“Savoirs” : projet intellectuel

Cartes d’un jeu divinatoire, Collection Musées départementaux de la Haute-Saône CC BY-SA 3.0

La décision de relancer le projet des Lieux de savoir sous une nouvelle forme et sous un nouveau nom, Savoirs, a été longuement mûrie. Elle s’appuie sur différents constats et sur de nouvelles hypothèses de travail.

Le premier constat est que les savoirs constituent aujourd’hui un champ de recherche dynamique et élargi. Les Lieux de savoir ont contribué, avec d’autres, à ouvrir un champ de recherches interdisciplinaires et comparatistes portant sur les savoirs humains, dans un sens extensif, regroupant les sciences, les sciences humaines et sociales, les arts et les techniques, les spiritualités. Au carrefour de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, il s’agissait d’explorer les savoirs comme champ d’expériences humaines, organisant des formes d’espace et de sociabilité, reposant sur une gamme de gestes et d’opérations, selon un arc qui conduit des pratiques les plus concrètes et matérielles aux pratiques intellectuelles. Les savoirs, dans cette perspective, apparaissent comme des constructions que l’on peut étudier à de multiples échelles, de la table de travail du savant ou de l’artisan, avec ses matériaux, ses outils et ses supports, aux dynamiques sociales qui confèrent aux artefacts ainsi produits des valeurs particulières de vérité et d’autorité.

Ces questions sont partagées aujourd’hui par des courants de recherche multiples, qui invitent à repenser la nature des savoirs et le périmètre de leur étude: des sciences cognitives à l’éthologie de la cognition animale, de l’intelligence artificielle aux humanités numériques, avec leurs nouveaux outils et leurs nouveaux objets.

Les disciplines traditionnellement au coeur des SHS (histoire, anthropologie, sociologie…) offrent une grande richesse d’études empiriques portant sur un vaste spectre de lieux, d’acteurs, de pratiques, d’objets de savoir dans les contextes culturels et les période historiques les plus divers. Les savoirs techniques de la philologie, de la codicologie et de la paléographie, de la prosopographie, de l’archéologie, de l’analyse de discours, de l’iconographie ouvrent la voie à de nouveaux questionnements des sources premières.

Et surtout, ces recherches multiples et foisonnantes, trop souvent séparées par les cloisons disciplinaires, partagent les mêmes interrogations théoriques, les mêmes questions fondamentales: qui, comment, pourquoi, quand, où ?

Le projet Savoirs voudrait défaire ces cloisonnements et favoriser de multiples interactions entre ces études empiriques et les interrogations qu’elles partagent.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.