Vers un thésaurus conceptuel du champ des savoirs

Premiers niveaux d’arborescences du thésaurus Savoirs (version du 29.11.2018). Work in progress.

Nous travaillons sur un thésaurus conceptuel, qui sera l’un des principes de structuration de la future plateforme “Savoirs”. Il est actuellement partagé sous forme de liste structurée sur une plateforme collaborative avant sa conversion à venir au format SKOS, que le système d’information de l’EHESS intègre grâce à la suite d’outil Skosmos.

Il comprend à l’heure actuelle plus de 1100 termes. Certaines branches sont plus développées que d’autres, ce qui tient, pour partie, aux champs de compétences des participants (on a fait remarquer que les sciences exactes étaient peu représentées, on va essayer de pallier ce déséquilibre). Avant d’envisager une importation dans OpenTheso, il convient d’engager un double travail d’ajustements :

  • sur le plan lexicographique : cohérence, non- redondance des nomenclatures ;
  • sur le plan conceptuel : cohérence et pertinence des niveaux supérieurs de l’arborescence, avant tout.

Il est rappelé que ce thésaurus n’a pas pour vocation de figer ou normaliser le champ de l’étude des savoirs, mais d’offrir une forme de quadrillage de ce champ, permettant d’identifier les textes traitant de tel ou tel objet particulier et de proposer des parcours de lecture sur des thématiques identifiées par des agrégats de mots-clés.

Sous format SKOS, ce thésaurus pourrait être utilisé dans d’autres projets, comme aide à la structuration de données.

Lors de la réunion de travail du 30 Novembre 2018 à l’Ehess, des visualisations des niveaux supérieurs de l’arborescence du thésaurus, en format « mind mapping », ont été présentées et ont donné lieu à discussion, tant sur les intitulés que sur les partages et inclusions.

Un consensus s’est dégagé sur les points suivants :

  • distinguer les catégories « acteurs » et « institutions » ;
  • préférer une formulation « savoirs en action » à « dynamiques sociales » ;
  • remplacer « spatialités » par « lieux et espaces ».

On s’interroge aussi sur la catégorie « approches » qui relève d’un niveau « méta ». Lui préférer une catégorie « méthodes » ?

Il convient aussi de réfléchir sur les catégories de « pseudo-sciences » et « ethnoscience »

 

“Savoirs” : un projet numérique

Diagramme d’un réseau social. Chaque personne est représentée par un point (un noeud) et la relation d’amitié par une ligne. Image de DarwinPeacock, capture d’écran du logiciel GUESS. CC By.

Le numérique peut être utilisé aujourd’hui pour reproduire à l’identique des types de supports et des artefacts déjà existants dans le monde de l’imprimé: les revues , les livres (ebooks) en sont les meilleurs exemples. Le passage au numérique a un impact sur les chaînes de fabrication, sur l’économie et les modalités de diffusion de ces vecteurs traditionnels de l’information et des savoirs.

Le troisième constat que nous avons fait est que l’impact du numérique va bien au-delà de la transposition de l’existant. Le numérique favorise l’émergence de nouveaux objets, de nouvelles visualisations, de nouvelles ergonomies, de nouvelles formes de pensée.

Choisir un format nativement numérique pour le projet intellectuel et éditorial “Savoirs” n’implique pas seulement le choix d’un médium, d’une technologie pour se substituer au processus complexe de la production d’un livre imprimé collectif. Ce choix implique aussi l’expérimentation de nouveaux usages, de nouvelles formes d’écriture et de lecture, et de formes de circulation non linéaires dans une bibliothèque de textes.

La construction de la plateforme “Savoirs” implique dès lors une dimension réflexive particulière, sur l’usage d’une nouvelle technologie, de nouveaux outils et de nouveau formats pour écrire sur les savoirs. Réflexivité sur le statut des textes, sur les modalités de leurs connexions, sur les logiques de navigation permettant de passer de l’un à l’autre, sur les critères d’indexation, sur la production d’une architecture évolutive et modulaire, où l’ajout d’un nouveau texte déploie de nouveaux liens, reconfigure des positions, sans déstabiliser la structure d’ensemble.

“Savoirs” voudrait ainsi expérimenter de nouvelles interactions entre écriture, lecture et réflexion, permettre des parcours heuristiques à travers un corpus de textes, selon de multiples tables d’orientation (chronologique, géographique, linguistique, disciplinaire, conceptuelle), faire émerger des questionnements et des problématiques à travers la confrontation des études de cas, des lieux, des pratiques, des moments historiques.

Lecture dynamique, à travers différentes échelles de visibilité, selon différents paramètres de mobilité, des sources premières à l’interprétation, des thésaurus aux textes, du graphe à la bibliothèque.

“Savoirs” : projet éditorial

Reliures de livres anciens, à la bibliothèque du Merton College, à Oxford (Angleterre). Photo Tom Murphy (CC BY-SA 3.0.)

Les Lieux de savoir se présentaient comme un projet éditorial traditionnel: volumes imprimés, sommaire construit et fixé une fois pour toutes, texte figé. Ce que l’on gagnait, en termes de cohérence, d’architecture intellectuelle, de pondération entre les aires culturelles, les disciplines, les périodes, avait une contrepartie: les choix ainsi opérés étaient définitifs, le livre était fixé une fois pour toutes.

Le livre imprimé s’inscrivait aussi dans une chaîne de fabrication qui exigeait que l’ensemble des textes soient réunis et préparés avant de passer à l’étape finale de publication.

Le second constat que nous avons fait est la nécessité d’expérimenter un autre modèle éditorial, fluide, évolutif et modulaire. Ce modèle alternatif permettrait la construction en temps réel d’un objet éditorial nouveau, actualisable, reconfigurable, reposant sur de multiples connections qui s’enrichiraient au fil des ajouts. A défaut d’un plan d’ensemble a priori, la cohérence résiderait dans le réseau de liens de complémentarité, d’analogie, d’explicitation entre les textes: une architecture évolutive, donc, permettant de commencer par différentes entrées, le plus important n’étant pas la position dans un sommaire, mais la capacité d’un texte à générer des liens avec d’autres textes, voire à générer la rédaction d’autres textes, sur le mode du complément, de la critique, du commentaire, de l’explicitation.

Le projet Savoirs emprunte certains traits au blog, à la revue, au livre, à la collection de livres, à la bibliothèque, à l’archive, à la base de données, à l’encyclopédie en ligne, sans s’y réduire totalement.

Sa cohérence réside dans un projet intellectuel fort: celui d’une histoire et d’une anthropologie des savoirs, traversant les disciplines, les cultures, les périodes historiques, les langues. Sans souci d’exhaustivité, mais en inventant une autre forme de systématicité.

Fluide, modulaire, évolutif, rétroactif, en reconfiguration permanente.

 

 

“Savoirs” : projet intellectuel

Cartes d’un jeu divinatoire, Collection Musées départementaux de la Haute-Saône CC BY-SA 3.0

La décision de relancer le projet des Lieux de savoir sous une nouvelle forme et sous un nouveau nom, Savoirs, a été longuement mûrie. Elle s’appuie sur différents constats et sur de nouvelles hypothèses de travail.

Le premier constat est que les savoirs constituent aujourd’hui un champ de recherche dynamique et élargi. Les Lieux de savoir ont contribué, avec d’autres, à ouvrir un champ de recherches interdisciplinaires et comparatistes portant sur les savoirs humains, dans un sens extensif, regroupant les sciences, les sciences humaines et sociales, les arts et les techniques, les spiritualités. Au carrefour de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, il s’agissait d’explorer les savoirs comme champ d’expériences humaines, organisant des formes d’espace et de sociabilité, reposant sur une gamme de gestes et d’opérations, selon un arc qui conduit des pratiques les plus concrètes et matérielles aux pratiques intellectuelles. Les savoirs, dans cette perspective, apparaissent comme des constructions que l’on peut étudier à de multiples échelles, de la table de travail du savant ou de l’artisan, avec ses matériaux, ses outils et ses supports, aux dynamiques sociales qui confèrent aux artefacts ainsi produits des valeurs particulières de vérité et d’autorité.

Ces questions sont partagées aujourd’hui par des courants de recherche multiples, qui invitent à repenser la nature des savoirs et le périmètre de leur étude: des sciences cognitives à l’éthologie de la cognition animale, de l’intelligence artificielle aux humanités numériques, avec leurs nouveaux outils et leurs nouveaux objets.

Les disciplines traditionnellement au coeur des SHS (histoire, anthropologie, sociologie…) offrent une grande richesse d’études empiriques portant sur un vaste spectre de lieux, d’acteurs, de pratiques, d’objets de savoir dans les contextes culturels et les période historiques les plus divers. Les savoirs techniques de la philologie, de la codicologie et de la paléographie, de la prosopographie, de l’archéologie, de l’analyse de discours, de l’iconographie ouvrent la voie à de nouveaux questionnements des sources premières.

Et surtout, ces recherches multiples et foisonnantes, trop souvent séparées par les cloisons disciplinaires, partagent les mêmes interrogations théoriques, les mêmes questions fondamentales: qui, comment, pourquoi, quand, où ?

Le projet Savoirs voudrait défaire ces cloisonnements et favoriser de multiples interactions entre ces études empiriques et les interrogations qu’elles partagent.

 

 

 

Prolonger le voyage

Un graphe de relations entre de multiples entités. Penser la complexité à l’heure des Big data (Wikimedia France)

De 2011 à 2018, il n’a jamais été question de renoncer à ce projet, même si l’usage du titre Lieux de savoir nous était désormais interdit.

Trois cheminements complémentaires ont été engagés pour prolonger le voyage.

Le premier a été un parcours personnel. Revenir sur les hypothèses fondatrices, synthétiser et formaliser les positionnements théoriques et historiographiques, faire un état des lieux, des lieux de savoir.

A cet égard, l’invitation de Marin Dacos à contribuer à l’Encyclopédie numérique lancée par OpenEdition Books, sous la forme d’un petit volume intitulé Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, disponible en libre accès, en mode freemium, et en impression à la demande, a été une étape importante. Et je remercie Marin, et toute l’équipe d’OpenEdition, pour m’avoir permis d’écrire ce texte et de le publier en libre accès (en 2014), pour le plus grand nombre, dans un esprit de partage des idées, des savoirs et de la pensée qui est essentiel à mes yeux.

Différentes interventions dans des colloques et des séminaires, des commandes de textes m’ont permis d’élargir et d’approfondir ma réflexion, et je suis reconnaissant à tous (toutes) les collègues qui m’ont donné l’occasion de poser ces nouveaux jalons, dans des milieux intellectuels et disciplinaires très variés: histoire de l’art, métiers d’art, métiers de l’action sociale et de l’éducation spécialisée, anthropologie, sociologie, philosophie.

Le second cheminement a été un parcours collectif. Poursuivre les collaborations engagées, nouer de nouveaux dialogues, tisser de nouveaux liens de collaboration, penser à plusieurs, se connecter à une intelligence collective. Quel lieu de savoir inventer pour travailler sur les lieux de savoir, sur les savoirs ? Il me faudrait citer tous (toutes) les collègues et ami(e)s, tous (toutes) les étudiant(e)s, aux différentes étapes de leurs parcours, qui m’ont enrichi par leur savoir, provoqué par leurs critiques, déstabilisé par leurs questions, réorienté par leurs suggestions, inspiré par leurs travaux. Je ne citerai pas de noms, par peur d’en oublier, mais vous savez qui vous êtes… A l’heure des compétitions et de la concurrence acharnées, de l’individualisme imposés par les nouveaux managements des mondes académiques, nous avons su préserver des lieux et des temps de pensée partagée, de quête intellectuelle, de mise en commun des savoirs, bref, de la slow science, soucieuse d’approfondir, de creuser, d’explorer, de discuter, de comprendre, d’imaginer.

Le troisième cheminement a été inspiré par les mutations du paysage éditorial et l’essor des humanités numériques. Il me faudrait citer ici encore beaucoup de noms, celles et ceux avec qui nous avons tenté d’imaginer une nouvelle phase des Lieux de savoir, sous forme nativement numérique. Comment concevoir un projet éditorial collectif, interdisciplinaire, comparatiste, dans la nouvelle économie de l’édition savante ? Comment concilier l’innovation technologique avec les usages du monde universitaire, comment trouver une place dans les expérimentations en cours sur les nouvelles formes d’écriture et de lecture, quels partenaires choisir pour une telle aventure volontariste ? En quelques années, le paysage a évolué, de nouveaux horizons se sont ouverts. Exigence de l’accès ouvert, nouvelles dimensions de la recherche en SHS liées à l’exploitation des données, nouveaux écosystèmes académiques et savants, premières tentatives pour repenser la forme, la finalité de la publication des travaux savants, tant sur le plan des contenus que de la forme, tant sur celui de l’ergonomie que sur celui de l’économie.

Ces trois cheminements, fortement schématisés, nous conduisent en juin 2018…

Les “Lieux de savoir” : épilogue

La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg après sa rénovation. Il n’est pas de savoirs sans lieux, sans topographies, sans mémoire, sans utopie.

Il faut parfois du temps pour tourner la page et ouvrir un nouveau livre.

Les éditions Albin Michel ont mis un terme à la publication des Lieux de savoir, en 2011, après la parution des deux premiers volumes, Espaces et communautés et Les mains de l’intellect. Deux autres livres étaient prévus, dont les titres de travail étaient Les pragmatiques du savoir et Réflexivité, hybridation et universalité. Ils devaient compléter la cartographie déployée dans ce projet voué à déplacer les frontières et à élargir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs, sur la longue durée historique, dans la comparaison culturelle et l’interdisciplinarité.

Après avoir déployé les manières de “faire lieu” et de “faire communauté”, après avoir mis en évidence les mille figures des “arts de faire” liés à la main qui pense et à l’intellect qui manie objets et outils, les Lieux de savoir devaient ouvrir le champ très vaste des dynamiques sociales qui accordent à certains énoncés, à certains artefacts, le statut de “savoirs”, de “sciences”, de “vérité”, et en permettent la circulation dans le temps et dans l’espace, selon de multiples modalités, la publication, l’enseignement, la transmission, l’accumulation. Et dans cette perspective, bien sûr, on prévoyait d’interroger la dimension politique, agonistique, voire conflictuelle de la construction de savoirs, l’économie spécifique de leur diffusion sociale, les enjeux liés à leur thésaurisation, à leur monopole, à leur valorisation et à leur monnayage.

Le quatrième volume envisagé était sans doute le plus ambitieux. Réflexivité, hybridation et universalité: il s’agissait de mettre en évidence trois types de configurations pouvant caractériser certains types de savoirs dans une culture donnée, à un moment historique particulier. Réflexivité, quand un milieu savant prend comme objet son identité, son histoire, sa culture, sa langue, ses catégories de pensée. Hybridation, quand un milieu savant se met à l’école d’une autre culture, s’approprie des savoirs, des bibliothèques, une spiritualité, des cadres intellectuels venant d’ailleurs, par le biais de la traduction, de l’adaptation, de la reformulation. Universalité, quand certains savoirs veulent s’affranchir de leur ancrage dans un lieu particulier pour revendiquer une validité, une vérité universelles.

Ces trois configurations coexistent le plus souvent à l’intérieur d’une même société, d’une même culture, d’une même époque. Pour l’historien, elles pouvaient être illustrées par des moments emblématiques: Alexandrie et son immense travail de construction du patrimoine littéraire grec; Bagdad et la traduction des savoirs grecs sous l’égide du Califat (on pourrait aussi penser au transfert du Bouddhisme indien vers la Chine ou le Tibet); la science occidentale moderne, enfin, basée sur la preuve expérimentale et la mathématisation du monde (on aurait aussi interrogé les prétentions universalistes des “sciences de l’homme” européennes, et bien sûr leur remise en question).

Cette quatrième étape aurait permis d’explorer de nouvelles formes d’historicisation des savoirs et des sciences, sur la base de la comparaison et de l’interdisciplinarité, s’attachant à dégager des dynamiques culturelles, des manières différentes pour les savoirs de “faire lieu”, de se déplacer et de muter, de prendre de la hauteur et de se dissocier d’un terrain, d’un lieu d’origine.

C’est en fonction de ce plan d’ensemble, conçu dès le début des années 2000, que les Lieux de savoir auraient pris tout leur sens, en refermant le contour sur une proposition historiographique cohérente, sur une incitation à de nouvelles recherches empiriques et à de nouveaux débats méthodologiques et théoriques.

Ces hypothèses de travail ont été développées dans différents séminaires, ajustées et approfondies ces dernières années.

Les Lieux de savoir restent aujourd’hui un point de départ, un carrefour s’ouvrant sur de multiples directions, une base logistique pour de nouvelles explorations.