Ouranopolis (Anne et Patrick Poirier): exploration d’une bibliothèque

J’ai découvert le travail d’Anne et Patrick Poirier en 1978, lors de la fascinante exposition Domus Aurea présentée au Centre Georges Pompidou. J’ai suivi ensuite les différentes étapes de leur archéologie de la mémoire, de leur cartographie des mondes intérieurs, avant de les rencontrer à l’automne 1995 à Los Angeles, où nous avons bénéficié d’une année de scholarship au Getty Research Institute, qui se trouvait encore situé dans un immeuble de Santa Monica, à deux pas du rivage du Pacifique.

Une grande amitié est née entre nous, nourrie par une commune passion pour l’archéologie et les bibliothèques, pour les lieux de mémoire et de savoir. Leur univers, leurs créations m’ont toujours donné beaucoup à réfléchir et à rêver, et j’ai assisté, pendant cette année californienne, à la conception et à la matérialisation d’Ouranopolis.

Comme l’expliquent Anne et Patrick Poirier, ils ont construit « cette Bibliothèque – Musée idéale, vaste bâtiment elliptique et volant, sorte d’ovni, capable de s’envoler vers d’autres mondes avec sa moisson de mémoire, au moindre signe de catastrophe. Ouranopolis se présente donc comme un objet très pur, suspendu dans l’espace. »

Connaissant ma passion pour l’antique bibliothèque du Musée d’Alexandrie, Anne et Patrick m’ont nommé bibliothécaire et gardien d’Ouranopolis. Tâche immense et fascinante qui m’a permis d’explorer cette archive aérienne de tous les savoirs, de toute la mémoire du monde, des arts et de la pensée, des rêves et de l’imaginaire.

Nous avons alors entamé une correspondance (par email) déployant le fil fictif de mes déambulations et de mon travail dans cette architecture, peut-être qu’un jour nous en ferons un livre à trois mains…

Comme le soulignent Anne et Patrick, « de l’extérieur, presque rien n’est visible. Mais le visiteur attentif remarquera de minuscules hublots tout autour de ce vaisseau spatial, et en collant son oeil à ces petits orifices munis de lentilles, il découvrira l’intérieur des quarante vastes salles qui composent ce Musée – Bibliothèque ».

Cette immense architecture dans laquelle j’ai eu l’occasion de circuler en rêve est organisée selon le principe des théâtres et des palais de la mémoire, découpés en une multitude de lieux, de cases, d’étagères, de salles, où l’on pouvait ranger les souvenirs et les idées, les images et les sons, les livres et les savoirs.

Dans certaines galeries, les fragments de statues de marbre venus d’une Antiquité oubliée s’alignent à perte de vue, attendant les archéologues qui sauront les assembler.

Bien des secteurs de cette immense Bibliothèque restent à explorer et dissimulent sans doute des trésors insoupçonnés: rouleaux de papyrus ou de soie, lamelles de bambou et tablettes d’argile, lourds codices de parchemin, correspondances manuscrites et livres imprimés, fichiers .epub et .pdf encore lisibles sur des écrans archaïques à la luminosité évanescente.

Ouranopolis, cette utopie de la mémoire, est pour moi, depuis 1995 l’un des archétypes des lieux de savoir:  immense Musée – Bibliothèque, elle est aussi une architecture mentale, une carte cognitive et sensible, une matérialisation du cerveau, à moins qu’il ne s’agisse de la mémoire d’un ordinateur défiant l’éternité.

Dans mon travail d’historien des bibliothèques, d’explorateur des mondes lettrés, Ouranopolis est une invitation à la réflexion, un mythe profond et sublime, une énigme à déchiffrer, proche à certains égards du monolithe noir de 2001 l’Odyssée de l’Espace.

Je rêve d’une édition numérique des Lieux de savoir dont l’interface reposerait sur cette architecture.

Images publiées avec l’accord d’Anne et Patrick Poirier

Site web de référence: THE OFFICIAL SITE OF ANNE and PATRICK POIRIER

 

Faire corps, faire lieu (1) Un manifeste historiographique ?

Travail réalisé par Lucie Le Moine, dans le cadre du séminaire Introduction à la philosophie, à la sociologie et à l’histoire des sciences du centre Alexandre Koyré (Master Histoire des Sciences, Technologies et Société, EHESS)

Comme Christian Jacob dans son introduction au premier tome de l’ouvrage les Lieux de savoir, je vais débuter par la phrase de Michel de Certeau : « toute recherche historiographique s’articule sur un lieu de production socio-économique, politique et culturel. »

C’est en effet le constat partagé par la soixantaine d’auteurs ayant participé au projet.

Cette série, de 4 tomes, dont deux sont parus, a pour objet le savoir en construction. Le réseau international de chercheur mobilisé pour le projet entend renouveler les disciplines de l’histoire des savoirs et de l’anthropologie des savoirs, en étant attentif à la dimension sociale des pratiques. On assiste à un déplacement de l’histoire vers l’anthropologie.

Il faut repenser le concept de savoir. Les savoirs sont en effet des énoncés, pour lesquels il existe à un moment donné dans une société donné, un consensus, parmi un groupe d’acteur donné. Ce consensus est une variable culturelle. Les régimes de vérité peuvent différer.

Ce tome 1 consacré aux Espaces & Communautés cherche à répondre à la question : « Comment les savoirs en viennent-ils à faire corps et à « faire lieu », à être partagés dans des collectifs, à organiser des territoires, à circuler dans des réseaux ? ». L’introduction présente ainsi les bases théoriques de ce tome, et n’est pas générale à l’ensemble des tomes à paraître. Une introduction générale aurait donné l’impression d’un  projet fixé et définitif, alors qu’au contraire la réflexion est constante.

Selon moi, cette introduction fait aussi office de « manifeste » ; c’est la présentation d’un projet original de grande ampleur, qui entend redéfinir une discipline. Il faut lui donner une assise. Il s’agit de montrer les enjeux d’un tel projet, afin qu’il fasse date. Les bases théoriques exposées permettent aussi de rendre le projet crédible. Ceci explique l’enthousiasme de certaines parties : « Les Lieux de savoir visent moins à constituer une somme qu’à ouvrir une voie : les praticiens de la recherche sont appelés à unir leurs forces et leurs ressources pour construire dans toute leur complexité théorique les objets et les problèmes qu’ils rencontrent dans leurs champs respectifs, et ce en associant l’approche comparatiste à l’ouverture interdisciplinaire. »

(Lucie Le Moine)

Faire corps, faire lieu (2) Repères

Travail réalisé par Lucie Le Moine, dans le cadre du séminaire Introduction à la philosophie, à la sociologie et à l’histoire des sciences du centre Alexandre Koyré (Master Histoire des Sciences, Technologies et Société, EHESS)

Dans ce livre laboratoire, Christian Jacob se réclame du « braconnage intellectuel », notion empruntée à Michel de Certeau, qui consiste à considérer les consommateurs du savoir comme des braconniers, capables de recomposer à leur façon les textes qu’ils lisent.

Le livre est donc construit comme un « livre bibliothèque », avec des entrées thématiques. La lecture n’est pas forcément linéaire, l’agencement permettant de lire les chapitres dans l’ordre voulu par le lecteur, sans manque de cohérence. « De multiples parcours sont possibles ».

Il n’y a en effet pas de problématique globale définie au préalable, qui créerait un biais dans la réflexion des auteurs. Les contributeurs doivent dans leur article penser la question « comment des savoirs en viennent-ils à faire corps et à faire lieu ? ». Il s’agit donc d’un ensemble d’études de cas, qui, reliées entre elles, permettent de dégager des points communs et des différences dans le travail savant.

Il est donc  proposé une méthode comparative, associée à une ouverture interdisciplinaire, pour dégager ce que différents savoirs ont –ou pas- en commun. Le projet est de  « s’intéresser au pluriel des savoirs et des croyances, sans perdre de vue l’unité fondamentale des cultures humaines par delà le bouillonnement de leurs transformations. »

Il n’y a pas le souhait d’une universalité.

 

            L’héritage de cette entreprise partagée

Christian Jacob en appelle dans son introduction à des figures importantes du monde académique, à ce qu’il nomme les « quatre points cardinaux », l’héritage théorique du projet. Cela lui permet d’enraciner le projet dans le monde académique, de lui conférer de la légitimité.

Ces repères lui permettent d’appuyer l’idée selon laquelle les communautés inscrivent les savoirs dans un espace politique, avec des rapports de pouvoir, des règles propres au travail collectif. Les savoirs sont un lien social. Il soutient également dans son projet le fait que les savoirs permettent l’inscription territoriale, sont « le produit et le principe organisateur de configurations spatiales ».

Sans fermer le cadre d’analyse du projet des Lieux et savoirs, il présente les inspirations du collectif :

–       Anselm Strauss, sociologue interactionniste américain, avec son modèle des « mondes sociaux », qui permet de prendre en compte tous les acteurs qui participent à la création du savoir (dont les libraires, les imprimeurs,…)

–       L’anthropologie historique des pratiques sociales : Erwin Goffman & Edward Hall. Étude des interactions interpersonnelles au sein de la communauté. Autoreprésentation de cette même communauté.

–       Bourdieu : Concernant la construction des positions dans les mondes savants. Pour aborder la constitution du champ académique, de « l’habitus universitaire », des dynamiques d’exclusion,…

Dernier point : Plutôt une problématique, celle de l’inscription spatiale des savoirs. Un espace d’interaction, avec l’émergence de lieux dédiés, qui induit des dynamiques de savoir : zones d’influence, circulation,…

Ces approches sont un moyen de poser des questions. Il s’agit plus d’une ouverture à la réflexion que d’une grille d’analyse à appliquer.

(Lucie Lemoine)

 

Faire corps, faire lieu (3). Angles d’attaque

Travail réalisé par Lucie Le Moine, dans le cadre du séminaire Introduction à la philosophie, à la sociologie et à l’histoire des sciences du centre Alexandre Koyré (Master Histoire des Sciences, Technologies et Société, EHESS)

 

Christian Jacob expose les quatre étapes, les quatre chapitres de l’ouvrage. Pour chacune de ces étapes, Les Lieux de savoir présente des études de cas, qui ont valeur d’exemples, qui sont situées dans « un temps historique et un espace culturel donné ».

            Communautés & institutions

Dans cette partie, l’accent est mis sur la constitution et l’organisation des collectifs savants : manières d’entrer dans une communauté de savants, façons d’y vivre, valeurs et règles à respecter, qui valident le nouveau statut social du savant, institutionnalisation d’une communauté,…

Pour faire corps, il faut avoir la maitrise d’un savoir-être, il existe donc des modèles.

Parmi les études de cas exposées, on trouve la formalité des examens universitaires au centre du recrutement massif des élites administratives de la Chine impériale (Benjamin Elman).

            Lieux du travail savant

Il s’agit des espaces où le savoir et l’espace exercent  l’un sur l’autre une influence réciproque.

Le contenu savant n’est pas l’aspect qui importe dans cet ouvrage. L’aspect important est l’allure du savoir, qui influe sur la représentation et l’autoreprésentation de l’activité savante.

Si certaines pratiques savantes nécessitent des lieux adaptés au travail collectif, comme le laboratoire, l’espace domestique est également un lieu pertinent à analyser.

On trouve d’ailleurs une définition du laboratoire, sous forme de question : « Qu’est-ce qu’un laboratoire, en effet, sinon un lieu habité par un collectif d’acteurs dans la diversité de leurs statuts et de leurs fonctions, où l’on se livre à des opérations codifiées et normalisées, répétitives et cumulatives, et où des connaissances sont construites et validées ? »

Sont également évoqués les lieux carrefours, en particulier les lieux de l’écrit où se croisent des professions très diverses (entrepreneurs, techniciens,…), qui ont de fait un pouvoir prescriptif (par exemple via les activités de reproduction).

D’autres lieux déterminent les savoirs, en particulier les bibliothèques : elles traduisent des représentations (à travers des classifications,…), ne fournissent pas de données brutes, qui seraient « neutres ».

Il s’agit d’étudier, d’observer, les effets intellectuels qui peuvent avoir des collections d’ouvrages et les pratiques de lecture qui en découlent.

Enfin, les espaces peuvent être discontinus, temporaires, par exemple quand ils sont liés au politique. C’est le cas de la Cour Persane (Ziva Vesel & Francis Richard), exemple qui permet de s’interroger sur la mobilité des savoir.

 

            Territoire et mobilité

Même institutionnalisé et fixé dans des espaces (temporaires ou non), le savoir reste en mouvement.

Exemple de la Cour Persane et de sa structure très rigide. Les savants étaient obligés de suivre le souverain, ils mettaient en place des espaces de savoir temporaires, financés par le Roi. Cela témoigne de l’influence du pouvoir royal sur les pratiques savantes.

Les lieux de savoir peuvent également être explorés à travers la polarité centre/périphérie, qui permet de réfléchir aux dynamiques de basculement d’un extrême à l’autre. « Certains espaces sont des pôles d’attraction, d’autres ne sont que des sites périphériques ». Il s’agit d’être apte à établir un réseau entre ces espaces. Cette manière d’aborder le savoir permet de dégager le concept de « tête de réseaux ».

L’idée de conquête n’est pas absente du savoir, comme pour l’exploration de la planète Mars, à distance, par la médiation des robots (Emmanuel Benazera & Nicolas Meuleau). « Maîtrise intellectuelle et symbolique d’un lieu ».

Il est par ailleurs pertinent de noter la logique immatérielle de l’espace, qui devient de plus en plus importante avec l’avènement d’internet (Éric Guichard), qui emprunte beaucoup au champ sémantique de l’espace (« routes » , « flux », « domaines », …). Comme toute technologie de la communication, Internet reconfigure les rapports de l’espace et du temps.

            Villes phares

 

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux « villes phares ». L’introduction explique comment cette notion renvoi à l’idée qu’il existe (ou a existé) des lieux « exemplaires », qui regroupent les différents aspects  du savoir évoqués dans l’ouvrage.

Ce concept permet de recréer un lien volontairement déconstruit au cours de la lecture.

Peut-être la ville qui a le plus correspondu au concept de ville-phare :« Alexandrie, 3e siècle avant JC ».

Conclusion

Pour conclure, j’ai choisi cet extrait de l’avant-propos, qui me fait considérer l’introduction de ce premier tome comme un manifeste, destiné à asseoir un projet de grande ampleur.

« Carnet de route d’un collectif de chercheurs nomades, adeptes, dans le sillage de Michel de Certeau, d’un braconnage intellectuel qui refuse de se laisser enclore par des barrières disciplinaires et académiques, ce livre-laboratoire ne prétend à aucune synthèse visant à récapituler le champ entier de l’histoire des savoirs. Plus mesurée, son ambition est de réintroduire de la fluidité dans la pensée et de l’inventivité dans la recherche ; de déstabiliser des positions que tend à figer le compartimentage établi (humanités, sciences sociales, histoire des sciences,…) et d’offrir à ses lecteurs de tirer parti d’un dépaysement raisonné. »

(Lucie Le Moine)

Scribes égyptiens: sur la thèse de Chloé Ragazzoli (1/2)


Faire partie d’un jury de thèse est parfois un privilège: celui de voir aboutir un travail dont on a pu suivre le déroulement, celui d’être le premier lecteur d’un ouvrage qui fera date. Tel était le sentiment partagé des membres du jury de la thèse de Chloé Ragazzoli, Les artisans du Texte. La culture des scribes en Egypte ancienne d’après les sources du Nouvel Empire, préparée sous la direction de Madame Dominique Valbelle et soutenue à l’Université de Paris IV en décembre 2011.

Chloé Ragazzoli est l’auteur du chapitre « Lire, inscrire et survivre en Egypte ancienne: les inscriptions de visiteurs du Nouvel Empire » dans Lieux de savoir 2, Les Mains de l’intellect, Paris, Albin Michel, p. 290-311.

Avec l’accord de Chloé Ragazzoli, je reproduis ci-dessous quelques passages de mon rapport sur sa thèse, pour en signaler la qualité et l’intérêt pour tous ceux qui s’intéressent aux pratiques lettrées et à leurs acteurs.

Le projet de Chloé Ragazzoli est celui d’une histoire totale d’un monde lettré particulier, celui des scribes du Nouvel Empire, une période qui s’étend de -1500 à -1000, et où l’on trouve quelques grands noms de la civilisation égyptienne, comme Hatchepsout, Akhénaton, Toutankhamon, Ramsès ou Séthi. Cette histoire se base sur un corpus particulier, les miscellanées (23 manuscrits), mais aussi sur l’ensemble de la littérature du Nouvel Empire, qui en constitue l’horizon culturel et le contexte.  En choisissant de centrer sa recherche sur le genre des miscellanées, Chloé Ragazzoli prend au sérieux une littérature jugée comme secondaire. Elle revient sur les classifications qui font autorité, sur les interprétations communément admises, en remettant en cause la notion de « textes scolaires ». Ces miscellanées ne relèvent pas simplement d’un exercice formel, vide de sens ; ce n’est pas seulement de la compilation. Il y a aussi de la pensée, de l’intelligence, de la création dans ce que l’on considère généralement comme une littérature mineure.

C’est donc une hypothèse de lecture forte qui est posée : les miscellanées témoignent d’une forme d’écriture spécifique, ce sont des textes écrits par et pour les scribes et sur les scribes. En marge de leurs activités de gestion, d’administration, de comptabilité, ces scribes se constituent un espace de liberté, consacrent du temps à écrire et à lire une littérature spécifique, pour et sur eux-mêmes.

Ces textes déploient un espace communautaire et identitaire, ils marquent une connivence professionnelle, un savoir partagé. Ils sont des dispositifs actifs et efficaces, déployant des stratégies  d’autoreprésentation, d’explicitation des normes et des valeurs, de tissage des liens interpersonnels, entre scribes de la même génération (frères) ou entre maîtres et disciples (père et fils), de réflexivité sur l’apprentissage et la pratique de l’écriture, de positionnement par rapport à d’autres professions et classes sociales (armée, paysans, haute administration). L’analyse menée par Chloé Ragazzoli met en évidence tous les procédés formels mobilisés dans ces stratégies : jeux d’allusions et d’échos, maniement des lieux communs, jeux énonciatifs particuliers (ironie, satire, menace, éloge, plainte, fierté…).

J’ai été particulièrement intéressé par les différentes perspectives méthodologiques suivies, et par leurs apports complémentaires.

La première partie de la thèse s’inscrit dans le courant de la bibliographie matérielle et de la sociologie des textes (McKenzie, H.-J. Martin et L. Febvre), qui considère que les caractéristiques matérielles et typographiques d’un livre participent à sa signification, induisent les modalités de sa réception et de ses usages, les pratiques de ses lecteurs. Chloé Ragazzoli pose avec rigueur les jalons d’une « voluménologie » attentive aux supports comme aux inscriptions. Elle décrit avec minutie les supports matériels, les formats, l’espace graphique, le ductus du calame : l’analyse graphologique éclaire les modalités d’appropriation intellectuelle du texte copié, sa destination, son statut. L’analyse fine des caractéristiques formelles de ces miscellanées, de leurs principes de composition et d’assemblage permet de les interpréter en termes de pratiques et de production. De même l’attention portée à la  mise en page, aux formes d’écriture, aux signes diacritiques, aux annotations marginales révèle les intentions du scribe, parfois la séquence de ses gestes, comme dans la magnifique analyse du Papyrus Sallier I (p. 56 sq). On trouve aussi un développement particulièrement remarquable sur les indices graphiques qui permettent de mesurer le degré d’implication et de compréhension du scribe par rapport à ce qu’il écrit ou lit, de distinguer aussi des manuscrits de commande ou à usage personnel :  les manuscrits les plus originaux et les moins fautifs sont les moins bien écrits et l’analyse de la densité révèle l’attention du scribe aux articulations sémantiques du texte.

Cette approche paléographique introduit une poétique des formes discursives présentes dans les miscellanées: correspondance, onomastica, listes lexicales, textes encyclopédiques, autant de facettes d’un genre fondamentalement composite, mais qui trouve son unité dans son statut de « livre de métier ».  C’est le milieu des scribes, en effet, qui constitue l’horizon d’intelligibilité de cette littérature, et permet d’entrer aussi bien dans leur réalité sociale et professionnelle que dans leur imaginaire. Deux modèles sont mis en œuvre, celui des « mondes sociaux » d’Anselm Strauss, représentant de la sociologie interactioniste américaine et le concept de « distinction » de Pierre Bourdieu. Ces deux modèles se révèlent heuristiques pour la compréhension du milieu professionnel des scribes, de son éthos et de ses valeurs, de son autoreprésentation, de sa synergie pour l’accomplissement des tâches qui lui sont confiées dans l’administration et la société égyptiennes.

Scribes égyptiens: sur la thèse de Chloé Ragazzoli (2/2)


La deuxième partie de la thèse, placée sous le signe de l’anthropologie historique,  est particulièrement évocatrice pour un helléniste : elle entre en effet en résonance avec les travaux de Jean-Pierre Vernant, de Marcel Detienne (notamment le livre collectif qu’il a dirigé : Les savoirs de l’écriture en Grèce ancienne) et Jesper Svenbro, sur la poétique grecque archaïque (La parole et le marbre, aux origines de la poétique grecque; Phrasikeia, anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, 1988). L’anthropologie historique permet d’entrer dans un monde de représentations sociales, culturelles et religieuses, dans un imaginaire socialement partagé. Textes et images nous donnent accès à une vision du monde historiquement située, partagée par un milieu social donné. C’est bien la perspective choisie par Chloé Ragazzoli, quand elle choisit de lire les miscellanées comme des documents réflexifs où un milieu social et professionnel particulier se met en scène à travers ses valeurs, ses croyances, ses revendications identitaires, sa hiérarchie, sa position dans le temps et dans la tradition. Dans ce corpus, les spécialistes de l’écriture  réfléchissent aussi sur l’opération même de l’écriture, dans sa dimension physique et gestuelle, dans son ergonomie et avec ses instruments, dans sa nature et ses effets propres.

Les analyses menées dans cette seconde partie croisent les perspectives de la psychologie historique développée par Ignace Meyerson (Les fonctions psychologiques et les œuvres).  En choisissant de lire les miscellanées comme un espace de la  « thématisation de soi » (selon l’expression de Jan Assmann), Chloé Ragazzoli entreprend une forme d’archéologie de la catégorie de la personne dans la société du Nouvel Empire :  rapport au corps, à la parole et à l’écriture, au temps,  à la mort et à la mémoire, à la parenté ;  formes de l’individuation, du « je », non pas dans sa dimension romantique et subjective, mais en tant que construction sociale, définie par la communauté professionnelle et son champ d’activités : comment un scribe se perçoit-il ? Qu’est-ce qui le rapproche, qu’est-ce qui le distingue des autres scribes ? Quels sont son univers intérieur, son rapport aux autres, son rapport à ses prédécesseurs, sa religiosité ? Sur ces différents aspects, les analyses de Chloé Ragazzoli apportent des éclairages passionnants et neufs, s’appuyant sur une grande érudition et sur l’interprétation rigoureuse de multiples sources croisées (signalons en particulier l’intérêt des analyses des graffitis de scribes dans les tombes, rendant hommage à leurs prédécesseurs).

Pour un helléniste, la culture et la société lettrées ainsi évoquées sont très spécifiques et présentent un ensemble de traits différentiels par rapport à la Grèce. Le Nouvel empire est contemporain de la grande époque des palais crétois, où des scribes sont aussi en charge de tâches administratives, mais les tablettes de linéraire A et B ne laissent pas apparaître une littérature comparables aux miscellanées. La Grèce archaïque et classique est un monde de cités autonomes, de taille variable, où le pouvoir est détenu par des magistrats et des instances délibératives comme l’assemblée du peuple. Les scribes sont employés par les cités, mais ces spécialistes de l’écriture publique ou de l’archive n’ont pas constitué un milieu aussi structuré et réflexif que celui de leurs homologues égyptiens.  Le cadre politique, la structure de la société sont sans doute des éléments déterminants. On observe en fait une séparation nette entre écriture administrative et législative et écriture littéraire et savante, mais aussi entre écriture au sens physique et corporel, et écriture au sens de création intellectuelle et de positionnement énonciatif. Le poète, le philosophe, le savant grecs ne se représentent jamais en train d’écrire sur un rouleau de papyrus. Sur les vases attiques, un lettré peut lire un rouleau ou écrire sur une tablette de bois recouvert assis sur un siège. On ne le voit jamais assis par terre avec le rouleau de papyrus  tendu entre les cuisses, comme le scribe égyptien, sans doute parce que cette position et cette activité ont des connotations serviles. La création intellectuelle et littéraire en Grèce n’est pas associée à un milieu socio-professionnel unique. Aèdes, rhapsodes, poètes, dramaturges, professeurs, orateurs, philosophes,  grammairiens témoignent de la grande diversité des statuts, des positionnements sociaux, des modes de subsistance dans la culture lettrée et savante grecque: mécénat, rédaction de poèmes sur commande, prix dramatiques, milieux de cours, sophistes monnayant leur enseignement. On trouve deux grands modèles de l’activité poétique : le premier repose sur l’invocation aux Muses, considérées comme sources du savoir, du chant et  de la mémoire. Le second met l’accent  sur la poiétique et la dimension «  manufacturée » du poème, en recourant à différentes métaphores artisanales. Les poètes peuvent ainsi vendre leurs compositions à des commanditaires qui peuvent être des aristocrates, des rois etc.

Les royaumes hellénistiques présentent une situation différente. En Egypte, par exemple, on trouve des administrations complexes, hiérarchisées, où les scribes tenaient une place importante. Le Musée d’Alexandrie, cependant, ne réunit pas des scribes au service du roi, mais des savants et lettrés venus de différents horizons du monde grec, subventionnés par le roi.   Dans le monde grec, le lettré est celui qui crée, pas celui qui transmet, ni celui qui produit les copies matérielles des textes. Le poiétès, le logographe, le philosophe, le grammairien sont les acteurs de cet univers cuturel, tandis que les scribes et les copistes sont occultés.

La thèse de Chloé Ragazzoli invite ainsi au travail comparatiste, elle pourrait entrer en résonance avec des enquêtes similaires menées sur les scribes dans le monde mésopotamien (travaux de Jean-Jacques Glassner)  comme en Chine, avec son administration de lettrés recrutés sur concours (travaux de Jean-Pierre Drège, Benjamin Elman…).

En conclusion, cette thèse force l’admiration par son ampleur et sa qualité . Sa lecture est passionnante et déploie àune réflexion anthropologique très novatrice sur les mondes lettrés, leurs acteurs, leurs pratiques et leurs traditions. Le jury unanime a souhaité que cette thèse soit rapidement publiée : le livre qui en découlera fera date, non seulement dans le champ de l’égyptologie, mais aussi dans celui plus général de l’histoire culturelle et de l’anthropologie des pratiques lettrées.

 

Rendez-vous autour des Lieux de savoir (20 janvier 2012)

   Université PARIS DIDEROT Paris 7

       Institut des Humanités de Paris

      Séminaire « Réinventer les Humanités »

Vendredi 20 janvier 2012

15h-17h, salle Pierre Albouy

Paris VII, site Grands Moulins, bât. C, 6e étage

 

Pour une anthropologie historique des savoirs

Séminaire animé par

Christian Jacob, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche au CNRS, directeur scientifique des Lieux de savoir (Albin Michel, vol. 1 2007, vol. 2 2011)

et

Aurélien Berra, maître de conférences à l’université Paris-Ouest (grec ancien, humanités numériques)

 

Peut-on concevoir une anthropologie des savoirs allant au-delà des barrières des disciplines, au-delà des clivages entre sciences et humanités, entre techniques et spiritualités ? Telle est la question au cœur du projet des Lieux de savoir, dont deux volumes ont été publiés par les éditions Albin Michel (2007 et 2011). Interdisciplinaire, comparatiste, cette entreprise tente de renouveler les questionnements et les approches portant sur les formes et les modalités du savoir humain, les gestes et les opérations qui les produisent et les transmettent, les supports matériels et les instruments qu’elles mobilisent.

Nous présenterons les hypothèses de travail à la base de ce projet, sa problématique d’ensemble.

Nous discuterons également quelques exemples précis, portant notamment sur la mise en forme graphique des savoirs et sur les opérations intellectuelles.

Nous ouvrirons enfin la réflexion sur les étapes à venir de ce travail collectif, auquel nous souhaitons donner une dimension nouvelle, sous la forme d’une édition numérique et d’une communauté de recherche ouverte.

Rendez-vous autour des Lieux de savoir (17 janvier 2012)

La Transmission des savoirs: pour une anthropologie historique

Conférence de Christian Jacob (Ehess / CNRS)

Mardi 17 Janvier 2012

18:30 – 20:30

Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle en Poitou-Charente

Espace Mendès France, 1 Plan de la Cathédrale, 86000 Poitiers