Les villes des savoirs (Genèses 76)

B. M. —Dans les logiques territoriales que vous reconstituez, les lieux, les centres, les périphéries, vous attribuez beaucoup d’importance aux villes. Mais les régions paraissent moins présentes – je pense par exemple à la Silicon Valley – comment les intégrez-vous?

C. J. — Il nous a semblé intéressant de refermer le volume sur les villes phares, qui permettaient de nouer tout un ensemble de fils déroulés dans les études de cas. Les textes de cette dernière section, en effet, montrent comment certaines villes, à différents moments de l’histoire, ont pu matérialiser une conception du savoir en réunissant des bibliothèques, des universités, des écoles, des laboratoires et des savants. Notre travail était déjà très avancé lorsque nous avons pris connaissance du livre de David N. Livingstone, Putting Science in Its Place (2003) : cet ouvrage écrit par un géographe étudie les différentes échelles spatiales configurées par l’activité scientifique, la manière dont les sciences s’inscrivent dans des territoires, et parfois les transforment ou les créent.

Nous partageons avec David N. Livingstone l’idée que la géographie des savoirs, par rapport à la géographie tout court, se doit d’étudier la manière dont les pratiques scientifiques circulent et se fixent. Elle doit prendre en compte les voies de communication, les carrefours, les frontières, les points d’ancrage et les points de départ, les zones centrales, périphériques, et les différentes échelles de distance.

Cette problématique est bien représentée dans les Lieux de savoir, je pense en particulier au chapitre écrit par Madalina Dana sur la mobilité culturelle entre les cités de la mer Noire et les grands centres intellectuels du monde égéen dans l’Antiquité (2007) : ces cités excentrées, qui se trouvent presque au bout du monde dans la vision des anciens, entretiennent des relations multiples avec Athènes, Alexandrie, Pergame et Rome, et parviennent, du moins pour certaines d’entre elles, à dupliquer sur le plan régional ce modèle du centre et de la périphérie. Elles deviennent elles-mêmes des centres régionaux pour des cités encore plus excentrées qu’elles.

De même, le chapitre sur les «cités interdites » dans l’ex-Union soviétique analyse des dynamiques d’aménagement des territoires à l’échelle régionale.

Mais ce n’est sans doute pas un hasard si la géographie des savoirs a privilégié pendant si longtemps un ancrage urbain. C’est dans les villes que se trouvait la clientèle des praticiens des techniques, la demande éducative des étudiants, les institutions savantes, les musées et les bibliothèques, les palais des riches et des puissants susceptibles d’entretenir artistes, savants et lettrés.

B. M. — Mais en même temps tout cela se meut dans le cadre de logiques territoriales, pour autant que l’expression soit pertinente, de lieux, de réseaux, de centres, de périphéries, qui sont à la fois des tissus, des paysages construits par les producteurs, mais aussi observés, visités, explorés par eux-mêmes et d ’autres acteurs aussi. Le volume 1 met en évidence ces jeux de paysages, vous insistez notamment sur les mobilités, les itinérances.

Vous proposez la notion de «sphère d’action» dont vous dites qu’elle est une notion qui a suscité l’un des chapitres aventureux du livre… Vous ne dites évidemment pas cela pour noter une fragilité, mais au contraire annoncer l’ouverture de perspectives inédites… Comment cette notion, d’autres encore, ouvrent-elles des perspectives nouvelles pour l’histoire des savoirs?

C. J. — Dans la perspective exploratoire qui était la nôtre, il ne s’agissait pas de proposer une approche synthétique ni une taxinomie générale des configurations spatiales liées à la pratique et à la circulation des savoirs, mais d’ouvrir un champ de réflexion à partir de quelques études choisies. Nous avons voulu mettre l’accent sur des dispositifs particuliers, où l’espace et les pratiques savantes se déterminent mutuellement. Ziva Vesel et Francis Richard, par exemple, nous ont décrit la culture de cour dans le monde persan (2007), où les déplacements des souverains entraînent ceux des lettrés et des savants, mais aussi la création de centres de savoir temporaires, financés par le roi, réunissant un observatoire astronomique, une bibliothèque et un hôpital pour un programme de recherche limité dans le temps. L’observatoire était un lieu d’accumulation et de traitement de données, enregistrées sur des tables astronomiques, un « centre de calcul » selon l’expression de Bruno Latour, où il s’agit de faire venir le ciel et ses constellations sur un support d’inscription.

Évoquant la logistique de l’expédition menée par Marcel Griaule de Dakar à Djibouti (1931-1933), Éric Jolly nous invite à réfléchir sur une forme particulière de travail de terrain, où, au fil du voyage, il faut enregistrer et prélever le plus grand nombre d’informations possibles, afin de les exploiter de retour à Paris (2007). Photos, croquis, cartes, enregistrements, carnets de notes, objets, échantillons divers sont autant de moyens de s’approprier des traces analogiques qui permettront d’étudier à volonté les différentes cultures rencontrées en cours de route. L’Afrique est mise en fiches et en caisses.

Le cas de la conquête de la planète Mars offre un cas de figure extrême, avec l’exploration d’un monde à distance, grâce à des médiateurs non humains, des robots téléguidés qui ont leur propre autonomie, leur marge d’initiative, commandés depuis la terre dans un cadre extrêmement régulé, dans des créneaux horaires, avec un temps de réaction incompressible. Quel est le plus important dans le cas de la planète Mars? Est-ce la distance spatiale? Est-ce l’écart temporel qui se glisse entre la commande et son exécution?

L’astronome persan faisait venir le ciel à lui, grâce à la médiation de ses tables d’observations et à ses instruments. L’ethnologue français traversait l’Afrique et la ramenait à Paris sous la forme de collections d’objets et d’une archive multimédia. Les chercheurs de la Nasa explorent le sol de la planète Mars grâce à la médiation d’une machine qui leur fait parvenir des flux de données numériques qu’il faut ensuite traiter pour reconstituer des paysages faisant sens pour l’oeil humain.

(Les Lieux de savoir: un entretien avec Christian Jacob par Bertrand Müller, Genèses 76, 2009, pp. 116-136)

© Genèses, avec l’autorisation de la revue et de Bertrand Müller.

Ouvrages cités (Genèses 76)

BENAZERA, Emmanuel et Nicolas MEULEAU. 2007. « Structures et pratiques du savoir à distance : le cas de l’exploration robotique de Mars », in Jacob (éd.) : 897-916.

CAVALIER, François. 2007. « Les collections dans “l’âge de l’accès”: le consortium Couperin et la documentation électronique », in Jacob (éd.) : 654-680.

CAVALLO, Guglielmo. 2007. «Le scriptorium médiéval », in Jacob (éd.) : 537-555.

CERTEAU (DE), Michel. 1975. L’écriture de l’histoire. Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires). — 1980. L’invention du quotidien, vol. 1 : Arts de faire. Paris, Union générale d’éditions (10-18).

DANA, Madalina. 2007. « Centre et périphérie. La mobilité culturelle entre la mer Noire et le monde méditerranéen dans l’Antiquité », in Jacob (éd.) : 924-940.

DENYS LE PÉRIÉGETE. 1990. La description de la terre habitée de Denys d’Alexandrie ou la Leçon de géographie. Paris, Albin Michel [introduction et traduction Christian Jacob].

FEBVRE, Lucien et Henri-Jean MARTIN. 1957. L’apparition du livre. Paris, Albin Michel (L’évolution de l’humanité).

FOUCAULT, Michel. 1994. « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et écrits, vol. 1 : 1954-1969. Paris, Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines) : 789-820.

GIARD, Luce et Christian JACOB (éd.). 2001. Des Alexandries, vol. 1 : Du livre au texte. Paris, Bibliothèque nationale de France.

HERROU, Adeline. 2007. « La communauté des moines taoïstes en Chine : une parenté rituelle fondée sur des textes », in Jacob (éd.) : 179-200.

JACOB, Christian. 1992. L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire. Paris, Albin Michel (Histoire). — (éd.). 2003. Des Alexandries, vol. 2 : Les métamorphoses du lecteur. Paris, Bibliothèque nationale de France.

— 2007. Lieux de savoir, vol. 1 : Espaces et communautés. Paris, Albin Michel.

JOLLY, Éric. 2007. « La mission ethnographique Dakar-Djibouti : collecte itinérante et maîtrise du terrain », in Jacob (éd.) : 875-896.

LATOUR, Bruno. 1989 [1987]. La Science en action. Paris, La Découverte (Textes à l’appui), (éd. orig., Science in Action. How to Follow Scientists and Engineers through Society. Cambridge, Harvard University Press).

— et Steve WOOLGAR. 1988 [1979]. La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques. Paris, La Découverte (Sciences et société), (éd. orig., Laboratory Life. The Social Construction of Scientific Facts. Londres, Sage Publications).

LIVINGSTONE, David N. 2003. Putting Science in Its Place. Geographies of Scientific Knowledge. Chicago, University of Chicago Press.

NORA, Pierre (éd.). 1984-1992. Lieux de mémoire. Paris, Gallimard, 7 vol.

POIREL, Dominique. 2007. « “Apprends tout” : Saint Victor et le milieu des victorins à Paris, 1108-1330 », in Jacob (éd.) : 302-322.

SINDING, Christiane. 2007. « Naissance d’une biopolitique des médicaments. La fabrication de l’insuline (1922-1925) », in Jacob (éd.) : 483-506.

STRAUSS, Anselm L. 1992. La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme. Paris, L’Harmattan (Logiques sociales).

VESEL, Ziva et Francis RICHARD. 2007. « La culture de cour dans le monde iranien de l’époque sassanide aux Qadjars », in Jacob (éd.) : 854-874.

Lieux de savoir 2. Les Mains de l’intellect (janvier 2011)



Après Espaces et communautés, paru en 2007, voici le second volume des Lieux de savoir, intitulé Les Mains de l’intellect. Que cache ce titre énigmatique ? 

Cette métaphore nous introduit au coeur du sujet : l’exploration des pratiques savantes, considérées dans leur continuité, depuis les gestes manuels et techniques jusqu’aux opérations intellectuelles. Notre projet est d’aller au-delà du clivage entre les savoir-faire manuels et les savoirs abstraits, en montrant comment la pensée et la main, l’immatériel et le matériel, l’intellect et les gestes techniques ou artistiques sont étroitement entrelacés dans la vie humaine. On peut penser par exemple aux liens entre la pensée et les gestes de l’écriture, entre le calcul et le tracé d’une figure géométrique, entre un concept architectural et une maquette, entre l’idée d’un objet et les étapes de sa fabrication.
Il s’agit de montrer la part d’intelligence qui s’exprime dans les gestes de la main, dans son habileté, sa capacité à dessiner, écrire, fabriquer ; mais aussi la part des gestes dans l’intelligence : des opérations intellectuelles comme le raisonnement, la mémorisation, l’abstraction, la comparaison peuvent être conçues comme la manipulation d’objets, de problèmes ou d’idées, de concepts qui sont travaillés par des techniques particulières.

Un tel projet semble rejoindre les sciences cognitives ?

Il est vrai que les sciences cognitives explorent aujourd’hui les fonctionnements de l’esprit humain, ses capacités d’abstraction et d’imagination, sa mémoire, les mécanismes du langage et de la perception. Mais notre projet est différent. Nous abordons les savoirs humains en historiens et en anthropologues, dans des milieux culturels et dans des époques précises.
Nous nous intéressons aux gestes, aux objets matériels qui se prêtent à l’observation : comment manipule-t-on un microscope électronique ? Comment taille-t-on les branches d’un bonsaï ? comment construit-on la maquette d’un bâtiment ? Comment un calligraphe chinois tient-il son pinceau ? Comment un artisan prend-il en main son marteau ? Les objets eux-mêmes, les images, les textes et lorsque c’est possible l’observation directe des acteurs nous introduisent dans un monde passionnant de pratiques et de savoir-faire : ces derniers semblent routiniers, voire secondaires par rapport à l’activité spéculative, mais ils résultent d’apprentissages rigoureux, ils reflètent l’intelligence des gestes.
Il n’y a pas de textes sans la main qui les écrit, qui manie des supports et des instruments d’écriture, du roseau antique au clavier d’ordinateur aujourd’hui.


Vous placez donc les gestes et les instruments au premier plan de votre enquête. Mais où se trouve la pensée ?
Nous pouvons observer la pensée lorsqu’elle s’extériorise et se matérialise, lorsqu’elle prend forme par exemple dans un discours, dans un texte, dans un dessin, dans un schéma ou une carte. Ces différents supports gardent la trace des opérations mentales et manuelles qui les ont produits : raisonnement, calcul, argumentation, modélisation. Ces supports s’offrent à l’écoute comme à la vision, ils sont efficaces et invitent leur destinataire à d’autres opérations intellectuelles : lire, comprendre, déchiffrer, interpréter.
Une équation, un tableau en colonnes, une carte de la terre ou du ciel, la page d’un livre manuscrit ou imprimé sont autant de dispositifs où sont encodés non seulement des savoirs, mais aussi les opérations intellectuelles qui permettent de les activer, par la lecture, le calcul, l’interprétation.
Un commentaire, par exemple, permet d’identifier tout un ensemble d’opérations intellectuelles portant sur la forme et le sens du texte commenté, des procédures d’élucidation des obscurités, le recours à la comparaison, à l’allégorie, à la traduction, à la synthèse ou au découpage analytique. La mise en page de ce commentaire, son organisation visuelle et sa rhétorique même sont autant d’indices nous permettant de retrouver ces opérations.


Vous avez une conception dynamique des savoirs ?
Oui, car les savoirs n’existent pas indépendamment des hommes et des femmes qui les cultivent, qui les construisent et les reçoivent, et les font circuler dans l’espace et dans le temps. Un livre sur l’étagère d’une bibliothèque est un dispositif inerte, l’archive d’un savoir potentiel, en attente et en latence. Il devient actif lorsqu’un lecteur le prend sur cette étagère, guidé par une curiosité et un projet particuliers : ce lecteur le parcourt, prend des notes, s’approprie tel ou tel développement, mobilise l’autorité de l’auteur pour appuyer une idée ou une information données. Même si ce lecteur fait des contresens, ou fait dire à l’auteur ce qu’il n’a pas vraiment dit, cet usage du livre et du texte est créatif et dynamique, le livre apparaît comme un point de départ dans un processus réflexif, critique, imaginatif.

Un livre est donc un « lieu de savoir » ?
Oui, je dirais même qu’il est pris dans un emboîtement, dans une hiérarchie de lieux de savoir. Dans les livres imprimés de l’Europe moderne, par exemple, la page de titre, la table des matières, l’index, mais aussi les notes de bas de page et les planches d’illustrations sont autant de « lieux de savoir » avec leur propre efficacité. Ces livres, en s’assemblant sur une étagère, créent un lieu de savoir englobant, par exemple une bibliothèque disciplinaire, une bibliothèque de travail où les livres permettent de travailler les uns sur les autres, avec des ouvrages de référence, comme les dictionnaires ou les encyclopédies.


Le champ est immense. Comment avez-vous procédé dans ce deuxième volume des Lieux de savoir ?
Comme pour le premier volume, nous avons tenté de concilier un projet ambitieux avec une mise en oeuvre plus modeste, mais opératoire.
Projet ambitieux, car nous n’établissons pas de limites a priori ni dans le temps ni dans l’espace ni dans les types de savoirs. Le champ couvert est donc très vaste, de la Mésopotamie ancienne au Japon contemporain, de la divination à la physique, de l’art du bonsaï à la recherche des intelligences extraterrestres. Mais nous ne cherchons pas à déployer une histoire continue ou une encyclopédie totalisante. L’exhaustivité est bien sûr hors de portée. Nous avons choisi un certain nombre de situations particulières, remarquables par les acteurs, les objets, les opérations que l’on peut y observer. Ces situations peuvent être confrontées et comparées, ou inviter à une réflexion de portée plus générale : qu’est-ce qu’un signe ? qu’est-ce qu’un instrument ? qu’est-ce qu’un cheminement de pensée ?
Le livre invite donc ses lecteurs à deux niveaux de parcours. Le premier est la découverte de ces situations particulières, de lieux de savoir dans des contextes historiques et culturels différents : une page du Talmud, la table d’un lettré chinois, l’écran d’un ordinateur personnel aujourd’hui, l’index d’un livre savant du xviie siècle, une carte de la lune, la peinture de sable d’un chaman Navajo, la maison où chante un poète Palawan, la salle d’une école védique en Inde. Ce sont des études de cas, délimitées et précises.
Le second niveau est plus réflexif et permet de formuler des questions d’ordre théorique et méthodologique : il ouvre des perspectives pour des recherches futures, il croise différents fils des sciences humaines d’aujourd’hui, sur un mode programmatique. Ce second niveau est jalonné par des textes plus courts, qui introduisent les sections thématiques et reflètent des points de vue diversifiés. C’est donc au lecteur de choisir ses rythmes de cheminement, entre un voyage d’exploration dans la diversité des savoirs humains et certains carrefours offrant une visibilité plus large, une vue panoramique sur les territoires parcourus.
En soulignant l’importance des gestes, des instruments et des opérations dans la production et la réception des savoirs, vous apportez un éclairage historique sur des enjeux très actuels.
En effet, nous assistons à une évolution rapide et profonde des technologies de la connaissance. J’appartiens à une génération de chercheurs qui a commencé à travailler avec les fiches en bristol et les machines à écrire électriques. J’ai ainsi dactylographié les mille pages de ma thèse de doctorat avec une machine IBM à boules, et il fallait changer de boule pour avoir par exemple des caractères grecs ou en italiques. Combien de fois, au fil des relectures, j’ai dû utiliser les ciseaux et la colle pour procéder à des modifications du texte ! Mon fichier bibliographique remplissait un meuble à tiroirs, et pour placer une référence sous différentes entrées thématiques, il fallait recopier la fiche en deux, trois, quatre exemplaires ! C’était un travail de bénédictin. mais c’est ainsi que l’on a travaillé dans les disciplines historiques et d’érudition jusqu’au milieu des années 1970. J’ai vu apparaître les premiers PC MS-DOS, qui nécessitaient que l’on saisisse au clavier des lignes d’instructions pour accéder aux programmes. Puis, il y eut les Macintosh, étranges appareils munis d’un petit écran monochrome, qui demandaient que l’on jongle entre les disquettes, avant l’apparition des premiers disques durs.
Puis, ce fut la course à la puissance, aux capacités de stockage, à la mémoire vive, aux grands écrans aux millions de couleurs. avec le développement des logiciels de traitement de texte et de bases de données et vint ensuite Internet : instrument de communication extraordinaire, où l’on naviguait avec l’ivresse des premiers explorateurs.
Aujourd’hui, Internet constitue une extension pour ainsi dire naturelle du disque dur de l’ordinateur. Des moteurs de recherche comme Google rendent l’information immédiatement disponible, sur tous les sujets possibles. Wikipedia donne au projet encyclopédique une portée, une extension en perpétuel mouvement. Les livres électroniques peuvent passer de l’ordinateur au téléphone portable ou à la tablette de lecture.

Ces changements technologiques modifient la nature des textes : on peut les assujettir à différents formats qui influeront sur leur fixité, leur clôture, leur statut juridique. On peut stocker une bibliothèque de plusieurs centaines de livres sur un téléphone portable. Le lecteur d’un texte électronique devient aussi son éditeur, en choisissant par exemple la mise en page, les caractères et leur taille. Il peut s’approprier le texte en le balisant, en le surlignant, en l’annotant. Il a un accès immédiat à son contenu grâce à la recherche par mots-clé, avec opérateurs booléens. Il peut extraire les passages qui l’intéressent et les coller dans un autre document, composer son propre recueil de notes de lectures. Il peut utiliser des logiciels de traduction automatique pour accèder au sens d’un texte écrit dans une langue étrangère.
Toutes ces opérations sont rendues possibles par les fonctionnalités de logiciels qui déterminent les usages que nous avons des contenus ainsi manipulés, textes, sons, images fixes ou animées. Ces logiciels se combinent aux possibilités des supports eux-mêmes, l’e-book, le smartphone, l’ordinateur, pour imposer à l’usager leurs ergonomies propres : les gestes de la main déclenchent les opérations réalisées dans l’espace virtuel du programme. Le bouton de la souris permet de passer d’une page à l’autre ou de faire défiler de manière linéaire le ruban continu d’un texte, vertical ou horizontal. On simule ainsi la manipulation des supports séculaires du rouleau et du livre à pages ou codex. Les écrans tactiles introduisent une nouvelle gestuelle, le geste des doigts, qui percutent l’écran pour ouvrir un document ou qui, par leur mouvement, provoquent un effet de zoom sur un détail d’une page ou en sélectionnent une partie.

Pour comprendre ce qui se joue dans ces nouveaux accès aux textes, aux images et au savoir, le détour par les tablettes d’argile des scribes mésopotamiens, par les rouleaux de papyrus et les codex en parchemin, par l’histoire du livre arabe ou chinois comme de l’imprimé occidental est une médiation utile, indispensable : il ouvre un horizon de questions sur les modes de fixation de l’écrit, sur l’impact de la structuration visuelle de la page sur le déchiffrement de ses contenus, sur les liens entre lecture savante et écriture, sur le synchronisme du geste, de la voix et du regard.
L’apport de la profondeur historique et de la comparaison interculturelle est irremplaçable également pour comprendre les mutations qui affectent aujourd’hui le statut de la mémoire humaine, comme nos capacités de visualisation, de calcul, de traitement de données.

Les Lieux de savoir sont un projet interdisciplinaire à un double titre : par les sujets mêmes que vous abordez, qui traversent tout le spectre des savoirs humains ; par vos auteurs, qui viennent de différents horizons académiques.
La diversité des auteurs fait en effet la richesse du projet. Chacun apporte son expérience, sa spécialité et nous fait entrer dans un lieu de savoir particulier et fascinant, que ce soit une pépinière de bonsaïs ou un laboratoire américain de physique, un cabinet de lettré chinois ou des tombes de scribes égyptiens. Les différents chapitres reflètent l’état des savoirs et des questionnements, la nature des sources, le paysage même de la recherche dans différents domaines.
Créer un dialogue avec ces auteurs et tisser les fils de recherches si variées dans la toile d’un même livre, c’est une expérience intellectuelle et humaine fascinante. Il y avait peu de chances que ces auteurs puissent se croiser dans un même ouvrage : ils viennent d’horizons si différents. Certains ont déjà une oeuvre considérable à leur actif, d’autres sont des chercheurs émergents, de jeunes post-doc qui ont apporté au projet l’énergie et le talent de leurs recherches en cours.


Avec ce volume 2, Les mains de l’intellect, vous êtes à mi-parcours du projet des Lieux de savoir. Quelles seront les prochaines étapes ?
Deux autres volumes sont en effet prévus. Le troisième portera sur la construction sociale des savoirs, sur ce qui rend les savoirs communicables et transmissibles, ce qui en permet l’accumulation, la codification, l’enseignement. Le quatrième volume sera consacré aux grandes dynamiques régissant l’histoire des savoirs : au-delà du partage des disciplines et de la différence des objets, est-ce que les savoirs d’une époque et d’une société données partagent des traits fondamentaux, dans leur visée, dans leurs méthodes, dans leur finalité ?
A quels besoins, à quels questionnements spécifiques ou enjeux politiques répondent-ils ? Est-ce que tous les savoirs peuvent passer d’une époque ou d’une culture à l’autre ? Quelles sont les conditions requises pour ces processus de transmission et de réappropriation ? On sera ainsi conduit à examiner les modes d’inscription spatiale et temporelle des savoirs, ce qui les ancre dans un lieu et un moment particuliers ou ce qui leur permet de circuler et de se diffuser.

C’est quoi l’idée ? Allez savoir…

Libération Livres, Jeudi 29 Novembre 2007, sur le premier volume des Lieux de savoir.



Trois autres vont suivre: Les Mains de l’intellect, La Construction des traditions et Identité, métissage, universalité. Mais le premier volume des “Lieux de savoir”, – Espaces et communautés – est déjà une somme. Il fallait en effet plus d’un millier de pages à une soixantaine de chercheurs internationaux, et la mobilisation de toutes les sciences humaines, pour cartographier les “mille manières dont à travers les âges et les cultures les hommes ont produit, validé, sauvegardé et transmis des savoirs”. Réalisation réussie d’un projet que résume Christian Jacob, son maître d’oeuvre.



“A quelle étrange activité s’adonne-t-on en lisant un livre, en consultant internet, en suivant un cours, en écrivant un texte, en pratiquant le calcul mental devant les étals des maraîchers, en compilant une base de données sur l’ADN des espèces vivantes ou en répétant une expérience de chimie devant sa classe ? Qu’est-ce qui distingue ou unit le spécialiste et l’amateur, un philosophe grec et un sage bouddhiste, Galilée et Stephen Hawking, un artisan du faubourg Saint-Antoine et un biologiste assigné à résidence dans une ville interdite de l’ex-URSS, un médecin de l’hôpital Georges-Pompidou et un “medecine man” africain ? L’idée des Lieux de savoir a été de redéployer en un territoire unique et continu ce que le partage des disciplines a fragmenté en une mosaïque de principautés. Et ce afin de rendre au champ de l’expérience humaine sa force d’invention et son unité: par l’esprit, le langage et les signes, cette humanité travaille à se réfléchir elle-même, tout en aspirant à maîtrise le temps et l’espace, le visible et l’invisible,la matière et l’immatériel, l’inerte et le vivant, à les domestiquer dans des discours et des représentations qui seront discutés, diffusés, modifiés, hybridés ou rejetés.



Cette expérience fondamentale, nous l’avons explorée, tels des voyageurs en terre lointaine, en renonçant aux modèles a priori, aux hiérarchies établies selon les partages entre vrai et faux, science et superstition, techniques et humanités, main et intellect. Nous avons cheminé sans certitude, mais avec curiosité. Notre “caravane” – historiens, anthropologues, sociologues, épistémologues, philologues ou archéologues, attentifs aux progrès de la rationalité comme à la force du symbolique – a avancé sur des pistes indiquées par Claude Lévi-Strauss, Norbert Elias, Clifford Geertz, Michel Foucault ou Michel de Certeau, Jean-Pierre Vernant ou Pierre Bourdieu, en observant les étranges tribus des hommes de savoir.



Ce premier volume expose les jalons d’une socio-histoire des mondes savants: comment se fondent les écoles, s’assemblent les collectifs, se tissent les projets de vie et de savoir, s’organise et se pense une institution? Ces Lieux de savoir, élaborés dans le cadre du Groupement de recherche du CNRS “Les Mondes lettrés”, relient le phare d’Alexandrie et un monastère taoïste, la maison d’un professeur de Göttingen et le sol de la planète Mars, le rituel d’initiation d’un devin africain ou une exposition universelle au Japon, selon la double logique de la sélection et de la confrontation comparatiste de situations ancrées dans le temps, l’espace et les sociétés, dans une écriture qui fait “voir” le vécu des situations, la formalité des gestes, la mise en scène des activités savantes. Alors qu’une actualité brûlante montre trop bien que le choc des traditions et l’incompréhension entre cultures et religions peuvent mettre la planète à feu et à sang, nous ouvrons une réflexion sur le pluriel des savoirs et des croyances, considérés dans leur richesse propre et leur diversité, sans jamais perdre de vue l’unité fondamentale des cultures humaines”.


Recueilli par Robert Maggiori.

« On va ici au-delà de tous les clivages »


Le Monde des livres, vendredi 2 Novembre 2007, à propos du premier volume des Lieux de savoir.

Christian Jacob, vous êtes directeur de recherche au CNRS, helléniste, vous avez dirigé l’équipe rédactionnelle des Lieux de savoir. Comment est né ce projet ?

C’est une aventure intellectuelle qui a mûri une dizaine d’années. Elle est partie du travail de spécialistes de l’Antiquité classique, auxquels se sont fédérés des spécialistes d’autres cultures. Par élargissements successifs, aux pratiques scientifiques, technologiques, spirituelles, nous sommes arrivés à une approche aussi large que possible de l’histoire des savoirs. Elle nous a conduits à adopter une perspective expérimentale, visant à repérer quels pourraient être les fondements, les concepts, les grilles d’analyse d’un nouveau type d’histoire culturelle s’attachant aux opérations du savoir quels qu’en soient les domaines.

L’éclectisme de ce travail, qui se lit comme un recueil d’études de cas, est-il une façon de toucher à l’universalité du savoir?

Les études de cas permettent de focaliser sur ce qu’il y a de plus spécifique, de plus ancré dans la pratique des savoirs (situations, gestes, personnages, lieux, communautés savantes), dans une perspective qui est à la fois celle de la micro-histoire et de l’anthropologie. Un deuxième niveau vise à proposer un cadre de réflexion théorique et méthodologique qui pourrait être appliqué à d’autres contextes.

Sans parler d’universalité, on va ici au-delà de tous les clivages entre sciences et humanités, sociétés avec et sans écriture, Occident et Orient, savoirs intellectuels et techniques, entre lesquels se noue un réseau de connexions.

Que nous dit cette histoire protéiforme sur le savoir “global”, standardisé et instantané, du monde contemporain ?

On passe d’une connaissance découpée, partagée par des communautés particulières, à une connaissance partagée et validée quel que soit le lieu où elle est produite. Le processus de globalisation de la science conduit à faire abstraction de son ancrage dans des lieux. Notre travail retrace d’une certaine façon la genèse de ce processus: on voit se mettre en place des modes de transmission et de circulation, avec à la fois leurs dynamiques restrictives – certaines reposent sur le secret, l’élitisme, l’ésotérisme – et leurs dynamiques universalisantes, qui préparent la voie à différentes configurations de savoir, dont le savoir contemporain.

Trois autres volumes sont en préparation. Quel en sera l’objet ?

Le deuxième portera sur les pratiques savantes, du maniement des instruments aux opérations les plus abstraites. Les suivants s’attacheront à la construction sociale des savoirs, puis à leur transmission et leur diffusion.

Propos recueillis par Pierre Le Hir.