Du cerveau plein les doigts (Jean-Marie Durand)

 

 

Les Inrockuptibles, n° 790, 19.01.2011, p. 46.

Un vaste programme de recherches pluridisciplinaire, Lieux de savoir, se penche sur le rôle crucial du geste dans l’élaboration de la pensée. Un nouveau champ des possibles qui remet la main au coeur de la vie de l’esprit.

Dans un essai paru l’an dernier, Eloge du carburateur, l’Américain Matthew B. Crawford saluait l’intelligence de la main du mécanicien. Le rapport que le geste manuel entretient avec l’activité de l’esprit nourrit un nouveau champ de recherches en France, qu’un imposant ouvrage collectif dirigé par Christian Jacob, Lieux de savoir 2. Les mains de l’intellect, illustre avec acuité. Des chercheurs, philosophes, historiens ou anthropologues y explorent les liens secrets qui se nouent entre les arts de faire et les arts de dire, entre la main et l’esprit.

Partant du postulat selon lequel la pensée ne naît jamais in abstracto, les auteurs démontrent que le savoir se déploie à partir d’un savoir-faire: les gestes de la main accompagnent les opérations de l’esprit, la pensée prend forme grâce au maniement d’objets et d’instruments. Dire, c’est faire; faire, c’est dire. Observer, fabriquer, classer, interpréter: le clivage entre les savoir-faire manuels et les savoirs abstraits s’efface dans l’entrelacement de l’immatériel et du matériel, de l’intellect et des gestes techniques.

Faisant suite à un premier volume, Espaces et communautés, cette nouvelle somme des Lieux de savoir s’inscrit dans une perspective comparatiste et interdisciplinaire pour définir un paysage disséminé des pratiques savantes. « Nous ne cherchons pas à éclairer le fonctionnement de l’esprit humain ni à trouver des schèmes universaux de pensée, explique Christian Jacob. Nous explorons en revanche la mise en forme de la pensée en situation historique et culturelle, dans les projections qui la matérialisent, gestes et savoir-faire, artefacts, discours oraux, textes écrits, inscriptions. »

Ambitieuse exploration, ouverte à des multiples et souvent très différentes manières de poser la question, Les Mains de l’intellect s’intéresse autant aux pictographies amérindiennes qu’à un manuscrit indien du XVe siècle, à une page du Talmud qu’à un écran d’ordinateur, à l’établi d’un menuisier qu’à l’atelier de Michel Foucault (une étude passionnante de ses procédures de lecture et gestes dans sa bibliothèque)…

L’impression d’éparpillement, voire d’égarement, qui peut surgir à la lecture de la masse des articles est compensée par la cohérence et l’unité d’une pensée collective nourrir par les travaux fondateurs de Pierre Bourdieu sur le « sens pratique », de Michel de Certeau sur les « pratiques de braconniers », de l’anthropologie des savoir-faire (cf. Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière) ou encore de Bruno Latour (cf. son enquête ethnographique La Vie de laboratoire. La Production des faits scientifiques).

Grâce à de multiples éclairages complémentaires, le livre prouve que le raisonnement, la mémorisation et l’abstraction peuvent être conçus « comme la manipulation d’objets, de problèmes ou d’idées qui sont travaillées par des techniques particulières ». Les changements technologiques actuels, incarnés par les écrans tactiles qui introduisent une nouvelle gestuelle, modifient en eux-mêmes la nature des textes. Par les gestes inédits qu’il induit, le nouvel environnement numérique affecte la pensée, ce work in progress activé par la main nourricière.

Jean-Marie Durand


Une réflexion sur « Du cerveau plein les doigts (Jean-Marie Durand) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *