Est-ce que Savoirs veut renouveler le format du discours savant ?

[Extrait d’un entretien réalisé par Jean-François Bert, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, à paraître début 2020 dans la revue Zilsel. Avec mes remerciements au comité de rédaction]

Au moment où je réponds à cette question (décembre 2019), la plateforme Savoirs est en cours de développement, avec différents chantiers qui avancent parallèlement et vont converger dans les prochaines semaines. Je ne peux donc pas encore répondre à cette question, sinon assurer que le concept du projet est d’offrir une expérience de lecture et de réflexion radicalement différentes de ce que l’on peut éprouver face à un ouvrage papier, ou même face à un ebook.

Savoirs est une bibliothèque modulaire, qui invite à des parcours toujours renouvelés en fonction des requêtes des lecteurs. C’est une bibliothèque qui invite à lire ce qu’on n’avait pas prévu de lire, mais dont la lecture s’avérera pertinente dans un projet de recherche, un questionnement, une recherche de parallèles, une hypothèse comparatiste.  C’est donc un instrument heuristique, un peu comme un instrument expérimental dans le laboratoire d’un scientifique. Chaque requête, chaque texte sélectionné entraîneront des réactions, des rétroactions, des reconfigurations de la bibliothèque, pour un lecteur particulier, à un moment précis de son cheminement. En d’autres termes, ce lecteur sait quel sera son point d’entrée dans la bibliothèque, mais il ne sait pas quelles seront les étapes suivantes ni quel sera son point de sortie.

Et lors d’une nouvelle visite, le parcours de ce même lecteur sera sans doute totalement différent.

Cette expérience ne repose pas sur le hasard, mais sur des algorithmes qui pondèrent différents critères de recherche et ouvrent des connexions non pas avec un seul texte, mais avec un ensemble de textes susceptibles d’intéresser le lecteur, selon qu’il privilégie les critères géographiques, chronologiques ou conceptuels, ou qu’il souhaite les croiser.

On sait que la bibliothèque imaginée et réalisée par Aby Warburg à Londres partait du postulat que la juxtaposition réfléchie de livres très différents sur une même étagère pouvait avoir un rôle heuristique, établir des connexions insoupçonnées, dérouler les fils d’une nouvelle forme d’histoire des représentations, des savoirs, des croyances, des images, des savoirs et des imaginaires. Le “bon voisinage” des bons textes, sur une étagère, avait un rôle génératif dans un projet de pensée et d’écriture.

Toutes proportions gardées, et avec les possibilités offertes aujourd’hui par les technologies numériques, par les algorithmes de recherche et les modes de visualisation des résultats, on peut s’inspirer de ce pouvoir des rayonnages « intelligents » de la bibliothèque de Warburg, pour offrir aux lecteurs un outil de découverte, de dépaysement, d’expérimentation intellectuels.

Un ou une spécialiste d’égyptologie, des études grecques, de science studies, d’anthropologie africaine, ne trouvera pas dans Savoirs des articles relevant de sa discipline qu’il ou elle ne pourrait se procurer ailleurs (quoique…). En revanche, à partir de cet ancrage disciplinaire, de ce point de départ, il ou elle pourrait être conduit(e) vers des textes relevant d’autres domaines, même très éloignés, mais apportant néanmoins un éclairage, un parallèle, un élément de comparaison, un outil méthodologique, un développement historiographique ou théorique pertinents sur un sujet relevant de sa spécialité.

Pour que cela fonctionne, il faut qu’un ensemble de conditions soient réunies : une masse critique de textes, suffisamment différents, mais connectables en fonction de leurs questionnements et de leurs objets ; une indexation fine des textes qui, dans cette première phase, est opérée manuellement, selon les protocoles de la TEI, à partir de référentiels géographiques et chronologiques, mais aussi d’un thésaurus conceptuel cartographiant, sous forme d’arborescences raisonnées, le champ des savoirs, des sciences et des techniques. Une étape à venir s’appuiera sur l’intelligence artificielle et sur des algorithmes avancés de text mining (notamment par le biais d’un lien avec l’application Gargantext développée par l’Institut des systèmes complexes à Paris).

Il s’agit au fond d’externaliser et d’objectiver un ensemble d’opérations au cœur de l’activité intellectuelle, liées à la digression, à la corrélation, à l’imagination théorique, à la conceptualisation. Non pas, dans une illusion techno-scientiste pour les émuler, mais pour les équiper, pour les instrumenter, en introduisant une dimension réflexive et expérimentale qui accompagnera ces opérations, en fera des exercices de pensée et de conceptualisation basés sur des associations d’idées conduisant de texte en texte, à travers les périodes et les aires géographiques, en suivant les “lignes d’erre” des concepts.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.