“Lieux de savoir” (conférence pour le master “Sciences en société”, EHESS, 07.11.2019) III

Voynich Manuscript (XVe – XVIe siècle) Beinecke Rare Book & Manuscript Library, Yale University

L’anthropologie des savoirs se dédouble ainsi: elle porte à la fois sur le miroir et sur l’image que renvoie le miroir. Elle s’intéresse à la matérialité, à l’optique, à la déformation propre au miroir, comme au reflet, à son apparence, à sa cohérence, à son organisation formelle comme reflet.

Aborder les savoirs du point de vue des lieux, c’est donc entrelacer deux courant majeurs des sciences sociales de ces dernières années: le tournant spatial et le tournant des pratiques.  C’est aussi mettre l’accent sur la matérialité, des supports, des instruments, des objets, des artefacts, et présupposer que même les concepts, les idées, les raisonnements, les théories, ont une matérialité, dès lors qu’ils inscrits, objectivés, matérialisés. C’est donc un troisième courant, le courant matériel. C’est enfin adopter une perspective interactionniste, puisque ces lieux sont habités, traversés, investis par de multiples acteurs, individus et collectifs, acteurs humains et non humains.

Il y a bien des manières d’étudier les savoirs humains, leurs production, leurs contenus, leurs traditions. La mienne repose sur un point de vue particulier, qui n’est évidemment pas exclusif d’autres approches, d’autres méthodes. Au fond, ma méthode consiste à retrouver l’atelier caché sous la surface des textes, des images, des discours, des concepts et des théories, des artefacts savants.

Qu’il s’agisse d’un récit historique, d’une classification naturaliste, d’une carte géographique, d’un diagnostic médical, d’un mandala tibétain, d’un arbre généalogique, d’un texte philosophique, je me demande toujours: comment est-ce fabriqué ? A partir de quoi cet artefact a-t-il été composé ? Quels sont les matériaux réemployés ? Quels ont été les outils utilisés ? Quels ont été les acteurs impliqués ? De là, d’autres questions surgissent: s’agit-il d’un travail d’ingénieur ou de bricoleur, pour reprendre les catégories de Claude Lévi-Strauss ? D’un travail fait selon les règles, ou de manières de faire transgressives ? 

D’une certaine façon, il s’agit de faire ce que les informaticiens appellent de la “rétro-ingénierie” ou de “l’ingéniérie inversée”: à partir d’un artefact, par exemple un logiciel, ou une machine, il s’agit de reconstituer les étapes successives de sa construction, en partant de l’objet fini pour remonter vers les pièces brutes de l’assemblage, pour en comprendre le fonctionnement, mais aussi la genèse technique.

Pour procéder à la “rétro-ingéniérie” d’un texte de savoir, d’une inscription, d’une d’une performance, d’une séquence de gestes, il faut donc retrouver tous les indices, toutes les traces du processus de fabrication, du bricolage, de l’ingéniérie savantes: dans certains cas, ce sont les carnets de laboratoires, les brouillons, les premières versions d’un texte, des données externes.

Dans d’autres cas, ce sont des indices internes au document lui-même.  Par exemple dans le cas d’un texte, tout ce que l’auteur dit explicitement sur sa pratique, son travail, sa méthode, la genèse de son savoir. Les notes de bas de page, les préfaces jouent un rôle important, même si, ici encore, il faut distinguer le miroir et le reflet, et s’interroger sur les stratégies d’autoreprésentation du savant. Pour donner un exemple simple, les avant-propos et les remerciements des livres, des thèses, des mémoires de master, aujourd’hui, ne sont pas à prendre au pied de la lettre, mais obéissent à des conventions, réélaborent rétrospectivement le cheminement d’une recherche sur le mode d’une fiction édifiante.

La possibilité de la rétro-ingénierie est d’ailleurs aujourd’hui l’un des critères de la “’scientificité” d’un texte scientifique, en permettant de vérifier la validité des résultats et des méthodes, la conformité des procédures, le caractère reproductible des expériences. D’où l’importance des schémas, photos, dessins, tableaux, mesures dans les articles scientifiques, qui sont autant de jalons permettant de valider les conclusions, de reproduire et de vérifier les étapes de l’expérimentation. Il en va de même dans un texte mathématique, où le déroulé du raisonnement permet de le reproduire et de le vérifier. Je simplifie évidemment beaucoup, car un texte scientifique vise la persuasion autant que la démonstration, et on sait depuis le Messager sidéral de Galilée que les gravures de la surface lunaire publiés dans le livre imprimé ont été des réélaborations assez radicales des premiers dessins. Elles sont des fictions opératoires.

Pour les textes de sciences humaines, les notes de bas de page et la bibliographie tiennent un rôle analogue, et dans certains cas, les tableaux de statistiques, les cartes, les extraits d’entretiens et les sources viennent ajouter leur évidence.

Mais restons en aux notes de bas de page et à la bibliographie. Ce sont pour ainsi dire les échafaudages d’un article, d’un livre, d’un mémoire, d’une thèse. Ils servent à documenter les sources, les appuis, les autorités sur lesquels s’est appuyé l’auteur. Ils ont une valeur d’authentification, de validation, parfois, des interprétations et des idées proposées. Mais ici encore, on ne saurait les réduire à un strict rôle documentaire. Les notes et la bibliographie constituent un niveau de discours à part entière, avec ses effets rhétorique, ses effets de légitimation, visant à montrer que l’on a intégré les codes d’un milieu savant, que l’on s’intègre dans une tradition, que l’on s’appuie sur de puissants alliés, sur des autorités. Ces échafaudages de l’article, du texte, du mémoire, de la thèse éclairent cependant bien un processus de genèse, même s’il relève pour une large part de la fiction.

L’analyse des discours savants nous introduit donc au coeur des ateliers qui les ont produits. Même lorsqu’ils ne sont pas explicités sur un mode réflexif, les outils et les opérations de ces ateliers peuvent être entrevus, par les traces qui affleurent dans les textes ou dans les images. Ces traces, ce sont par exemple tous les marqueurs d’énonciation, à la première personne, mais aussi à la troisième personne, du singulier ou du pluriel, et parfois également à la deuxième personne: je, tu, vous, ils ou elles. Ces marqueurs peuvent renvoyer à des instances identifiées ou anonymes, à des individus ou à des collectifs, situés dans des lieux et dans des temps différents. Ces instances peuvent être convoquées dans le discours pour apporter et authentifier des informations (ce sont des sources), ou pour les critiquer et les discréditer. Elles peuvent ouvrir un pluriel d’interprétations, d’options, d’alternatives ou les resserrer. Elles  peuvent apporter des outils opératoires pour une tâche particulière, par exemple Jacques Revel apportera dans mon texte la concept d’échelle et de micro-histoire, Bruno Latour celui de “centre de calcul” ou de “mobile immuable”, Ignace Meyerson la problématique de la psychologie historique, John Austin la notion “d’acte de langage”, etc. et je vais me mettre à travailler mes matériaux avec les outils fournis par ces alliés.

Le discours montre aussi comment un objet est construit, un champ délimité, un corpus constitué. Les opérations de la délimitation du sujet, de la sérialisation des étapes, du découpage d’un objet complexe précèdent celles de l’analyse, de l’explication, de l’interprétation, de la traduction, de la comparaison, de la corrélation. De même on peut trouver des opérations qui conduisent du concret vers l’abstrait, du particulier vers le général, qui s’attachent aux traits spécifiques ou au contraire aux traits partagés. Qu’il s’agisse de produire une interprétation, d’éclairer une difficulté, de tirer une inférence logique, de faire un choix dans une alternative, de comprendre un phénomène naturel, de décrire et de classer un spécimen, de poser un diagnostic médical, ou encore d’écrire le step by stepd’une expérience de physique ou du montage de barettes mémoire dans un ordinateur, ou encore de formaliser la résolution d’un problème mathématique, étape par étape: nous avons là autant d’actions qui portent sur un objet, qui le transforment, qui font changer son statut.

Travailler sur les artefacts et les lieux de savoirs, c’est donc prêter l’oreille. Au-delà de la surface des textes, des images, des sources, des archives, il faut s’entraîner à entendre, à décrypter les bruits de l’atelier, un peu comme ces techniciens experts à bord des sous-marins, qui écoutent et interprètent tous les bruits venant des grands fonds.

Les bruits de l’atelier, ce sont des voix, des conversations, les sons produits par les outils et les opérations. Sous la surface de nos sources, il faut voir le reflet des acteurs, des collectifs d’acteurs, leur travail, leurs gestes, leur cadre de vie, leur univers mental….

Pour conclure…

S’engager dans un master “recherche” à l’EHESS, en particulier dans la mention de master “Savoirs en sociétés”, c’est devenir soi-même un artisan des savoirs. Vos enseignants ne sont pas là en surplomb, pour vous transmettre un savoir déjà constitué, un savoir officiel, préformaté, à digérer tel quel.

Non… Nous sommes plutôt des compagnons d’ateliers, un peu plus expérimentés, peut-être, et ce que nous essayons de vous transmettre, ce sont des arts de faire et des arts de dire, le maniement des outils, la connaissance des matériaux, un trousseau de clés qui vous permettront d’ouvrir différentes serrures.

Nous essayons d’enseigner la recherche par la recherche, par l’exemple, par le partage, et cet enseignement fait évidemment de vous des acteurs, pas des récepteurs passifs.

Donc, l’EHESS, cette mention “Savoirs en sociétés”, ces trois parcours, ce sont des ateliers, des lieux de savoir particuliers. Nous voulons qu’ils soient pour vous des lieux d’épanouissement, de découverte, de progression, d’accomplissement. Nous sommes au coeur des sciences humaines et sociales, mais nous ne sommes pas dans un lieu disciplinaire, à aucun sens du terme, d’ailleurs.

Nous vous encourageons à la mobilité intellectuelle, à la pratique de la curiosité et du décentrement, mais aussi à l’humilité d’un travail artisanal, sur des objets, sur des sources, sur des questions, sur des problèmes.

Au fond, au-delà de vos spécialisations, que vous soyez contemporanéistes, modernistes, antiquisants, au-delà de vos terrains empiriques, vous partagez tous, et nous partageons avec vous, un même projet, un même désir d’intelligibilité sur ce qui fait sens et lien dans les sociétés humaines, du présent, du passé. Et réfléchir sur les savoirs en sociétés est de toute évidence un enjeu crucial, stratégique, en ces temps de transition, ces temps de turbulence, où tout se met à vaciller, le sens, la vérité, l’information, l’éducation, la science, les techniques, la mémoire, les savoirs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.