“Savoirs” : un projet numérique

Diagramme d’un réseau social. Chaque personne est représentée par un point (un noeud) et la relation d’amitié par une ligne. Image de DarwinPeacock, capture d’écran du logiciel GUESS. CC By.

Le numérique peut être utilisé aujourd’hui pour reproduire à l’identique des types de supports et des artefacts déjà existants dans le monde de l’imprimé: les revues , les livres (ebooks) en sont les meilleurs exemples. Le passage au numérique a un impact sur les chaînes de fabrication, sur l’économie et les modalités de diffusion de ces vecteurs traditionnels de l’information et des savoirs.

Le troisième constat que nous avons fait est que l’impact du numérique va bien au-delà de la transposition de l’existant. Le numérique favorise l’émergence de nouveaux objets, de nouvelles visualisations, de nouvelles ergonomies, de nouvelles formes de pensée.

Choisir un format nativement numérique pour le projet intellectuel et éditorial “Savoirs” n’implique pas seulement le choix d’un médium, d’une technologie pour se substituer au processus complexe de la production d’un livre imprimé collectif. Ce choix implique aussi l’expérimentation de nouveaux usages, de nouvelles formes d’écriture et de lecture, et de formes de circulation non linéaires dans une bibliothèque de textes.

La construction de la plateforme “Savoirs” implique dès lors une dimension réflexive particulière, sur l’usage d’une nouvelle technologie, de nouveaux outils et de nouveau formats pour écrire sur les savoirs. Réflexivité sur le statut des textes, sur les modalités de leurs connexions, sur les logiques de navigation permettant de passer de l’un à l’autre, sur les critères d’indexation, sur la production d’une architecture évolutive et modulaire, où l’ajout d’un nouveau texte déploie de nouveaux liens, reconfigure des positions, sans déstabiliser la structure d’ensemble.

“Savoirs” voudrait ainsi expérimenter de nouvelles interactions entre écriture, lecture et réflexion, permettre des parcours heuristiques à travers un corpus de textes, selon de multiples tables d’orientation (chronologique, géographique, linguistique, disciplinaire, conceptuelle), faire émerger des questionnements et des problématiques à travers la confrontation des études de cas, des lieux, des pratiques, des moments historiques.

Lecture dynamique, à travers différentes échelles de visibilité, selon différents paramètres de mobilité, des sources premières à l’interprétation, des thésaurus aux textes, du graphe à la bibliothèque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.