Savoirs, une plateforme pour distribuer la connaissance

[Extrait d’un entretien réalisé par Jean-François Bert, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, à paraître début 2020 dans la revue Zilsel. Avec mes remerciements au comité de rédaction]

Savoirs n’est pas à proprement parler la suite des Lieux de savoir. C’est un autre concept, un autre projet, intellectuel, éditorial et technologique. Il s’agit d’une bibliothèque nativement numérique, mais qui ne se réduit pas à une collection de textes indépendants et consultables comme sur les revues en lignes habituelles. Cette bibliothèque doit permettre des parcours exploratoires et heuristiques parmi les textes, sur la base de requêtes croisées et paramétrables par l’utilisateur. Ces requêtes s’appuient sur une indexation fine des articles sur différents critères : dates, lieux géographiques et concepts, et permettent donc de dérouler des fils analogiques pour explorer une question, un problème, un champ de concepts en sortant du cadre de sa spécialité disciplinaire. C’est donc une bibliothèque qui met en œuvre le comparatisme expérimental naguère théorisé par Marcel Detienne, en partant du principe que la confrontation d’études de cas traitant des mêmes questions, mais dans des périodes et des aires géographiques différentes, peut élargir l’horizon d’une recherche, multiplier les éclairages, enrichir la problématisation.

Il y a plusieurs dimensions à ce projet. Une dimension intellectuelle, bien sûr, par son hypothèse comparatiste et interdisciplinaire, qui présuppose que les chercheurs en sciences humaines et sociales ne peuvent que tirer bénéfice du décentrement et de la mobilité pour introduire de la complexité, de la multidimensionnalité dans leurs objets de recherche. Une dimension éditoriale, aussi. Dans cette phase de construction, la bibliothèque Savoirs accueille trois ensembles de textes en open access : tous les textes des deux volumes imprimés des Lieux de savoir, suite à l’accord avec Albin Michel ; une sélection de textes provenant de différentes revues d’OpenEdition (avec accord des auteurs et des comités éditoriaux) ; les communications inédites présentées au colloque Spectres de l’érudition organisé à Lausanne en 2017. Il en résulte un corpus assez ouvert et diversifié, qui devrait dépasser les deux cent textes au début 2020. Une dimension technologique, enfin. Car le projet implique la conception et le développement d’une application originale, avec un back office et une interface utilisateur accessible sur le web. Cette phase est actuellement bien engagée, et une équipe de développeurs et ingénieurs travaille sur ce chantier.

De cette expérience,  je voudrais tirer quelques observations. Il est possible de monter un projet innovant et ambitieux sans passer par les appels d’offres ANR et ERC, qui peuvent offrir, il est vrai, des financements considérables, mais avec des structures administratives lourdes, et surtout un taux de succès relativement bas. Cela ne nous a pas empêchés de répondre à des appels à financements plus modestes, mais dans des structures et selon des procédures « à taille humaine » (LabEx Hastec et Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme). Ensuite, un projet de ce type ne peut réussir qu’au prix d’une convergence de compétences, de métiers et d’expériences. L’un des points très positifs, de mon point de vue, réside dans les synergies qui se sont nouées entre des ingénieurs informaticiens, un développeur free-lance, des professionnels de l’édition numérique, des conservateurs de bibliothèques, des enseignants-chercheurs, des étudiants masterants, doctorants et des post-docs, sans oublier tous les agents administratifs, les gestionnaires et les représentants des différentes tutelles impliquées. Certains ont consacré du temps et du travail à Savoirs dans le cadre de leur activité professionnelle, d’autres ont été rémunérés pour leur participation (sous forme de contrats à durée déterminée, d’indemnité de stage ou de paiement sur facture), d’autres se sont investis bénévolement, par conviction personnelle. Chacune et chacun a joué un rôle dans ce projet collectif, complexe, dont chaque étape a fait l’objet de concertations, de pondération, de feuilles de route élaborées collectivement. Ces synergies ont impliqué un vrai travail collaboratif, où nous avons pu communiquer au-delà de la technicité des objets, par exemple entre informaticiens et chercheurs en sciences humaines et sociales. L’élaboration de cette plateforme numérique innovante serait du reste un objet d’observation passionnant pour une ethnographie des savoirs et des techniques : comment définit-on les spécifications fonctionnelles d’une application ? Comment s’opèrent les arbitrages technologiques ? Comment procède-t-on aux premières simulations d’écrans (mockup) ? Pourquoi choisit-on de coder dans tel ou tel langage informatique ? Comment se négocient les étapes, les inflexions du développement, lors des réunions de « sprint », au cœur de la « méthode agile » ou « scrum » ? Il y aurait aussi beaucoup à dire sur le rôle stratégique des gestionnaires et personnels administratifs qui peuvent être des facilitateurs à toutes les étapes du processus, mais aussi des points de blocage, parfois en raison de la lourdeur des procédures ou simplement la force d’inertie des services et des bureaux. Faute d’un appui en termes de secrétariat, j’assure tout ce travail de coordination : nous avons eu en 2019 quatre guichets de financement relevant de quatre administrations différentes… Le temps passé, le nombre d’emails répétés pour des démarches relativement simples prennent une part non négligeable du quotidien d’un chercheur coordonnant ce type de projet… Ces difficultés réelles, souvent déprimantes, ne doivent pas dissimuler le rôle de toutes celles et tous ceux qui, avec intelligence, générosité et efficacité, font avancer le projet, débloquent les situations, mettent des personnes en relation. Que ce soit à l’EHESS, à l’École Nationale des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (ENSSIB), à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne ou à la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg, j’ai trouvé des interlocuteurs, des soutiens qui ont permis au projet Savoirs de prendre forme et corps…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.