Vers un thésaurus conceptuel du champ des savoirs

Premiers niveaux d’arborescences du thésaurus Savoirs (version du 29.11.2018). Work in progress.

Nous travaillons sur un thésaurus conceptuel, qui sera l’un des principes de structuration de la future plateforme “Savoirs”. Il est actuellement partagé sous forme de liste structurée sur une plateforme collaborative avant sa conversion à venir au format SKOS, que le système d’information de l’EHESS intègre grâce à la suite d’outil Skosmos.

Il comprend à l’heure actuelle plus de 1100 termes. Certaines branches sont plus développées que d’autres, ce qui tient, pour partie, aux champs de compétences des participants (on a fait remarquer que les sciences exactes étaient peu représentées, on va essayer de pallier ce déséquilibre). Avant d’envisager une importation dans OpenTheso, il convient d’engager un double travail d’ajustements :

  • sur le plan lexicographique : cohérence, non- redondance des nomenclatures ;
  • sur le plan conceptuel : cohérence et pertinence des niveaux supérieurs de l’arborescence, avant tout.

Il est rappelé que ce thésaurus n’a pas pour vocation de figer ou normaliser le champ de l’étude des savoirs, mais d’offrir une forme de quadrillage de ce champ, permettant d’identifier les textes traitant de tel ou tel objet particulier et de proposer des parcours de lecture sur des thématiques identifiées par des agrégats de mots-clés.

Sous format SKOS, ce thésaurus pourrait être utilisé dans d’autres projets, comme aide à la structuration de données.

Lors de la réunion de travail du 30 Novembre 2018 à l’Ehess, des visualisations des niveaux supérieurs de l’arborescence du thésaurus, en format « mind mapping », ont été présentées et ont donné lieu à discussion, tant sur les intitulés que sur les partages et inclusions.

Un consensus s’est dégagé sur les points suivants :

  • distinguer les catégories « acteurs » et « institutions » ;
  • préférer une formulation « savoirs en action » à « dynamiques sociales » ;
  • remplacer « spatialités » par « lieux et espaces ».

On s’interroge aussi sur la catégorie « approches » qui relève d’un niveau « méta ». Lui préférer une catégorie « méthodes » ?

Il convient aussi de réfléchir sur les catégories de « pseudo-sciences » et « ethnoscience »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.