Faire lieu, faire lien

Children and their teacher at school in Chelsea, England, during a spelling lesson
(1912).
The New York Times photo archive
(domaine public)

 

Exposé présenté à la Maison Universitaire de l’Education
(Cité des savoirs et de l’innovation)
Besançon, 18/09/2017

Les recherches de l’historien ne font sens que si elles peuvent apporter un éclairage, susciter des échos dans nos sociétés contemporaines, se nourrir de ses questionnements et tenter de lui offrir des esquisses de réponses.

En ce sens, je suis heureux et honoré d’être parmi vous aujourd’hui et de participer à l’émergence de nouveaux lieux de savoir à Besançon, avec leur topographie, leurs multiples acteurs, leurs projets, leurs pratiques.

Je ne me hasarderai pas à définir les savoirs, ce serait prétentieux. J’aime à employer ce terme au pluriel, car je les considère comme un continuum de l’expérience humaine, des savoirs de la main aux savoirs de l’intellect, des savoirs élitistes et spécialisés aux savoirs populaires, des savoirs de l’abstraction aux savoirs de la matière, du vivant et de l’humain, etc.

Continuum, car la main et l’intellect, la mémoire et l’imagination, les gestes et les mots, les signes et le corps, la voix et la pensée, les rationalités et les croyances s’entremêlent de façon inextricable.

Continuum aussi, car les savoirs se croisent, s’enrichissent mutuellement, se complètent, se recomposent dans chaque individu, dans chaque trajectoire de vie, car il n’est pas de vie sans apprentissage permanent, sans acquisition et mobilisation de savoirs.

Je voudrais contribuer à votre réflexion aujourd’hui avec deux idées fort simples.

Les savoirs font lieu.

Les savoirs font lien.

Les savoirs font lieu parce qu’ils sont toujours situés, ancrés, incorporés, matérialisés.

Les savoirs dessinent des géographies, des topographie, selon de multiples échelles. Du continent au pays, du pays à la région, de la région à la ville, de la ville au quartier, puis au bâtiment, et à la salle, à la table de travail ou à l’étagère de la bibliothèque.

Mais aussi ce qui se trouve sur la table de travail ou sur l’étagère de la bibliothèque: les supports d’inscriptions, les instruments de laboratoires, les échantillons, les ordinateurs, les tablettes numériques, les smartphones, les livres, les pages des livres, les images, les dessins, les photographies, les cartes et les tableaux…

Alors, dans cette perspective, on a différents objets de réflexion.

On peut faire une typologie de ces lieux: villes, bibliothèques, écoles, universités, musées, jardins botaniques et zoologiques, laboratoires, ateliers, usines, en retracer l’histoire, en dégager les traits institutionnels.

On peut aussi en faire une ethnographie sous une double forme:
– sous une forme descriptive: comment ces lieux matérialisent-ils, symbolisent-ils une certaine idée du savoir ? Comment sont-ils organisés ? Quel est leur mobilier ? Quels sont les éléments décoratifs, les tableaux, les fresques, les statues ? Quels sont les objets, les instruments qui y sont réunis ? Ces lieux sont-ils spécialisés ou génériques et polyvalents ?
– sous une forme dynamique: qui sont les acteurs qui y ont accès, qui y vivent, qui y travaillent ? Qu’est-ce qu’ils y font ? Comment bougent-ils ? Comment les savoirs sont-ils construits et produits ? Comment ces acteurs interagissent-ils ? Quels sont leurs statuts ?

Etudier les lieux de savoir, cependant, ce n’est pas seulement s’attacher à des configurations statiques, autonomes et refermées sur elles-mêmes. Cela implique aussi de s’attacher aux dynamiques de circulation, à travers ces différents lieux, ces différentes échelles et ces différentes dimensions.

Circulation au niveau géographique, puisque les savoirs voyagent, se diffusent, se fixent, apparaissent et disparaissent dans des lieux, se reproduisent, se cristallisent. Ces dynamiques de circulation sont possibles, évidemment, parce que les savoir se déplacent avec des acteurs humains, des objets, des mots, des concepts, des croyances, des livres, des savoir-faire et des gestes — que l’on pense par exemple aux techniques de taille des silex, dans la préhistoire, qui se sont diffusées sur des aires géographiques immenses, dans un très court laps de temps.

De même il y a mobilité et circulation entre la main qui écrit, l’oeil qui lit et la pensée qui réfléchit, entre l’écran de l’ordinateur et son clavier, l’écran de projection et le carnet de notes, le livre et la bibliothèque, le matériau brut et l’outil, les mots et les choses, la forme et le sens.

Toute activité de savoir implique une série de déplacements, de transferts, de transformations, entre le concret et l’abstrait, la main, l’oeil et l’intellect, les signes et la pensée. L’ordre, la complexité, la finalité de ces déplacements, et leur organisation séquentielle, dépendent bien sûr de la nature des tâches accomplies, des pratiques disciplinaires comme de l’inventivité propre des acteurs.

Donc les savoirs font lieu et nous, qui pratiquons les savoirs, qui les transmettons, qui tentons de les construire et de les acquérir, nous allons de lieu en lieu, nous circulons, nous changeons d’échelle, du global au local, de l’espace géographique à l’espace du discours, de l’image, de la pensée.

Les savoirs font liens, parce qu’il n’est pas de savoir qui ne soit social, qui ne crée du lien social. Les savoirs sont des traits d’unions, des éléments d’agrégation, des connecteurs. Les savoirs lient et relient, et ils ne peuvent circuler qu’à la condition de ces liens sociaux.
En effet, si l’on y réfléchit, que serait un savoir qui ne serait pas partagé, communiqué, transmis, enseigné, reproduit et traduit ?
Un savoir que l’on garderait pour soi, comme un trésor enfermé dans un coffre, serait lettre morte, au sens propre du terme, il n’aurait pas d’existence sociale.

Ce qui transforme des idées, des discours, des gestes, des artefacts et des inscriptions en savoirs, c’est le fait qu’ils sont reconnus comme tels par d’autres, qu’on leur reconnaît une valeur objective qui dépasse le statut de leur producteur.
Cette valeur objective fait des savoirs des objets de désir, mais aussi les objets d’une économie du don, de l’échange, de l’accumulation et parfois aussi de la circulation commerciale. Les savoirs sont également des objets de pouvoir, lorsque leur circulation est assymétrique, lorsque le partage est refusé et qu’ils font l’objet d’un monopole.

Les savoirs font liens: ils fondent des collectifs. Ils organisent des communautés. Ils sous-tendent des traditions dans le temps et dans l’espace, des généalogies de transmission, entre le passé et l’avenir.
Les savoirs font lien aussi parce qu’ils se construisent et se pratiquent dans l’interaction de multiples acteurs qui sont tout aussi importants les uns que les autres.

A côté des grands penseurs de l’histoire des sciences classiques, nous savons qu’il faut intégrer les techniciens, les imprimeurs, les libraires, les marchands, les fabricants d’instruments, les militaires, les hommes politiques, les administratifs.

Le savoir médical aujourd’hui, par exemple, circule et se construit entre de multiples acteurs: les médecins, les personnels soignants et infirmiers, les personnels administratifs, les laboratoires pharmaceutiques, les pouvoirs publics, la Sécurité sociale et les mutuelles, et les patients eux-mêmes, sans compter la presse, l’édition, toutes les ressources médicales et paramédicales disponibles sur la toile.
De même, l’école est un espace habité et traversé par une grande diversité d’agents : maîtres, élèves, parents, personnels administratifs et techniques, inspecteurs, éditeurs scolaires, formateurs des maîtres, représentants des collectivités locales, syndicalistes etc.

Les savoirs organisent ainsi des arènes sociales: par exemple sur le climat, sur la santé, sur la génétique et ses problèmes éthiques. Ces arènes sont des lieux de collaboration, mais aussi de débat, de controverses, de réflexivité.

Les savoirs font lien parce qu’ils relient des acteurs multiples, et qu’ils relient ainsi des espaces sociaux, des mondes sociaux différents.

Il en va ainsi de la propagation des savoirs dans nos sociétés contemporaines. Ils ne restent plus dans leur tour d’ivoire. Ils circulent. Ils sont vulgarisés. Ils sont enseignés. Ils sont pratiqués par des experts, mais aussi des amateurs et des autodidactes. Ils ont un impact social, économique, politique, culturel large. L’accès aux savoirs est une exigence de nos sociétés démocratiques, d’où les initiatives des bibliothèques de lecture publique, des médiathèques et des “tiers lieux”, des universités populaires, des chaînes de télévision ou de radio publique, comme Arte ou France Culture, des éditeurs qui rendent ces savoirs accessibles.

Les savoirs créent du lien social, deviennent des enjeux de débats, des outils d’émancipation personnelle, des instruments d’un sens critique et citoyen pouvant aider à décrypter le monde complexe où nous vivons.

Et les chercheurs, en sciences dures comme en sciences humaines et sociales, et plus généralement tous les passeurs et médiateurs de savoirs ont un rôle essentiel à jouer en participant à ces débats, à cette émancipation, à ce partage, à ces décryptages.

Les savoirs font lien aussi, non seulement entre les membres d’une communauté, d’une même société, mais aussi, plus largement, entre les générations, dans la chaîne du temps, dans l’étendue de l’espace.

Je considère donc les savoirs comme des instruments de connection, de voyage dans le temps, dans l’espace, entre les dimensions. Les savoirs permettent de se projeter dans le passé ou dans l’espace le plus lointain. Il y a quelques jours, la sonde Cassini s’est perdue à jamais dans les parages de Saturne. Les savoirs de l’astronomie, de l’astrophysique, de l’imagerie spatiale, nous ont projeté dans l’infiniment lointain, qui est devenu accessible à nos yeux, à notre intelligence, à notre imagination.

De même, si l’on y réfléchit un instant, les savoirs nous permettent de lire Homère et Aristote, Molière et Nietzsche, Zola et Descartes, et bien d’autres. Ils créent un lien improbable avec des pensées, des oeuvres, des voix et des imaginaires éteints depuis longtemps, mais qui sont réactivés par notre lecture, par notre intérêt, par nos interprétations, et même par nos contresens créatifs… Même à travers des traductions, l’Antigone de Sophocle ou les dialogues de Platon sont encore à notre portée aujourd’hui, nous pouvons faire vivre et revivre leurs mots, leur pensée, les actualiser, les projeter dans notre modernité…

Cette aptitude des savoirs à relier, à connecter, à faire lien est bien sûr démultipliée à l’heure des réseaux numériques: naviguer, explorer, se perdre, inventer des trajectoires, découvrir, cartographier, faire escale sont autant de gestes cognitifs forts, qui ont leur part de créativité, mais dont il faut aussi apprendre la syntaxe et l’outillage critique nécessaire pour trier, sélectionner, hiérarchiser, et aussi éliminer et oublier…

Faire lieu, faire lien…

Je terminerai en revenant vers le monde de l’école, de l’éducation, de ces lieux d’apprentissage et de transmission.

Il n’y aurait pas d’école, pas de lycée, pas d’université, si on n
e considérait pas que les savoirs peuvent être partagés, acquis, transmis.
C’est au fond très étrange… Enseigner, c’est évidemment ne pas garder ses savoirs pour soi, c’est les partager, les donner… Mais quand on les donne, on ne les perd pas. Ils sont toujours là, en nous. On peut les donner encore et encore. Et quand on enseigne, on sait de mieux en mieux comment les donner… “Tout ce qui n’est pas donné est perdu”, disait l’historien Michel de Certeau. Mais on ne perd pas les savoirs que l’on donne, au contraire, ces savoirs s’enrichissent du fait même de ce don, grâce au retour, au feedback de leurs destinataires. Tous les enseignants le savent: la relation didactique n’est pas unilatérale et assymétrique. On apprend aussi, on reçoit beaucoup quand on enseigne. Le savoir que l’on dispense s’enrichit, se précise, se reformule, se repense à chaque fois qu’on le transmet et qu’on le soumet à l’imprévisible des intelligences, des curiosités, de la spontanéité, de l’attention comme de l’inattention de ses élèves… C’est vrai pour les classes des premiers apprentissages comme pour le séminaire d’un directeur d’études à l’Ehess !

Les savoirs sont donc transitifs. Ils sont contagieux. Ce sont des virus… Ils se reproduisent sans qu’on puisse jamais les épuiser…
Il n’y a pas de transmission des savoirs sans désir. Désir de donner, désir de recevoir. Oh, je sais, désir de recevoir, c’est un peu fort, peut-être, quand on est dans une salle de classe, et qu’on a un cours sur Phèdre de Racine, les équations, l’imparfait du subjonctif, les verbes irréguliers en grec ancien, le système digestif de l’escargot ou la chute de l’Empire romain…

Mais le rôle de l’enseignant, de l’éducateur, est de susciter et d’entretenir ce désir…

Alors qu’apprend-t-on à l’école ? Les connaissances elles-mêmes, pour importantes qu’elles soient, sont peut-être secondaires. On apprend à apprendre. On apprend à dire, à faire, à penser. On apprend des savoir-faire. On apprend à désirer les savoirs. A les incorporer. Car les savoirs, ce n’est pas fait pour rester simplement sur un cahier scolaire, à être mémorisés par coeur ou mot à mot. Non… Les savoirs sont faits pour être incorporés. Un peu comme des vitamines…. Les savoirs sont comme le service après-vente des êtres humains que nous sommes. Ils nous complètent. Ils nous perfectionnent. Ils élargissent notre horizon. Ils nous situent dans un espace, dans un temps plus larges. Ils éveillent et aiguisent notre présence au monde, notre sens critique, nos doutes, nos questionnements, notre curiosité. Au fond, à l’école, on apprend à apprendre. On apprend à comprendre que rien n’est jamais donné, que rien n’est jamais imposé, mais que c’est à chacun, dans le moule éducatif, nécessairement collectif, de tracer sa propre trajectoire, de construire sa propre personnalité, son propre jugement, son intelligence du monde et son éthique.

Les enseignants sont des passeurs. Des initiateurs. Des relais.

Ils sont des chamans, à leur manière, tant ils créent de liens entre le présent et le passé, entre le visible et l’invisible, entre la matière et l’immatériel, entre le corps et l’esprit, entre la nature et la culture…

Par leur capacité à organiser des géographies, à parcourir des topographies, par leur pouvoir de tisser des liens entre de multiples dimensions comme à l’intérieur des sociétés complexes où nous vivons, les savoirs sont des instruments de résistance, de conquête, d’émancipation.

Ils sont l’outillage de la citoyenneté des mondes complexes dans lesquels nous vivons.

Ils sont l’horizon d’un devenir, à la fois individuel et collectif.
L’horizon d’un avenir commun.

Christiane Sinding (1)

 

Christiane Sinding était médecin, spécialisée en endocrinologie, épistémologue et historienne des sciences, directeur de recherche à l’Inserm. Elle est décédée le 19 mars 2008, au terme d’un courageux combat contre une longue maladie. Elle a joué un grand rôle dans le chantier des Lieux de savoir, elle fut l’une des conseillères du projet pour l’histoire des sciences, elle écrivit aussi un magnifique chapitre dans le premier volume Espaces et communautés, paru en novembre 2007. Elle avait le projet, pour le volume 2, d’un texte sur les procédures de la clinique médicale, le temps lui a manqué pour en achever la rédaction.

J’ai rencontré Christiane Sinding pour la première fois le 16 décembre 2003, lors d’un déjeuner de travail organisé par notre amie commune Luce Giard. Le projet des Lieux de savoir était alors en construction: le premier volume ne paraîtrait que quatre ans après. La réflexion portait alors sur la pertinence et la possibilité d’intégrer les sciences dans notre champ d’enquête.

Comme certains interlocuteurs me l’avaient fait remarquer, jusqu’à l’apparition de la science moderne en Occident, le champ des pratiques savantes était resté relativement homogène, partagé entre différents domaines de savoir, de l’érudition antiquaire à la polymathie, de la médecine à l’astronomie: usage des bibliothèques, poids des autorités, techniques de raisonnement et d’écriture, rapport à la tradition. En Occident, les sciences du Moyen-âge, de la Renaissance, de l’âge classique et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, entraient encore, pour une large part, dans la sphère des « pratiques lettrées » sur lesquelles portaient nos recherches depuis le milieu des années 1990. Le développement des sciences modernes en revanche reposait sur de nouveaux régimes de vérité, à travers la preuve expérimentale et la mathématisation du monde physique. Au XIXe et au XXe siècle, le rôle du laboratoire, de l’instrumentation, de l’expérimentation devait s’imposer, jusqu’au règne de la « Big science » à l’époque contemporaine.

Tout en étant conscient de cette coupure entre savoirs érudits et sciences, et de la difficulté de les articuler dans un même champ d’enquête, il me semblait que leur confrontation permettrait précisément de redistribuer les cartes entre « pratiques lettrées » et « pratiques savantes », et de croiser la part du geste et de l’instrument dans les humanités comme de l’écriture et de la bibliothèque dans les sciences. Dans la perspective comparatiste large que nous envisagions alors, entre Occident et Orient, entre nord et sud, passé et présent, pourquoi ne pas croiser les questionnements entre différents champs de savoir, les sciences, les techniques, les spiritualités, les humanités et les sciences sociales ?

Telles étaient les réflexions que j’ai soumises à Christiane Sinding. Elle a d’emblée compris les enjeux du projet, sa part de risque comme son ambition, et elle m’a encouragé fortement à ouvrir le champ vers les sciences « dures ». Elle a accepté aussi de s’engager  dans le projet et de travailler avec nous à son élaboration intellectuelle. Elle a participé à plusieurs de nos séminaires, avec ce mélange de modestie, de simplicité et de grande rigueur intellectuelle qui la caractérisait. Je lui dois en particulier la découverte de la théorie des « mondes sociaux » élaborée par le sociologue américain Anselm Strauss, appliquée à l’étude des interactions dans les milieux professionnels, particulièrement les milieux hospitaliers. Christiane Sinding me guida dans ce courant en me fournissant généreusement bibliographies, photocopies d’articles introuvables. Elle présenta dans un de nos séminaires les travaux de cette branche de la sociologie interactionniste.

Elle nous accompagna aussi à un workshop de plusieurs jours à la Fondation des Treilles, à Tourtour: ce fut un moment de bonheur et de travail intellectuel partagé, dans le petit groupe que nous formions alors, entre doctorants et chercheurs de différents horizons. Elle nous proposa un premier état du chapitre qu’elle prévoyait pour le volume 2 des Lieux de savoir sur les pratiques de l’examen clinique, plus précisément, sur la table d’examen du médecin.

Alors que la maladie progressait, la parution du premier volume des Lieux de savoir, en novembre 2007, fut pour elle une grande joie. Elle participa à la promotion du livre et fut interviewée par la Radio Suisse Romande sur son étude de la découverte de l’insuline et sur les différents « lieux » de la recherche pharmaceutique.

Au début de l’année 2008, nous nous sommes retrouvés, avec Luce Giard, dans un petit salon de thé du quartier Mouffetard où nous avions pris nos habitudes, pour nos rendez-vous de travail au fil des années. Malgré l’immense fatigue due aux traitements qu’elle subissait, Christiane me demanda où j’en étais pour le 2e volume des Lieux de savoir. Le chantier était à ses débuts. Je lui parlai des perspectives, des directions, des difficultés, et comme toujours, elle m’apporta conseils et encouragements, empreints de générosité et d’intelligence: intelligence de l’esprit, intelligence du cœur.

Ce volume 2 des Lieux de savoir lui est dédié.

CJ.

Choix bibliographique


Chapitres d’ouvrages


– La recherche clinique et l’impensé dans les lois de bioéthique, in : Du corps humain à la dignité de la personne humaine, Genèse, débats et enjeux des lois d’éthique biomédicale, Claire Ambroselli, Gérard Wormser eds. Centre national de documentation pédagogique, Paris,1999, p 345-352.

– « La nouvelle fabrique des maladies infectieuses », in Quelle médecine voulons-nous ? I Baszanger, M Bungener, A Paillet, éds. La Dispute, 2002.

– The Power of Norms. Georges Canguilhem and Michel Foucault on History of Medicine, in : Locating Medical History : The Stories and their Meanings, F Huisman, John Harley Warner, eds. Johns Hopkins Press, 2004, p. 262-284.

– Les multiples usages de la quantification en médecine : le cas du diabète sucré, in : Body Counts. Medical Quantification in Historical and Sociological Perspectives, Gérard Jorland, George Weisz, Annick,Opinel, eds. Montreal, McGill-Queens University Press, 127-144, 2005 (édition bilingue).

– Naissance d’une biopolitique des médicaments. La fabrication de l’insuline (1922-1925), in: Lieux de savoir I. Espaces et communautés, C. Jacob, ed., Paris, 2007, p. 483-505.


Ouvrages

– Une utopie médicale. La sagesse du corps d’Ernest Starling. Actes-Sud/Inserm, Coll La fabrique du corps humain, Arles, 1989.

– Le Clinicien et le Chercheur. Des grandes maladies de carence à la médecine moléculaire, 1880-1980. PUF, Paris, 1991, 284 p.

Dictionnaire de la pensée médicale (dir : Dominique Lecourt, comité scientifique : F. Delaporte, P Pinell, C Sinding), PUF, Paris, 2004, 1270 p.




Lien:

Histoire de l’Inserm

 

Christiane Sinding (2) par Luce Giard

Chère Christiane,

De la médecine vous avez surtout aimé la clinique, qui centre l’attention sur les cas individuels et se défie des généralisations (singuli singillatim, disaient les vieux textes, une formule reprise par Michel Foucault). Vous en aimiez la modestie et la lenteur, la quête minutieuse, et cette accumulation obstinée des petites différences qui finit un jour par faire sens. Vous aimiez la clinique parce qu’elle oblige le médecin à l’humilité devant l’histoire particulière de chaque patient.


Vous aviez été interne dans le service du Professeur Pierre Royer aux Enfants-Malades, vous y aviez appris l’ascèse et la rigueur, le respect des petits patients et l’écoute attentive des familles. Vous aviez aussi été formée aux techniques pointues du laboratoire, à ces analyses minutieuses dont vous n’aviez pas vraiment le goût. Votre désir de comprendre la souffrance des corps et les contingences du savoir médical était plus large, votre exigence réflexive était plus profonde. Vous êtes alors retournée à l’Université pour étudier la philosophie et l’histoire des sciences, avec le regret d’être arrivée trop tard pour bénéficier de l’enseignement de Georges Canguilhem, mais vous avez étudié tous ses textes avec acharnement, ce fut in absentia votre maître en histoire des sciences et en épistémologie. Vous en êtes devenue l’un des meilleurs connaisseurs.


C’est dans un cercle informel de réflexion sur la médecine, réuni et animé par Claire Ambroselli, que je vous ai rencontrée en 1982 ou 1983. Votre dédain de la rhétorique et des faux-semblants, votre exigence intellectuelle et votre formidable honnêteté vous mettaient à part. Plus tard j’ai compris que vous aviez payé un grand prix pour rester telle que vous étiez en un temps et dans un métier où d’autres manières de procéder avaient cours. De cela vous aviez conscience, vous y faisiez allusion parfois, sans vous plaindre. Votre intelligence et votre énergie étaient mobilisées par la tâche, les multiples tâches à accomplir. La soif de pouvoir et d’honneur de certains de vos anciens condisciples, le succès médiatique de livres superficiels et rapides vous faisaient sourire. Tout autre était votre chemin.


De notre amitié, tout commença avec des occasions de travail en commun : les premières rencontres avec Claire Ambroselli, mes quatre ans de séminaire d’histoire des sciences le samedi matin boulevard Raspail, l’écriture et la parution de votre livre Le Clinicien et le Chercheur (PUF, 1991) dans la collection que je dirigeais avec Maurice Caveing, l’enseignement assuré ensemble à Necker en 1990-1992, quelques colloques et séminaires que j’organisais au laboratoire d’histoire des sciences rue Mirabeau, puis rue Damesme. Et tant d’autres instants partagés : des discussions acharnées sur le statut social des sciences, des déjeuners, des dîners, du haddock, du thé, des voyages professionnels à Padoue pour célébrer le grand Zabarella, au Warburg Institute à Londres sur « Logique et méthodologie des sciences », à Marseille dans le laboratoire de neurophysiologie du cerveau, à Montpellier pour comparer l’histoire des mathématiques à celle de la médecine, ailleurs encore.

Au fil du temps, nous avons partagé des travaux et des indignations, des déceptions et des espérances, des amitiés aussi : Michèle Garabédian, Pierre Lardet, Kapil Raj, plus récemment Christian Jacob pour sa grande entreprise des Lieux de savoir à laquelle vous vous étiez associée avec plaisir, avec perspicacité et efficacité, comme d’habitude. Quand vous êtes entrée dans la maladie, vous disiez à vos amis en riant que c’était pour continuer à étudier la clinique sur ses deux faces.


Contre le cancer récurrent, vous vous êtes battue pendant plusieurs années avec courage, avec lucidité, sans illusion, sans plainte et sans pathos. Dans l’intervalle des chimiothérapies et autres traitements épuisants, vous vous remettiez, vaille que vaille, au travail, pour avancer ce livre sur la découverte de l’insuline qui vous tenait à cœur. En novembre, j’ai lu, à votre place, un fragment de ce travail au colloque de Christian Jacob : la grève des transports qui paralysait la ville vous avait empêchée de venir jusqu’à l’INHA. Mais vous aviez été heureuse de l’accueil reçu par votre texte, des commentaires et des questions que Geoffrey Lloyd et Claire Salomon-Bayet avaient formulés.


(Extrait du texte écrit par Luce Giard pour les obsèques à l’Église Saint-Médard, Paris 5e, le 27 mars 2008, reproduit avec son autorisation.)

Heureuse alchimie (Patrick Boucheron)

Heureuse alchimie


A ceux qui pensent que les universitaires ne sont plus capables de sortir du confort douillet de leur domaine de compétence pour s’aventurer sur des chemins de traverse, l’entreprise des Lieux de savoir offre un démenti éloquent. Encore faut-il comprendre ce qui rend possible un tel projet. On peut en décrire ainsi l’heureuse alchimie : des enseignants et des chercheurs encore un peu libres de leur temps, et décidés à ne pas l’épuiser dans la vaine course aux budgets ; un réseau nomade de compétences et d’enthousiasmes qui ne cherche pas à s’enfermer dans les contraintes de la bureaucratie ; le soutien d’institutions publiques (comme le Centre national du livre) et privées (comme la Fondation des Treilles) ; l’audace, enfin, d’un éditeur qui pense que la forme livre reste la destination naturelle du travail intellectuel.

Patrick Boucheron

Le Monde des livres, 13.01.2011

« Lieux de savoir 2. Les Mains de l’intellect », sous la direction de Christian Jacob : comment on façonne le savoir – LeMonde.fr

Lieux de savoir 2 : sommaire

LES MAINS DE L’INTELLECT
Date de parution: 05 Janvier 2011


Introduction, Christian Jacob

PARTIE 1 ERGONOMIES

SECTION 1 Gestes et instruments

L’éloge de la main est aussi celui de la pensée, Christian Jacob
Le sac des devins kasena et de quelques autres, Danouta Liberski-Bagnoud
Les outils du compagnon, Francois Icher
La main et l’outil dans l’art du bonsaï, Rémy Samson
Geste musical et notation. Piano et pianistes de la fin du
XVIIIe au début du XXe siècle, Rémy Campos
L’observation au microscope, Charlotte Brives



SECTION 2 Tables de travail

L’insaisissable table à écrire, Béatrice Fraenkel
L’établi du menuisier, Francois Icher
La table du lettré dans la Chine impériale, Richard Schneider
Les « gardoires » du lettré : la construction humaniste
d’un instrument de lecture, Jean-Marc Chatelain
Tables de travail informatiques : de l’écran graphique
au papier interactif, Michel Beaudouin-Lafon


PARTIE 2 INSCRIPTIONS

SECTION 1 Objets, traces, signes

Manipuler les choses, manier les signes, Christian Jacob
Dissection, modèle réduit, signe graphique en Mésopotamie, Jean-Jacques Glassner
Le terrain, l’antiquaire et l’archéologue, Alain Schnapp
L’administration des choses naturelles : le Muséum d’histoire naturelle et ses collections autour de 1800, Pierre-Yves Lacour
La recherche de l’intelligence extraterrestre ou la science nourrie de fiction, Emmanuel Benazera



SECTION 2 Dynamiques de la notation

Gestes et formes de l’écriture savante, Rafael Mandressi
Lire, inscrire et survivre en Égypte ancienne : les inscriptions de visiteurs du Nouvel Empire, Chloé Ragazzoli
Les notes de terrain de Marcel Griaule : enregistrer et ordonner
une société, Éric Jolly
Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée, Marin Dacos et Pierre Mounier
Couper, coller dans les manuscrits de travail du XVIIIe au XXe siècle, Claire Bustarret

SECTION 3 Structuration de l’espace graphique

Raisons d’écrire : pour une pragmatique historique
de l’écrit, Jean-Marc Chatelain
L’invention d’un langage graphique : l’écriture du Coran (VIIeXe siècles), Francois Déroche
Sources écrites et stratégies de mise en page à Byzance,
Daniele Bianconi
Le geste calligraphique en Chine, Yolaine Escande
La structuration des documents électroniques, Hervé Déjean


SECTION 4 Travailler avec les textes

Usages, archives : la mémoire et le corps, la dimension
esthétique, Pierre Lardet
Le chant de la mémoire, Nicole Revel
Relecture et techniques de correction dans les manuscrits
indiens, Gérard Colas
Lire en parallèle : les Hexaples, Gilles Dorival
Tables et index dans le livre de savoir en Europe
moderne, Ann Blair
Manier le thésaurus grec, Aurélien Berra



SECTION 5 Visualiser

Nature, formes et productivité de la visualisation dans la construction des savoirs, Jean-Marc Besse
Les catastérismes, Arnaud Zucker
La cartographie au télescope : la lune, de Galilée à Riccioli, Christian Jacob
Images, imagination et im
agerie médicales,
Rafael Mandressi
Architecture en trompe l’oeil, Sophie Houdart



PARTIE 3 OPÉRATIONS

SECTION 1 Organiser l’espace de la pensée

Le travail de la mémoire, Pierre Chiron
La mémoire et l’oubli. La mémorisation du Rgveda chez les Nambudiri du Kérala, Cezary Galewicz
La tablette et la torche : mémoire, composition et performance oratoire dans la rhétorique romaine, Charles Guérin
Torah écrite et Torah orale : l’architecture du savoir talmudique, Julien Darmon



SECTION 2 Opérations intellectuelles

Cheminements, Christian Jacob
Les pictographies narratives amérindiennes, Pierre Déléage
Microscopie de la vie moderne, J. Andrew Mendelsohn
Le savoir des physiciens, Pablo Jensen



SECTION 3 Les écritures de la pensée

Raisons graphiques, Christian Jacob
Traduire une particule, Michel Narcy
Les diagrammes d’analyse textuelle : une pratique savante de la tradition chinoise, Michael Lackner
L’écriture des mathématiques, Martin Andler




PARTIE 4 LES ARTISANS DU SAVOIR

Savoirs en situations extrêmes, Jean-Louis Fabiani
Les « Archives de la Planète » d’Albert Kahn, Teresa Castro
Emanuel Ringelblum et le projet « Oneg Shabbes », Samuel Kassow
Stephen Hawking : réflexion sur une pensée diagrammatique, Hélène Mialet
Dans l’atelier de Michel Foucault, Philippe Artières, Jean-François Bert, Pascal Michon, Mathieu Potte-Bonneville
et Judith Revel