Les “Lieux de savoir” : épilogue

La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg après sa rénovation. Il n’est pas de savoirs sans lieux, sans topographies, sans mémoire, sans utopie.

Il faut parfois du temps pour tourner la page et ouvrir un nouveau livre.

Les éditions Albin Michel ont mis un terme à la publication des Lieux de savoir, en 2011, après la parution des deux premiers volumes, Espaces et communautés et Les mains de l’intellect. Deux autres livres étaient prévus, dont les titres de travail étaient Les pragmatiques du savoir et Réflexivité, hybridation et universalité. Ils devaient compléter la cartographie déployée dans ce projet voué à déplacer les frontières et à élargir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs, sur la longue durée historique, dans la comparaison culturelle et l’interdisciplinarité.

Après avoir déployé les manières de “faire lieu” et de “faire communauté”, après avoir mis en évidence les mille figures des “arts de faire” liés à la main qui pense et à l’intellect qui manie objets et outils, les Lieux de savoir devaient ouvrir le champ très vaste des dynamiques sociales qui accordent à certains énoncés, à certains artefacts, le statut de “savoirs”, de “sciences”, de “vérité”, et en permettent la circulation dans le temps et dans l’espace, selon de multiples modalités, la publication, l’enseignement, la transmission, l’accumulation. Et dans cette perspective, bien sûr, on prévoyait d’interroger la dimension politique, agonistique, voire conflictuelle de la construction de savoirs, l’économie spécifique de leur diffusion sociale, les enjeux liés à leur thésaurisation, à leur monopole, à leur valorisation et à leur monnayage.

Le quatrième volume envisagé était sans doute le plus ambitieux. Réflexivité, hybridation et universalité: il s’agissait de mettre en évidence trois types de configurations pouvant caractériser certains types de savoirs dans une culture donnée, à un moment historique particulier. Réflexivité, quand un milieu savant prend comme objet son identité, son histoire, sa culture, sa langue, ses catégories de pensée. Hybridation, quand un milieu savant se met à l’école d’une autre culture, s’approprie des savoirs, des bibliothèques, une spiritualité, des cadres intellectuels venant d’ailleurs, par le biais de la traduction, de l’adaptation, de la reformulation. Universalité, quand certains savoirs veulent s’affranchir de leur ancrage dans un lieu particulier pour revendiquer une validité, une vérité universelles.

Ces trois configurations coexistent le plus souvent à l’intérieur d’une même société, d’une même culture, d’une même époque. Pour l’historien, elles pouvaient être illustrées par des moments emblématiques: Alexandrie et son immense travail de construction du patrimoine littéraire grec; Bagdad et la traduction des savoirs grecs sous l’égide du Califat (on pourrait aussi penser au transfert du Bouddhisme indien vers la Chine ou le Tibet); la science occidentale moderne, enfin, basée sur la preuve expérimentale et la mathématisation du monde (on aurait aussi interrogé les prétentions universalistes des “sciences de l’homme” européennes, et bien sûr leur remise en question).

Cette quatrième étape aurait permis d’explorer de nouvelles formes d’historicisation des savoirs et des sciences, sur la base de la comparaison et de l’interdisciplinarité, s’attachant à dégager des dynamiques culturelles, des manières différentes pour les savoirs de “faire lieu”, de se déplacer et de muter, de prendre de la hauteur et de se dissocier d’un terrain, d’un lieu d’origine.

C’est en fonction de ce plan d’ensemble, conçu dès le début des années 2000, que les Lieux de savoir auraient pris tout leur sens, en refermant le contour sur une proposition historiographique cohérente, sur une incitation à de nouvelles recherches empiriques et à de nouveaux débats méthodologiques et théoriques.

Ces hypothèses de travail ont été développées dans différents séminaires, ajustées et approfondies ces dernières années.

Les Lieux de savoir restent aujourd’hui un point de départ, un carrefour s’ouvrant sur de multiples directions, une base logistique pour de nouvelles explorations.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.