Les villes des savoirs (Genèses 76)

B. M. —Dans les logiques territoriales que vous reconstituez, les lieux, les centres, les périphéries, vous attribuez beaucoup d’importance aux villes. Mais les régions paraissent moins présentes – je pense par exemple à la Silicon Valley – comment les intégrez-vous?

C. J. — Il nous a semblé intéressant de refermer le volume sur les villes phares, qui permettaient de nouer tout un ensemble de fils déroulés dans les études de cas. Les textes de cette dernière section, en effet, montrent comment certaines villes, à différents moments de l’histoire, ont pu matérialiser une conception du savoir en réunissant des bibliothèques, des universités, des écoles, des laboratoires et des savants. Notre travail était déjà très avancé lorsque nous avons pris connaissance du livre de David N. Livingstone, Putting Science in Its Place (2003) : cet ouvrage écrit par un géographe étudie les différentes échelles spatiales configurées par l’activité scientifique, la manière dont les sciences s’inscrivent dans des territoires, et parfois les transforment ou les créent.

Nous partageons avec David N. Livingstone l’idée que la géographie des savoirs, par rapport à la géographie tout court, se doit d’étudier la manière dont les pratiques scientifiques circulent et se fixent. Elle doit prendre en compte les voies de communication, les carrefours, les frontières, les points d’ancrage et les points de départ, les zones centrales, périphériques, et les différentes échelles de distance.

Cette problématique est bien représentée dans les Lieux de savoir, je pense en particulier au chapitre écrit par Madalina Dana sur la mobilité culturelle entre les cités de la mer Noire et les grands centres intellectuels du monde égéen dans l’Antiquité (2007) : ces cités excentrées, qui se trouvent presque au bout du monde dans la vision des anciens, entretiennent des relations multiples avec Athènes, Alexandrie, Pergame et Rome, et parviennent, du moins pour certaines d’entre elles, à dupliquer sur le plan régional ce modèle du centre et de la périphérie. Elles deviennent elles-mêmes des centres régionaux pour des cités encore plus excentrées qu’elles.

De même, le chapitre sur les «cités interdites » dans l’ex-Union soviétique analyse des dynamiques d’aménagement des territoires à l’échelle régionale.

Mais ce n’est sans doute pas un hasard si la géographie des savoirs a privilégié pendant si longtemps un ancrage urbain. C’est dans les villes que se trouvait la clientèle des praticiens des techniques, la demande éducative des étudiants, les institutions savantes, les musées et les bibliothèques, les palais des riches et des puissants susceptibles d’entretenir artistes, savants et lettrés.

B. M. — Mais en même temps tout cela se meut dans le cadre de logiques territoriales, pour autant que l’expression soit pertinente, de lieux, de réseaux, de centres, de périphéries, qui sont à la fois des tissus, des paysages construits par les producteurs, mais aussi observés, visités, explorés par eux-mêmes et d ’autres acteurs aussi. Le volume 1 met en évidence ces jeux de paysages, vous insistez notamment sur les mobilités, les itinérances.

Vous proposez la notion de «sphère d’action» dont vous dites qu’elle est une notion qui a suscité l’un des chapitres aventureux du livre… Vous ne dites évidemment pas cela pour noter une fragilité, mais au contraire annoncer l’ouverture de perspectives inédites… Comment cette notion, d’autres encore, ouvrent-elles des perspectives nouvelles pour l’histoire des savoirs?

C. J. — Dans la perspective exploratoire qui était la nôtre, il ne s’agissait pas de proposer une approche synthétique ni une taxinomie générale des configurations spatiales liées à la pratique et à la circulation des savoirs, mais d’ouvrir un champ de réflexion à partir de quelques études choisies. Nous avons voulu mettre l’accent sur des dispositifs particuliers, où l’espace et les pratiques savantes se déterminent mutuellement. Ziva Vesel et Francis Richard, par exemple, nous ont décrit la culture de cour dans le monde persan (2007), où les déplacements des souverains entraînent ceux des lettrés et des savants, mais aussi la création de centres de savoir temporaires, financés par le roi, réunissant un observatoire astronomique, une bibliothèque et un hôpital pour un programme de recherche limité dans le temps. L’observatoire était un lieu d’accumulation et de traitement de données, enregistrées sur des tables astronomiques, un « centre de calcul » selon l’expression de Bruno Latour, où il s’agit de faire venir le ciel et ses constellations sur un support d’inscription.

Évoquant la logistique de l’expédition menée par Marcel Griaule de Dakar à Djibouti (1931-1933), Éric Jolly nous invite à réfléchir sur une forme particulière de travail de terrain, où, au fil du voyage, il faut enregistrer et prélever le plus grand nombre d’informations possibles, afin de les exploiter de retour à Paris (2007). Photos, croquis, cartes, enregistrements, carnets de notes, objets, échantillons divers sont autant de moyens de s’approprier des traces analogiques qui permettront d’étudier à volonté les différentes cultures rencontrées en cours de route. L’Afrique est mise en fiches et en caisses.

Le cas de la conquête de la planète Mars offre un cas de figure extrême, avec l’exploration d’un monde à distance, grâce à des médiateurs non humains, des robots téléguidés qui ont leur propre autonomie, leur marge d’initiative, commandés depuis la terre dans un cadre extrêmement régulé, dans des créneaux horaires, avec un temps de réaction incompressible. Quel est le plus important dans le cas de la planète Mars? Est-ce la distance spatiale? Est-ce l’écart temporel qui se glisse entre la commande et son exécution?

L’astronome persan faisait venir le ciel à lui, grâce à la médiation de ses tables d’observations et à ses instruments. L’ethnologue français traversait l’Afrique et la ramenait à Paris sous la forme de collections d’objets et d’une archive multimédia. Les chercheurs de la Nasa explorent le sol de la planète Mars grâce à la médiation d’une machine qui leur fait parvenir des flux de données numériques qu’il faut ensuite traiter pour reconstituer des paysages faisant sens pour l’oeil humain.

(Les Lieux de savoir: un entretien avec Christian Jacob par Bertrand Müller, Genèses 76, 2009, pp. 116-136)

© Genèses, avec l’autorisation de la revue et de Bertrand Müller.

Ouvrages cités (Genèses 76)

BENAZERA, Emmanuel et Nicolas MEULEAU. 2007. « Structures et pratiques du savoir à distance : le cas de l’exploration robotique de Mars », in Jacob (éd.) : 897-916.

CAVALIER, François. 2007. « Les collections dans “l’âge de l’accès”: le consortium Couperin et la documentation électronique », in Jacob (éd.) : 654-680.

CAVALLO, Guglielmo. 2007. «Le scriptorium médiéval », in Jacob (éd.) : 537-555.

CERTEAU (DE), Michel. 1975. L’écriture de l’histoire. Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires). — 1980. L’invention du quotidien, vol. 1 : Arts de faire. Paris, Union générale d’éditions (10-18).

DANA, Madalina. 2007. « Centre et périphérie. La mobilité culturelle entre la mer Noire et le monde méditerranéen dans l’Antiquité », in Jacob (éd.) : 924-940.

DENYS LE PÉRIÉGETE. 1990. La description de la terre habitée de Denys d’Alexandrie ou la Leçon de géographie. Paris, Albin Michel [introduction et traduction Christian Jacob].

FEBVRE, Lucien et Henri-Jean MARTIN. 1957. L’apparition du livre. Paris, Albin Michel (L’évolution de l’humanité).

FOUCAULT, Michel. 1994. « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et écrits, vol. 1 : 1954-1969. Paris, Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines) : 789-820.

GIARD, Luce et Christian JACOB (éd.). 2001. Des Alexandries, vol. 1 : Du livre au texte. Paris, Bibliothèque nationale de France.

HERROU, Adeline. 2007. « La communauté des moines taoïstes en Chine : une parenté rituelle fondée sur des textes », in Jacob (éd.) : 179-200.

JACOB, Christian. 1992. L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire. Paris, Albin Michel (Histoire). — (éd.). 2003. Des Alexandries, vol. 2 : Les métamorphoses du lecteur. Paris, Bibliothèque nationale de France.

— 2007. Lieux de savoir, vol. 1 : Espaces et communautés. Paris, Albin Michel.

JOLLY, Éric. 2007. « La mission ethnographique Dakar-Djibouti : collecte itinérante et maîtrise du terrain », in Jacob (éd.) : 875-896.

LATOUR, Bruno. 1989 [1987]. La Science en action. Paris, La Découverte (Textes à l’appui), (éd. orig., Science in Action. How to Follow Scientists and Engineers through Society. Cambridge, Harvard University Press).

— et Steve WOOLGAR. 1988 [1979]. La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques. Paris, La Découverte (Sciences et société), (éd. orig., Laboratory Life. The Social Construction of Scientific Facts. Londres, Sage Publications).

LIVINGSTONE, David N. 2003. Putting Science in Its Place. Geographies of Scientific Knowledge. Chicago, University of Chicago Press.

NORA, Pierre (éd.). 1984-1992. Lieux de mémoire. Paris, Gallimard, 7 vol.

POIREL, Dominique. 2007. « “Apprends tout” : Saint Victor et le milieu des victorins à Paris, 1108-1330 », in Jacob (éd.) : 302-322.

SINDING, Christiane. 2007. « Naissance d’une biopolitique des médicaments. La fabrication de l’insuline (1922-1925) », in Jacob (éd.) : 483-506.

STRAUSS, Anselm L. 1992. La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme. Paris, L’Harmattan (Logiques sociales).

VESEL, Ziva et Francis RICHARD. 2007. « La culture de cour dans le monde iranien de l’époque sassanide aux Qadjars », in Jacob (éd.) : 854-874.

Lieux de savoir 2 : sommaire

LES MAINS DE L’INTELLECT
Date de parution: 05 Janvier 2011


Introduction, Christian Jacob

PARTIE 1 ERGONOMIES

SECTION 1 Gestes et instruments

L’éloge de la main est aussi celui de la pensée, Christian Jacob
Le sac des devins kasena et de quelques autres, Danouta Liberski-Bagnoud
Les outils du compagnon, Francois Icher
La main et l’outil dans l’art du bonsaï, Rémy Samson
Geste musical et notation. Piano et pianistes de la fin du
XVIIIe au début du XXe siècle, Rémy Campos
L’observation au microscope, Charlotte Brives



SECTION 2 Tables de travail

L’insaisissable table à écrire, Béatrice Fraenkel
L’établi du menuisier, Francois Icher
La table du lettré dans la Chine impériale, Richard Schneider
Les « gardoires » du lettré : la construction humaniste
d’un instrument de lecture, Jean-Marc Chatelain
Tables de travail informatiques : de l’écran graphique
au papier interactif, Michel Beaudouin-Lafon


PARTIE 2 INSCRIPTIONS

SECTION 1 Objets, traces, signes

Manipuler les choses, manier les signes, Christian Jacob
Dissection, modèle réduit, signe graphique en Mésopotamie, Jean-Jacques Glassner
Le terrain, l’antiquaire et l’archéologue, Alain Schnapp
L’administration des choses naturelles : le Muséum d’histoire naturelle et ses collections autour de 1800, Pierre-Yves Lacour
La recherche de l’intelligence extraterrestre ou la science nourrie de fiction, Emmanuel Benazera



SECTION 2 Dynamiques de la notation

Gestes et formes de l’écriture savante, Rafael Mandressi
Lire, inscrire et survivre en Égypte ancienne : les inscriptions de visiteurs du Nouvel Empire, Chloé Ragazzoli
Les notes de terrain de Marcel Griaule : enregistrer et ordonner
une société, Éric Jolly
Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée, Marin Dacos et Pierre Mounier
Couper, coller dans les manuscrits de travail du XVIIIe au XXe siècle, Claire Bustarret

SECTION 3 Structuration de l’espace graphique

Raisons d’écrire : pour une pragmatique historique
de l’écrit, Jean-Marc Chatelain
L’invention d’un langage graphique : l’écriture du Coran (VIIeXe siècles), Francois Déroche
Sources écrites et stratégies de mise en page à Byzance,
Daniele Bianconi
Le geste calligraphique en Chine, Yolaine Escande
La structuration des documents électroniques, Hervé Déjean


SECTION 4 Travailler avec les textes

Usages, archives : la mémoire et le corps, la dimension
esthétique, Pierre Lardet
Le chant de la mémoire, Nicole Revel
Relecture et techniques de correction dans les manuscrits
indiens, Gérard Colas
Lire en parallèle : les Hexaples, Gilles Dorival
Tables et index dans le livre de savoir en Europe
moderne, Ann Blair
Manier le thésaurus grec, Aurélien Berra



SECTION 5 Visualiser

Nature, formes et productivité de la visualisation dans la construction des savoirs, Jean-Marc Besse
Les catastérismes, Arnaud Zucker
La cartographie au télescope : la lune, de Galilée à Riccioli, Christian Jacob
Images, imagination et im
agerie médicales,
Rafael Mandressi
Architecture en trompe l’oeil, Sophie Houdart



PARTIE 3 OPÉRATIONS

SECTION 1 Organiser l’espace de la pensée

Le travail de la mémoire, Pierre Chiron
La mémoire et l’oubli. La mémorisation du Rgveda chez les Nambudiri du Kérala, Cezary Galewicz
La tablette et la torche : mémoire, composition et performance oratoire dans la rhétorique romaine, Charles Guérin
Torah écrite et Torah orale : l’architecture du savoir talmudique, Julien Darmon



SECTION 2 Opérations intellectuelles

Cheminements, Christian Jacob
Les pictographies narratives amérindiennes, Pierre Déléage
Microscopie de la vie moderne, J. Andrew Mendelsohn
Le savoir des physiciens, Pablo Jensen



SECTION 3 Les écritures de la pensée

Raisons graphiques, Christian Jacob
Traduire une particule, Michel Narcy
Les diagrammes d’analyse textuelle : une pratique savante de la tradition chinoise, Michael Lackner
L’écriture des mathématiques, Martin Andler




PARTIE 4 LES ARTISANS DU SAVOIR

Savoirs en situations extrêmes, Jean-Louis Fabiani
Les « Archives de la Planète » d’Albert Kahn, Teresa Castro
Emanuel Ringelblum et le projet « Oneg Shabbes », Samuel Kassow
Stephen Hawking : réflexion sur une pensée diagrammatique, Hélène Mialet
Dans l’atelier de Michel Foucault, Philippe Artières, Jean-François Bert, Pascal Michon, Mathieu Potte-Bonneville
et Judith Revel


Lieux de savoir 1 : sommaire


ESPACES ET COMMUNAUTÉS

Avant-propos
Introduction: Faire corps, faire lieu, Christian Jacob

■ PARTIE 1 ■ COMMUNAUTÉ ET INSTITUTION

SECTION 1 – Faire corps

1 ■ Entrer dans une communauté savante
L’épreuve des savoirs, Jean-Louis Fabiani
Les rites d’initiation des devins bassar du Nord-Togo, Stéphan Dugast
Les trois épreuves de la quête du diplôme en Europe, William Clark
Le système des examens publics aux derniers siècles de la Chine impériale (1400-1900), Benjamin A. Elman

2 ■ Appartenances
Le cercle et la lignée, Christian Jacob
Lignées de lettrés en Mésopotamie, Jean-Jacques Glassner
Le cercle des frères Dupuy à Paris, Jérôme Delatour
La communauté des moines taoïstes en Chine: une parenté
rituelle fondée sur des textes, Adeline Herrou

3 ■ Éthos et communauté de savoir
L’emprise et l’empreinte, Jean-Marc Chatelain
Être orateur à Rome: Cicéron entre pratique et théorie,
Charles Guérin
Les impérissables vies d’une nature vertueuse. Épitaphes
et biographies de lettrés dans la Chine du XVIIe siècle,
Pierre-Henri Durand
Le chef-d’oeuvre du compagnon, François Icher

SECTION 2 – L’institution et ses règles

4 ■ Programmes de savoir, règles de vie
Communautés religieuses, communautés de savoir, Guy G. Stroumsa
Vie et savoir dans les écoles philosophiques antiques,
Renée Koch-Piettre
«Apprends tout»: Saint-Victor et le milieu des victorins à Paris,
1108-1330, Dominique Poirel
Les académies confucéennes en Chine au temps des Song
(Xe-XIIIe siècle), Hoyt Cleveland Tillman
Monastères zen au Japon: l’impossible utopie, Bernard Faure

■ PARTIE 2 ■ LIEUX DU TRAVAIL SAVANT

SECTION 3 – Laboratoires

5 ■ Entre intimité et ostentation
Un monde à soi ou les espaces privés de la pensée, Sophie Houdart
Le studiolo à la Renaissance, Christopher S. Celenza
Jardins et pavillons dans la Chine des Ming, Richard Schneider
La maison de Karl Otfried Müller à Göttingen. L’autoreprésentation d’un professeur allemand vers 1835, Paul Zanker

6 ■ Espaces partagés
Réseaux, généalogies, contrats : collectifs savants, Rafael Mandressi
Secrets de famille : prêtres et astronomes à Uruk à l’époque
hellénistique, Eleanor Robson
Leopold von Ranke, la passion de la critique et le séminaire
d’histoire, Kasper Risbjerg Eskildsen
Naissance d’une biopolitique des médicaments. La fabrication
de l’insuline (1922-1925), Christiane Sinding

SECTION 4 – Les fabriques du savoir

7 ■ Lieux de l’écrit
Les conditions de la mise en texte, Pierre Lardet
Les scriptoria bouddhiques dans la Chine médiévale (VIe-Xe siècle), Jean-Pierre Drège
Le scriptorium médiéval, Guglielmo Cavallo
Vers une histoire sociale de la critique textuelle, Anthony Grafton
La palestre typographique selon Jean Crespin (1550-1572), Jean-François Gilmont

8 ■ Bibliothèques et banques de données
Pensée retenue, pensée distribuée, Bruno Latour
La bibliothèque de Thanjavur, Dominik Wujastyk
La bibliothèque multimédia contemporaine, Michel Melot
Les collections dans «l’âge de l’accès»: le consortium Couperin
et la documentation électronique, François Cavalier
Collectionner ou expérimenter? Les bases de données
bio-informatiques dans les sciences du vivant, Bruno J. Strasser

9 ■ Lieux disciplinaires, lieux encyclopédiques
Espaces, institutions, artefacts. Figures des savoirs
entre architectures et pratiques
, Rafael Mandressi
L’Académie royale des sciences (1666-1793), James E. McClellan
Le musée de l’Homme, laboratoire de l’ethnologie (1938-2003),
Benoît de L’Estoile
L’universel à vue d’oeil. L’Exposition internationale japonaise de 2005, Sophie Houdart

■ PARTIE 3 ■ TERRITOIRE ET MOBILITÉ

SECTION 5 – Itinérances du savoir

10 ■ Itinérants
Circuits et dynamiques de la mobilité, Christian Jacob
Les maîtres itinérants en Grèce : techniciens, sophistes,
philosophes, Natacha Massar
Les «circulateurs de savoirs» au temps des Royaumes
combattants (Ve-IIIe siècle av. J.-C.), Jean Lévi
La mobilité entre universités au Moyen Âge, Ad Tervoort

11 ■ Attraction et expansion
Sphères d’action, Christian Jacob
La culture de cour dans le monde iranien de l’époque sassanide
aux Qadjars, Ziva Vesel et Francis Richard
La mission ethnographique Dakar-Djibouti: collecte itinérante et maîtrise du terrain, Éric Jolly
Structures et pratiques du savoir à distance: le cas
de l’exploration robotique de Mars, Emmanuel Benazera
et Nicolas Meuleau

SECTION 6 – Logiques spatiales

12 ■ Échelles géographiques
Les échelles du savoir, Jean-Jacques Glassner
Centre et périphérie. La mobilité culturelle entre la mer Noire
et le monde méditerranéen dans l’Antiquité, Madalina Dana
Dunhuang, une oasis du savoir sur la route de la soie (IVe-Xe siècle), Éric Trombert
L’Europe savante et ses espaces au XVIIIe siècle, Anne Goldgar
Géographie de l’Internet, Éric Guichard

13 ■ Voies de transmission, réseaux de communication
Les savoirs et leur espace-temps: épaisseur et fluidité, Pierre Lardet
De la Grèce à Rome: l’espace-temps des philosophes antiques,
Carlos Lévy
Espace, temps et savoir dans l’histoire de la diaspora juive,
Micha Perry
Un réseau européen: la correspondance de Franz Cumont,
Corinne Bonnet
De la plume d’oie à la souris: la recherche en réseaux,
Véréna Paravel

■ PARTIE 4 ■ VILLES PHARES

Alexandrie, IIIe siècle avant J.-C., Christian Jacob
Bagdad abasside. Le milieu intellectuel aux VIIIe, IXe
et Xe siècles, Javier Teixidor
Paris et Rome aux XVIIe et XVIIIe siècles, Antonella Romano
et Stéphane Van Damme

Berlin au XIXe siècle: l’Université dans la ville,
Céline Trautmann-Waller
Pune: l’essor d’un centre éducatif dans le Maharashtra
des débuts de l’époque moderne, Madhav M. Deshpande
Naoukograds, les villes interdites, Georgy Lappo
et Pavel Polian

Lieux de savoir 2. Les Mains de l’intellect (janvier 2011)



Après Espaces et communautés, paru en 2007, voici le second volume des Lieux de savoir, intitulé Les Mains de l’intellect. Que cache ce titre énigmatique ? 

Cette métaphore nous introduit au coeur du sujet : l’exploration des pratiques savantes, considérées dans leur continuité, depuis les gestes manuels et techniques jusqu’aux opérations intellectuelles. Notre projet est d’aller au-delà du clivage entre les savoir-faire manuels et les savoirs abstraits, en montrant comment la pensée et la main, l’immatériel et le matériel, l’intellect et les gestes techniques ou artistiques sont étroitement entrelacés dans la vie humaine. On peut penser par exemple aux liens entre la pensée et les gestes de l’écriture, entre le calcul et le tracé d’une figure géométrique, entre un concept architectural et une maquette, entre l’idée d’un objet et les étapes de sa fabrication.
Il s’agit de montrer la part d’intelligence qui s’exprime dans les gestes de la main, dans son habileté, sa capacité à dessiner, écrire, fabriquer ; mais aussi la part des gestes dans l’intelligence : des opérations intellectuelles comme le raisonnement, la mémorisation, l’abstraction, la comparaison peuvent être conçues comme la manipulation d’objets, de problèmes ou d’idées, de concepts qui sont travaillés par des techniques particulières.

Un tel projet semble rejoindre les sciences cognitives ?

Il est vrai que les sciences cognitives explorent aujourd’hui les fonctionnements de l’esprit humain, ses capacités d’abstraction et d’imagination, sa mémoire, les mécanismes du langage et de la perception. Mais notre projet est différent. Nous abordons les savoirs humains en historiens et en anthropologues, dans des milieux culturels et dans des époques précises.
Nous nous intéressons aux gestes, aux objets matériels qui se prêtent à l’observation : comment manipule-t-on un microscope électronique ? Comment taille-t-on les branches d’un bonsaï ? comment construit-on la maquette d’un bâtiment ? Comment un calligraphe chinois tient-il son pinceau ? Comment un artisan prend-il en main son marteau ? Les objets eux-mêmes, les images, les textes et lorsque c’est possible l’observation directe des acteurs nous introduisent dans un monde passionnant de pratiques et de savoir-faire : ces derniers semblent routiniers, voire secondaires par rapport à l’activité spéculative, mais ils résultent d’apprentissages rigoureux, ils reflètent l’intelligence des gestes.
Il n’y a pas de textes sans la main qui les écrit, qui manie des supports et des instruments d’écriture, du roseau antique au clavier d’ordinateur aujourd’hui.


Vous placez donc les gestes et les instruments au premier plan de votre enquête. Mais où se trouve la pensée ?
Nous pouvons observer la pensée lorsqu’elle s’extériorise et se matérialise, lorsqu’elle prend forme par exemple dans un discours, dans un texte, dans un dessin, dans un schéma ou une carte. Ces différents supports gardent la trace des opérations mentales et manuelles qui les ont produits : raisonnement, calcul, argumentation, modélisation. Ces supports s’offrent à l’écoute comme à la vision, ils sont efficaces et invitent leur destinataire à d’autres opérations intellectuelles : lire, comprendre, déchiffrer, interpréter.
Une équation, un tableau en colonnes, une carte de la terre ou du ciel, la page d’un livre manuscrit ou imprimé sont autant de dispositifs où sont encodés non seulement des savoirs, mais aussi les opérations intellectuelles qui permettent de les activer, par la lecture, le calcul, l’interprétation.
Un commentaire, par exemple, permet d’identifier tout un ensemble d’opérations intellectuelles portant sur la forme et le sens du texte commenté, des procédures d’élucidation des obscurités, le recours à la comparaison, à l’allégorie, à la traduction, à la synthèse ou au découpage analytique. La mise en page de ce commentaire, son organisation visuelle et sa rhétorique même sont autant d’indices nous permettant de retrouver ces opérations.


Vous avez une conception dynamique des savoirs ?
Oui, car les savoirs n’existent pas indépendamment des hommes et des femmes qui les cultivent, qui les construisent et les reçoivent, et les font circuler dans l’espace et dans le temps. Un livre sur l’étagère d’une bibliothèque est un dispositif inerte, l’archive d’un savoir potentiel, en attente et en latence. Il devient actif lorsqu’un lecteur le prend sur cette étagère, guidé par une curiosité et un projet particuliers : ce lecteur le parcourt, prend des notes, s’approprie tel ou tel développement, mobilise l’autorité de l’auteur pour appuyer une idée ou une information données. Même si ce lecteur fait des contresens, ou fait dire à l’auteur ce qu’il n’a pas vraiment dit, cet usage du livre et du texte est créatif et dynamique, le livre apparaît comme un point de départ dans un processus réflexif, critique, imaginatif.

Un livre est donc un « lieu de savoir » ?
Oui, je dirais même qu’il est pris dans un emboîtement, dans une hiérarchie de lieux de savoir. Dans les livres imprimés de l’Europe moderne, par exemple, la page de titre, la table des matières, l’index, mais aussi les notes de bas de page et les planches d’illustrations sont autant de « lieux de savoir » avec leur propre efficacité. Ces livres, en s’assemblant sur une étagère, créent un lieu de savoir englobant, par exemple une bibliothèque disciplinaire, une bibliothèque de travail où les livres permettent de travailler les uns sur les autres, avec des ouvrages de référence, comme les dictionnaires ou les encyclopédies.


Le champ est immense. Comment avez-vous procédé dans ce deuxième volume des Lieux de savoir ?
Comme pour le premier volume, nous avons tenté de concilier un projet ambitieux avec une mise en oeuvre plus modeste, mais opératoire.
Projet ambitieux, car nous n’établissons pas de limites a priori ni dans le temps ni dans l’espace ni dans les types de savoirs. Le champ couvert est donc très vaste, de la Mésopotamie ancienne au Japon contemporain, de la divination à la physique, de l’art du bonsaï à la recherche des intelligences extraterrestres. Mais nous ne cherchons pas à déployer une histoire continue ou une encyclopédie totalisante. L’exhaustivité est bien sûr hors de portée. Nous avons choisi un certain nombre de situations particulières, remarquables par les acteurs, les objets, les opérations que l’on peut y observer. Ces situations peuvent être confrontées et comparées, ou inviter à une réflexion de portée plus générale : qu’est-ce qu’un signe ? qu’est-ce qu’un instrument ? qu’est-ce qu’un cheminement de pensée ?
Le livre invite donc ses lecteurs à deux niveaux de parcours. Le premier est la découverte de ces situations particulières, de lieux de savoir dans des contextes historiques et culturels différents : une page du Talmud, la table d’un lettré chinois, l’écran d’un ordinateur personnel aujourd’hui, l’index d’un livre savant du xviie siècle, une carte de la lune, la peinture de sable d’un chaman Navajo, la maison où chante un poète Palawan, la salle d’une école védique en Inde. Ce sont des études de cas, délimitées et précises.
Le second niveau est plus réflexif et permet de formuler des questions d’ordre théorique et méthodologique : il ouvre des perspectives pour des recherches futures, il croise différents fils des sciences humaines d’aujourd’hui, sur un mode programmatique. Ce second niveau est jalonné par des textes plus courts, qui introduisent les sections thématiques et reflètent des points de vue diversifiés. C’est donc au lecteur de choisir ses rythmes de cheminement, entre un voyage d’exploration dans la diversité des savoirs humains et certains carrefours offrant une visibilité plus large, une vue panoramique sur les territoires parcourus.
En soulignant l’importance des gestes, des instruments et des opérations dans la production et la réception des savoirs, vous apportez un éclairage historique sur des enjeux très actuels.
En effet, nous assistons à une évolution rapide et profonde des technologies de la connaissance. J’appartiens à une génération de chercheurs qui a commencé à travailler avec les fiches en bristol et les machines à écrire électriques. J’ai ainsi dactylographié les mille pages de ma thèse de doctorat avec une machine IBM à boules, et il fallait changer de boule pour avoir par exemple des caractères grecs ou en italiques. Combien de fois, au fil des relectures, j’ai dû utiliser les ciseaux et la colle pour procéder à des modifications du texte ! Mon fichier bibliographique remplissait un meuble à tiroirs, et pour placer une référence sous différentes entrées thématiques, il fallait recopier la fiche en deux, trois, quatre exemplaires ! C’était un travail de bénédictin. mais c’est ainsi que l’on a travaillé dans les disciplines historiques et d’érudition jusqu’au milieu des années 1970. J’ai vu apparaître les premiers PC MS-DOS, qui nécessitaient que l’on saisisse au clavier des lignes d’instructions pour accéder aux programmes. Puis, il y eut les Macintosh, étranges appareils munis d’un petit écran monochrome, qui demandaient que l’on jongle entre les disquettes, avant l’apparition des premiers disques durs.
Puis, ce fut la course à la puissance, aux capacités de stockage, à la mémoire vive, aux grands écrans aux millions de couleurs. avec le développement des logiciels de traitement de texte et de bases de données et vint ensuite Internet : instrument de communication extraordinaire, où l’on naviguait avec l’ivresse des premiers explorateurs.
Aujourd’hui, Internet constitue une extension pour ainsi dire naturelle du disque dur de l’ordinateur. Des moteurs de recherche comme Google rendent l’information immédiatement disponible, sur tous les sujets possibles. Wikipedia donne au projet encyclopédique une portée, une extension en perpétuel mouvement. Les livres électroniques peuvent passer de l’ordinateur au téléphone portable ou à la tablette de lecture.

Ces changements technologiques modifient la nature des textes : on peut les assujettir à différents formats qui influeront sur leur fixité, leur clôture, leur statut juridique. On peut stocker une bibliothèque de plusieurs centaines de livres sur un téléphone portable. Le lecteur d’un texte électronique devient aussi son éditeur, en choisissant par exemple la mise en page, les caractères et leur taille. Il peut s’approprier le texte en le balisant, en le surlignant, en l’annotant. Il a un accès immédiat à son contenu grâce à la recherche par mots-clé, avec opérateurs booléens. Il peut extraire les passages qui l’intéressent et les coller dans un autre document, composer son propre recueil de notes de lectures. Il peut utiliser des logiciels de traduction automatique pour accèder au sens d’un texte écrit dans une langue étrangère.
Toutes ces opérations sont rendues possibles par les fonctionnalités de logiciels qui déterminent les usages que nous avons des contenus ainsi manipulés, textes, sons, images fixes ou animées. Ces logiciels se combinent aux possibilités des supports eux-mêmes, l’e-book, le smartphone, l’ordinateur, pour imposer à l’usager leurs ergonomies propres : les gestes de la main déclenchent les opérations réalisées dans l’espace virtuel du programme. Le bouton de la souris permet de passer d’une page à l’autre ou de faire défiler de manière linéaire le ruban continu d’un texte, vertical ou horizontal. On simule ainsi la manipulation des supports séculaires du rouleau et du livre à pages ou codex. Les écrans tactiles introduisent une nouvelle gestuelle, le geste des doigts, qui percutent l’écran pour ouvrir un document ou qui, par leur mouvement, provoquent un effet de zoom sur un détail d’une page ou en sélectionnent une partie.

Pour comprendre ce qui se joue dans ces nouveaux accès aux textes, aux images et au savoir, le détour par les tablettes d’argile des scribes mésopotamiens, par les rouleaux de papyrus et les codex en parchemin, par l’histoire du livre arabe ou chinois comme de l’imprimé occidental est une médiation utile, indispensable : il ouvre un horizon de questions sur les modes de fixation de l’écrit, sur l’impact de la structuration visuelle de la page sur le déchiffrement de ses contenus, sur les liens entre lecture savante et écriture, sur le synchronisme du geste, de la voix et du regard.
L’apport de la profondeur historique et de la comparaison interculturelle est irremplaçable également pour comprendre les mutations qui affectent aujourd’hui le statut de la mémoire humaine, comme nos capacités de visualisation, de calcul, de traitement de données.

Les Lieux de savoir sont un projet interdisciplinaire à un double titre : par les sujets mêmes que vous abordez, qui traversent tout le spectre des savoirs humains ; par vos auteurs, qui viennent de différents horizons académiques.
La diversité des auteurs fait en effet la richesse du projet. Chacun apporte son expérience, sa spécialité et nous fait entrer dans un lieu de savoir particulier et fascinant, que ce soit une pépinière de bonsaïs ou un laboratoire américain de physique, un cabinet de lettré chinois ou des tombes de scribes égyptiens. Les différents chapitres reflètent l’état des savoirs et des questionnements, la nature des sources, le paysage même de la recherche dans différents domaines.
Créer un dialogue avec ces auteurs et tisser les fils de recherches si variées dans la toile d’un même livre, c’est une expérience intellectuelle et humaine fascinante. Il y avait peu de chances que ces auteurs puissent se croiser dans un même ouvrage : ils viennent d’horizons si différents. Certains ont déjà une oeuvre considérable à leur actif, d’autres sont des chercheurs émergents, de jeunes post-doc qui ont apporté au projet l’énergie et le talent de leurs recherches en cours.


Avec ce volume 2, Les mains de l’intellect, vous êtes à mi-parcours du projet des Lieux de savoir. Quelles seront les prochaines étapes ?
Deux autres volumes sont en effet prévus. Le troisième portera sur la construction sociale des savoirs, sur ce qui rend les savoirs communicables et transmissibles, ce qui en permet l’accumulation, la codification, l’enseignement. Le quatrième volume sera consacré aux grandes dynamiques régissant l’histoire des savoirs : au-delà du partage des disciplines et de la différence des objets, est-ce que les savoirs d’une époque et d’une société données partagent des traits fondamentaux, dans leur visée, dans leurs méthodes, dans leur finalité ?
A quels besoins, à quels questionnements spécifiques ou enjeux politiques répondent-ils ? Est-ce que tous les savoirs peuvent passer d’une époque ou d’une culture à l’autre ? Quelles sont les conditions requises pour ces processus de transmission et de réappropriation ? On sera ainsi conduit à examiner les modes d’inscription spatiale et temporelle des savoirs, ce qui les ancre dans un lieu et un moment particuliers ou ce qui leur permet de circuler et de se diffuser.

Les Lieux de savoir à l’exposition Logotopia (Montréal)


La Grande Bibliothèque de Montréal présente actuellement une exposition intitulée « Logotopia – La bibliothèque au confluent de l’architecture, de l’art et de l’imaginaire ».


Le blog Trouvailles (Exploration de Bibliothèques et Archives nationales du Québec) en offre une description ici.


L’exposition déroule notamment un « parcours tabulaire » : une longue table traversant la grande salle d’exposition, réceptacle où sont disposés différents livres par sphères récurrentes. Voici quelques livres mis à la disposition des visiteurs: 


 Lieux de savoir / sous la direction de Christian Jacob – Paris : Albin Michel, 2007

 Bibliothèque et Archives nationales du Québec : un siècle d’histoire / Denis Goulet – Montréal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Fides,2009 

 Logotopia : The Library in Architecture, Art and the Imagination/ édité par Sascha Hastings et Esther E. Shipman – Cambridge (Ontario : Cambridge Galleries, 2008 

 Tous ces livres sont à toi! : de l’Oeuvre des bons livres à la Grande Bibliothèque 1884-2005 : exposition inaugurale de la Grande bibliothèque – Montréal : Bibliothèque nationale, Québec, 2005

 La Bibliothèque de « Ces Messieurs » : le livre chez les Sulpiciens en Nouvelle-France / Michel Brisebois et Julie Roy – Montréal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2007

 Catalogue de la bibliothèque personnelle de Gaston Miron / répertoire bibliographique et présentation de Marie-Andrée Beaudet – Montréal] : CRILCQ, Université de Montréal, 2009

 Google et le nouveau monde / Bruno Racine – Paris : Plon, 2010

Lieux de savoir 1 (Philippe Raccah)

Compte rendu de Philippe Raccah, publié dans le Bulletin des Bibliothèques de France, 2008, t. 53, n. 2.


L’entreprise ambitieuse du Groupement de recherche international animé par Christian Jacob, dont cet ouvrage constitue le premier volume publié (trois autres suivront), a pour objectif une anthropologie et une histoire des savoirs, non de leurs contenus mais de leurs pratiques, c’est-à-dire de la façon dont ils sont produits, s’incarnent, sont validés, circulent, se transmettent.
Ce premier et gros volume (1277 pages), sous-titré Espaces et communautés, s’attache, comme l’annonce C. Jacob, aux savoirs comme lien social et comme produit et principe de configurations spatiales, objet de fixation et de circulation.
Le champ des savoirs étudié comprend tous les domaines et toutes les époques : aussi bien les religions (taoïsme) que les sciences (la recherche bio-médicale contemporaine ou l’historiographie au xixe siècle), les réalisations techniques (les compagnons du Tour de France) ou théoriques (la philosophie antique) que les cultures traditionnelles (la pensée juive), les institutions d’enseignement (les universités au Moyen Âge) que les entourages des puissants (la cour iranienne des Sassanides), les communautés mystiques (monastères zen au Japon) que les programmes scientifiques actuels (exploration robotique de Mars), etc.
La méthode repose sur le comparatisme, qui rejette un modèle occidental unique, et la transdisciplinarité, qui fait éclater le compartimentage des disciplines traditionnelles.
Les 60 auteurs du présent volume sont des spécialistes de multiples horizons disciplinaires, historiens de la Chine ou de la Renaissance italienne, chercheurs en intelligence artificielle ou paléographes, anthropologues ou linguistes, etc., y compris plusieurs collègues bibliothécaires. Outre la réjouissante variété des textes, les sujets abordés sont ainsi dans leur majorité conçus à une échelle locale, non globalisante, et concernent un moment particulier, pas la longue durée.


Le résultat est un vaste panorama encyclopédique dans l’étendue et la diversité de ses objets (63 articles) mais sous la forme de coups de sonde vagabonds et non de tableaux systématiques, avec des éclairages et des points de vue variés et non des présentations synthétiques. Le lecteur est ainsi invité à plonger dans des lieux et des époques extrêmement divers, à s’intéresser à des personnages, des communautés, des pratiques, des entreprises et des écoles de pensée fort différentes.
Cela ne nuit aucunement à la cohérence du propos. La construction en quatre parties répond à quatre directions de recherche :
  • « Communauté et institution » : règles, rites, valeurs partagées, styles de vie ;
  • « Lieux du travail savant » : lieux de la production et de la diffusion des savoirs ;
  • « Territoires et mobilité » : voyages, réseaux, centres et périphéries ;
  • « Villes phares » : carrefours exemplaires dans l’histoire des savoirs.
Les trois premières parties comprennent de trois à cinq chapitres composés chacun de trois à quatre articles et d’une introduction qui montre en quoi le regroupement effectué illustre un thème particulier, tel que celui qui s’attache à montrer ce que les organisations des espaces apprennent sur le système de pensée d’une époque, avec les exemples de l’Académie royale des sciences, du musée de l’Homme et de l’exposition internationale japonaise de 2005. La dernière partie est consacrée à des exemples de villes phares qui ont incarné un moment de l’histoire des savoirs (comme la bibliothèque d’Alexandrie).
Plusieurs grilles de lecture sont possibles, chacune aussi excitante :
  • soit en continu, d’une grande partie ou de l’ensemble du volume, pour apprécier l’envergure et la valeur heuristique de l’entreprise ;
  • soit en suivant un des fils propres à l’ouvrage, par exemple la constitution des communautés savantes à travers les chapitres qui concernent les devins bassar du Nord-Togo, le système des examens publics dans la Chine impériale entre 1400 et 1900, le cercle des frères Dupuy à Paris aux xviie et xviiie siècles, Cicéron, le chef-d’œuvre des compagnons, les lettrés chinois de la Chine des Ming ou la recherche en réseaux contemporaine ;
  • ou encore, au gré des centres d’intérêt personnels, les éclairages nouveaux apportés dans ce contexte à des époques ou des lieux particuliers, par exemple le Moyen Âge européen à travers les chapitres sur Saint-Victor et le milieu des victorins à Paris, le scriptorium médiéval, la mobilité entre universités au Moyen Âge, ou « Espace, temps et savoir dans la diaspora juive », qui déborde ce cadre mais y prête une particulière attention.
Tous les outils pour s’orienter, naviguer à loisir et approfondir les sujets d’étude sont présents : introduction éclairante de C. Jacob, table des auteurs, index des noms de lieux et des institutions et abondantes bibliographies qui accompagnent chacun des textes.
Cet ensemble de courtes monographies portant sur des études de cas a finalement l’allure d’une véritable encyclopédie, où l’on peut picorer au hasard les sujets qui intéressent et voyager librement en se laissant porter par le plaisir des découvertes.
Bref, un ouvrage important par l’originalité du propos et l’ampleur des connaissances transmises et que toute bibliothèque se doit de proposer à ses lecteurs.

Notice bibliographique :
« Lieux de savoir : espaces et communautés », BBF, 2008, n° 2, p. 96-96
[en ligne] Consulté le 30 novembre 2010

Une volonté de savoirs

texte publié sur Espaces Temps, 25.06.2008
Une volonté de savoirs.
Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir. 1 : Espaces et communautés, 2007.
Image1

Il est des entreprises intellectuelles qui sont appelées à faire date tant en raison de la nouveauté de leur propos qu’au regard des perspectives qu’elles permettent de dégager. Les Lieux de savoir sont de cette trempe, ce dont manifeste le volume « Espaces et communautés » qui inaugure une série qui devrait en compter quatre. Longuement mûri depuis une dizaine d’années autour du maître d’œuvre Christian Jacob, le projet des Lieux de savoir, en dépit du format qui est le sien, de sa très grande richesse (près de 1300 pages pour ce premier volume), de la présence d’un index des lieux et des noms (on regrette cependant l’absence d’un index des matières), ne constitue pas ce que serait une encyclopédie du savoir. Il s’agit bien plutôt d’un livre-laboratoire qui ne se contente pas de répertorier des contenus savants, de faire le relevé cartographique des connaissances à l’échelle mondiale, mais se donne pour objet le savoir en construction. Comme l’évoque Christian Jacob dans l’important texte qui introduit l’ouvrage, c’est à une nouvelle anthropologie de la connaissance que cette série est consacrée. L’idole du « contenu » a été brûlée et l’on s’est rendu compte qu’il y avait des « restes ». L’examen de ces restes, repérés par l’ensemble des contributeurs, invite à reconsidérer les savoirs comme des modalités d’articulation de l’individu et du social, de l’homme et de la nature.

Cette approche, neuve par l’horizon qu’elle s’impose (tous les savoirs à l’échelle mondiale), assume et résume un double héritage intellectuel. Tout d’abord, son ampleur, sa formule argumentaire, son usage élargi de la notion de « lieux » insèrent l’entreprise dans une filiation symbolique vis-à-vis des Lieux de mémoire de Pierre Nora. Cette proximité évidente et revendiquée n’est cependant pas celle qui éclaire le mieux les rouages intellectuels qui opèrent au sein des Lieux de savoir. En effet, tant par la méthode employée qui consiste à privilégier les savoirs dans leurs formes et leurs « pragmatiques » que par les figures tutélaires qui sont convoquées (Michel Foucault, Jean-Pierre Vernant, Pierre Bourdieu notamment), les Lieux de savoir ont un accent structuraliste. Mais, et de la même manière que l’ouvrage et le projet qu’il inaugure invitent à décloisonner les savoirs, il serait imprudent, et sans doute hors-sujet, de chercher à les classer sous telle obédience, de les renvoyer de manière trop rigide à des catégories préconçues. Ainsi, sont également invités à siéger sur le banc des ressources théoriques les interactionnistes symboliques américains tels que Anselm Strauss et Erving Goffman, ou encore l’inclassable Michel de Certeau.
La variété des approches, le nombre des contributeurs (60) auraient pu conduire à la production de simples collages. Il n’en est rien tant le maître d’œuvre s’est appliqué à la couture des quatre grandes parties qui organisent le volume même si, c’est la loi du grand nombre, les contributions sont d’une valeur inégale. Toutefois, l’ensemble tient par une problématique que chacune des contributions a cherché à respecter : « Comment des savoirs en viennent-ils à faire corps et à faire lieu ? » (p. 20). L’ampleur du questionnement convie l’usage de la méthode comparative, non pour produire des « universaux », et l’entreprise prend ici justement ses distances avec un ancien structuralisme, mais pour permettre la découverte de nouvelles jonctions entre les domaines du savoir en établissant de nouvelles résonances. Fondé en « style de positivité » comme dirait Michel Foucault, le projet se serait satisfait d’un découpage en ères, en aires, en disciplines. Mais la leçon, celle de l’Archéologie du savoir notamment, a été retenue : le savoir est travaillé selon les façons dont il agit et dont il est agi, et non selon celles par lesquelles il est figé ou classé. C’est l’expérience immédiate du savoir sensible qui organise le volume, dans un « empirisme assumé » (p. 14) qui s’applique à faire entendre du savoir en action, c’est-à-dire dans la mesure où il met en place des « mondes sociaux » (Anselm Strauss).
Christian Jacob repère ainsi trois actions transversales, qui sont aussi bien des conséquences de l’acte de savoir que les gestes qui contribuent à le fonder. Car, c’est le postulat de départ, le savoir pur est un fantasme (p. 125). Seul existe un savoir porté, pensé, transmis, caché, toujours pris dans les filets d’actions humaines qui constituent en quelque sorte la peau du savoir, c’est-à-dire des actions qui le contiennent et le font exister tout à la fois. De ce point de vue, tout savoir a vocation à être partagé dans des collectifs, à organiser des territoires, à circuler dans des réseaux. Ce sont les axes qui organisent les trois premières parties avec, au sein de chacune, des proximités a priori surprenantes où l’on voit les lettrés chinois jouxter les compagnons du Tour de France, les maîtres itinérants de la Grèce ancienne côtoyer les universitaires européens du Moyen Âge. Enfin, dans une dernière partie consacrée aux « Villes phares », la trame des problématiques est reconstituée à partir de l’examen de lieux exemplaires.
Communauté et institution.

Ce premier axe, qui s’interroge sur la constitution et l’organisation des collectifs savants, est de notre point de vue le plus stimulant. Divisée en quatre chapitres qui interrogent successivement les manières d’entrer dans une communauté de savants, les façons d’y vivre, les valeurs et les règles à respecter, cette partie introduit magistralement le volume. Chaque chapitre bénéficie d’une introduction qui, au-delà de la présentation du groupement de textes qui lui succède, articule minutieusement le particulier et le général, fonde un modèle de fonctionnement, en justifie les déclinaisons singulières, ne néglige pas les apax et les limites de tout comparatisme. Jean-Louis Fabiani insiste ainsi sur la dimension rituelle du savoir qui, outre le fait de distinguer un temps d’apprentissage et un moment de certification, rappelle toute l’importance du corps dans tout savoir, y compris celui qui se présente comme le plus intellectuel qui soit. C’est une des lectures possibles de la contribution de William Clark sur le diplôme universitaire en Europe ou de celle, excellente, de Benjamin A. Elman sur le système des examens dans la Chine impériale, sans doute le texte le plus proche de l’esprit de Michel Foucault. En revanche, la contribution de Stéphane Dugast qui n’expose qu’une ethnographie descriptive de l’initiation de devins togolais manque d’un renfort analytique qui l’insinuerait davantage dans la problématique présentée par Jean-Louis Fabiani.
Une fois pénétrée la communauté, il s’agit d’y prendre place, d’y occuper une position qui est définie selon deux logiques dont Christian Jacob montre la pertinence, celles du « cercle » et de la « lignée » qui, selon les cas, sont pondérées de manière différente. Soit l’on est capable, voire contraint, de se situer dans une filiation intellectuelle qui peut éventuellement recouper une filiation biologique comme dans le cas des scribes de l’ancienne Mésopotomie étudiés par Jean-Jacques Glassner ; soit l’on occupe une position que définit la synchronie selon ses dispositions personnelles, le moment de son entrée dans le cercle comme dans le cas des académies de l’Ancien Régime (Jérôme Delatour). Enfin, la lignée et le cercle peuvent se rejoindre et se renforcer l’un l’autre, notamment au sein de communautés très organisées et fondées sur l’existence d’une tradition comme chez les moines taoistes en Chine présentés par Adeline Herrou. Ces logiques de l’appartenance attestent leur efficacité et leur imprégnation au niveau de chaque individu lorsqu’il est possible de déterminer au singulier l’adhésion à un ensemble de valeurs, à un ethos qui s’incarne en chacun. En effet, l’emprise de la communauté se mesure aussi à l’empreinte qu’elle laisse sur les individus comme l’explique Jean-Marc Chatelain. Pour faire corps, il faut faire la preuve de la maîtrise d’un certain savoir-être pour lequel il peut exister des modèles. La notion d’exemplarité est ici fondamentale et se retrouve aussi bien dans les biographies de lettrés dans la Chine du 17e siècle (Pierre-Henri Durand) qui sont tout à la fois une manière d’imitation et une façon de s’inscrire dans une tradition, dans la carrière d’orateur de Cicéron qui manque précisément de ces références d’ancienneté (Charles Guérin) et dans les chefs-d’œuvre des compagnons que présente François Icher dans un texte qui doit beaucoup aux travaux anciens de Roger Lecotté et qui aurait sans doute pu insister davantage sur l’importance que revêt la notion de transmission au sein du compagnonnage dans la mesure où elle s’inscrit avant tout dans des hommes, les « hommes de Devoir », et non dans des objets. L’anthropologie de connaissance annoncée par Christian Jacob perd ici son aspect anthropologique.
Cette importance des modèles rejoint la primauté accordée très souvent, au sein des ces collectifs savants, à la relation maître/disciple, notamment dans le cadre des communautés religieuses, « virtuoses » du savoir (p. 271). Guy Stroumsa y décèle un savoir double, l’un qui relève de l’enseignement et qui est de l’ordre de la connaissance discursive, du savoir réflexif, de la raison ; l’autre qui est le fruit d’une magie initiatique, qui est un savoir plus intuitif, qui se découvre et illumine l’apprenti. Ce double statut est superbement mis en valeur dans l’article de Renée Koch-Piettre consacré aux écoles philosophiques antiques où le passage de la logique du cercle, de l’école (scholê), à celle de l’initiation par un maître rayonnant comme dans l’épicurisme est parfaitement retracé. Dans la transmission du savoir, il s’agit tout autant d’instruire que de toucher, et cela se vérifie également au sein du système monastique présenté à partir du cas de l’abbaye Saint-Victor étudié par Dominique Poiriel. La ritualisation du savoir, qui parcourt l’ensemble de ces communautés de virtuoses, y est forte. Elle atteint d’ailleurs un très haut niveau de formalisme dans le cadre des académies confucéennes entre le 10e et le 13e siècle en Chine (Hoyt Tillamn) où il est nécessaire de reproduire des liens explicitement empruntés au modèle familial. Les maîtres sont des pères qui s’engendrent les uns les autres, formant une généalogie au sommet de laquelle règne Confucius. Cette dimension rituelle est si solidement ancrée dans l’épaisseur du savoir qu’elle résiste même aux communautés qui, tels les monastères zen du Japon étudiés par Bernard Faure, s’attachent à favoriser la spontanéité, l’immédiateté dans la saisie du savoir. L’art du dialogue (kōan) entre un maître et son disciple relève ainsi de ces rituels qui encadrent la transmission « spontanée » du savoir (p.354).
Lieux du travail savant.

Ces relations qui conduisent à la production du savoir, et notamment du savoir savant, ont des espaces à eux, des réduits où le savoir est ordonné et ordonne en retour le monde. À ce titre, les jardins et pavillons des lettrés de la Chine des Ming sont exemplaires : ils recréent véritablement un « monde en petit » (p. 397) comme l’écrit Richard Schneider. Ces lieux prennent, aujourd’hui en Occident, la forme du laboratoire qui s’est lentement constitué depuis le 17e siècle. Il s’agit véritablement d’un espace sous tension qui hésite entre l’intimité et l’ostentation (Sophie Houdart). L’intimité, c’est la tentation inévitable de la retraite qui, peu ou prou, touche tout savant. C’est le modèle du studiolo de la Renaissance, celui de Pétrarque notamment, avec ses exigences d’exiguïté, d’isolement, de fermeture (Christopher Celenza). Ce qui n’empêche pas le maître des lieux de s’exposer, d’y soigner le décor pour se dire et
se montrer tel qu’il veut être, signe que l’ostentation s’invite jusque dans les recoins de l’espace d’étude. Mais l’espace savant peut aussi, à l’occasion, envahir l’espace domestique comme dans le cas du professeur Müller qui avait fait de sa maison, vers 1835, un véritable temple dédié à la culture grecque, et au dorique notamment (Paul Zanker).
Lieux d’exposition, ces laboratoires sont avant tout des lieux de travail actif et pas seulement de mise en commun des connaissances. Véritables lieux d’élaboration comme le souligne Rafael Mandressi, ce sont des espaces qui peuvent être discontinus, soumis à des politiques, des « dispositifs » ainsi que l’établit bien Christiane Sinding au sujet de la mise au point de l’insuline. Mais il existe également, même au sein des « dispositifs » les plus encadrés, des micro-stratégies, du braconnage dirait Michel de Certeau, des enjeux personnels. Car le savoir institue des liens, crée des « familles de sang, d’esprit, de raison » (p. 435) dans la mesure où son élaboration ne peut se penser sans sa transmission. Il s’y trame donc la recherche ou la confirmation d’une position sociale. Le souci des prêtres et astronomes d’Uruk à l’époque hellénistique (Eleanor Robson) de présenter leur généalogie, de s’inscrire dans une lignée et de confiner le savoir au sein de la famille comme une marque de distinction témoigne bien de l’imbrication des parentés réelles et des parentés électives dans ces configurations du savoir se faisant. Au sein de ces relations de savoir, le modèle et l’esprit de la parenté semblent s’imposer aux acteurs. Dans le séminaire qu’organisait l’historien Leopold von Ranke en marge de son enseignement universitaire à Berlin au 19e siècle, il s’exprimait la volonté de faire naître un esprit de famille autour du maître qui, par ses invitations, ses recommandations, ses appuis, désignait en quelque sorte ses « héritiers » (Kasper R. Eskildsen).
Au sein de ces collectifs savants, l’élaboration, la transmission et la conservation des connaissances ont su très tôt disposer de l’écrit, « mettre en texte » le savoir. Mais les enjeux de cette écriture savante se situent également en dehors de son contenu, en dehors du savoir lui-même. L’on ne produit pas toujours des livres pour qu’ils soient lus comme dans le cas des copies bouddhiques de la Chine médiévale. Ce peut être un moyen de mémoriser un corpus de textes dont la performance essentielle est avant tout orale (Jean-Pierre Drège). Mais il peut s’agir aussi, dans le cas de la copie de livres, d’« habiller » un lieu savant et donner au savoir l’allure qui lui convient. C’est à l’aune de cette approche que Guglielmo Cavallo invite à repenser entièrement la notion descriptorium en Occident, rejoignant ainsi les contributions de Jean-François Gilmont et d’Anthony Grafton évoquant, de la Renaissance à nos jours, les atours de la production du savoir écrit, ses enjeux non savants qui mettent en lumière une politique, une économie, une technique du savoir qui disposent également de leurs maîtres, « obscurs tâcherons » de l’édition.
L’élaboration de cette écriture du savoir permet la constitution de bibliothèques et de banques de données qui traduisent davantage des représentations, des pratiques, des politiques de savoir qu’elles ne mettent à disposition des données brutes. D’ailleurs, Bruno Latour le démontre bien dans une introduction très engagée, il est dangereux de penser le savoir en dehors des moyens qui le produisent et l’exposent car ils appartiennent en nature et en droit au champ de la connaissance. Isoler le savoir dans l’esprit et le cerveau, c’est en quelque sorte retenir la pensée alors que celle-ci invite à se distribuer dans chacun des outils qui la supportent et l’animent. Or, retenir le savoir dans l’esprit, c’est se donner la possibilité trancher dans les moyens qui ne seraient que de surface (p. 609). Qu’il s’agisse d’anciennes bibliothèques de l’Inde (Dominique Wujastyk), de bases de données informatiques ou de documentation multimédia (François Cavalier), tous ces moyens de savoir engagent en amont et en aval une réflexion sur le savoir lui-même, son mode de transmission et de l’élaboration. Le texte de François Cavalier me semble ainsi, eu égard à la grande pertinence des contributions qui l’environnent, manquer sa cible en s’apparentant davantage à un répertoire, aussi précis et intéressant soit-il, qu’à un questionnement. Par contre, Bruno J. Strasser établit parfaitement le fait que la constitution des banques de données bioinformatiques dans les sciences du vivant a engagé une profonde rupture dans le mode habituel de production du savoir en ce domaine, fondé sur l’expérience de laboratoire (p. 699).
L’entourage du savoir, ce sont aussi des bâtiments, une architecture, et l’étude des rapports entre les fonctions des institutions de savoir et les propriétés des espaces qui les contiennent constitue un champ qui offre de riches perspectives. C’est toute la « présentation de soi » qui, au plan du savoir, est ici mise sur le métier et révèle que l’espace est moins un décor qu’un reflet des conceptions et des enjeux de la connaissance. Ainsi, dans les amphithéâtres d’anatomie de la Renaissance, démontrer revient à montrer : il s’agit donc de mettre en spectacle le savoir (p. 707). Parfois, c’est le cas de l’ethnologie dans les années 1930 (Benoît de l’Estoile), la généalogie de l’espace de savoir bâti permet de rendre compte d’un processus plus large d’institutionnalisation d’une discipline ou d’un savoir.

Territoire et mobilité.

Mais, qu’on l’institutionnalise ou qu’on le fixe dans des espaces, le savoir reste avant tout un objet en mouvement. Il se transmet et circule moins du fait de la volonté des hommes que pour répondre à l’exigence de sa nature. Il y a donc une sorte de fragilité inhérente à toute entreprise de fixation du savoir. Cet impératif de mouvement peut atteindre un haut niveau de visibilité dans les cas, que l’on retrouve dans diverses parties du monde et à différentes échelles, de ces praticiens du savoir qui ont une activité itinérante. Qu’il s’agisse des maîtres itinérants en Grèce ancienne (Natacha Massar) ou des « circulateurs de savoirs » en Chine (Jean Lévi), le modèle de l’école errante implique une relation maître/disciple particulière dans laquelle le savoir fait l’objet de mises en situation, de contextualisations entraînant, chez le maître, une maîtrise de la parole, de l’événement, de l’occasion et, pour les disciples, la nécessité de conquérir leur savoir. Cette dimension capitale de la conquête, insistant sur les performances du savoir, se retrouve finalement au cœur de ces savoirs « intransmissibles » au sein desquels des identités sont en jeu.
Un savoir en mouvement n’est cependant pas un savoir anarchique. Il existe une organisation de l’espace de la mobilité parcouru par des forces qui agrègent et qui dispersent, et constituent ainsi une « sphère d’action » (Christian Jacob) traversée par une hiérarchie, une gestion, un projet. C’est bien le cas de la cour persane (Ziva Vesel et Francis Richard) dont la mobilité ne retranche rien à la rigidité de sa structuration. Dans ces sphères d’action, il existe des enjeux qui relèvent tout à la fois de la découverte, de la maîtrise et de la conquête du savoir, du monde, des individus. Sur ce plan, les modalités peuvent être différentes. Au modèle centripète de la cour persane, s’oppose celui des voyages scientifiques missionnés tels que la mission Dakar-Djibouti (Éric Jolly) conduite par l’ethnologue Marcel Griaule où l’universel, attiré dans le cas de la cour persane, est ici recherché, rapetissé, rapporté par le biais de ces collectes de récits et d’objets.
Ces sphères d’action œuvrent à différentes échelles dont la mesure et l’examen sont nécessaires pour élaborer le projet d’une cartographie des savoirs (Jean-Jacques Glassner), condition préalable à toute volonté de pointer des centres et des périphéries, précisément pour les remettre en cause. C’est la magistrale leçon que l’on peut tirer de la contribution d’Éric Trombert au sujet de la bibliothèque de Dunhuang qui est tout à la fois un foyer de culture (un centre) et un lieu où viennent s’éprouver des enjeux de frontières et d’identités (une périphérie). Mais il existe également des espaces où la notion même de périphérie s’efface, le cédant à une sorte de polycentralité comme dans le cas de l’espace des relations entre la Mer Noire et la Méditerranée dans l’Antiquité (Madalina Dana). Enfin, ces espaces qui sont avant tout des objets de pensée ne trouvent pas nécessairement à s’appuyer de façon prioritaire sur des lieux géographiques. Ce sont les savants, et non leurs cabinets, qui forment la République des lettres au 18e siècle en Europe comme l’établit parfaitement Anne Goldgar. Et cette logique immatérielle de l’espace atteint sans doute sa dernière extrémité dans la « géographie de l’Internet » que nous décrit Éric Guichard où, de façon paradoxale, le champ sémantique de l’espace occupe le premier plan avec ses « routes », ses « flux », ses « domaines », etc.
Il existe ainsi une nécessité de méthode à situer les savoirs aussi bien dans l’espace que dans le temps. Ceux-ci ne peuvent se penser hors des données immédiates de l’expérience (p. 1011). Le cas des écoles philosophiques de l’Antiquité, de Pythagore à Plotin (Carlos Lévy), atteste parfaitement l’importance de l’espace et du temps dans la production et la transmission du savoir. L’invention de lieux tels que le Lycée et l’Académie invite moins à penser un attachement à l’espace qu’une volonté de s’installer dans le temps des auditeurs. Ce mélange des données de l’expérience se retrouve dans le cas de la diaspora juive (Micha Perry) où l’imagination (la conscience collective du groupe qu’exprime et que renforce une durée) et la réalité dispersée des lieux conduisent à l’invention d’un espace atypique, celui de la diaspora, dominé par l’importance du relationnel que traduit, dans le champ de la connaissance, le passage du savoir des prêtres, fondé sur l’hérédité, au savoir des sages, fondé sur la relation élective. Enfin, le poids de l’espace et du temps au sein de la configuration du savoir se mesure à travers les nécessités de sa circulation, notamment par le biais de l’épistolarité savante, qu’elle soit le fait de la correspondance postale autour de la figure de Franz Cumont (Corinne Bonnet) ou du Webmail (Véréna Paravel). Dans les deux cas, il est démontré que la nature même des savoirs varie selon l’épaisseur ou la fluidité de leur communication.

Villes phares.

La dernière partie de l’ouvrage se distingue de ce qui précède de plusieurs manières. D’abord, par sa structure : ni introduction, ni chapitrage mais un collage de six contributions présentant une ou plusieurs villes, lieux-paradigmes du savoir. Ensuite, elle semble échapper à la démonstration, obéissant à une autre ligne de recherches. En réalité, et Christian Jacob s’en est expliqué dans l’introduction générale, il s’agit là de renouer les fils patiemment démêlés tout au long de l’ouvrage, d’appliquer les leçons du dernier chapitre en mettant les savoirs en site et situation tout en récapitulant les acquis que les diverses contributions ont permis de produire. Sur ce plan, le texte du maître d’œuvre consacré à Alexandrie au 3e siècle avant J.C. est une superbe réussite. Toutes les problématiques du volume y sont ramassées de manière à exposer les voies par lesquelles cette « ville-bibliothèque » (p. 1124) en est venue à « conquérir les dimensions nouvelles d’un même monde » (p. 1134) frayant, par cette quête de l’universel et du chatoiement de la culture humaine, le sentier qui mène à la possibilité d’une anthropologie réflexive. Tant par sa solide argumentation, sa problématique générale et son objet paradigmatique, cette contribution constitue tout à la fois une introduction nécessaire à l’examen des autres cités étudiées et le joyau de ce premier volume.
Aussi, les dernières études paraissent-elles plus incomplètes. C’est que les objets présentés n’ont pas la grandeur exceptionnelle d’Alexandrie et se prêtent moins sans doute à la reconstitution totale de la trame des questionnements abordés jusque-là. De la Bagdad abbasside (Javier Teixidor) aux cités scientifiques de l’Urss (Georgy Lappo et Pavel Polian) en passant par l’examen de ce qui a fait l’originalité de Berlin au 19e siècle (Céline Trautamann-Waller) ou la réputation d’un centre éducatif tel que Pune en Inde à la même époque (Madhav M. Deshpande), il n’est pas une ville ou un espace qui permette un déploiement aussi complet des problématiques. Mais chaque étude s’applique à développer le ou les aspects par lesquels son objet se distingue comme « lieu de savoir ». À ce niveau, l’on pourra accorder une attention particulière à la contribution d’Antonella Romano et Stéphane Van Damme concernant l’approche conjointe de Paris et de Rome aux 17e et 18e siècles. Mettant en évidence la manière dont ces villes se sont appliquées à rendre le savoir lisible dans l’espace urbain et l’architecture, les auteurs posent ainsi les jalons de ce processus d’institutionnalisation des pratiques savantes (pp. 1173-1177) qui annonce ce mouvement décisif de notre modernité qu’est l’institutionnalisation de la culture en général. L’originalité de l’entreprise des Lieux de savoir est, finalement, d’être tout à la fois le témoin et la preuve de ce phénomène.
Maître de conférences (en cours de nomination) en ethnologie à l’université de Toulouse II — Le Mirail, Nicolas Adell-Gombert travaille sur les thématiques des passages à l’âge d’homme dans les sociétés européennes dans une perspective d’anthropologie historique, ainsi que sur la narration de soi à partir de l’étude des communautés compagnonniques. Auteur de nombreux articles apportant un éclairage neuf sur la société et la culture du compagnonnage, il a publié récemment une synthèse de ses recherches, Des hommes de Devoir. Les compagnons du Tour de France (18e-20e siècle), aux éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (2008).

Lieux de savoir 1 (Gilles Heuré)

Publié dans Télérama (8 décembre 2007)

ESSAI

4OEuvre collective et internationale rédigée par une soixantaine de chercheurs, ce premier volume des Lieux de savoir (qui en comptera quatre) se présente comme un « livrelaboratoire », inspiré par un « braconnage intellectuel qui refuse de se laisser enclore par des barrières disciplinaires et académiques ». C’est que l’ambition n’est pas mince : élaborer une histoire comparée des pratiques intellectuelles, concevoir une anthropologie historique des traditions, productions, circulations et transmissions du savoir, en croisant les approches et en convoquant aussi bien l’histoire, la géographie, l’ethnologie, l’ethnographie, l’histoire sociale ou des religions, que la sémiologie et la sociologie.

C’est en fait un jeu de miroir que proposent ces 1 300 pages : « Comment réagit le champ de recherche d’un helléniste, écrit Christian Jacob, maître d’oeuvre du livre, si on le fait entrer en résonance avec ceux d’un sinologue, d’un sanskritiste, d’un historien des sciences ? La vision des universités européennes demeure-t-elle inchangée si l’on compare leurs examens à ceux de la Chine impériale ou au rituel d’initiation des devins du Togo ? » Comment, également, de l’Antiquité à nos jours, c’est-à-dire du temps des sophistes grecs au temps d’Internet, réagit celui dont le geste de savoir uniquement tourné vers soi se transforme, à un moment donné, en comportement rituel destiné à une communauté ?

C’est à une succession de morceaux de vie, à des scènes intimes comme à des constitutions de communautés que nous assistons, à toutes les périodes et dans tous les pays. Ainsi le stress de l’impétrant soutenant une thèse de théologie en Sorbonne au XVe siècle, pendant douze heures, n’apparaît pas forcément plus intense que celui du paysan chinois se présentant vainement, deux siècles plus tard, à un examen impérial. La conscience professionnelle ou confessionnelle d’un moine copiste dans un scriptorium occidental peut se comparer à celle d’un moine bouddhiste au VIIe siècle. Et dans le cabinet de travail d’un universitaire allemand du XIXe siècle résonnent les mêmes silences que dans celui d’un lettré italien du XVIe siècle. C’est bien à un itinéraire savant et passionné qu’invite ce livre, où un orateur romain improvisant son discours croise un compagnon faisant son tour de France et réfléchissant à son chef-d’oeuvre. En traversant époques et villes différentes, en découvrant les gestes de métiers intellectuels et manuels, en sillonnant aussi bien les villes que les bibliothèques, le lecteur voit se dessiner des réseaux, se façonner au cours des siècles des sen timents d’appartenance et se perpétuer des gestes. En tissant entre eux les fils d’enquêtes différentes, de nouvelles questions apparaissent, chaque époque étant confrontée à une autre.

Sans abdiquer tout protocole scientifique, cette volumineuse somme des Lieux de savoir fait ainsi un pari : s’essayer « à un nouvel art du récit et de la description, attentif aux corps et aux lieux, aux signes et aux gestes, aux manières de dire et de faire, aux aspects les plus concrets des démarches intellectuelles en même temps qu’à la construction sociale des normes qui les régissent ». Pari réussi, tant ce livre invite aux échanges disciplinaires, aiguise la curiosité vers d’autres cultures, et force à se demander comment ce qui apparaît a priori si différent peut, soudainement, nous permettre de mieux comprendre ce qui nous semble le plus familier.

Gilles Heuré

Telerama n° 3021 – 08 décembre 2007

C’est quoi l’idée ? Allez savoir…

Libération Livres, Jeudi 29 Novembre 2007, sur le premier volume des Lieux de savoir.



Trois autres vont suivre: Les Mains de l’intellect, La Construction des traditions et Identité, métissage, universalité. Mais le premier volume des « Lieux de savoir », – Espaces et communautés – est déjà une somme. Il fallait en effet plus d’un millier de pages à une soixantaine de chercheurs internationaux, et la mobilisation de toutes les sciences humaines, pour cartographier les « mille manières dont à travers les âges et les cultures les hommes ont produit, validé, sauvegardé et transmis des savoirs ». Réalisation réussie d’un projet que résume Christian Jacob, son maître d’oeuvre.



« A quelle étrange activité s’adonne-t-on en lisant un livre, en consultant internet, en suivant un cours, en écrivant un texte, en pratiquant le calcul mental devant les étals des maraîchers, en compilant une base de données sur l’ADN des espèces vivantes ou en répétant une expérience de chimie devant sa classe ? Qu’est-ce qui distingue ou unit le spécialiste et l’amateur, un philosophe grec et un sage bouddhiste, Galilée et Stephen Hawking, un artisan du faubourg Saint-Antoine et un biologiste assigné à résidence dans une ville interdite de l’ex-URSS, un médecin de l’hôpital Georges-Pompidou et un « medecine man » africain ? L’idée des Lieux de savoir a été de redéployer en un territoire unique et continu ce que le partage des disciplines a fragmenté en une mosaïque de principautés. Et ce afin de rendre au champ de l’expérience humaine sa force d’invention et son unité: par l’esprit, le langage et les signes, cette humanité travaille à se réfléchir elle-même, tout en aspirant à maîtrise le temps et l’espace, le visible et l’invisible,la matière et l’immatériel, l’inerte et le vivant, à les domestiquer dans des discours et des représentations qui seront discutés, diffusés, modifiés, hybridés ou rejetés.



Cette expérience fondamentale, nous l’avons explorée, tels des voyageurs en terre lointaine, en renonçant aux modèles a priori, aux hiérarchies établies selon les partages entre vrai et faux, science et superstition, techniques et humanités, main et intellect. Nous avons cheminé sans certitude, mais avec curiosité. Notre « caravane » – historiens, anthropologues, sociologues, épistémologues, philologues ou archéologues, attentifs aux progrès de la rationalité comme à la force du symbolique – a avancé sur des pistes indiquées par Claude Lévi-Strauss, Norbert Elias, Clifford Geertz, Michel Foucault ou Michel de Certeau, Jean-Pierre Vernant ou Pierre Bourdieu, en observant les étranges tribus des hommes de savoir.



Ce premier volume expose les jalons d’une socio-histoire des mondes savants: comment se fondent les écoles, s’assemblent les collectifs, se tissent les projets de vie et de savoir, s’organise et se pense une institution? Ces Lieux de savoir, élaborés dans le cadre du Groupement de recherche du CNRS « Les Mondes lettrés », relient le phare d’Alexandrie et un monastère taoïste, la maison d’un professeur de Göttingen et le sol de la planète Mars, le rituel d’initiation d’un devin africain ou une exposition universelle au Japon, selon la double logique de la sélection et de la confrontation comparatiste de situations ancrées dans le temps, l’espace et les sociétés, dans une écriture qui fait « voir » le vécu des situations, la formalité des gestes, la mise en scène des activités savantes. Alors qu’une actualité brûlante montre trop bien que le choc des traditions et l’incompréhension entre cultures et religions peuvent mettre la planète à feu et à sang, nous ouvrons une réflexion sur le pluriel des savoirs et des croyances, considérés dans leur richesse propre et leur diversité, sans jamais perdre de vue l’unité fondamentale des cultures humaines ».


Recueilli par Robert Maggiori.

Lieux de savoir 1 (Bibliofrance)

Publié sur Bibliofrance (13.11.2007)


La sortie d’un travail collectif remarquable : LIEUX DE SAVOIR, Espaces et communautés. Sous la direction de Christian Jacob, cet ouvrage est le premier tome, d’une série de quatre, d’une grande histoire comparée des pratiques intellectuelles. Le deuxième, qui paraîtra en 2011, portera sur les pratiques savantes, du maniement des instruments aux opérations les plus abstraites. Les suivants s’attacheront à la construction sociale des savoirs, puis à leur transmission et leur diffusion. Christian Jacob est directeur de recherche au CNRS, où il anime le Groupement de recherche international à l’origine de ce projet. L’équipe rédactionnelle réunie sous sa direction compte les chercheurs prestigieux de 23 institutions internationales (Allemagne, Belgique, États-Unis, Grande-Bretagne, Israël, Italie, Russie…) et, pour les auteurs français, des professeurs au Collège de France, à l’École normale supérieure, à l’école pratique des Hautes Études et à l’école des Hautes Études en Sciences sociales, ainsi que des chercheurs du CNRS.



Véritable somme, ce travail est une remarquable histoire comparée des pratiques intellectuelles et interroge nos sociétés humaines : Comment naissent, se pratiquent et se transmettent les savoirs ? Quels sont les gestes et les instruments du travail savant ? Quelle est la géographie dessinée par les parcours et les étapes des maîtres et des étudiants, des pèlerins et des explorateurs, des livres et des objets ?

« Aventure intellectuelle qui a mûri une dizaine d’années », projet international de grande ampleur, tant par sa richesse que par son ambition, les « Lieux de savoir » offrent un panorama sans équivalent des milles manières dont, à travers les âges et les cultures, les hommes ont produit, validé, sauvegardé et transmis des savoirs, par-delà les grands partages entre sociétés lettrées et sociétés sans écriture, entre Orient et Occident, sciences et humanités. Des monastères bouddhistes à l’atlas au génome humain, de la route de la soie au sol de la planète Mars, des villages africains aux écrans d’ordinateurs, ce « livre-laboratoire », premier volume d’une série de quatre, ouvre la voie (je cite l’éditeur) « à une nouvelle anthropologie de la connaissance ». Que nous dit cette histoire protéiforme sur le savoir « global », standardisé et instantané, du monde contemporain ?

« On passe d’une connaissance découpée, partagée par des communautés particulières, à une connaissance partagée et validée quel que soit le lieu où elle est produite. Le processus de globalisation de la science conduit à faire abstraction de son ancrage dans des lieux.
Notre travail retrace d’une certaine façon la genèse de ce processus: on voit se mettre en place des modes de transmission et de circulation, avec à la fois leurs dynamiques restrictives – certaines reposent sur le secret, l’élitisme, l’ésotérisme – et leurs dynamiques universalisantes, qui préparent la voie à différentes configurations de savoir, dont le savoir contemporain. »

Le mot de la fin à travers la propre description de l’auteur sur ce travail :

« Carnet de route d’un collectif de chercheurs nomades, adeptes, dans le sillage de Michel de Certeau, d’un braconnage intellectuel qui refuse de se laisser enclore par des barrières disciplinaires et académiques, ce livre-laboratoire ne prétend à aucune synthèse visant à récapituler le champ entier de l’histoire des savoirs. Plus mesurée, son ambition est de réintroduire de la fluidité dans la pensée et de l’inventivité dans la recherche; de déstabiliser des positions que tend à figer le compartimentage établi (humanités, sciences sociales, histoire des sciences, etc.) et d’offrir à ses lecteurs de tirer parti d’un dépaysement raisonné.
Les Lieux de savoir déroulent de multiples fils entre les disciplines, les époques historiques et les aires culturelles. Si chacun d’eux peut être suivi dans sa cohérence et sa continuité, pour relier par exemple les chapitres traitant de l’Antiquité ou de l’histoire du livre, l’essentiel réside dans les croisements et les noeuds, qui invitent à circuler entre la Chine et la Grèce, l’Inde et l’Afrique, les sciences et les humanités, les monastères et les écrans, les bibliothèques et les jardins. »

Durel Eric pour Bibliofrance