Retour vers le futur: genèse du projet Savoirs

 

Pourquoi le projet Savoirs s’est-il concrétisé au tournant de la troisième décennie du XXIe siècle ? Je vois deux réponses à cette question.

La première est que le projet éditorial des Lieux de savoir (2007 et 2011) a joué, continue à jouer un rôle central dans la reconfiguration de l’histoire des sciences et des savoirs, notamment en prônant un comparatisme radical, et en projetant sur les humanités et les sciences sociales les perspectives ethnographiques qui ont fondé les science studies . Les Lieux de savoir ont contribué à l’élargissement des questionnements du practical turn , du spatial turn , du material turn , et à une nouvelle exigence théorique et conceptuelle imposée aux enquêtes empiriques dans la diversité des champs culturels et historiques mobilisés par l’étude des sciences et de savoirs.

Cette reconfiguration n’est pas terminée, comme en témoignent par exemple les trois volumes de l’ Histoire des sciences et des savoirs publiés par les Éditions du Seuil, qui font exploser le périmètre traditionnel de l’histoire des sciences et reprennent le principe modulaire des Lieux de savoir , mais dans un cadre strictement européen.

Le projet Savoirs entend être à l’avant-garde de ce champ de recherche évolutif, dont la cartographie est aujourd’hui considérablement redéployée, élargie, par les perspectives des sciences cognitives, mais aussi des études sur les formes d’intelligence et de cognition animales ou encore des questionnements sur l’intelligence artificielle et l’apport des «humanités numériques ».

Savoirs voudrait être un espace de réflexion, mais aussi de réflexivité, sur ce que sont les savoirs, ceux d’ailleurs et d’autrefois, mais aussi les nôtres aujourd’hui. Il faut en effet penser ce que sont nos outils, nos corpus et les principes de leur constitution, de leur exploitation intellectuelle. Comment faire la part entre savoirs et information ? Comment faire des choix pertinents, ouvrir des trajectoires intelligentes dans l’océan saturé des données à disposition ? Quelles nouvelles ergonomies inventer pour éviter la submersion et l’errance, pour libérer l’intelligence et la liberté inventive et conceptuelle ? Qui décide, qui pense, entre l’algorithme et l’intelligence humaine ? Comment contrôler le premier par la seconde ?

La seconde réponse à ma question – pourquoi le projet Savoirs se réalise-t-il à ce moment précis du XXIe siècle ? – est liée à ma trajectoire personnelle, ou, plus objectivement, à l’essor des outils et des ressources informatiques au service de la recherche en SHS.

J’appartiens à une génération qui a vu naître les premiers ordinateurs personnels, l’émergence de l’Internet, des messageries de courriel (Eudora), des premiers navigateurs Web (Mosaic).

Dans les années 1990, ma participation au groupe de préfiguration du « Poste de lecture assistée par ordinateur » de l’établissement public de la Bibliothèque de France, sous l’égide de Jean Gattegno, Bernard Stiegler et Alain Giffard, a profondément influencé ma pratique et ma trajectoire de chercheur, en me conduisant à expérimenter de nouvelles ergonomies et instruments de lecture et d’écriture, une réflexivité exigeante sur les méthodes, les objectifs, l’axiologie du travail dans une discipline d’érudition (histoire intellectuelle du monde gréco-romain basée sur l’exploitation philologique des sources).

Mon implication dans le conseil scientifique d’une start-up de la « bulle Internet », Bibliopolis, m’a ensuite conduit à réfléchir sur les potentialités, les perspectives de l’édition numérique des textes de savoirs. J’ai porté notamment les projets d’une numérisation des grands répertoires de la bibliographie française, depuis le XVIe siècle, ou encore des scripta minora d’un éminent philologue, professeur au Collège de France, Jean Irigoin.

Puis est advenue la montée en puissance d’un concept novateur, celui d’un libre partage des savoirs et des publications en SHS, porté en France par Marin Dacos et les étapes d’institutionnalisation qui ont conduit à OpenEdition. Projet que j’ai accompagné modestement, par ma participation au conseil scientifique d’OpenEdition et d’Hypothèses, ainsi que par la co-direction de la collection L’Encyclopédie numérique pour laquelle j’ai écrit un livre original, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?
(cf. https://books.openedition.org/oep/423?lang=fr ).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.