Prolonger le voyage

Un graphe de relations entre de multiples entités. Penser la complexité à l’heure des Big data (Wikimedia France)

De 2011 à 2018, il n’a jamais été question de renoncer à ce projet, même si l’usage du titre Lieux de savoir nous était désormais interdit.

Trois cheminements complémentaires ont été engagés pour prolonger le voyage.

Le premier a été un parcours personnel. Revenir sur les hypothèses fondatrices, synthétiser et formaliser les positionnements théoriques et historiographiques, faire un état des lieux, des lieux de savoir.

A cet égard, l’invitation de Marin Dacos à contribuer à l’Encyclopédie numérique lancée par OpenEdition Books, sous la forme d’un petit volume intitulé Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, disponible en libre accès, en mode freemium, et en impression à la demande, a été une étape importante. Et je remercie Marin, et toute l’équipe d’OpenEdition, pour m’avoir permis d’écrire ce texte et de le publier en libre accès (en 2014), pour le plus grand nombre, dans un esprit de partage des idées, des savoirs et de la pensée qui est essentiel à mes yeux.

Différentes interventions dans des colloques et des séminaires, des commandes de textes m’ont permis d’élargir et d’approfondir ma réflexion, et je suis reconnaissant à tous (toutes) les collègues qui m’ont donné l’occasion de poser ces nouveaux jalons, dans des milieux intellectuels et disciplinaires très variés: histoire de l’art, métiers d’art, métiers de l’action sociale et de l’éducation spécialisée, anthropologie, sociologie, philosophie.

Le second cheminement a été un parcours collectif. Poursuivre les collaborations engagées, nouer de nouveaux dialogues, tisser de nouveaux liens de collaboration, penser à plusieurs, se connecter à une intelligence collective. Quel lieu de savoir inventer pour travailler sur les lieux de savoir, sur les savoirs ? Il me faudrait citer tous (toutes) les collègues et ami(e)s, tous (toutes) les étudiant(e)s, aux différentes étapes de leurs parcours, qui m’ont enrichi par leur savoir, provoqué par leurs critiques, déstabilisé par leurs questions, réorienté par leurs suggestions, inspiré par leurs travaux. Je ne citerai pas de noms, par peur d’en oublier, mais vous savez qui vous êtes… A l’heure des compétitions et de la concurrence acharnées, de l’individualisme imposés par les nouveaux managements des mondes académiques, nous avons su préserver des lieux et des temps de pensée partagée, de quête intellectuelle, de mise en commun des savoirs, bref, de la slow science, soucieuse d’approfondir, de creuser, d’explorer, de discuter, de comprendre, d’imaginer.

Le troisième cheminement a été inspiré par les mutations du paysage éditorial et l’essor des humanités numériques. Il me faudrait citer ici encore beaucoup de noms, celles et ceux avec qui nous avons tenté d’imaginer une nouvelle phase des Lieux de savoir, sous forme nativement numérique. Comment concevoir un projet éditorial collectif, interdisciplinaire, comparatiste, dans la nouvelle économie de l’édition savante ? Comment concilier l’innovation technologique avec les usages du monde universitaire, comment trouver une place dans les expérimentations en cours sur les nouvelles formes d’écriture et de lecture, quels partenaires choisir pour une telle aventure volontariste ? En quelques années, le paysage a évolué, de nouveaux horizons se sont ouverts. Exigence de l’accès ouvert, nouvelles dimensions de la recherche en SHS liées à l’exploitation des données, nouveaux écosystèmes académiques et savants, premières tentatives pour repenser la forme, la finalité de la publication des travaux savants, tant sur le plan des contenus que de la forme, tant sur celui de l’ergonomie que sur celui de l’économie.

Ces trois cheminements, fortement schématisés, nous conduisent en juin 2018…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.