Colloque Savoirs. Propos d’ouverture (Campus Condorcet, 12 mai 2022)

Chères et chers collègue et ami.e.s

C’est un grand plaisir, pour moi, que de vous souhaiter la bienvenue à ce colloque au nom de toute l’équipe Savoirs.

Ce colloque Savoirs marque une étape importante dans notre aventure. Il referme une période, il en ouvre une nouvelle. C’est un moment pivot, un moment charnière, un jalon.

Ce colloque accompagne, six mois après, la mise en ligne de la première version de la plateforme Savoirs sur les serveurs d’Huma-Num, avec un premier ensemble de près de 250 textes et un environnement de lecture et de navigation opérationnel (https://savoirs.huma-num.fr/). C’est l’aboutissement d’un travail qui, pour moi, a commencé au seuil des années 2000, avec différents projets collectifs comme les deux volumes Des Alexandries, publiés par la BnF, puis les Lieux de savoir, publiés par Albin Michel en 2007 et 2011.

Avec un collectif de chercheuses et de chercheurs venus de différents horizons et aventureux, nous sommes passés de l’exploration des mondes lettrés, ceux du livre, des bibliothèque et de la lecture, au quadrillage des lieux de savoir, redistribuant les cartes entre sciences, sciences humaines et sociales, arts, techniques et spiritualités.

Entre histoire et anthropologie, entre philosophie et sociologie, en traversant les disciplines d’érudition, les périodes historiques et les aires culturelles, le projet était celui d’un comparatisme expérimental comme d’une déconstruction des clôtures disciplinaires pour faire émerger la granularité fine des lieux, des acteurs, des gestes et des pratiques, des instruments et des artefacts.

Il aura fallu sept ans pour que le projet, initié dans l’imprimé, renaisse dans le numérique. Cette transition s’imposait, mais nous voulions aussi dépasser le modèle attendu de la revue, du livre, voire de la collection de livres numériques. Il nous semblait que le projet des Lieux de savoir, ou son prolongement, méritait une forme différente, plus expérimentale, modulaire, évolutive et interactive.  Le moment nous semblait venu aussi d’adopter une démarche réflexive sur ce que le numérique pouvait changer, pour le meilleur, comme pour le pire, dans nos pratiques de recherche en SHS, sur les déplacements et redéploiements qu’il impliquait, sur le statut de l’écrit, de la lecture, de l’édition, voire de la pensée, et bien sûr du partage et de la transmission des savoirs.

De fin 2018 jusqu’à ce printemps 2022, le projet s’est concrétisé et a conduit à la conception et à la réalisation d’une première version de la plateforme Savoirs. Quatre ans, donc, de travail collectif, où il nous a fallu imaginer Savoirs, mais aussi apprendre à dialoguer et à coopérer entre ingénieurs, développeurs, designers, étudiants et enseignants chercheurs, trouver un langage et des méthodes partagés, des seuils de traduction entre la technicité des codes informatiques et les formulations approximatives, parfois irréalistes, des non spécialistes.

L’équipe Savoirs a fonctionné comme une structure souple et informelle, reposant sur des  liens amicaux, une motivation partagée, la méthode “agile”, la réactivité face aux accidents de parcours, de semaine en semaine. Savoirs n’existerait pas sans cette énergie et cette intelligence collectives.   

Le projet a grandi, mûri, s’est assagi et structuré, est devenu réaliste sans perdre de vue son horizon utopique, et l’équipe a reçu le soutien technique et les financements d’un ensemble de partenaires institutionnels, sans lesquels nous n’en serions pas là.

Notre colloque est un point d’aboutissement, donc, mais aussi le point de départ d’une nouvelle phase.

Il nous faut aujourd’hui affronter trois défis.

 

Le premier défi porte sur le fond même de notre aventure et ses enjeux intellectuels. La plateforme Savoirs s’est constituée autour du noyau des Lieux de savoir, première exploration de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs, des sciences et des techniques, basée sur le tournant spatial, pratique et matériel. D’autres textes sont venus s’agréger à ce noyau, une sélection d’articles venant de l’écosystème d’OpenEdition, des contributions inédites résultant de tables rondes et colloques. Quel est l’état des lieux, aujourd’hui, de cette approche ? S’agit-il d’une discipline, d’une méthodologie, d’un objet de recherche ? Comment définir plus précisément la visée de Savoirs, son rapport aux sciences sociales et aux disciplines d’érudition ? En quoi le comparatisme expérimental, qui sous-tend les algorithmes de Savoirs, est-il consubstantiel à cette approche ? Et enfin, à l’heure des sciences cognitives, des études sur la cognition animale, des humanités numériques, mais aussi des tensions nouvelles qui travaillent l’histoire, la sociologie, l’anthropologie,   et des débats sur l’enseignement supérieur et la recherche et les réformes de fond qui en remanient complètement le paysage depuis des années, quelle peut être la place, la fonction, la visée d’un projet comme Savoirs ?  Ce défi nous contraint à la réflexivité, sur nos métiers, nos trajectoires, nos pratiques d’enseignement et l’encadrement de nos étudiants, le statut de nos publications et la construction de l’autorité intellectuelle, mais aussi sur l’immense difficulté de la professionalisation des jeunes chercheurs que nous formons, confrontés à une pénurie dramatique de débouchés et à la précarité de contrats courts, quant ce n’est pas au plus grand dénuement. Ce défi nous invite aussi, pour l’avenir proche, à un rôle proactif dans l’ouverture de nouveaux chantiers de recherche, collectifs, interactifs, bienveillants, échappant aux lignes de partage des institutions comme aux gardes frontières des champs disciplinaires, corrélant au plus près le projet intellectuel et la construction de nouveaux artefacts éditoriaux.

 

Le second défi est celui de l’évolution technique de la plateforme. Quel environnement  numérique imaginer pour le travail intellectuel en SHS ? Comment formaliser de nouveaux workflows pour enrichir les parcours de lecture, les étapes de conceptualisation et de comparaison, la génération des idées et des intuitions, le processus de découverte et d’exploration de champs conceptuels ? Comment instrumenter le processus de la lecture numérique, en offrant des points de vue inédits, inhabituels, surplombants sur des textes et des corpus ? Comment faire émerger de nouveaux objets intellectuels, susciter des avancées conceptuelles, élargir des champs de références documentaires ? Quelles pourront être les valeurs ajoutées, en termes de productivité intellectuelle, quels pièges ou illusions seront à éviter  ? Quelles nouvelles questions, quelles nouvelles idées, impensables par les moyens traditionnels, pourront être mises en mouvement par les algorithmes, les visualisations, les graphes, les outils de navigation ? Quel équilibre trouver entre des fonctionnalités génériques et l’imprévisibilité créative des appropriations individuelles ? Comment innover en restant dans des technologies non propriétaires, en open source ? Ces défis, ces questions sont au cœur des humanités numériques. Car il ne s’agit pas d’informatique pure ni de recherche théorique en intelligence artificielle, mais d’un processus de coproduction entre le savoir-faire des codeurs et développeurs et les attentes des chercheurs, dans un dialogue continu où les uns et les autres doivent sortir de leurs zones de confort et métisser leurs compétences pour créer des artefacts et des pratiques nouvelles. Les membres de notre équipe formés aux humanités numériques ont joué un rôle essentiel de passeurs de frontières et de traducteurs entre ces deux mondes.

Le troisième défi  est un défi de croissance et de stabilisation institutionnelle. Comment passe-t-on d’une équipe informelle, bouillonnante, pleine d’énergie créative, avec sa part d’inconscience et d’aventurisme, à une structure pérenne, avec un schéma de gouvernance formalisé, un modèle économique et une consolidation des liens avec les partenaires ?  Cette étape est commune à beaucoup d’initiatives innovantes qui doivent franchir le seuil des financements sur appel à projets  pour entrer dans la durée. Nous avons engagé une réflexion sur ces aspects stratégiques avec Pierre Mounier, qui a entrepris à l’EPFL un vaste travail sur la gouvernance des plateformes numériques et des infrastructures émergentes de la science ouverte. Savoirs est un cas d’école emblématique des enjeux de ces transformations.

Vous l’aurez compris, ces trois défis sous-tendent l’organisation de ces deux journées de colloques,  où nous avons voulu tisser les fils de la rétrospective et de la prospective, de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs et des humanités numériques, mais aussi du dialogue continu, créatif que nous avons noué, entre enseignants-chercheurs et ingénieurs, jeunes chercheurs et universitaires établis.

Ces trois défis nous conduisent aussi, à l’occasion de ce colloque, et d’une nouvelle étape de la vie publique de Savoirs, à lancer un appel à contributions, pour les bonnes volontés, les talents, les compétences qui voudraient contribuer à écrire les prochains chapitres de notre aventure collective: nous avons besoin de regards, d’idées, de savoir-faire nouveaux ! Nous espérons tous que ce colloque suscitera des vocations !

Nous espérons nouer avec vous, avec les étudiants participant en ce moment même au hackathon Savoirs, des liens de collaborations, sur les différentes lignes de front de notre projet, design, algorithmes, ergonomie de l’application, aide à l’édition enrichie des textes, initiatives scientifique et pédagogiques pour élargir le champ de Savoirs et nourrir sa bibliothèque en devenir.

Il me reste à remercier les partenaires qui nous accompagnent depuis près de trois ans pour certains. Le LabEx Hastec, Histoire et anthropologie des techniques ; l’EHESS et sa direction de la recherche, ses Editions, sans oublier sa DSI qui a joué un rôle important lors du démarrage du projet  ; la Fondation Maison des Sciences de l’Homme ; la Très grande infrastructure de recherche Huma-Num, qui a accueilli la plateforme Savoirs et en assure la pérennité technique ; l’infrastructure de recherche Métopes et le Pôle documents numériques de l’Université de Caen ; OpenEdition ; la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ; l’Ecole nationale des sciences de l’information et des bibliothèques de Villeurbanne ; l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne ; le Centre Koyré et Anhima, deux unités de recherche de l’écosystème EHESS.

Christian Jacob


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.