Sur les formes à venir du livre numérique en SHS

25 novembre 2012
Par

Edition SHS 2.0:  quels modèles, quels formats, quels usages pour le livre numérique ?  Livre augmenté, découpé, manipulé, connecté, partagé, évolutif: vers de nouvelles formes de l’écriture et de la lecture savantes. Une réflexion tirée d’un fil de discussion sur Twitter.

Je suis devenu un utilisateur régulier de Twitter, “lieu de savoir” d’un nouveau type, traversé par des flux d’informations, d’idées, d’intelligence et d’écriture collectives, à condition de savoir les capter et de ne pas s’y noyer…

Une question posée à mes followers, hier soir, a donné lieu à un échange passionnant, où j’ai beaucoup appris. Je vais essayer de réorganiser de manière synthétique les idées, suggestions et informations qui se sont bousculées au fil de cette conversation polyphonique. Et je remercie bien sûr mes interlocuteurs pour leur apport pertinent, éclairé et amical.

Tout commence par ma question: “Comment imaginer les SHS en édition numérique..? Non, pas des .pdf, des .epub, mais quelque chose d’autre, quelque chose d’innovant… Je suis en quête d’idées, d’expériences, de parallèles, de précédents… Edition en SHS 2.0, quels modèles, quels formats ?”

Je suis avec intérêt l’expérience lancée par Bruno Latour, à partir de son livre, Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des modernes (Paris, La Découverte, 2012): “L’originalité de cette entreprise c’est de pouvoir se prolonger par une enquête collaborative au cours de laquelle des lecteurs, devenus co-enquêteurs, pourront amplifier et modifier les résultats, changer les questions et, en fin de compte, participer à la réécriture du rapport préliminaire.” (voir AIME).

Est-ce qu’un dispositif comparable pourrait être déployé pour la suite des Lieux de savoir ? Quelles sont les autres expérimentations novatrices dans le domaine du livre “augmenté” ?

La première réponse reçue me renvoie à juste titre vers openedition.org et son écosystème innovant où se croisent les carnets de recherche (dont celui-ci), les revues en ligne, les collections de livres numériques des partenaires éditoriaux, l’actualité de la recherche, et des projets d’édition originaux, en cours de développement. Et plusieurs interlocuteurs soulignent l’importance de l’Open Access comme mode de circulation des textes savants.

Différentes idées viennent ensuite se greffer sur le fil de la discussion.

—  un livre qui associerait le principe de l’ouverture collaborative avec la validation d’un comité scientifique

un livre qui échapperait au format de l’édition imprimée, par exemple par sa taille, et permettrait la recherche en texte intégral, au-delà des index traditionnels.

un livre augmenté qui apporterait de nouvelles fonctionnalités par rapport au livre papier: affichage de graphiques dynamiques, manipulables par le lecteur, et permettant un accès direct aux données-sources, accès aux données statistiques sur lesquelles se base une enquête, accès à des vidéos, enregistrements sonores (par ex. corpus d’entretiens pour les linguistes, sociologues, anthropologues; voir An Electronic Cabaret, supplément en ligne d’un livre de Roger Darnton), etc, possibilité de visionner ou de lire les sources d’un simple clic, possibilité d’exploiter l’apparat critique selon de multiples critères (notes, sources premières, sources secondaires, grâce à un marquage par balises XML du texte). Il s’agirait donc de pouvoir choisir des modes de navigation dans différents niveaux de paratextes, de se déplacer en suivant des arborescences. Le problème des possibilités de reconnaissance et d’indexation des images et des sons est aussi posé.

un livre donnant lieu à un découpage textuel très fin et offrant différents accès aux unités ainsi découpées. Cela pose le degré de granularité de ces découpages, du texte à la phrase (à la ligne ?), de leur standardisation (nécessaire pour permettre l’ancrage stable des annotations de lecteurs), de l’uniformisation des normes entre les différents acteurs du livre numérique. Sur le découpage du texte et l’ergonomie d’un travail de lecture – annotation, l’expérimentation que la société Liquid Text va bientôt diffuser sur Ipad me semble particulièrement intéressante et prometteuse, en permettant un véritablement environnement de manipulation multitouch de documents (à titre personnel, je serai extrêmement intéressé par cet interface pour mon travail de lecture annotée). Un tel dispositif conduit à l’individualisation maximale de l’appropriation des textes numériques: à chaque lecteur son livre. Les potentialités pédagogiques ou heuristiques de ce type de découpage et de manipulations documentaires me semblent très prometteuses. On peut déjà se référer à l’analyse proposée par Marc Jahjah, Livre numérique et manipulations textuelles (I). Sa réflexion me conduit à une idée: pourrait-on imaginer un mode de balisage ou de qualification des textes savants en fonction de leur statut épistémologique et discursif: par exemple, “source”, “hypothèse”, “argumentation”, “interprétation”, “reformulation”, “critique” ?  L’idée de la lecture savante comme forme d’écriture, ou de récriture du texte, et de l’environnement logiciel d’un tel espace de travail est au centre d’une intéressante réflexion de Luc Gauvreau, qui m’a renvoyé à un article de son blog décrivant le projet de Textshop, un logiciel qui aurait pour l’écriture des fonctionnalités comparables à celles de Photoshop dans le champ de l’image.

—  un livre qui permettrait aux lecteurs de contribuer à son devenir et à son développement, sous forme de travail collaboratif, par exemple édition et traduction de sources premières, ou enrichissement en continu sous forme de notes et commentaires. Un autre post de Marc Jahjah me fait découvrir l’intéressant projet d’une plateforme participative de traduction en ligne, TLhub, visant à créer une communauté de la traduction au-delà des langues et des nations et fondé sur des technologies open source.

Le modèle du wiki en particulier se prêterait à l’articulation et à l’ajout de connaissances et de commentaires au texte-source. Je suis désireux d’en savoir plus wue le wiki en 3D évoqué par René Audet, permettant “la plasticité du savoir, la manipulation concrète d’unités de connaissances, des interrelations”, se prêtant à différents niveaux de collaboration.

—  un livre “connecté” ou “livre-réseau”, qui pourrait par exemple être relié à Wikipédia sous forme de liens éditorialisés et validés, mais aussi aux livres d’une collection, d’une bibliothèque, ou encore plus largement au web et à ses ressources (ces fonctionnalités de liens à l’intérieur d’un écosystème éditorial sont proposées par le CLEO). De même, il serait intéressant, à partir d’un texte dans sa langue originale, d’avoir accès à ses différentes traductions et commentaires. On peut ainsi penser à des formes de réseaux hiérarchisés déployés autour du texte, où l’on pourrait se déplacer à la fois horizontalement et verticalement. Comme le fait justement remarquer un intervenant, le principal obstacle au livre augmenté et connecté est sans doute le droit actuel (droit d’auteur, copyright), sauf si l’on ne dépasse pas le niveau de “citation courte”. Mais l’un des enjeux est certainement de repenser les  bibliothèques pour y déployer des espaces personnels de travail intellectuel à partir des fonds numériques.

Les échanges très riches ainsi résumés ont conduit à quelques questions fondamentales. Le livre SHS 2.0. requiert à la fois le savoir-faire de l’édition de savoir traditionnelle ainsi que la compétence technique nécessaire à la création d’un objet nouveau, expérimental, évolutif. Il demande aussi un auteur 2.0., qu’il s’agisse d’un individu ou d’un collectif, prêt à ce mode de partage des savoirs. Il demande des lecteurs 2.0, individuels ou en réseau, qui, au-delà de la dimension expérimentale, puissent s’approprier ces artefacts nouveaux et en faire de réels instruments de travail. Il demande enfin de nouvelles formes d’autorité et de légitimation, ce qui est particulièrement important à notre époque où l’on évalue à tour de bras.

Je remercie tous les interlocuteurs qui ont nourri cette réflexion dans mon fil twitter hier entre 20h35 et 00h23, notamment René Audet, François Bon, Denis, Enklask, Luc Gauvreau, Joel Gombin, Marc Jahjah, MxSz, Jean-Philippe Pastor, Emilien Ruiz, Marion Sabourdy, Sylvain, Thibault Clerice.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Non classé

2 commentaires pour “ Sur les formes à venir du livre numérique en SHS ”

  1. [...] Merci à Julien Tessier, étudiant EHESS, pour cette réaction au post “Sur les formes à venir du livre numérique en SHS”  [...]

  2. Martin Grandjean le 25 novembre 2012 à 21:47

    Très intéressantes réflexions. A mon sens, c’est le “livre-réseau” qui présente le plus d’intérêt (peut-être d’ailleurs parce qu’il peut lui-même faire l’objet d’une étude auto-réflexive). J’ai le sentiment que c’est l’organisation du savoir en réseau (wikipédia en est l’exemple paradigmatique) qui dynamise la création de nouvelles interrogations, … et donc de nouveaux savoirs.

Laisser un commentaire


Carnets de recherche