C’est quoi l’idée ? Allez savoir…

Libération Livres, Jeudi 29 Novembre 2007, sur le premier volume des Lieux de savoir.



Trois autres vont suivre: Les Mains de l’intellect, La Construction des traditions et Identité, métissage, universalité. Mais le premier volume des « Lieux de savoir », – Espaces et communautés – est déjà une somme. Il fallait en effet plus d’un millier de pages à une soixantaine de chercheurs internationaux, et la mobilisation de toutes les sciences humaines, pour cartographier les « mille manières dont à travers les âges et les cultures les hommes ont produit, validé, sauvegardé et transmis des savoirs ». Réalisation réussie d’un projet que résume Christian Jacob, son maître d’oeuvre.



« A quelle étrange activité s’adonne-t-on en lisant un livre, en consultant internet, en suivant un cours, en écrivant un texte, en pratiquant le calcul mental devant les étals des maraîchers, en compilant une base de données sur l’ADN des espèces vivantes ou en répétant une expérience de chimie devant sa classe ? Qu’est-ce qui distingue ou unit le spécialiste et l’amateur, un philosophe grec et un sage bouddhiste, Galilée et Stephen Hawking, un artisan du faubourg Saint-Antoine et un biologiste assigné à résidence dans une ville interdite de l’ex-URSS, un médecin de l’hôpital Georges-Pompidou et un « medecine man » africain ? L’idée des Lieux de savoir a été de redéployer en un territoire unique et continu ce que le partage des disciplines a fragmenté en une mosaïque de principautés. Et ce afin de rendre au champ de l’expérience humaine sa force d’invention et son unité: par l’esprit, le langage et les signes, cette humanité travaille à se réfléchir elle-même, tout en aspirant à maîtrise le temps et l’espace, le visible et l’invisible,la matière et l’immatériel, l’inerte et le vivant, à les domestiquer dans des discours et des représentations qui seront discutés, diffusés, modifiés, hybridés ou rejetés.



Cette expérience fondamentale, nous l’avons explorée, tels des voyageurs en terre lointaine, en renonçant aux modèles a priori, aux hiérarchies établies selon les partages entre vrai et faux, science et superstition, techniques et humanités, main et intellect. Nous avons cheminé sans certitude, mais avec curiosité. Notre « caravane » – historiens, anthropologues, sociologues, épistémologues, philologues ou archéologues, attentifs aux progrès de la rationalité comme à la force du symbolique – a avancé sur des pistes indiquées par Claude Lévi-Strauss, Norbert Elias, Clifford Geertz, Michel Foucault ou Michel de Certeau, Jean-Pierre Vernant ou Pierre Bourdieu, en observant les étranges tribus des hommes de savoir.



Ce premier volume expose les jalons d’une socio-histoire des mondes savants: comment se fondent les écoles, s’assemblent les collectifs, se tissent les projets de vie et de savoir, s’organise et se pense une institution? Ces Lieux de savoir, élaborés dans le cadre du Groupement de recherche du CNRS « Les Mondes lettrés », relient le phare d’Alexandrie et un monastère taoïste, la maison d’un professeur de Göttingen et le sol de la planète Mars, le rituel d’initiation d’un devin africain ou une exposition universelle au Japon, selon la double logique de la sélection et de la confrontation comparatiste de situations ancrées dans le temps, l’espace et les sociétés, dans une écriture qui fait « voir » le vécu des situations, la formalité des gestes, la mise en scène des activités savantes. Alors qu’une actualité brûlante montre trop bien que le choc des traditions et l’incompréhension entre cultures et religions peuvent mettre la planète à feu et à sang, nous ouvrons une réflexion sur le pluriel des savoirs et des croyances, considérés dans leur richesse propre et leur diversité, sans jamais perdre de vue l’unité fondamentale des cultures humaines ».


Recueilli par Robert Maggiori.

Lieux de savoir 1 (Bibliofrance)

Publié sur Bibliofrance (13.11.2007)


La sortie d’un travail collectif remarquable : LIEUX DE SAVOIR, Espaces et communautés. Sous la direction de Christian Jacob, cet ouvrage est le premier tome, d’une série de quatre, d’une grande histoire comparée des pratiques intellectuelles. Le deuxième, qui paraîtra en 2011, portera sur les pratiques savantes, du maniement des instruments aux opérations les plus abstraites. Les suivants s’attacheront à la construction sociale des savoirs, puis à leur transmission et leur diffusion. Christian Jacob est directeur de recherche au CNRS, où il anime le Groupement de recherche international à l’origine de ce projet. L’équipe rédactionnelle réunie sous sa direction compte les chercheurs prestigieux de 23 institutions internationales (Allemagne, Belgique, États-Unis, Grande-Bretagne, Israël, Italie, Russie…) et, pour les auteurs français, des professeurs au Collège de France, à l’École normale supérieure, à l’école pratique des Hautes Études et à l’école des Hautes Études en Sciences sociales, ainsi que des chercheurs du CNRS.



Véritable somme, ce travail est une remarquable histoire comparée des pratiques intellectuelles et interroge nos sociétés humaines : Comment naissent, se pratiquent et se transmettent les savoirs ? Quels sont les gestes et les instruments du travail savant ? Quelle est la géographie dessinée par les parcours et les étapes des maîtres et des étudiants, des pèlerins et des explorateurs, des livres et des objets ?

« Aventure intellectuelle qui a mûri une dizaine d’années », projet international de grande ampleur, tant par sa richesse que par son ambition, les « Lieux de savoir » offrent un panorama sans équivalent des milles manières dont, à travers les âges et les cultures, les hommes ont produit, validé, sauvegardé et transmis des savoirs, par-delà les grands partages entre sociétés lettrées et sociétés sans écriture, entre Orient et Occident, sciences et humanités. Des monastères bouddhistes à l’atlas au génome humain, de la route de la soie au sol de la planète Mars, des villages africains aux écrans d’ordinateurs, ce « livre-laboratoire », premier volume d’une série de quatre, ouvre la voie (je cite l’éditeur) « à une nouvelle anthropologie de la connaissance ». Que nous dit cette histoire protéiforme sur le savoir « global », standardisé et instantané, du monde contemporain ?

« On passe d’une connaissance découpée, partagée par des communautés particulières, à une connaissance partagée et validée quel que soit le lieu où elle est produite. Le processus de globalisation de la science conduit à faire abstraction de son ancrage dans des lieux.
Notre travail retrace d’une certaine façon la genèse de ce processus: on voit se mettre en place des modes de transmission et de circulation, avec à la fois leurs dynamiques restrictives – certaines reposent sur le secret, l’élitisme, l’ésotérisme – et leurs dynamiques universalisantes, qui préparent la voie à différentes configurations de savoir, dont le savoir contemporain. »

Le mot de la fin à travers la propre description de l’auteur sur ce travail :

« Carnet de route d’un collectif de chercheurs nomades, adeptes, dans le sillage de Michel de Certeau, d’un braconnage intellectuel qui refuse de se laisser enclore par des barrières disciplinaires et académiques, ce livre-laboratoire ne prétend à aucune synthèse visant à récapituler le champ entier de l’histoire des savoirs. Plus mesurée, son ambition est de réintroduire de la fluidité dans la pensée et de l’inventivité dans la recherche; de déstabiliser des positions que tend à figer le compartimentage établi (humanités, sciences sociales, histoire des sciences, etc.) et d’offrir à ses lecteurs de tirer parti d’un dépaysement raisonné.
Les Lieux de savoir déroulent de multiples fils entre les disciplines, les époques historiques et les aires culturelles. Si chacun d’eux peut être suivi dans sa cohérence et sa continuité, pour relier par exemple les chapitres traitant de l’Antiquité ou de l’histoire du livre, l’essentiel réside dans les croisements et les noeuds, qui invitent à circuler entre la Chine et la Grèce, l’Inde et l’Afrique, les sciences et les humanités, les monastères et les écrans, les bibliothèques et les jardins. »

Durel Eric pour Bibliofrance