages d’un réseau social. Ce sont évidemment des livres qui ont le temps de mûrir dans les bibliothèques et dans les esprits1.

Le projet fait néanmoins partie de l’actualité, au sens le plus courant et médiatique du terme. Si ce carnet recueille une partie des échos que la série a rencontrés et rencontre en ce moment, la réception de ces ouvrages collectifs ne se limite pas aux comptes rendus publiés. Elle est également faite de séminaires, de conférences et de présentations dans des colloques ou dans des librairies. Réactions, annonces et liens seront bienvenus : n’hésitez pas à signaler ici les événements de la vie des Lieux de savoir dont vous avez connaissance !

Sous la catégorie À écouter…, nous indiquons les programmes de radio qui accompagnent la parution des Mains de l’intellect. À ce jour, ce sont des émissions de France Culture et de France Inter, que vous pouvez écouter pendant un mois après leur diffusion à l’antenne. La radio est donc encore un lieu de savoir – parole d’internaute ! – et ce qui se dit n’est jamais exactement ce qui s’écrit.

Dans les deux premiers volumes, l’oreille a peut-être une présence plus discrète que l’œil et la main. En attendant que le troisième volume, qui sera consacré aux traditions et aux transmissions, insiste sur son rôle dans les pratiques savantes, pourquoi ne pas suivre le fil de l’oralité dans les Lieux de savoir ?


  1. L’histoire des savoirs est souvent celle de la « longue traîne » des productions culturelles (voir l’article publié par Chris Anderson en 2004 et cette mise en contexte de l’expression). []

Au fil des Lieux de savoir : les technologies numériques

 

Les deux premiers volumes de la série traitent fréquemment de l’usage des technologies informatiques, car elles transforment les structures de production et de communication des savoirs.

Ainsi, le lecteur trouvera de nombreuses synthèses ou études de cas portant sur le présent et le futur proche de diverses sciences, qu’elles soient dites exactes, appliquées ou humaines, depuis la bio-informatique jusqu’aux humanités numériques.

Lieux de savoir 1. Espaces et communautés, 2007

  • La bibliothèque multimédia contemporaine (Michel Melot)
  • Les collections dans “l’âge de l’accès” : le consortium Couperin et la documentation électronique (François Cavalier)
  • Collectionner ou expérimenter ? Les bases de données bio-informatiques dans les sciences du vivant (Bruno J. Strasser)
  • Structures et pratiques du savoir à distance : le cas de l’exploration robotique de Mars (Emmanuel Benazera et Nicolas Meuleau)
  • Géographie de l’Internet (Éric Guichard)
  • De la plume d’oie à la souris : la recherche en réseaux (Véréna Paravel)

Lieux de savoir 2. Les mains de l’intellect, 2011

  • Tables de travail informatiques : de l’écran graphique au papier interactif (Michel Beaudouin-Lafon)
  • Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée (Marin Dacos et Pierre Mounier)
  • La structuration des documents électroniques (Hervé Déjean)
  • Manier le thésaurus grec (Aurélien Berra)

Trames et thèmes : au fil des Lieux de savoir

 

Les Lieux de savoir n’ont pas adopté le format typique des ouvrages encyclopédiques. C’est l’un des choix fondamentaux du projet. En effet, sa dimension exploratoire repose notamment sur le refus d’une division en périodes historiques, en aires géographiques ou en domaines culturels. Outre la conversation silencieuse des articles entre eux et avec le lecteur1, chaque section est introduite par un « texte d’articulation ». À ce second niveau, un nouvel auteur propose un dialogue d’une autre sorte : à partir de ses propres intérêts et travaux, il offre un point de vue sur les trois, quatre ou cinq articles qui composent la section.

Cette structure correspond à une volonté de décloisonnement disciplinaire et d’ouverture intellectuelle. Au lecteur de choisir son parcours à l’intérieur des Lieux de savoir et sur les sentiers qu’ils indiquent, en suivant le fil des références ou en imaginant de futures orientations de recherche. Une telle modularité peut également suggérer d’autres projets liés à la série des volumes imprimés, qu’il s’agisse de continuations, de configurations inédites ou de réinventions sur de nouveaux supports.

C’est pourquoi il paraît intéressant de faire ressortir sur ce site certaines lignes de force. Elles sont le produit d’une intelligence collective, celle des nombreuses personnes qui ont conçu l’architecture de ces livres, l’ont remaniée vingt fois et l’ont réalisée en donnant leur interprétation d’un protocole d’écriture. Dans le détail, elles sont aussi, évidemment, le fruit du hasard des lectures, des rencontres et des réseaux. Une catégorie du carnet permettra de rassembler ces « fils thématiques ».

Nous déroulerons un premier fil dans le prochain billet…

  1. Marin Dacos et Pierre Mounier évoquent la « conversation silencieuse qui se noue entre l’auteur [d’un carnet] et ses lecteurs », à propos de la partie invisible de la communication en ligne : cette fréquentation parfois assidue dont, le plus souvent, les commentaires, les liens et les rétroliens n’offrent pas de trace (« Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », Lieux de savoir 2, p. 348 ; voir également cet autre texte). L’expression me sert ici à désigner, plus largement, l’effet comparatiste que produit chaque lecture. []