Feuille de route pour mon séminaire 2013-2014: Objectivation, fixation, transmission des savoirs

Plus de six mois à l’avance, il me faut penser au séminaire que je proposerai à mes auditeurs et étudiants à l’Ehess, à partir du mois de novembre 2013. Cette réflexion programmatique définit un horizon, vaste, rêvé, mais pas encore tout à fait balisé, et une feuille de route, quelques étapes qui marqueront le cheminement.

Dans la réalité d’un enseignement étroitement lié à la recherche, on ne suit que rarement l’itinéraire prévu:  certaines étapes s’avèrent plus riches que d’autres, mais surtout, l’imprévu peut surgir à tout moment et inviter à suivre des chemins de traverse, à explorer des voies qui surgissent sous vos pas…

Dans la carte que je viens de tracer, pour les programmes d’enseignement de l’Ehess, il y a deux repères principaux autour desquels je voudrais organiser mon travail et mon séminaire. Le premier est Galien et son univers de médecin lettré, commentateur, bibliophile, lexicographe et auteur prolixe, entre Rome, la Campanie et Pergame, à la fin du IIe siècle après J.-C. Le second est la réflexion que je mène sur le développement des humanités numériques, et l’impact de ces dernières sur l’écriture et la lecture, sur les textes et les bibliothèques, sur la construction et la circulation des savoirs.

Le détour par la longue durée historique est aussi le plus court chemin pour réfléchir sur des enjeux stratégiques pour tous les lieux de savoir contemporains.

bibliotheque

Objectivation, fixation, transmission des savoirs

Le séminaire poursuit l’enquête engagée depuis plusieurs années sur la construction sociale des savoirs, au carrefour de l’histoire et de l’anthropologie. Nous nous proposons de réfléchir, dans la perspective interdisciplinaire et comparatiste qui est la nôtre, aux dispositifs discursifs, graphiques, techniques et institutionnels qui permettent l’objectivation, l’archivage et la transmission des savoirs, sous la forme de textes, d’images, de bases de données ou de bibliothèques.

A partir de différents terrains d’enquête, nous étudierons les modalités de l’inscription des savoirs, étape où la construction et la fixation sont indissociables, les jeux énonciatifs comme les principes structurels et formels qui régissent les genres du traité, du manuel, de l’encyclopédie, du dictionnaire, de l’article scientifique. Nous interrogerons en particulier les dispositifs qui permettent l’assemblage et le traitement de données hétérogènes : tableaux, cartes, listes, schémas relèvent de ce que Jack Goody appelle la « raison graphique » et permettent l’encodage de mots, de chiffres, de mesures, d’informations, ainsi que des opérations intellectuelles qui les articulent. Nous nous attacherons à comprendre les procédures permettant de construire de la généralité, du global, de l’universalité à partir de l’accumulation et de la transformation de données partielles, empiriques et locales : les cartes géographiques, les histoires universelles, les classifications, les encyclopédies, les histoires naturelles, les atlas, certains textes théoriques. Nous examinerons également les étapes de transformation et de reformulation qui conduisent d’un énoncé subjectif, soumis à la critique, à un énoncé objectif, entrant dans le corpus des savoirs validés et se prêtant dès lors à des formes de récriture et de transmission particulières.

Nous interrogerons enfin la notion de bibliothèque, comme lieu de mise en espace et d’organisation des savoirs d’une société et des traditions qui déploient leur généalogie : des livres-bibliothèques qui veulent réunir tout le savoir existant aux architectures de mémoire et de savoir, aux effets intellectuels et symboliques particuliers.

Le séminaire prendra appui sur différents lieux et moments de l’histoire des savoirs, Alexandrie au IIIe siècle avant J.-C., Rome au IIe siècle après J.-C, avec notamment le médecin Galien et la bibliothèque fragmentée d’Athénée, mais aussi la polymathie de la Renaissance et l’encyclopédisme du siècle des Lumières, les registres de l’écriture savante dans les « sciences dures » et les sciences sociales contemporaines.

Ce parcours historique et exploratoire apportera un éclairage et des questionnements sur les mutations conceptuelles, techniques, économiques et sociales qui reconfigurent aujourd’hui les modes d’objectivation, de validation, de fixation et de circulation des savoirs : la fluidité des textes, la polyphonie des instances auctoriales, la mouvance des limites entre écriture et lecture, les nouvelles formes de construction et de communication des savoirs sont autant d’enjeux décisifs, urgents à penser dans le paysage émergent des humanités numériques.