(Re-)lire Michel Foucault

Je signalais il y a quelques jours la parution du livre de Jean-François Bert,  Introduction à Michel Foucault, Paris, La Découverte, Collection Repères, janvier 2011. L’une de mes résolutions, pour cette nouvelle année, est de me lancer dans une nouvelle traversée de l’oeuvre de Michel Foucault, de l’Histoire de la folie au 2e volume de Le Gouvernement de soi et des autres (Gallimard/Seuil, 2009). Au seuil de ce voyage au long cours, la lecture du livre de Jean-François Bert m’a offert comme une carte d’orientation, traçant un cheminement parmi d’autres possibles, situant les sentiers à venir dans des paysages plus vastes. Comme l’indique le nom de la collection de La Découverte, c’est bien de repères dont il s’agit: balises pour des parcours de lecture, suggérés sans être imposés, ouverts sans être prescrits. Cette Introduction offre un point de vue situé sur l’oeuvre de Foucault: celui d’un chercheur en sciences sociales, plus précisément un sociologue, appartenant à une nouvelle génération de lecteurs qui pensent avec et sur Foucault, qui travaillent sur son oeuvre et à partir d’elle.

Présenter Michel Foucault, l’homme et l’oeuvre, en une centaine de pages, c’est assurément un exercice difficile. Le pari est cependant réussi, grâce au fil conducteur d’une réflexion qui éclaire sans jamais simplifier, qui ouvre des perspectives sans jamais les réduire à des clés univoques, qui respecte la complexité et l’évolution d’une pensée sans la résumer à quelques formules anthologiques. Ce fil conducteur invite à une traversée de l’oeuvre de Foucault à la fois diachronique et thématique, en distinguant les étapes successives d’une trajectoire intellectuelle marquée par le mouvement et les déplacements, depuis les travaux sur les institutions disciplinaires (l’asile, l’hôpital, la prison) jusqu’à l’exploration des pratiques et du souci de soi, menée dans les trois derniers livres.

D’une manière très foucaldienne, Jean-François Bert aborde ces moments successifs selon la double perspective de la carte et de l’archive: la carte permet de situer Foucault dans l’environnement intellectuel de son temps, de repérer les rapprochements comme les jeux de distanciation par rapport à d’autres acteurs du champ des sciences sociales,  qui ont travaillé sur des sujets connexes ou similaires. Elle permet aussi de suivre la réception critique des travaux de Foucault, leur place dans le débat intellectuel et plus largement public, les résistances qu’ils ont pu susciter, mais aussi leur fécondité et leur influence, évidentes aujourd’hui encore. C’est là l’un des points forts de cette Introduction à Michel Foucault, qui met en lumière les lectures successives de l’oeuvre, sa force d’inspiration, les prolongements et les déplacements qu’elle a suscités dans le paysage des sciences sociales et historiques, à l’échelle internationale. Le modèle de l’archive, s’il constitue l’un des objets centraux de la réflexion foucaldienne, est mobilisé pour mettre en perspective les thèmes et les problèmes, les concepts et leurs reformulations. L’oeuvre de Foucault se présente en effet aujourd’hui comme un corpus stratifié, où les livres publiés de son vivant coexistent avec les quatre volumes des Dits et Ecrits rassemblés après sa mort, et la série des cours du Collège de France, retranscrits dans le respect de la voix et de la pensée. Les thèses centrales, les concepts, les propositions théoriques font ainsi l’objet de différents retours réflexifs, d’explicitations, d’approfondissements, d’auto-commentaire, et Jean-François Bert montre avec finesse le travail inlassable d’une pensée qui revient sur elle-même à différentes étapes de son histoire et à travers les différentes formes de l’article, de l’entretien et du cours.

C’est donc un Michel Foucault en mouvement qui nous est présenté, et les dynamiques de sa pensée apparaissent indissociables des dynamiques des sciences sociales et historiques, qu’elles n’ont jamais cessé de susciter, voire de provoquer, sous de multiples formes qui vont de l’exploration de nouveaux terrains empiriques à la critique conceptuelle. Un second trait marquant réside dans les effets de cette pensée, dans sa pragmatique propre: que nous apprend Foucault ? Que nous invite-t-il à penser et comment ? Jean-François Bert identifie les figures paradoxales d’un style de pensée:  ainsi l’exercice de la problématisation, dont la fin est moins de résoudre les problèmes que d’instaurer une distance permettant d’en retrouver la présence et l’actualité, l’absence de systématicité doctrinale, la construction des objets par la fragmentations des savoirs et l’éclatement des sources, la recherche des conditions de possibilité et de développement des discours, tout un travail de sape qui doit nous conduire à penser autrement les « systèmes de pensée qui contraignent notre vision du monde ». Se dessine in fine la figure d’un philosophe aporétique, n’offrant ni réponse ni solution, mais obligeant « ses lecteurs, sociologues ou non, à remettre en question leurs évidences et à se situer en rupture par rapport à leur conception du même et de l’autre, de la loi et de la transgression, de la normalité et de l’anormalité » (p. 104).

Précisément, à qui s’adresse ce livre ? A des lecteurs soucieux d’aborder l’oeuvre de Foucault depuis un point de vue particulier, celui des sciences sociales contemporaines: sur des sujets que l’actualité rend urgent de penser, la biopolitique, la gouvernementalité, les politiques de la sécurité et de la surveillance, l’exclusion, les normativités et les liens entre pouvoir et savoir, l’assujettissement, l’expertise et la vérédiction, Foucault apporte une profondeur historique et des grilles d’analyse toujours opératoires, et Jean-François Bert nous conduit méthodiquement dans l’exploration de cette pensée, en attirant l’attention sur certains de ses mots-clé ou de ses noeuds critiques et théoriques, grâce à des encadrés qui ponctuent les différents chapitres.

Mon seul regret est le choix éditorial de cette collection de La Découverte, où les encadrés thématiques et la bibliographie sont imprimés dans un corps de caractères réduit au point d’approcher l’illisible, à mes yeux, du moins…

Mais ce livre n’en est pas moins une belle invitation au voyage, dans une oeuvre-archipel où le lecteur d’aujourd’hui a encore beaucoup à découvrir et à méditer.

Post-scriptum: Jean-François Bert, aux côtés de Philippe Artières, Pascal Michon, Mathieu Potte-Bonneville et Judith Revel, a contribué au 2e volume des Lieux de savoir sous la forme d’un magnifique chapitre intitulé « Dans l’atelier de Michel Foucault » (p. 944-962).


Une réflexion au sujet de « (Re-)lire Michel Foucault »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *