Savoir et science dans les bibliothèques (François Dingremont)

François Dingremont travaille dans une grande bibliothèque universitaire parisienne comme magasinier. Il est aussi helléniste, docteur, et il est l’un des participants actifs de mon séminaire à l’Ehess cette année. Avec son accord, je reproduis ici un texte qu’il m’a adressé suite à mon séminaire du 29 novembre 2012. Commentaires et réactions sont bienvenus !

——–

La salle de lecture de l’Université de Graz (Wikimedia Commons)

Suite au séminaire du 29 Novembre, je me permets quelques remarques sur les relations entre savoir et science dans le cadre de la gestion des bibliothèques publiques offrant un libre-accès à leurs collections. Ce n’est pas à travers le regard du conservateur que je voudrais aborder la question de la classification des ouvrages, mais à travers celui du magasinier. Voici la définition de ce métier tel qu’il est proposé sur les fiches/métier des éditions Vuibert :

Le métier

Les magasiniers des bibliothèques accueillent, informent et orientent le public. Ils participent au classement et à la conservation des collections de toute nature en vue de leur consultation sur place et à distance.

 Missions

Ils assurent l’équipement et l’entretien matériel des collections ainsi que celui des rayonnages. Ils veillent à la sécurité des personnes ainsi qu’à la sauvegarde et à la diffusion des documents. Ils effectuent les tâches de manutention nécessaires à l’exécution du service.

Le magasinier est non seulement au contact des ouvrages, mais aussi de ses utilisateurs, il est le premier observateur des mobilités (livres, collections, lecteurs) au sein des lieux de savoir que sont les bibliothèques. J’ajouterai qu’il est aussi aux premières loges pour assister à ce qui peut prendre la forme d’un antagonisme entre une certaine rigidité scientifique des systèmes de classification et la souplesse du savoir.

De quoi s’agit-il concrètement ? Etant moi-même magasinier, une des tâches qui m’est confiée depuis quelque temps consiste à finaliser le travail de recotation du fonds documentaire de ma bibliothèque en changeant les cotes inscrites sur les ouvrages. La cotation consiste à attribuer au document une marque (la cote) définissant sa place dans la bibliothèque. La cote est l’adresse du document dans la bibliothèque. Dans les projets de la bibliothèque universitaire à laquelle j’appartiens, il y a en effet celui de recoter les collections afin qu’elles deviennent homogènes, certains fonds n’ayant pas été cotés avec le même système de classification. Celui choisi dans cette reconfiguration a été élaborée par Melvil Dewey : voici sa présentation via wikipédia :

« Selon J. Chabih, Paris, la classification décimale de Dewey (CDD), du nom de son inventeur en 1876, le bibliographe américain Melvil Dewey, est un système de répartition pluridisciplinaire à vocation universelle visant à distribuer par classes, par catégories, par indices l’ensemble du savoir humain à l’intérieur d’une bibliothèque (livres, périodiques, encyclopédies) : les dix classes retenues par la classification de Dewey correspondent à neuf disciplines fondamentales : philosophie, religion, sciences sociales, langues, sciences pures, techniques, beaux-arts et loisirs, littératures, géographie et histoire, auxquelles s’ajoute une classe « généralités ». Toutefois, centrée sur l’état d’esprit d’une période historiquement, géographiquement et culturellement déterminée (fin du XIXe siècle aux États-Unis d’Amérique et d’influence anglo-américaine), la classification de Dewey n’a pas pu résister à l’évolution de l’Histoire, du monde et des connaissances ce qui a conduit à sa complémentation, puis son perfectionnement par d’autres modes de classement, notamment la classification décimale universelle (CDU), un système dérivé élaboré par Henri La Fontaine et Paul Otlet. »

Etrangement, la tendance actuelle va à l’inverse de ce qui est indiqué en conclusion de cet article. Ainsi, dans ma bibliothèque nous abandonnons la CDU pourtant plus récente pour un retour à la Dewey. Les raisons de ce bouleversement m’échappent et m’étonnent, c’est de cela dont je voudrais témoigner.

Comme le montre l’article de wikipédia cité plus haut, la nomenclature de Dewey est largement critiquable : la terminologie employée est très étrange : qu’est-ce qu’une science pure, y aurait-il des sciences contaminées, voire datées, comme les Beaux-arts ?

Certaines bibliothèques choisissent une version simplifiée de cette classification, il serait en effet erroné de présenter ce système comme immuable, inviolable, dans le quotidien des politiques documentaires, il est régulièrement adapté afin de mieux correspondre à la vie de la bibliothèque. Depuis 1988, la classification de Dewey est un nom déposé par Online Computer Library Center (OCLC) qui a acheté les droits à la Forest Press Foundation, créée par Melvil Dewey pour poursuivre son œuvre. Nous en sommes à la 22ème version d’un ensemble qui se veut précis et  adapté. A quoi prétend-il être adapté ? On pourrait s’attendre à ce que la réponse soit : au livre, à la bibliothèque, au lecteur et au savoir. Les choses sont présentées différemment, pour indice le remarque suivante, prise dans un cours d’indexation  élaboré par le centre de formations aux carrières (avant on disait métiers) des bibliothèques/ Médiadix : « Cette classification est désormais un critère de recherche reconnu par certains moteurs de recherches sur le WEB. WebDewey est la version internet de la base de données de la CDD, elle permet d’explorer de manière intuitive des milliers de termes et d’indices. La CDD a par ailleurs été intégrée dans tous les formats de catalogage MARC. » (source : http://mediadix.u-paris10.fr/cours/Indexation/200Dewey.htm). Il y aurait beaucoup de remarques à faire concernant ce mode de justification de l’utilisation de la Dewey. Si l’on comprend l’intérêt pour les professionnels, on saisit mal, dans l’argumentation, les avantages pour le livre, les bibliothèques, les lecteurs et le savoir en général. Celui mercantile d’OCLC, producteur de WebDewey, lui, est en revanche bien visible. Mais tel n’est pas notre propos. Pour résumer les autres arguments en faveur de la Dewey, ils tendent tous vers un poncif de la pensée unique, à savoir l’adaptation au monde actuel. Cette adaptabilité est tout à fait discutable, je me propose d’en faire l’analyse et la critique, à travers le récit du quotidien d’un magasinier.

En tant que magasinier, j’ai en charge l’entretien d’un fonds spécialisé couvrant les productions d’une aire géographique recoupant le Moyen-orient et le Maghreb. Nombre d’ouvrages sont dans des langues dont l’alphabet n’est pas latin, mais arabe ou hébraïque, ce qui pose un problème de translittération des alphabets lors du catalogage des notices bibliographiques. Il a fallu de longues années pour qu’un système multi-écriture se mette en place. Les notices sont maintenant consultables non seulement avec des caractères translittérés en alphabet latin, mais aussi avec les caractères (arabes ou hébreux, pour mon cas) de la langue de l’ouvrage. L’opération malheureusement n’est pas pleinement efficace puisque les postes informatiques de consultation du catalogue ne permettent pas de saisie dans un autre alphabet que celui latin (le seul recours est le clavier visuel).  Mais revenons au souci du magasinier, à savoir le rondage, c’est-à-dire la pose sur le document de l’étiquette contenant la côté. En effet, le  passage de la CDU à la Dewey a profondément modifié la physionomie de certaines côtes : ainsi le livre d’André Miquel : L’Islam et sa civilisation. En CDU voici sa cote : 930 MIQ et la voilà en Dewey : 297.09 MIQ. On note un accroissement des indices. Il s’amplifie dans sa traduction, notamment en arabe : 909.049.27 MIQ, de 6  indices (930 MIQ) on passe à 13. Le cas est le même pour la littérature.  Un  roman en arabe de ‘Abd al-Rahman Munif avait la cote suivante dans le système CDU : 892.7 «19 » MUN, maintenant avec la Dewey cela donne : JO 892.7 /4 MUN bay, de 12 indices on passe à 15. Les indices décimaux étant moins fournis pour la littérature non occidentale, on leur affecte un marquage non plus numérique mais alphabétique, Munif est un romancier jordanien d’où la présence au début de la cote des lettres JO signifiant son appartenance à une littérature envisagée sur le critère national (on pense à la façon dont un écrivain comme Gombrowicz réagirait au fait de voir apparaitre un PL dans la côte de ses romans, lui qui n’a cessé d’ironiser sur la prétention nationale de la littérature polonaise). Mon impression est qu’avec les chiffres utilisés précédemment se diluait cette coloration nationale.

Résumons donc : pour les ouvrages ne relevant pas d’un domaine du savoir occidental, les cotes seront donc nettement plus longues. L’argument souvent invoqué est le suivant : plus la cote est longue, plus elle est précise. Mais cette enflure n’est pas sans poser problème quant au mouvement, à la vie des livres et des lecteurs. Comment faire en sorte avec une telle longueur de cote pour que l’étiquette collée sur la tranche du livre soit encore lisible ? Comment ranger les ouvrages si sur la tranche n’est visible qu’une partie de la côte ? Comment le lecteur d’une bibliothèque dont le fonds est en libre-accès pourra-t-il retrouver son livre dans cette configuration avec une cote à demi-visible ? On peut deviner qu’avec ce système hyper précis, tout ouvrage qui n’est pas à son unique place est définitivement introuvable. Le mouvement des livres, son appropriation par les lecteurs s’en trouvent passablement compliqués.

Christian Jacob nous rappelait l’anecdote où André Miquel considérait qu’un ouvrage non communicable n’a plus sa place dans une collection. On peut craindre que ce système de cotation qui certes flatte la science de la classification ne rende la consultation des ouvrages extrêmement ardue.

La nature exponentielle des indices de la cote se retrouve-t-elle dans les autres fonds documentaires ? Oui et non. Oui pour tout ce qui n’est pas écrit en langue européenne et ne pénètre pas dans une nomenclature des disciplines vaguement inspirée de la structuration des savoirs du philosophe anglais du 17ème siècle Francis Bacon, et non pour le reste.

Autre point à relever, ce que l’on pourrait presque appeler un christiano-centrisme ainsi cette liste de cotes concernant le domaine de la religion :

200Religion
210Philosophie et théorie de la religion
220 Bible
230Christianisme Théologie chrétienne
240 Théologie morale et spirituelle chrétiennes
250 Églises locales et ordres religieux chrétiens
260 Théologie chrétienne et société et ecclésiologie
270 Histoire du christianisme et de l’Église
280 Confessions et sectes chrétiennes
290 Religions comparées et autres religions

Résumons : Large éventail de cotes pour la religion chrétienne et petit périmètre pour toutes les autres (290), et surtout nette séparation. Pour rester dans le domaine religieux, je note la perle suivante : un simple : 232 pour « Jésus et sa famille » (je n’invente rien), facile à inscrire sur l’étiquette collé sur l’ouvrage, et un long et compliqué : 297.122 6 pour « Coran : Interprétation et critique ». A noter qu’il sera infiniment plus simple de trouver dans les rayonnages un livre (s’il en existe) sur « Jésus et sa famille » que sur « Coran : Interprétation et critique ».

Il me semble qu’une critique de l’esprit de la classification Dewey n’a pas encore été faite, entouré qu’il pourrait être du prestige de l’idéal scientifique de la précision. On ne compte plus le nombre de stages proposés par les organismes de formation (type Médiadix) sur ce système sans qu’à aucun moment une forme d’approche critique soit esquissée, le document le plus audacieux pourrait être celui là : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1523 (voir en annexe, p.6, le tableau de comparaison des avantages et des inconvénients de la Classification de la Library of Congress et de la Classification Décimale Dewey) qu’on préférera à cette assertion prise sur un cours en ligne de Médiadix : «  Les raisons d’un succès : Utilisée dans grand nombre de bibliothèques, la CDD a réussi le pari d’être toujours en symbiose avec la société », in. http://mediadix.u-paris10.fr/cours/Indexation/&siteIndex.htm#. Visiblement les promoteurs de la Dewey assurent le service minimum en termes de persuasion savante.

En conclusion, encore un écho de l’actualité de ce débat, je cite le Bulletin des bibliothèques de France 2012, texte 57, n°1 (article d’Annie Béthery) évoquant les modifications apportées à la Dewey pour la 21ème édition :

« Des aménagements récents

Un tournant a donc été pris pour la préparation de la 21e édition, sous la direction de Joan S. Mitchell : « Une de nos préoccupations continuelles est d’accorder une attention particulière aux usagers du monde entier et aux collections qui comprennent des ouvrages de traditions non chrétiennes et non occidentales », lit-on dans la préface. Les changements majeurs sont les suivants :

– Les indices 201 à 209, qui correspondaient auparavant aux généralités du christianisme (philosophie et théorie, dictionnaires, publications en série, organisations, histoire et géographie) ont été libérés et transférés aux subdivisions pertinentes sous 230-270.

– 296 (judaïsme) et 297 (islam) ont été révisés et développés ; en outre, pour classer avec le judaïsme les bibles hébraïques, a été prévu un indice optionnel, 296.11 (au lieu de 221) avec les divisions subséquentes, le Talmud étant à 296.

Autre option concernant les religions non chrétiennes : si l’on souhaite, en lieu et place du christianisme, mettre en évidence une autre religion, on peut attribuer à celle-ci les divisions 230 à 280, ses sources, les textes sacrés étant à 220, à la place de la Bible ; on classera dans ce cas le christianisme et la Bible à 298, indice vacant de façon permanente pour permettre cette opération ; d’autres options, moins intéressantes nous semble-t-il, sont d’ailleurs prévues à cet effet.

Ces nouvelles dispositions sont certes les bienvenues, mais on ne peut dire qu’elles changent fondamentalement l’architecture de la classe 200. Il s’agit toutefois, dit Joan S. Mitchell dans sa préface à la 21e édition (p. XXIII), « d’un projet pour diminuer la place prépondérante accordée au christianisme, changement qui se fera au cours de plusieurs éditions ». La 22e édition annoncée doit d’ailleurs poursuivre dans cette direction.

Reste néanmoins ce constat : qu’il s’agisse de l’anglais ou du français, l’intérêt des éditeurs et du public se porte très majoritairement sur le domaine chrétien, concernant souvent des sujets très pointus, alors que, pour les religions dites « autres », les publications sont beaucoup moins nombreuses et moins spécialisées. Ainsi, dans les livres disponibles en 2002, la religion occupe 180 pages, sur lesquelles on compte 10 pages pour les parties Généralités, Religion naturelle et Religion comparée, 12 pour le judaïsme et l’islam, 11 pour le bouddhisme, et 30 pour la mythologie, les religions africaines, scandinaves : plus de 130 pages sont donc consacrées au christianisme (encombrées certes de textes de menue importance publiés par des éditeurs très confidentiels). Mais il faut bien constater que, si le christianisme occupe « une place prépondérante » dans la CDD, cette place prépondérante existe également dans la production éditoriale, en matière de religion.

Certes, dans ce domaine, les choses ont depuis quelques décennies beaucoup évolué : l’islam, les religions d’origine orientale, notamment le bouddhisme, séduisent une partie de la population occidentale en mal ou en quête de spiritualité, les mouvements et le brassage des populations faisant le reste ; il est donc prévisible que les publications concernant ces autres religions iront en augmentant et en se spécialisant. » (c’est moi qui souligne…)

Le problème reste le même, les religions chrétiennes bénéficient toujours d’une plus grande visibilité, en l’occurrence des indices de cotes moins longs. Tout cela est franchement à méditer. Que dire de l’idée que l’intérêt pour les religions orientales viendrait d’un mal ou d’une quête de spiritualité : André Miquel apprécierait !!!

Le tableau des avantages et des inconvénients de la Dewey (CDD) comparés à ceux de la classification de la Library of Congress (LCC) :

 

Annexe : document tiré de http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1523    LCC=Library of Congress Classification

Ce qui me frappe dans ce tableau c’est l’intelligibilité des inconvénients formulés du coté d’une intelligence des savoirs face à une raison très technicienne vantant les avantages de la Dewey (CDD), (existence de CR-ROM). L’argument de son utilisation planétaire est souvent repris dans les plaidoyers en la faveur de la Dewey.

A méditer, donc.

François Dingremont

Séminaire 1. Savoir / Savoirs (8 Novembre 2012)

Les premières séances de mon séminaire, en cet automne 2012, proposent une introduction générale à l’anthropologie des savoirs, à partir du livre dont j’achève la rédaction, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? Elles me donnent l’occasion de récapituler mes hypothèses de travail et de les mettre en discussion auprès de mes auditeurs. L’intérêt des questions et des débats m’ont donné l’idée de prolonger chaque séance du séminaire sur ce carnet de recherche, en invitant mes auditeurs et mes lecteurs à poursuivre la discussion sous forme de commentaires écrits auxquels je répondrai, soit par l’écriture sur ce carnet même, soit oralement dans nos prochaines séances de travail.

Détail d’une calligraphie japonaise (collection personnelle)

Le séminaire du 8 Novembre 2012 m’a conduit à revenir sur la définition des savoirs, et sur le choix même de ce terme, qui englobe les sciences, mais aussi les savoirs lettrés, techniques, spirituels, techniques, juridiques, etc, ces différentes catégories relevant du reste de découpages culturels qui organisent, dans chaque société et à chaque époque historique, la carte des savoirs et des savoir faire. L’intérêt de ne pas poser d’emblée les découpages occidentaux contemporains permet d’observer les sphères d’action et de déplacements d’acteurs savants, traversant différents champs disciplinaires, différents champs de pratiques.

La définition englobante du savoir, comme champ d’activité et d’expérience constitutif des sociétés humaines, des groupes et individus qui les composent, conduit à historiciser les configurations particulières que nous pouvons observer à une époque et dans une culture données. Le modèle des sciences occidentales correspond à l’une de ces configurations. L’histoire des sciences européennes, depuis le XVIIe siècle, met certes en évidence un certain nombre de traits partagés par ces disciplines, laïcisation et mathématisation du monde, décentrement copernicien, nouveaux régimes d’autorité, exigences de la preuve expérimentale, usages d’instruments d’observation et de mesure, etc. Mais il nous semble utile, dans une première étape de l’enquête, de déconstruire la catégorie même de la science, pour mettre en évidence les multiples clivages entre les disciplines ainsi regroupées, les multiples facettes de l’activité scientifique, dans la pluralité de ses acteurs, de ses pratiques, de ses lieux d’exercice. Les sciences doivent entrer dans le cadre de l’histoire des savoirs, en se prêtant aux mêmes questionnements que les savoirs pratiques, lettrés ou spirituels.

La différence sans doute la plus nette entre une histoire des savoirs et une histoire des sciences est que la première ne projette pas sur les productions intellectuelles d’une époque, d’un milieu, voire d’un individu, un découpage a priori qui isolerait dans le continuum de pratiques et de savoirs ce qui relèverait des sciences, au sens moderne du terme. Il semble plus intéressant en effet d’appréhender la continuité, l’extension des savoirs selon des logiques spécifiques, ce qui rattache, par exemple, les traités de rhétorique, d’éthique, de métaphysique, de poétique et d’histoire politique d’Aristote à des projets que nous qualifierions de « scientifiques », tels les traités de zoologie, de météorologie ou de physique, ces étiquettes disciplinaires, du reste, ne recoupant pas exactement le sens que nous leur donnons aujourd’hui.

Considérer les sciences comme des savoirs parmi d’autres, dont les contours et le statut évoluent avec le temps, permet également d’éviter un point de vue téléologique et normatif où l’on projetterait sur le passé les partages contemporains entre vérité et erreur ainsi que les fondements épistémologiques de ce partage.

J’ai ensuite évoqué le clivage entre approche internaliste et approche externaliste dans l’histoire des sciences. La première veut éclairer les conditions d’émergence des théories, des découvertes, des connaissances en s’attachant aux contenus conceptuels et à leurs dynamiques plus qu’à leur contexte social et aux acteurs qui les ont produits. Dans ses formes les plus radicales, cette approche peut prendre la forme d’une histoire des idées abstraite, portée par la seule dynamique interne des disciplines. L’approche externaliste, en revanche, souligne l’ancrage des sciences dans une société, dans une culture, dans des institutions, dans une économie. Les sciences, comme toute forme d’activité humaine, ont une dimension sociale, elles sont le produit de négociations, de conflits, de collaborations entre acteurs humains et non-humains, individuels et collectifs.

Cette approche externaliste, suivie en particulier par la sociologie des sciences, permet de faire des savoirs des objets interdisciplinaires et complexes, où se croisent les dimensions intellectuelle, technique, sociale, politique et économique. Elle enrichit la compréhension et l’analyse des formes de pensée, de l’outillage conceptuel et matériel propre à un savoir particulier, puisqu’elle permet de les situer dans un contexte historique précis, dans une société, dans des milieux de production et de réception des savoirs.

Le projet des Lieux de savoir renonce à une définition normative et européocentrique de la science pour déployer le champ plus vaste des savoirs sur la longue durée historique et dans la pluralité culturelle. Il ne hiérarchise pas les savoirs a priori en fonction d’une axiologie située, ce qui, toutefois, ne conduit pas au relativisme, mais invite à aborder les différences de statut et de valeur comme des constructions culturelles et historiques. Il se situe dans le sillage de l’approche externaliste, mais tente néanmoins d’échapper à l’opposition entre internaliste et externaliste: je propose en effet de mettre au premier plan de l’enquête les pratiques de production des savoirs, pratiques intellectuelles, discursives, techniques et sociales.

Il me faut peut-être à ce stade proposer une définition des savoirs: j ’entends par « savoirs » l’ensemble des procédures mentales, discursives, techniques et sociales par lesquelles une société, les groupes et les individus qui la composent, donnent sens au monde qui les entoure et se donnent les moyens d’agir sur lui ou d’interagir avec lui. Ces procédures concernent aussi bien le monde visible que le monde invisible, le monde matériel comme le monde immatériel, le monde naturel et humain, le monde du vivant et de l’inerte, ces différentes oppositions étant elles-mêmes par ailleurs le produit des savoirs de l’homme occidental contemporain. L’une des caractéristiques des savoirs, par ailleurs, est leur réflexivité, puisqu’ils peuvent se donner comme objet leur propre statut comme les acteurs qui les produisent.

Je définis ainsi les savoirs par les fonctions qu’ils remplissent dans toute société humaine et par les pratiques qui les produisent, les matérialisent et les font circuler plus que par leurs contenus. Je mets donc au premier plan la dimension sociale et culturelle des savoirs, puisque les individus qui les pratiquent comme les artefacts qui les matérisent se voient reconnaître une autorité, un statut particuliers, cette autorité et ce statut pouvant entrer en conflit avec ceux d’autres savoirs dans une même société.

L’histoire et l’anthropologie des savoirs sont donc intéressées par la dimension sociale des savoirs, c’est-à-dire par les normes qui organisent leur production et leur matérialisation, par leur nature partagée, par les interactions qu’ils rendent possibles dans une société, par les effets produits sur cette société, par leurs dynamiques de circulation, de mise en œuvre et de transmission.

La dernière question discutée dans ce séminaire revient sur les rapports entre savoir (au singulier) et savoirs (au pluriel). La définition « fonctionnaliste » que j’ai proposée met l’accent sur la performativité des savoirs,  elle les définit par leur efficacité sur différentes composantes du monde où ils sont acquis, appliqués et partagés. De ce point de vue, la catégorie du savoir englobe de nombreuses subdivisions, savoirs spirituels, techniques, pratiques, artistiques, scientifiques, lettrés, et le découpage comme la hiérarchie de ces sections varient selon les sociétés et les cultures. Poser l’existence d’un champ unitaire et englobant, c’est choisir un niveau d’analyse où l’on n’a pas à projeter sur le champ culturel observé les découpages internes et les hiérarchies qui nous sont familiers (savoir théorique vs pratique, savoir savant vs savoir populaire, savoir scientifique vs savoir lettré, etc.) : cette reconfiguration, en revanche, doit permettre d’observer des découpages spécifiques autant que des marges de recouvrement, des continuités autant que des ruptures.  Chaque culture, chaque époque a ainsi sa propre carte des savoirs, une typologie et une hiérarchie spécifiques qui en gouverne la diffusion sociale.

Faire corps, faire lieu (1) Un manifeste historiographique ?

Travail réalisé par Lucie Le Moine, dans le cadre du séminaire Introduction à la philosophie, à la sociologie et à l’histoire des sciences du centre Alexandre Koyré (Master Histoire des Sciences, Technologies et Société, EHESS)

Comme Christian Jacob dans son introduction au premier tome de l’ouvrage les Lieux de savoir, je vais débuter par la phrase de Michel de Certeau : « toute recherche historiographique s’articule sur un lieu de production socio-économique, politique et culturel. »

C’est en effet le constat partagé par la soixantaine d’auteurs ayant participé au projet.

Cette série, de 4 tomes, dont deux sont parus, a pour objet le savoir en construction. Le réseau international de chercheur mobilisé pour le projet entend renouveler les disciplines de l’histoire des savoirs et de l’anthropologie des savoirs, en étant attentif à la dimension sociale des pratiques. On assiste à un déplacement de l’histoire vers l’anthropologie.

Il faut repenser le concept de savoir. Les savoirs sont en effet des énoncés, pour lesquels il existe à un moment donné dans une société donné, un consensus, parmi un groupe d’acteur donné. Ce consensus est une variable culturelle. Les régimes de vérité peuvent différer.

Ce tome 1 consacré aux Espaces & Communautés cherche à répondre à la question : « Comment les savoirs en viennent-ils à faire corps et à « faire lieu », à être partagés dans des collectifs, à organiser des territoires, à circuler dans des réseaux ? ». L’introduction présente ainsi les bases théoriques de ce tome, et n’est pas générale à l’ensemble des tomes à paraître. Une introduction générale aurait donné l’impression d’un  projet fixé et définitif, alors qu’au contraire la réflexion est constante.

Selon moi, cette introduction fait aussi office de « manifeste » ; c’est la présentation d’un projet original de grande ampleur, qui entend redéfinir une discipline. Il faut lui donner une assise. Il s’agit de montrer les enjeux d’un tel projet, afin qu’il fasse date. Les bases théoriques exposées permettent aussi de rendre le projet crédible. Ceci explique l’enthousiasme de certaines parties : « Les Lieux de savoir visent moins à constituer une somme qu’à ouvrir une voie : les praticiens de la recherche sont appelés à unir leurs forces et leurs ressources pour construire dans toute leur complexité théorique les objets et les problèmes qu’ils rencontrent dans leurs champs respectifs, et ce en associant l’approche comparatiste à l’ouverture interdisciplinaire. »

(Lucie Le Moine)

Faire corps, faire lieu (2) Repères

Travail réalisé par Lucie Le Moine, dans le cadre du séminaire Introduction à la philosophie, à la sociologie et à l’histoire des sciences du centre Alexandre Koyré (Master Histoire des Sciences, Technologies et Société, EHESS)

Dans ce livre laboratoire, Christian Jacob se réclame du « braconnage intellectuel », notion empruntée à Michel de Certeau, qui consiste à considérer les consommateurs du savoir comme des braconniers, capables de recomposer à leur façon les textes qu’ils lisent.

Le livre est donc construit comme un « livre bibliothèque », avec des entrées thématiques. La lecture n’est pas forcément linéaire, l’agencement permettant de lire les chapitres dans l’ordre voulu par le lecteur, sans manque de cohérence. « De multiples parcours sont possibles ».

Il n’y a en effet pas de problématique globale définie au préalable, qui créerait un biais dans la réflexion des auteurs. Les contributeurs doivent dans leur article penser la question « comment des savoirs en viennent-ils à faire corps et à faire lieu ? ». Il s’agit donc d’un ensemble d’études de cas, qui, reliées entre elles, permettent de dégager des points communs et des différences dans le travail savant.

Il est donc  proposé une méthode comparative, associée à une ouverture interdisciplinaire, pour dégager ce que différents savoirs ont –ou pas- en commun. Le projet est de  « s’intéresser au pluriel des savoirs et des croyances, sans perdre de vue l’unité fondamentale des cultures humaines par delà le bouillonnement de leurs transformations. »

Il n’y a pas le souhait d’une universalité.

 

            L’héritage de cette entreprise partagée

Christian Jacob en appelle dans son introduction à des figures importantes du monde académique, à ce qu’il nomme les « quatre points cardinaux », l’héritage théorique du projet. Cela lui permet d’enraciner le projet dans le monde académique, de lui conférer de la légitimité.

Ces repères lui permettent d’appuyer l’idée selon laquelle les communautés inscrivent les savoirs dans un espace politique, avec des rapports de pouvoir, des règles propres au travail collectif. Les savoirs sont un lien social. Il soutient également dans son projet le fait que les savoirs permettent l’inscription territoriale, sont « le produit et le principe organisateur de configurations spatiales ».

Sans fermer le cadre d’analyse du projet des Lieux et savoirs, il présente les inspirations du collectif :

–       Anselm Strauss, sociologue interactionniste américain, avec son modèle des « mondes sociaux », qui permet de prendre en compte tous les acteurs qui participent à la création du savoir (dont les libraires, les imprimeurs,…)

–       L’anthropologie historique des pratiques sociales : Erwin Goffman & Edward Hall. Étude des interactions interpersonnelles au sein de la communauté. Autoreprésentation de cette même communauté.

–       Bourdieu : Concernant la construction des positions dans les mondes savants. Pour aborder la constitution du champ académique, de « l’habitus universitaire », des dynamiques d’exclusion,…

Dernier point : Plutôt une problématique, celle de l’inscription spatiale des savoirs. Un espace d’interaction, avec l’émergence de lieux dédiés, qui induit des dynamiques de savoir : zones d’influence, circulation,…

Ces approches sont un moyen de poser des questions. Il s’agit plus d’une ouverture à la réflexion que d’une grille d’analyse à appliquer.

(Lucie Lemoine)

 

Faire corps, faire lieu (3). Angles d’attaque

Travail réalisé par Lucie Le Moine, dans le cadre du séminaire Introduction à la philosophie, à la sociologie et à l’histoire des sciences du centre Alexandre Koyré (Master Histoire des Sciences, Technologies et Société, EHESS)

 

Christian Jacob expose les quatre étapes, les quatre chapitres de l’ouvrage. Pour chacune de ces étapes, Les Lieux de savoir présente des études de cas, qui ont valeur d’exemples, qui sont situées dans « un temps historique et un espace culturel donné ».

            Communautés & institutions

Dans cette partie, l’accent est mis sur la constitution et l’organisation des collectifs savants : manières d’entrer dans une communauté de savants, façons d’y vivre, valeurs et règles à respecter, qui valident le nouveau statut social du savant, institutionnalisation d’une communauté,…

Pour faire corps, il faut avoir la maitrise d’un savoir-être, il existe donc des modèles.

Parmi les études de cas exposées, on trouve la formalité des examens universitaires au centre du recrutement massif des élites administratives de la Chine impériale (Benjamin Elman).

            Lieux du travail savant

Il s’agit des espaces où le savoir et l’espace exercent  l’un sur l’autre une influence réciproque.

Le contenu savant n’est pas l’aspect qui importe dans cet ouvrage. L’aspect important est l’allure du savoir, qui influe sur la représentation et l’autoreprésentation de l’activité savante.

Si certaines pratiques savantes nécessitent des lieux adaptés au travail collectif, comme le laboratoire, l’espace domestique est également un lieu pertinent à analyser.

On trouve d’ailleurs une définition du laboratoire, sous forme de question : « Qu’est-ce qu’un laboratoire, en effet, sinon un lieu habité par un collectif d’acteurs dans la diversité de leurs statuts et de leurs fonctions, où l’on se livre à des opérations codifiées et normalisées, répétitives et cumulatives, et où des connaissances sont construites et validées ? »

Sont également évoqués les lieux carrefours, en particulier les lieux de l’écrit où se croisent des professions très diverses (entrepreneurs, techniciens,…), qui ont de fait un pouvoir prescriptif (par exemple via les activités de reproduction).

D’autres lieux déterminent les savoirs, en particulier les bibliothèques : elles traduisent des représentations (à travers des classifications,…), ne fournissent pas de données brutes, qui seraient « neutres ».

Il s’agit d’étudier, d’observer, les effets intellectuels qui peuvent avoir des collections d’ouvrages et les pratiques de lecture qui en découlent.

Enfin, les espaces peuvent être discontinus, temporaires, par exemple quand ils sont liés au politique. C’est le cas de la Cour Persane (Ziva Vesel & Francis Richard), exemple qui permet de s’interroger sur la mobilité des savoir.

 

            Territoire et mobilité

Même institutionnalisé et fixé dans des espaces (temporaires ou non), le savoir reste en mouvement.

Exemple de la Cour Persane et de sa structure très rigide. Les savants étaient obligés de suivre le souverain, ils mettaient en place des espaces de savoir temporaires, financés par le Roi. Cela témoigne de l’influence du pouvoir royal sur les pratiques savantes.

Les lieux de savoir peuvent également être explorés à travers la polarité centre/périphérie, qui permet de réfléchir aux dynamiques de basculement d’un extrême à l’autre. « Certains espaces sont des pôles d’attraction, d’autres ne sont que des sites périphériques ». Il s’agit d’être apte à établir un réseau entre ces espaces. Cette manière d’aborder le savoir permet de dégager le concept de « tête de réseaux ».

L’idée de conquête n’est pas absente du savoir, comme pour l’exploration de la planète Mars, à distance, par la médiation des robots (Emmanuel Benazera & Nicolas Meuleau). « Maîtrise intellectuelle et symbolique d’un lieu ».

Il est par ailleurs pertinent de noter la logique immatérielle de l’espace, qui devient de plus en plus importante avec l’avènement d’internet (Éric Guichard), qui emprunte beaucoup au champ sémantique de l’espace (« routes » , « flux », « domaines », …). Comme toute technologie de la communication, Internet reconfigure les rapports de l’espace et du temps.

            Villes phares

 

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux « villes phares ». L’introduction explique comment cette notion renvoi à l’idée qu’il existe (ou a existé) des lieux « exemplaires », qui regroupent les différents aspects  du savoir évoqués dans l’ouvrage.

Ce concept permet de recréer un lien volontairement déconstruit au cours de la lecture.

Peut-être la ville qui a le plus correspondu au concept de ville-phare :« Alexandrie, 3e siècle avant JC ».

Conclusion

Pour conclure, j’ai choisi cet extrait de l’avant-propos, qui me fait considérer l’introduction de ce premier tome comme un manifeste, destiné à asseoir un projet de grande ampleur.

« Carnet de route d’un collectif de chercheurs nomades, adeptes, dans le sillage de Michel de Certeau, d’un braconnage intellectuel qui refuse de se laisser enclore par des barrières disciplinaires et académiques, ce livre-laboratoire ne prétend à aucune synthèse visant à récapituler le champ entier de l’histoire des savoirs. Plus mesurée, son ambition est de réintroduire de la fluidité dans la pensée et de l’inventivité dans la recherche ; de déstabiliser des positions que tend à figer le compartimentage établi (humanités, sciences sociales, histoire des sciences,…) et d’offrir à ses lecteurs de tirer parti d’un dépaysement raisonné. »

(Lucie Le Moine)

Christiane Sinding (1)

 

Christiane Sinding était médecin, spécialisée en endocrinologie, épistémologue et historienne des sciences, directeur de recherche à l’Inserm. Elle est décédée le 19 mars 2008, au terme d’un courageux combat contre une longue maladie. Elle a joué un grand rôle dans le chantier des Lieux de savoir, elle fut l’une des conseillères du projet pour l’histoire des sciences, elle écrivit aussi un magnifique chapitre dans le premier volume Espaces et communautés, paru en novembre 2007. Elle avait le projet, pour le volume 2, d’un texte sur les procédures de la clinique médicale, le temps lui a manqué pour en achever la rédaction.

J’ai rencontré Christiane Sinding pour la première fois le 16 décembre 2003, lors d’un déjeuner de travail organisé par notre amie commune Luce Giard. Le projet des Lieux de savoir était alors en construction: le premier volume ne paraîtrait que quatre ans après. La réflexion portait alors sur la pertinence et la possibilité d’intégrer les sciences dans notre champ d’enquête.

Comme certains interlocuteurs me l’avaient fait remarquer, jusqu’à l’apparition de la science moderne en Occident, le champ des pratiques savantes était resté relativement homogène, partagé entre différents domaines de savoir, de l’érudition antiquaire à la polymathie, de la médecine à l’astronomie: usage des bibliothèques, poids des autorités, techniques de raisonnement et d’écriture, rapport à la tradition. En Occident, les sciences du Moyen-âge, de la Renaissance, de l’âge classique et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, entraient encore, pour une large part, dans la sphère des « pratiques lettrées » sur lesquelles portaient nos recherches depuis le milieu des années 1990. Le développement des sciences modernes en revanche reposait sur de nouveaux régimes de vérité, à travers la preuve expérimentale et la mathématisation du monde physique. Au XIXe et au XXe siècle, le rôle du laboratoire, de l’instrumentation, de l’expérimentation devait s’imposer, jusqu’au règne de la « Big science » à l’époque contemporaine.

Tout en étant conscient de cette coupure entre savoirs érudits et sciences, et de la difficulté de les articuler dans un même champ d’enquête, il me semblait que leur confrontation permettrait précisément de redistribuer les cartes entre « pratiques lettrées » et « pratiques savantes », et de croiser la part du geste et de l’instrument dans les humanités comme de l’écriture et de la bibliothèque dans les sciences. Dans la perspective comparatiste large que nous envisagions alors, entre Occident et Orient, entre nord et sud, passé et présent, pourquoi ne pas croiser les questionnements entre différents champs de savoir, les sciences, les techniques, les spiritualités, les humanités et les sciences sociales ?

Telles étaient les réflexions que j’ai soumises à Christiane Sinding. Elle a d’emblée compris les enjeux du projet, sa part de risque comme son ambition, et elle m’a encouragé fortement à ouvrir le champ vers les sciences « dures ». Elle a accepté aussi de s’engager  dans le projet et de travailler avec nous à son élaboration intellectuelle. Elle a participé à plusieurs de nos séminaires, avec ce mélange de modestie, de simplicité et de grande rigueur intellectuelle qui la caractérisait. Je lui dois en particulier la découverte de la théorie des « mondes sociaux » élaborée par le sociologue américain Anselm Strauss, appliquée à l’étude des interactions dans les milieux professionnels, particulièrement les milieux hospitaliers. Christiane Sinding me guida dans ce courant en me fournissant généreusement bibliographies, photocopies d’articles introuvables. Elle présenta dans un de nos séminaires les travaux de cette branche de la sociologie interactionniste.

Elle nous accompagna aussi à un workshop de plusieurs jours à la Fondation des Treilles, à Tourtour: ce fut un moment de bonheur et de travail intellectuel partagé, dans le petit groupe que nous formions alors, entre doctorants et chercheurs de différents horizons. Elle nous proposa un premier état du chapitre qu’elle prévoyait pour le volume 2 des Lieux de savoir sur les pratiques de l’examen clinique, plus précisément, sur la table d’examen du médecin.

Alors que la maladie progressait, la parution du premier volume des Lieux de savoir, en novembre 2007, fut pour elle une grande joie. Elle participa à la promotion du livre et fut interviewée par la Radio Suisse Romande sur son étude de la découverte de l’insuline et sur les différents « lieux » de la recherche pharmaceutique.

Au début de l’année 2008, nous nous sommes retrouvés, avec Luce Giard, dans un petit salon de thé du quartier Mouffetard où nous avions pris nos habitudes, pour nos rendez-vous de travail au fil des années. Malgré l’immense fatigue due aux traitements qu’elle subissait, Christiane me demanda où j’en étais pour le 2e volume des Lieux de savoir. Le chantier était à ses débuts. Je lui parlai des perspectives, des directions, des difficultés, et comme toujours, elle m’apporta conseils et encouragements, empreints de générosité et d’intelligence: intelligence de l’esprit, intelligence du cœur.

Ce volume 2 des Lieux de savoir lui est dédié.

CJ.

Choix bibliographique


Chapitres d’ouvrages


– La recherche clinique et l’impensé dans les lois de bioéthique, in : Du corps humain à la dignité de la personne humaine, Genèse, débats et enjeux des lois d’éthique biomédicale, Claire Ambroselli, Gérard Wormser eds. Centre national de documentation pédagogique, Paris,1999, p 345-352.

– « La nouvelle fabrique des maladies infectieuses », in Quelle médecine voulons-nous ? I Baszanger, M Bungener, A Paillet, éds. La Dispute, 2002.

– The Power of Norms. Georges Canguilhem and Michel Foucault on History of Medicine, in : Locating Medical History : The Stories and their Meanings, F Huisman, John Harley Warner, eds. Johns Hopkins Press, 2004, p. 262-284.

– Les multiples usages de la quantification en médecine : le cas du diabète sucré, in : Body Counts. Medical Quantification in Historical and Sociological Perspectives, Gérard Jorland, George Weisz, Annick,Opinel, eds. Montreal, McGill-Queens University Press, 127-144, 2005 (édition bilingue).

– Naissance d’une biopolitique des médicaments. La fabrication de l’insuline (1922-1925), in: Lieux de savoir I. Espaces et communautés, C. Jacob, ed., Paris, 2007, p. 483-505.


Ouvrages

– Une utopie médicale. La sagesse du corps d’Ernest Starling. Actes-Sud/Inserm, Coll La fabrique du corps humain, Arles, 1989.

– Le Clinicien et le Chercheur. Des grandes maladies de carence à la médecine moléculaire, 1880-1980. PUF, Paris, 1991, 284 p.

Dictionnaire de la pensée médicale (dir : Dominique Lecourt, comité scientifique : F. Delaporte, P Pinell, C Sinding), PUF, Paris, 2004, 1270 p.




Lien:

Histoire de l’Inserm

 

Christiane Sinding (2) par Luce Giard

Chère Christiane,

De la médecine vous avez surtout aimé la clinique, qui centre l’attention sur les cas individuels et se défie des généralisations (singuli singillatim, disaient les vieux textes, une formule reprise par Michel Foucault). Vous en aimiez la modestie et la lenteur, la quête minutieuse, et cette accumulation obstinée des petites différences qui finit un jour par faire sens. Vous aimiez la clinique parce qu’elle oblige le médecin à l’humilité devant l’histoire particulière de chaque patient.


Vous aviez été interne dans le service du Professeur Pierre Royer aux Enfants-Malades, vous y aviez appris l’ascèse et la rigueur, le respect des petits patients et l’écoute attentive des familles. Vous aviez aussi été formée aux techniques pointues du laboratoire, à ces analyses minutieuses dont vous n’aviez pas vraiment le goût. Votre désir de comprendre la souffrance des corps et les contingences du savoir médical était plus large, votre exigence réflexive était plus profonde. Vous êtes alors retournée à l’Université pour étudier la philosophie et l’histoire des sciences, avec le regret d’être arrivée trop tard pour bénéficier de l’enseignement de Georges Canguilhem, mais vous avez étudié tous ses textes avec acharnement, ce fut in absentia votre maître en histoire des sciences et en épistémologie. Vous en êtes devenue l’un des meilleurs connaisseurs.


C’est dans un cercle informel de réflexion sur la médecine, réuni et animé par Claire Ambroselli, que je vous ai rencontrée en 1982 ou 1983. Votre dédain de la rhétorique et des faux-semblants, votre exigence intellectuelle et votre formidable honnêteté vous mettaient à part. Plus tard j’ai compris que vous aviez payé un grand prix pour rester telle que vous étiez en un temps et dans un métier où d’autres manières de procéder avaient cours. De cela vous aviez conscience, vous y faisiez allusion parfois, sans vous plaindre. Votre intelligence et votre énergie étaient mobilisées par la tâche, les multiples tâches à accomplir. La soif de pouvoir et d’honneur de certains de vos anciens condisciples, le succès médiatique de livres superficiels et rapides vous faisaient sourire. Tout autre était votre chemin.


De notre amitié, tout commença avec des occasions de travail en commun : les premières rencontres avec Claire Ambroselli, mes quatre ans de séminaire d’histoire des sciences le samedi matin boulevard Raspail, l’écriture et la parution de votre livre Le Clinicien et le Chercheur (PUF, 1991) dans la collection que je dirigeais avec Maurice Caveing, l’enseignement assuré ensemble à Necker en 1990-1992, quelques colloques et séminaires que j’organisais au laboratoire d’histoire des sciences rue Mirabeau, puis rue Damesme. Et tant d’autres instants partagés : des discussions acharnées sur le statut social des sciences, des déjeuners, des dîners, du haddock, du thé, des voyages professionnels à Padoue pour célébrer le grand Zabarella, au Warburg Institute à Londres sur « Logique et méthodologie des sciences », à Marseille dans le laboratoire de neurophysiologie du cerveau, à Montpellier pour comparer l’histoire des mathématiques à celle de la médecine, ailleurs encore.

Au fil du temps, nous avons partagé des travaux et des indignations, des déceptions et des espérances, des amitiés aussi : Michèle Garabédian, Pierre Lardet, Kapil Raj, plus récemment Christian Jacob pour sa grande entreprise des Lieux de savoir à laquelle vous vous étiez associée avec plaisir, avec perspicacité et efficacité, comme d’habitude. Quand vous êtes entrée dans la maladie, vous disiez à vos amis en riant que c’était pour continuer à étudier la clinique sur ses deux faces.


Contre le cancer récurrent, vous vous êtes battue pendant plusieurs années avec courage, avec lucidité, sans illusion, sans plainte et sans pathos. Dans l’intervalle des chimiothérapies et autres traitements épuisants, vous vous remettiez, vaille que vaille, au travail, pour avancer ce livre sur la découverte de l’insuline qui vous tenait à cœur. En novembre, j’ai lu, à votre place, un fragment de ce travail au colloque de Christian Jacob : la grève des transports qui paralysait la ville vous avait empêchée de venir jusqu’à l’INHA. Mais vous aviez été heureuse de l’accueil reçu par votre texte, des commentaires et des questions que Geoffrey Lloyd et Claire Salomon-Bayet avaient formulés.


(Extrait du texte écrit par Luce Giard pour les obsèques à l’Église Saint-Médard, Paris 5e, le 27 mars 2008, reproduit avec son autorisation.)

Lieux de savoir 1 : sommaire


ESPACES ET COMMUNAUTÉS

Avant-propos
Introduction: Faire corps, faire lieu, Christian Jacob

■ PARTIE 1 ■ COMMUNAUTÉ ET INSTITUTION

SECTION 1 – Faire corps

1 ■ Entrer dans une communauté savante
L’épreuve des savoirs, Jean-Louis Fabiani
Les rites d’initiation des devins bassar du Nord-Togo, Stéphan Dugast
Les trois épreuves de la quête du diplôme en Europe, William Clark
Le système des examens publics aux derniers siècles de la Chine impériale (1400-1900), Benjamin A. Elman

2 ■ Appartenances
Le cercle et la lignée, Christian Jacob
Lignées de lettrés en Mésopotamie, Jean-Jacques Glassner
Le cercle des frères Dupuy à Paris, Jérôme Delatour
La communauté des moines taoïstes en Chine: une parenté
rituelle fondée sur des textes, Adeline Herrou

3 ■ Éthos et communauté de savoir
L’emprise et l’empreinte, Jean-Marc Chatelain
Être orateur à Rome: Cicéron entre pratique et théorie,
Charles Guérin
Les impérissables vies d’une nature vertueuse. Épitaphes
et biographies de lettrés dans la Chine du XVIIe siècle,
Pierre-Henri Durand
Le chef-d’oeuvre du compagnon, François Icher

SECTION 2 – L’institution et ses règles

4 ■ Programmes de savoir, règles de vie
Communautés religieuses, communautés de savoir, Guy G. Stroumsa
Vie et savoir dans les écoles philosophiques antiques,
Renée Koch-Piettre
«Apprends tout»: Saint-Victor et le milieu des victorins à Paris,
1108-1330, Dominique Poirel
Les académies confucéennes en Chine au temps des Song
(Xe-XIIIe siècle), Hoyt Cleveland Tillman
Monastères zen au Japon: l’impossible utopie, Bernard Faure

■ PARTIE 2 ■ LIEUX DU TRAVAIL SAVANT

SECTION 3 – Laboratoires

5 ■ Entre intimité et ostentation
Un monde à soi ou les espaces privés de la pensée, Sophie Houdart
Le studiolo à la Renaissance, Christopher S. Celenza
Jardins et pavillons dans la Chine des Ming, Richard Schneider
La maison de Karl Otfried Müller à Göttingen. L’autoreprésentation d’un professeur allemand vers 1835, Paul Zanker

6 ■ Espaces partagés
Réseaux, généalogies, contrats : collectifs savants, Rafael Mandressi
Secrets de famille : prêtres et astronomes à Uruk à l’époque
hellénistique, Eleanor Robson
Leopold von Ranke, la passion de la critique et le séminaire
d’histoire, Kasper Risbjerg Eskildsen
Naissance d’une biopolitique des médicaments. La fabrication
de l’insuline (1922-1925), Christiane Sinding

SECTION 4 – Les fabriques du savoir

7 ■ Lieux de l’écrit
Les conditions de la mise en texte, Pierre Lardet
Les scriptoria bouddhiques dans la Chine médiévale (VIe-Xe siècle), Jean-Pierre Drège
Le scriptorium médiéval, Guglielmo Cavallo
Vers une histoire sociale de la critique textuelle, Anthony Grafton
La palestre typographique selon Jean Crespin (1550-1572), Jean-François Gilmont

8 ■ Bibliothèques et banques de données
Pensée retenue, pensée distribuée, Bruno Latour
La bibliothèque de Thanjavur, Dominik Wujastyk
La bibliothèque multimédia contemporaine, Michel Melot
Les collections dans «l’âge de l’accès»: le consortium Couperin
et la documentation électronique, François Cavalier
Collectionner ou expérimenter? Les bases de données
bio-informatiques dans les sciences du vivant, Bruno J. Strasser

9 ■ Lieux disciplinaires, lieux encyclopédiques
Espaces, institutions, artefacts. Figures des savoirs
entre architectures et pratiques
, Rafael Mandressi
L’Académie royale des sciences (1666-1793), James E. McClellan
Le musée de l’Homme, laboratoire de l’ethnologie (1938-2003),
Benoît de L’Estoile
L’universel à vue d’oeil. L’Exposition internationale japonaise de 2005, Sophie Houdart

■ PARTIE 3 ■ TERRITOIRE ET MOBILITÉ

SECTION 5 – Itinérances du savoir

10 ■ Itinérants
Circuits et dynamiques de la mobilité, Christian Jacob
Les maîtres itinérants en Grèce : techniciens, sophistes,
philosophes, Natacha Massar
Les «circulateurs de savoirs» au temps des Royaumes
combattants (Ve-IIIe siècle av. J.-C.), Jean Lévi
La mobilité entre universités au Moyen Âge, Ad Tervoort

11 ■ Attraction et expansion
Sphères d’action, Christian Jacob
La culture de cour dans le monde iranien de l’époque sassanide
aux Qadjars, Ziva Vesel et Francis Richard
La mission ethnographique Dakar-Djibouti: collecte itinérante et maîtrise du terrain, Éric Jolly
Structures et pratiques du savoir à distance: le cas
de l’exploration robotique de Mars, Emmanuel Benazera
et Nicolas Meuleau

SECTION 6 – Logiques spatiales

12 ■ Échelles géographiques
Les échelles du savoir, Jean-Jacques Glassner
Centre et périphérie. La mobilité culturelle entre la mer Noire
et le monde méditerranéen dans l’Antiquité, Madalina Dana
Dunhuang, une oasis du savoir sur la route de la soie (IVe-Xe siècle), Éric Trombert
L’Europe savante et ses espaces au XVIIIe siècle, Anne Goldgar
Géographie de l’Internet, Éric Guichard

13 ■ Voies de transmission, réseaux de communication
Les savoirs et leur espace-temps: épaisseur et fluidité, Pierre Lardet
De la Grèce à Rome: l’espace-temps des philosophes antiques,
Carlos Lévy
Espace, temps et savoir dans l’histoire de la diaspora juive,
Micha Perry
Un réseau européen: la correspondance de Franz Cumont,
Corinne Bonnet
De la plume d’oie à la souris: la recherche en réseaux,
Véréna Paravel

■ PARTIE 4 ■ VILLES PHARES

Alexandrie, IIIe siècle avant J.-C., Christian Jacob
Bagdad abasside. Le milieu intellectuel aux VIIIe, IXe
et Xe siècles, Javier Teixidor
Paris et Rome aux XVIIe et XVIIIe siècles, Antonella Romano
et Stéphane Van Damme

Berlin au XIXe siècle: l’Université dans la ville,
Céline Trautmann-Waller
Pune: l’essor d’un centre éducatif dans le Maharashtra
des débuts de l’époque moderne, Madhav M. Deshpande
Naoukograds, les villes interdites, Georgy Lappo
et Pavel Polian

L’équipement de la pensée









Peu de projets aujourd’hui sont aussi aventureux et aussi importants que celui des Lieux de Savoir. Christian Jacob, qui dirige la publication de cette série d’ouvrages, nous présente dans un long texte qui met déjà en bouche l’origine et les espoirs portés par un tel programme. Boojum, qui s’épanouit dans un des nouveaux lieux de savoir, en attendant le suivant, s’associe comme simple relais de cette somme et remercie les éditions Albin Michel pour l’autorisation de reproduction de la préface générale de l’ouvrage.



Boojum s’associe d’autant plus volontiers que les lieux de savoir commencent des tablettes mésopotamiennes et s’achèvent, à ce jour, dans l’Internet. Les Lieux ne sont pas des lieux, tâchons que le savoir y trouve sa place.
Comment naissent, se pratiquent et se transmettent les savoirs dans la société ?
Quels sont les gestes, les instruments et les procédures qui donnent forme à tout type de connaissance?
Dans cette aventure éditoriale hors normes, les sciences humaines mettent en commun leurs disciplines pour répondre à ces deux questions.

FAIRE LIEU, FAIRE CORPS

Retracer le cheminement  qui conduit un projet intellectuel des étapes initiales de sa conception jusqu’au terme de sa réalisation nous semble être un seuil possible pour entrer dans ce premier volume des Lieux de savoir. Sans doute ce récit pourrait-il être dit et redit en de multiples variantes, selon les différents modèles et langages auxquels nous habitue l’histoire contemporaine des savoirs. Selon les narrateurs,  l’inspiration et l’auditoire, selon les lecteurs et les codes en vigueur dans tel lieu disciplinaire ou académique, on optera pour le registre d’une épopée solitaire ou d’une aventure collective, pour celui d’une quête mystique ou d’une odyssée paisible dans le monde éthéré du savoir et de la pensée, où, comme chacun sait, les idées naissent par génération spontanée et vont jusqu’à leur terme en suivant la seule logique qui les a produites. On choisira de retracer les hésitations et les doutes, les incertitudes et les tournants  qui métamorphosèrent ce projet au fil de sept ans de travail et d’une trentaine d’ébauches successives, ou au contraire d’en souligner, dès ses premières étapes,  la cohérence profonde et la force téléologique, selon le point de vue omniscient de qui écrit l’histoire sur un mode rétrospectif. Histoire qui pourrait prendre la forme d’un road movie cahotique ou d’un itinéraire rectiligne…

Il était une fois, donc. Il était une fois un classiciste formé à l’école parisienne d’anthropologie des sociétés anciennes,  aux séminaires de Jean-Pierre Vernant, de Marcel Detienne, de Pierre Vidal-Naquet et de Nicole Loraux, qui appprit de ses maîtres l’art de marcher en comparant, l’art de tisser les liens et d’unir les forces pour construire et penser  des objets ou des pratiques complexes, telles la guerre ou la terre, la divination ou le sacrifice, la fondation ou l’écriture des mythes dans les sociétés anciennes. Ce classiciste rencontra aussi Michel de Certeau et Louis Marin, lut Michel Foucault et Pierre Bourdieu, puis rencontra Geoffrey Lloyd, Roger Chartier  et Bruno Latour. Il traça ses premiers sillons sur les champs tant labourés des études grecques, en choisissant le terrain de l’histoire de la géographie et de la cartographie, puis celui de la bibliothèque d’Alexandrie et de ses pratiques lettrées. Choreute plus qu’archégète, ce classiciste comprit très vite que l’union fait la force, et que si l’on peut monter sur les épaules des géants qui vous ont précédé, on peut aussi travailler à plusieurs pour déplacer les montagnes et élargir l’horizon. D’autres classicistes participèrent aux premiers chantiers, rejoints par des historiens modernistes, puis des spécialistes des cultures non-européennes, la Chine, l’Inde, le monde Islamique, et enfin, par des anthropologues et des historiens des sciences.

Un réseau se forma, se formalisa même, et gravit les échelons institutionnels qui, en 2004, lui donnèrent le statut d’un Groupement de recherche international (GDRI) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), réunissant des chercheurs de vingt équipes, appartenant à sept pays différents et illustrant le large spectre des disciplines d’érudition et des sciences sociales.  Le projet des Lieux de savoir, esquissé dès février 1999, fut porté par cette structure collective et les dynamiques de recherche qu’elle initia, dans le champ de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs.



Le lieu des Lieux de savoir : brève histoire d’un réseau et d’un projet intellectuels

Les membres du réseau « Les Mondes lettrés » sont représentatifs de la grande diversité de statuts des acteurs de la recherche : enseignants d’universités ou de grands établissements scientifiques (l’Ecole pratique des hautes études, l’Ecole des hautes études en sciences sociales, etc.), dans la hiérarchie de leurs grades, chercheurs du CNRS, aux différents échelons de leur carrière, conservateurs de bibliothèques, doctorants et post-doctorants aux statuts précaires.

Ces chercheurs sont entrés ou aspirent à entrer dans un milieu professionnel, après avoir subi avec succès des examens universitaires, des concours de recrutement dans l’enseignement secondaire, des concours d’entrée aux Grandes écoles, les épreuves de cooptation des institutions de recherche.  Selon les cas, ces « rites d’entrée » ont impliqué des épreuves écrites ou orales, la constitution de dossiers et la convocation de garants, la comparution devant des jurys ou des commissions. Les impétrants ont dû faire preuve autant de leurs connaissances que de leur savoir-faire, de leur maîtrise d’un certain nombre de techniques intellectuelles comme du style personnel avec lequel ils donnent l’apparence du naturel aux artifices qu’on leur a inculqués.  Ces épreuves leur ont conféré des titres honorifiques, ont validé des compétences et permis des recrutements, mais  ont aussi marqué plus subtilement les transformations, sociales et personnelles, du statut des individus. Entre la confraternité des universitaires et la collégialité des chercheurs, les titres et diplomes sont autant de signes d’appartenance à des communautés, exclusives ou ouvertes, monopolistiques ou concurrentielles.

Les membres de ces communautés intellectuelles et professionnelles ont dû en acquérir et en refléter l’éthos,  une manière d’être qui se manifeste dans les manières de faire et de dire, et régule la présentation de soi comme les interactions sociales selon des codes d’autant plus subtils qu’ils sont le plus souvent tacites. Ce faisant, ils ont intériorisé les valeurs d’un milieu, d’une institution ou d’une discipline, son idéologie et sa mythologie,  les hiérarchies qui les structurent, les figures tutélaires qui y font autorité.

Venus de différents horizons professionnels et disciplinaires, ces chercheurs se sont regroupés dans  le réseau des « Mondes lettrés » :  un lieu au croisement des savoirs, un laboratoire virtuel dont les membres se sont agrégés sur la base d’affinités humaines et intellectuelles, d’un désir de travailler et de penser ensemble, de sortir d’un champ de spécialité pour participer à la construction d’objets partagés. Il n’est d’autres obligations que celles des liens qui se tissent, d’amitié, de dialogue et de confiance.  Le programme intellectuel est indissociable d’une certaine manière de vivre l’aventure de la recherche, dans son ambition comme dans sa modestie, dans son imprévisibilité comme dans l’humilité du travail qui la nourrit. Chercheurs à plein temps ou professeurs d’université, doctorants ou post-doctorants, au-delà de leurs statuts, tous partagent une certaine conception de l’échange intellectuel, où la liberté de penser s’accompagne du désir d’écouter l’autre.


Un « collège invisible » de chercheurs, donc, constitué autour d’un champ de  questions communes: le maniement des livres, les gestes de l’écriture savante, la fonction des bibliothèques, la transmission des textes, le fait que des oeuvres traversent le temps et l’espace pour éveiller des pensées imprévisibles chez de nouveaux lecteurs, le fait que des idées, des interprétations, des théories, des découvertes, des questions et parfois des réponses acquièrent une portée et une validité qui dépassent celui qui les a conçus. Etudiant la Grèce ancienne ou la Renaissance européenne, la culture chinoise ou l’Inde védique, l’histoire des sciences ou des religions, ces chercheurs se sont rencontrés dans l’étude des pratiques et des traditions de savoir, d’ailleurs et d’autrefois. Ils confrontent aussi leurs propres pratiques, leurs méthodes, leurs instruments de travail, leurs milieux professionnels et leur réseaux intellectuels. Spécialistes de l’histoire des savoirs,  ils r
éfléchissent sur les savoirs qu’ils produisent. Le détour dans le temps et dans l’espace, l’observation des acteurs et des pratiques participent d’une démarche réflexive : qu’est-ce que le travail intellectuel ?

Ces chercheurs travaillent chez eux, parfois aussi dans un bureau de leur université ou de leur laboratoire.  Dans l’espace privé, qu’il s’agisse d’une pièce dédiée ou partagée, la table et le siège, les dossiers et les livres, l’ordinateur et les instruments d’écriture, l’imprimante et les fichiers définissent le cadre, l’ergonomie du travail intellectuel dans la multiplicité de ses composantes : écrire, consulter son courriel, lire, prendre des notes, réfléchir, classer, ranger, accompagner le travail de la pensée par des tâches matérielles ou par le balisage visuel des textes à méditer. La décoration, la lumière, les photos et les cartes postales, les objets d’art et les bibelots, le foisonnement des livres comme l’empilement des dossiers jalonnent un espace visuel et affectif, mémoriel et sensoriel, où s’inscrivent les moments d’une vie, l’entourage d’une famille,  les éléments d’une identité intellectuelle. Tout ceci participe d’une mise en scène du travail savant et d’un processus d’auto-représentation, entre intimité et ostentation, selon que l’on reçoit ou non dans ce lieu visiteurs, collègues et étudiants.



Dans l’espace professionnel du laboratoire ou du département universitaire, le bureau est le plus souvent partagé, qu’il soit attribué à deux ou trois occupants, qui l’investissent de leurs dossiers et de leurs livres, ou qu’il soit un lieu ouvert et collectif, accueillant les premiers arrivés pour une journée de travail ou un rendez-vous ponctuel. Selon les disciplines, le laboratoire est le lieu de travail principal et incontournable, ou un lieu d’alternance avec l’espace privé. La présence d’une bibliothèque et, pour les sciences « dures », des équipements et des instruments nécessaires aux expérimentations et aux observations, définit un cadre de vie et de travail collectifs  où circulent de multiples acteurs — chercheurs, étudiants et post-doctorants, personnel administratif et technique, invités. La vie collective est régie par des protocoles précis, le séminaire, la réunion de département ou de conseil de laboratoire, la discussion sur les recherches en cours, la définition des programmes, les rendez-vous avec les étudiants et les doctorants, les tâches d’administration, la préparation des rapports, les demandes de subventions, la correspondance.

Du temps et de l’énergie furent consacrés à un processus d’institutionnalisation minimale de ce réseau, pour l’inscrire dans la durée et obtenir les financements nécessaires à l’achat de livres, à la circulation des chercheurs, à l’organisation de journées d’études et de séminaires. Première étape : la rédaction en juillet 1997 d’un projet pour répondre à un appel d’offre du CNRS, sur le thème « La construction des traditions savantes : livres, objets, images » . Puis, en janvier 2002, le désir de poursuivre le travail entrepris sous la forme d’un Groupement de recherche (GDR) du CNRS,  une structure souple qui permet l’association de chercheurs autour d’un projet intellectuel sans imposer le cadre d’un laboratoire formel. Groupement ouvert, qui sut tisser de multiples liens et accueillir de nouveaux chercheurs, le GDR « Les Mondes lettrés » se manifesta sous la forme d’un séminaire bimensuel accueilli par l’Ecole normale supérieure, sous la forme de colloques et de journées d’études, sous la forme de publications. En 2003, au coeur de la crise affectant le monde de la recherche française et le CNRS en particulier, le soutien du Ministère de la Recherche fut demandé et obtenu, sous la forme d’une Action Concertée Incitative (ACI), « Les savoirs de la réflexivité. Histoire comparée des pratiques intellectuelles ». Le second semestre 2004 fut consacré à la transformation du Groupement en Groupement international, un GDRI qui intègra les nouveaux liens de coopération et de travail noués par le réseau.



Les étapes de cette brève histoire  du réseau « Les mondes lettrés » rappellent qu’un projet de recherche ne peut exister sans l’intervention des acteurs institutionnels, politiques, administratifs, scientifiques qui créent les structures et apportent les financements, qui encouragent les in
itiatives et accordent les moyens.  L’évaluation par les pairs, le soutien d’une direction scientifique, l’investissement d’un organisme public dans la recherche fondamentale à long terme, la possibilité d’associer doctorants et post-doctorants au projet et d’inscrire son déroulement dans une activité de formation et d’enseignement (directions de thèse, séminaires, master, magistère, etc), l’encouragement à développer un réseau international, permettant la circulation des chercheurs, des savoirs et des cultures académiques, tout cela est à mettre au crédit du CNRS, dont la place et la fonction centrales seront, je l’espère, préservées dans les bouleversements actuels et à venir du paysage de la recherche française. Le projet des
Lieux de savoir aurait été impossible sans ce soutien institutionnel et sans le réseau d’expertises et de collaborations qu’il a permis de construire. Un autre lieu d’appartenance n’eut sans doute pas permis au maître d’oeuvre la liberté intellectuelle et les parcours transversaux qui furent les siens.

Si l’on tente d’explorer les lieux qui ont rendu possible la réalisation de cette aventure éditoriale et intellectuelle,  deux fabriques du savoir s’imposent immédiatement.  La première est la bibliothèque qui fut créée par le Groupement. La seconde fut la genèse même de ce livre, c’est-à-dire un projet d’édition de savoir.

Créer, puis faire vivre une bibliothèque nous a conduits à mettre en pratique et en miroir notre travail sur les opérations lettrées.  Une bibliothèque est à la fois une collection d’objets matériels, impliquant un ensemble d’opérations techniques, un lieu et un dispositif de rangement, qui en assure la sauvegarde et l’accès, et enfin un projet intellectuel. Elle est aussi un lieu partagé et identitaire, un pôle autour duquel gravitent de multiples acteurs, aux diverses étapes de leur travail. Le projet desLieux de savoir s’est appuyé sur une bibliothèque, créée en 1997, qui comprend aujourd’hui un peu plus d’un millier d’ouvrages, traversant les disciplines et les aires culturelles pour constituer un fonds cohérent sur l’histoire des savoirs et des pratiques savantes.  La gestion de cette collection impliquait une veille bibliographique, le processus des commandes dans sa complexité bureaucratique, puis la réception des livres, leur catalogage, leur étiquettage et leur rangement. Une pluralité d’acteurs se trouvaient impliqués, gestionnaires et bibliothécaire du CNRS, libraires et éditeurs internationaux, étudiants vacataires aidant au traitement bibliographique. Non moins importante que la veille bibliographique, la structuration de la collection a déterminé ses usages et ses effets intellectuels. Le choix de s’en tenir aux grandes catégories de la classification de la Bibliothèque du Congrès, sans descendre dans le détail des arborescences, a permis de constituer des sections thématiques où la proximité même des livres créait un objet et un champ intellectuels, au-delà des divisions chronologiques,  culturelles et disciplinaires : histoire du livre, éducation, sciences et techniques, anthropologie, religions, langues et littératures… La bibliothèque fut ainsi l’un des instruments de la construction des objets de ce volume. Elle a donné un corps à un projet de recherche collective, elle a matérialisé une certaine conception du savoir, reposant sur le pouvoir des livres et sur la gamme des pratiques intellectuelles qui en déploient les effets.

La publication est l’une des fins principales de la recherche : article dans une revue savante, communication dans des actes de colloque, chapitre de livre collectif ou livre sont autant de moyens de mettre les savoirs en circulation, de soumettre les idées et les hypothèses au débat. Si le réseau des « Mondes lettrés » a pratiqué ces différentes formes de publication, en des projets circonscrits et encadrés , l’idée desLieux de savoir a d’abord émergé sur le mode de l’utopie :  c’est le désir, le besoin de disposer d’un tel ouvrage englobant et systématique qui en inspiré la conception.  Il n’y avait d’autre moyen que de réaliser nous-même le livre dont nous rêvions…  Cette utopie fut discutée et modelée dans des réunions de travail, avec un cercle d’interlocuteurs intellectuels proches,  dans un lent processus d’élaboration : un volume ? trois ? cinq ? Lorsqu’au détour d’une conversation avec Hélène Monsacré  l’idée d’un ouvrage collectif, en  quatre volumes de près de mille pages chacun, voué à une histoire comparée des pratiques de savoirs lui fut soumise, il s’agissait davantage de réfléchir à haute voix sur le réalisme et la possibilité même d’une telle entreprise dans le paysage éditorial européen,  que d’en envisager la publication chez Albin Michel. L’intérêt de la responsable des collections de sciences humaines pour ce projet fut, en toute franch
ise, une surprise totale.



Pour devenir un livre publié, le projet des Lieux de savoir dut franchir de multiples étapes. Si la maturation intellectuelle se déploya dans des séminaires fermés et dans des journées d’études fondatrices, comme celles que voulut bien accueillir la Fondation des Treilles trois ans de suite, la mise en oeuvre nécessita la collaboration de multiples acteurs, la synergie des concepteurs intellectuels et d’une maison d’édition. Il fallut construire le projet, en évaluer les coûts,  prospecter des soutiens institutionnels et privés, prendre des contacts préliminaires avec des éditeurs étrangers en vue d’une future circulation internationale des volumes.  On protégea le concept et la déclinaison détaillées des quatre volumes en les déposant dans des enveloppes Soleau, datées par rayon laser dans les archives de l’Institut national de la propriété industrielle.  Il fallut convaincre de multiples interlocuteurs, affûter des argumentaires, cibler des présentations, concilier des intérêts différents afin de créer une synergie, préparer des dossiers pour des demandes de subvention, tant auprès de fondations privées (la Fondation des Treilles fut la première à soutenir généreusement le projet) que d’organismes publics (le Ministère de la Recherche et le CNL).

Sans la maison d’édition ou l’imprimeur, il n’est pas de diffusion des savoirs : ce qui fut vrai à la Renaissance ou au XVIIIe siècle l’est encore aujourd’hui. La directrice de département éditorial et son assistante, les designers comme les informaticiens, les responsables des relations internationales comme de la promotion, les correcteurs et les préparateurs éditoriaux, les lecteurs et relecteurs, l’imprimeur, enfin, ont joué un rôle essentiel dans un processus de mise en forme et de fabrication sans lequel il n’est pas de livre publié.

Les Lieux de savoir ont-ils un lieu propre ? Le lent processus de construction intellectuelle s’est déroulé dans un réseau qui, malgré son institutionnalisation progressive, est resté une structure ouverte, transversale, interdisciplinaire et internationale, échappant aux enjeux de pouvoir comme aux ancrages et aux exclusions idéologiques ou épistémologiques. Les Mondes lettrés réunissent en premier lieu des praticiens de la recherche, qui partagent une activité empirique, la lecture, l’édition, le commentaire, l’exploration de corpus de sources premières, de situations historiques, de champs disciplinaires. Le croisement de ces recherches a permis la construction collective d’objets, dont la forme, les contours, la structure et la géométrie même sont modelés furent modelés dans le travail de la comparaison. Les Lieux de savoir, dans leur genèse comme dans leur aboutissement, veulent ainsi être un livre-laboratoire, mobile, délocalisé, reproductible et traductible. Ni lieu disciplinaire, ni livre encyclopédique, ce laboratoire virtuel reflète un état de la recherche contemporaine dans le champ de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs, en dépassant les clivages habituels pour mettre en évidence des objets, des mécanismes, des dynamiques, des phénomènes, des scénarios,  à la fois inscrits dans une situation historique et culturelle, qui a son intérêt propre, mais aussi investis d’une valeur paradigmatique, qui se prête à des opérations critiques et réflexives : sur les sources, sur les méthodes et les approches possibles de leur exploitation, sur les latitudes de généralisation et de transposabilité, sur les liens entre l’évènement et la structure, sur les concepts opératoires et les schémas d’explication. Dans ce laboratoire, l’historien des sciences comme l’orientaliste, le classiciste comme le sinologue, l’anthropologue comme le philologue, confrontent leurs expériences propres, exhibent leurs échantillons et leurs instruments, explicitent les réglages et les protocoles de l’interprétation des sources, reviennent à la matérialité même des situations et des phénomènes. Les études de cas, confrontées et articulées, ont une valeur à la fois expérimentale et didactique, et inspireront, nous l’espérons, de nouvelles opérati
ons aux lecteurs eux-mêmes engagés dans des recherches dans le champ des humanités et des sciences sociales.

La topographie et la circulation sont à la fois l’objet de ce premier volume et son principe d’organisation. L’espace de ce livre est lui-même organisé en une réticulation de lieux, où les contiguïtés et les cohérences locales sont signifiantes, sans que ces effets de sens ne résultent d’un ordre de lecture contraignant. De multiples parcours sont possibles et peuvent susciter des rapports de présupposition ou d’explicitation, suggérer des parallélismes ou des contrastes. Plus qu’un livre-encyclopédie, les Lieux de savoir voudraient être un livre-bibliothèque, où les contiguïtés immédiates sont signifiantes comme les rapprochements imprévisibles que peut établir un lecteur vagabond, d’une section à l’autre, sur la base de sa curiosité et de ses propres critères de pertinence
Si les modèles du réseau, de la toile, de la navigation ont inspiré l’architecture intellectuelle de cet ouvrage, ils ont aussi joué un rôle central dans le processus de sa réalisation.  Les auteurs de ce volume composent en effet une communauté savante virtuelle et fluide, de la Russie aux Etats-Unis, d’Israël à la Grande-Bretagne, de l’Italie à la Belgique. La construction même du plan du volume reposait sur le patient tissage de ce réseau, du centre vers la périphérie. Un cercle de conseillers scientifiques, au fil d’entretiens successifs, permit d’identifier les auteurs possibles, de nouer des contacts, de solliciter des collaborations. Un forum de discussion par courriel a permis au fil des mois de déployer une réflexion collective sur l’architecture du premier volume comme sur les multiples problèmes et enjeux intellectuels de l’entreprise. Le courriel a aussi été un instrument de travail quotidien pour approcher les auteurs, préciser l’orientation de leur contribution, réagir aux premières esquisses des chapitres, soumettre les questions, faire valider les traductions et les corrections. La fluidité et la réactivité des échanges sur internet ont ainsi facilité toutes les étapes du travail de conception, entre les auteurs, l’équipe de pilotage intellectuel et l’éditeur lui-même.

Christian Jacob