Retour vers le futur: genèse du projet Savoirs

 

Pourquoi le projet Savoirs s’est-il concrétisé au tournant de la troisième décennie du XXIe siècle ? Je vois deux réponses à cette question.

La première est que le projet éditorial des Lieux de savoir (2007 et 2011) a joué, continue à jouer un rôle central dans la reconfiguration de l’histoire des sciences et des savoirs, notamment en prônant un comparatisme radical, et en projetant sur les humanités et les sciences sociales les perspectives ethnographiques qui ont fondé les science studies . Les Lieux de savoir ont contribué à l’élargissement des questionnements du practical turn , du spatial turn , du material turn , et à une nouvelle exigence théorique et conceptuelle imposée aux enquêtes empiriques dans la diversité des champs culturels et historiques mobilisés par l’étude des sciences et de savoirs.

Cette reconfiguration n’est pas terminée, comme en témoignent par exemple les trois volumes de l’ Histoire des sciences et des savoirs publiés par les Éditions du Seuil, qui font exploser le périmètre traditionnel de l’histoire des sciences et reprennent le principe modulaire des Lieux de savoir , mais dans un cadre strictement européen.

Le projet Savoirs entend être à l’avant-garde de ce champ de recherche évolutif, dont la cartographie est aujourd’hui considérablement redéployée, élargie, par les perspectives des sciences cognitives, mais aussi des études sur les formes d’intelligence et de cognition animales ou encore des questionnements sur l’intelligence artificielle et l’apport des «humanités numériques ».

Savoirs voudrait être un espace de réflexion, mais aussi de réflexivité, sur ce que sont les savoirs, ceux d’ailleurs et d’autrefois, mais aussi les nôtres aujourd’hui. Il faut en effet penser ce que sont nos outils, nos corpus et les principes de leur constitution, de leur exploitation intellectuelle. Comment faire la part entre savoirs et information ? Comment faire des choix pertinents, ouvrir des trajectoires intelligentes dans l’océan saturé des données à disposition ? Quelles nouvelles ergonomies inventer pour éviter la submersion et l’errance, pour libérer l’intelligence et la liberté inventive et conceptuelle ? Qui décide, qui pense, entre l’algorithme et l’intelligence humaine ? Comment contrôler le premier par la seconde ?

La seconde réponse à ma question – pourquoi le projet Savoirs se réalise-t-il à ce moment précis du XXIe siècle ? – est liée à ma trajectoire personnelle, ou, plus objectivement, à l’essor des outils et des ressources informatiques au service de la recherche en SHS.

J’appartiens à une génération qui a vu naître les premiers ordinateurs personnels, l’émergence de l’Internet, des messageries de courriel (Eudora), des premiers navigateurs Web (Mosaic).

Dans les années 1990, ma participation au groupe de préfiguration du « Poste de lecture assistée par ordinateur » de l’établissement public de la Bibliothèque de France, sous l’égide de Jean Gattegno, Bernard Stiegler et Alain Giffard, a profondément influencé ma pratique et ma trajectoire de chercheur, en me conduisant à expérimenter de nouvelles ergonomies et instruments de lecture et d’écriture, une réflexivité exigeante sur les méthodes, les objectifs, l’axiologie du travail dans une discipline d’érudition (histoire intellectuelle du monde gréco-romain basée sur l’exploitation philologique des sources).

Mon implication dans le conseil scientifique d’une start-up de la « bulle Internet », Bibliopolis, m’a ensuite conduit à réfléchir sur les potentialités, les perspectives de l’édition numérique des textes de savoirs. J’ai porté notamment les projets d’une numérisation des grands répertoires de la bibliographie française, depuis le XVIe siècle, ou encore des scripta minora d’un éminent philologue, professeur au Collège de France, Jean Irigoin.

Puis est advenue la montée en puissance d’un concept novateur, celui d’un libre partage des savoirs et des publications en SHS, porté en France par Marin Dacos et les étapes d’institutionnalisation qui ont conduit à OpenEdition. Projet que j’ai accompagné modestement, par ma participation au conseil scientifique d’OpenEdition et d’Hypothèses, ainsi que par la co-direction de la collection L’Encyclopédie numérique pour laquelle j’ai écrit un livre original, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?
(cf. https://books.openedition.org/oep/423?lang=fr ).

Une partie de l’équipe Savoirs

Pendant le premier semestre 2020, nous avons largement travaillé en visio-conférences,  notamment dans les réunions de sprint consacrées au développement informatique de l’application Savoirs.

Quelques membres de l’équipe en pleine discussion, dans une composition par notre graphiste-designer Wahid Mendil…

De haut en bas et de gauche à droite:

Jean-François Bert (UNIL, Lausanne)

Aurélien Berra (Université de Paris X)

Carmen Brando (EHESS)

Simon Dumas-Primbault (EPFL, Lausanne)

Wahid Mendil (chargé du design-intégration)

Axel Le Roy (doctorant contractuel, chercheur associé à la BnF)

Christian Jacob (EHESS – CNRS)

Damien Risterucci (développeur)

Nicole Dufournaud (EHESS)

Martin Vailly (doctorant EUI Florence)

 

auxquels il faut ajouter,

comme participants réguliers à ces visios hebdomadaires:

 

Joachim Dornbusch (EHESS)

Maxence Gevaudan (EHESS)

 

Savoirs, une plateforme pour distribuer la connaissance

[Extrait d’un entretien réalisé par Jean-François Bert, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, à paraître début 2020 dans la revue Zilsel. Avec mes remerciements au comité de rédaction]

Savoirs n’est pas à proprement parler la suite des Lieux de savoir. C’est un autre concept, un autre projet, intellectuel, éditorial et technologique. Il s’agit d’une bibliothèque nativement numérique, mais qui ne se réduit pas à une collection de textes indépendants et consultables comme sur les revues en lignes habituelles. Cette bibliothèque doit permettre des parcours exploratoires et heuristiques parmi les textes, sur la base de requêtes croisées et paramétrables par l’utilisateur. Ces requêtes s’appuient sur une indexation fine des articles sur différents critères : dates, lieux géographiques et concepts, et permettent donc de dérouler des fils analogiques pour explorer une question, un problème, un champ de concepts en sortant du cadre de sa spécialité disciplinaire. C’est donc une bibliothèque qui met en œuvre le comparatisme expérimental naguère théorisé par Marcel Detienne, en partant du principe que la confrontation d’études de cas traitant des mêmes questions, mais dans des périodes et des aires géographiques différentes, peut élargir l’horizon d’une recherche, multiplier les éclairages, enrichir la problématisation.

Il y a plusieurs dimensions à ce projet. Une dimension intellectuelle, bien sûr, par son hypothèse comparatiste et interdisciplinaire, qui présuppose que les chercheurs en sciences humaines et sociales ne peuvent que tirer bénéfice du décentrement et de la mobilité pour introduire de la complexité, de la multidimensionnalité dans leurs objets de recherche. Une dimension éditoriale, aussi. Dans cette phase de construction, la bibliothèque Savoirs accueille trois ensembles de textes en open access : tous les textes des deux volumes imprimés des Lieux de savoir, suite à l’accord avec Albin Michel ; une sélection de textes provenant de différentes revues d’OpenEdition (avec accord des auteurs et des comités éditoriaux) ; les communications inédites présentées au colloque Spectres de l’érudition organisé à Lausanne en 2017. Il en résulte un corpus assez ouvert et diversifié, qui devrait dépasser les deux cent textes au début 2020. Une dimension technologique, enfin. Car le projet implique la conception et le développement d’une application originale, avec un back office et une interface utilisateur accessible sur le web. Cette phase est actuellement bien engagée, et une équipe de développeurs et ingénieurs travaille sur ce chantier.

De cette expérience,  je voudrais tirer quelques observations. Il est possible de monter un projet innovant et ambitieux sans passer par les appels d’offres ANR et ERC, qui peuvent offrir, il est vrai, des financements considérables, mais avec des structures administratives lourdes, et surtout un taux de succès relativement bas. Cela ne nous a pas empêchés de répondre à des appels à financements plus modestes, mais dans des structures et selon des procédures « à taille humaine » (LabEx Hastec et Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme). Ensuite, un projet de ce type ne peut réussir qu’au prix d’une convergence de compétences, de métiers et d’expériences. L’un des points très positifs, de mon point de vue, réside dans les synergies qui se sont nouées entre des ingénieurs informaticiens, un développeur free-lance, des professionnels de l’édition numérique, des conservateurs de bibliothèques, des enseignants-chercheurs, des étudiants masterants, doctorants et des post-docs, sans oublier tous les agents administratifs, les gestionnaires et les représentants des différentes tutelles impliquées. Certains ont consacré du temps et du travail à Savoirs dans le cadre de leur activité professionnelle, d’autres ont été rémunérés pour leur participation (sous forme de contrats à durée déterminée, d’indemnité de stage ou de paiement sur facture), d’autres se sont investis bénévolement, par conviction personnelle. Chacune et chacun a joué un rôle dans ce projet collectif, complexe, dont chaque étape a fait l’objet de concertations, de pondération, de feuilles de route élaborées collectivement. Ces synergies ont impliqué un vrai travail collaboratif, où nous avons pu communiquer au-delà de la technicité des objets, par exemple entre informaticiens et chercheurs en sciences humaines et sociales. L’élaboration de cette plateforme numérique innovante serait du reste un objet d’observation passionnant pour une ethnographie des savoirs et des techniques : comment définit-on les spécifications fonctionnelles d’une application ? Comment s’opèrent les arbitrages technologiques ? Comment procède-t-on aux premières simulations d’écrans (mockup) ? Pourquoi choisit-on de coder dans tel ou tel langage informatique ? Comment se négocient les étapes, les inflexions du développement, lors des réunions de « sprint », au cœur de la « méthode agile » ou « scrum » ? Il y aurait aussi beaucoup à dire sur le rôle stratégique des gestionnaires et personnels administratifs qui peuvent être des facilitateurs à toutes les étapes du processus, mais aussi des points de blocage, parfois en raison de la lourdeur des procédures ou simplement la force d’inertie des services et des bureaux. Faute d’un appui en termes de secrétariat, j’assure tout ce travail de coordination : nous avons eu en 2019 quatre guichets de financement relevant de quatre administrations différentes… Le temps passé, le nombre d’emails répétés pour des démarches relativement simples prennent une part non négligeable du quotidien d’un chercheur coordonnant ce type de projet… Ces difficultés réelles, souvent déprimantes, ne doivent pas dissimuler le rôle de toutes celles et tous ceux qui, avec intelligence, générosité et efficacité, font avancer le projet, débloquent les situations, mettent des personnes en relation. Que ce soit à l’EHESS, à l’École Nationale des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (ENSSIB), à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne ou à la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg, j’ai trouvé des interlocuteurs, des soutiens qui ont permis au projet Savoirs de prendre forme et corps…

 

Est-ce que Savoirs veut renouveler le format du discours savant ?

[Extrait d’un entretien réalisé par Jean-François Bert, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, à paraître début 2020 dans la revue Zilsel. Avec mes remerciements au comité de rédaction]

Au moment où je réponds à cette question (décembre 2019), la plateforme Savoirs est en cours de développement, avec différents chantiers qui avancent parallèlement et vont converger dans les prochaines semaines. Je ne peux donc pas encore répondre à cette question, sinon assurer que le concept du projet est d’offrir une expérience de lecture et de réflexion radicalement différentes de ce que l’on peut éprouver face à un ouvrage papier, ou même face à un ebook.

Savoirs est une bibliothèque modulaire, qui invite à des parcours toujours renouvelés en fonction des requêtes des lecteurs. C’est une bibliothèque qui invite à lire ce qu’on n’avait pas prévu de lire, mais dont la lecture s’avérera pertinente dans un projet de recherche, un questionnement, une recherche de parallèles, une hypothèse comparatiste.  C’est donc un instrument heuristique, un peu comme un instrument expérimental dans le laboratoire d’un scientifique. Chaque requête, chaque texte sélectionné entraîneront des réactions, des rétroactions, des reconfigurations de la bibliothèque, pour un lecteur particulier, à un moment précis de son cheminement. En d’autres termes, ce lecteur sait quel sera son point d’entrée dans la bibliothèque, mais il ne sait pas quelles seront les étapes suivantes ni quel sera son point de sortie.

Et lors d’une nouvelle visite, le parcours de ce même lecteur sera sans doute totalement différent.

Cette expérience ne repose pas sur le hasard, mais sur des algorithmes qui pondèrent différents critères de recherche et ouvrent des connexions non pas avec un seul texte, mais avec un ensemble de textes susceptibles d’intéresser le lecteur, selon qu’il privilégie les critères géographiques, chronologiques ou conceptuels, ou qu’il souhaite les croiser.

On sait que la bibliothèque imaginée et réalisée par Aby Warburg à Londres partait du postulat que la juxtaposition réfléchie de livres très différents sur une même étagère pouvait avoir un rôle heuristique, établir des connexions insoupçonnées, dérouler les fils d’une nouvelle forme d’histoire des représentations, des savoirs, des croyances, des images, des savoirs et des imaginaires. Le “bon voisinage” des bons textes, sur une étagère, avait un rôle génératif dans un projet de pensée et d’écriture.

Toutes proportions gardées, et avec les possibilités offertes aujourd’hui par les technologies numériques, par les algorithmes de recherche et les modes de visualisation des résultats, on peut s’inspirer de ce pouvoir des rayonnages « intelligents » de la bibliothèque de Warburg, pour offrir aux lecteurs un outil de découverte, de dépaysement, d’expérimentation intellectuels.

Un ou une spécialiste d’égyptologie, des études grecques, de science studies, d’anthropologie africaine, ne trouvera pas dans Savoirs des articles relevant de sa discipline qu’il ou elle ne pourrait se procurer ailleurs (quoique…). En revanche, à partir de cet ancrage disciplinaire, de ce point de départ, il ou elle pourrait être conduit(e) vers des textes relevant d’autres domaines, même très éloignés, mais apportant néanmoins un éclairage, un parallèle, un élément de comparaison, un outil méthodologique, un développement historiographique ou théorique pertinents sur un sujet relevant de sa spécialité.

Pour que cela fonctionne, il faut qu’un ensemble de conditions soient réunies : une masse critique de textes, suffisamment différents, mais connectables en fonction de leurs questionnements et de leurs objets ; une indexation fine des textes qui, dans cette première phase, est opérée manuellement, selon les protocoles de la TEI, à partir de référentiels géographiques et chronologiques, mais aussi d’un thésaurus conceptuel cartographiant, sous forme d’arborescences raisonnées, le champ des savoirs, des sciences et des techniques. Une étape à venir s’appuiera sur l’intelligence artificielle et sur des algorithmes avancés de text mining (notamment par le biais d’un lien avec l’application Gargantext développée par l’Institut des systèmes complexes à Paris).

Il s’agit au fond d’externaliser et d’objectiver un ensemble d’opérations au cœur de l’activité intellectuelle, liées à la digression, à la corrélation, à l’imagination théorique, à la conceptualisation. Non pas, dans une illusion techno-scientiste pour les émuler, mais pour les équiper, pour les instrumenter, en introduisant une dimension réflexive et expérimentale qui accompagnera ces opérations, en fera des exercices de pensée et de conceptualisation basés sur des associations d’idées conduisant de texte en texte, à travers les périodes et les aires géographiques, en suivant les “lignes d’erre” des concepts.

Construire un thésaurus sur le champ de l’anthropologie et de l’histoire des savoirs : niveaux 1 et 2

Si on voulait organiser, structurer, hiérarchiser, cartographier le champ de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs… Si on voulait permettre des circulations conceptuelles, heuristiques, problématisantes, dans une vaste bibliothèque de textes indexés, qui pourrait, de ce fait, devenir une « bibliothèque intelligente »… Si on concevait le travail intellectuel, la réflexion, la problématisation, comme un parcours, sous forme d’enchaînement de questions et d’hypothèses, qui permettraient donc des déplacements multiples dans un corpus de sources…

Est-ce que cette arborescence à deux niveaux (il y en a évidemment d’autres en dessous) pourrait être un point de départ ?

Voyez-vous des lacunes criantes ? Des choix intellectuels discutables (tous les choix sont discutables…) ? Des réorganisations ou redistributions possibles qui clarifieraient cette arborescence ?

Sentez-vous libres de contribuer, critiquer, proposer, questionner…

Apportez vos expertises, vos compétences, vos horizons intellectuels pour améliorer cette première proposition ! Vos remarques, critiques, compléments, propositions alternatives sont attendus ici (il faut accepter les cookies pour accéder au framapad) : https://annuel.framapad.org/p/thesaurussavoirs.

Merci mille fois pour vos contributions !

Elles nous rendront plus intelligents et nous aideront à avancer !

Vers un thésaurus conceptuel du champ des savoirs

Premiers niveaux d’arborescences du thésaurus Savoirs (version du 29.11.2018). Work in progress.

Nous travaillons sur un thésaurus conceptuel, qui sera l’un des principes de structuration de la future plateforme « Savoirs ». Il est actuellement partagé sous forme de liste structurée sur une plateforme collaborative avant sa conversion à venir au format SKOS, que le système d’information de l’EHESS intègre grâce à la suite d’outil Skosmos.

Il comprend à l’heure actuelle plus de 1100 termes. Certaines branches sont plus développées que d’autres, ce qui tient, pour partie, aux champs de compétences des participants (on a fait remarquer que les sciences exactes étaient peu représentées, on va essayer de pallier ce déséquilibre). Avant d’envisager une importation dans OpenTheso, il convient d’engager un double travail d’ajustements :

  • sur le plan lexicographique : cohérence, non- redondance des nomenclatures ;
  • sur le plan conceptuel : cohérence et pertinence des niveaux supérieurs de l’arborescence, avant tout.

Il est rappelé que ce thésaurus n’a pas pour vocation de figer ou normaliser le champ de l’étude des savoirs, mais d’offrir une forme de quadrillage de ce champ, permettant d’identifier les textes traitant de tel ou tel objet particulier et de proposer des parcours de lecture sur des thématiques identifiées par des agrégats de mots-clés.

Sous format SKOS, ce thésaurus pourrait être utilisé dans d’autres projets, comme aide à la structuration de données.

Lors de la réunion de travail du 30 Novembre 2018 à l’Ehess, des visualisations des niveaux supérieurs de l’arborescence du thésaurus, en format « mind mapping », ont été présentées et ont donné lieu à discussion, tant sur les intitulés que sur les partages et inclusions.

Un consensus s’est dégagé sur les points suivants :

  • distinguer les catégories « acteurs » et « institutions » ;
  • préférer une formulation « savoirs en action » à « dynamiques sociales » ;
  • remplacer « spatialités » par « lieux et espaces ».

On s’interroge aussi sur la catégorie « approches » qui relève d’un niveau « méta ». Lui préférer une catégorie « méthodes » ?

Il convient aussi de réfléchir sur les catégories de « pseudo-sciences » et « ethnoscience »

 

« Savoirs » : un projet numérique

Diagramme d’un réseau social. Chaque personne est représentée par un point (un noeud) et la relation d’amitié par une ligne. Image de DarwinPeacock, capture d’écran du logiciel GUESS. CC By.

Le numérique peut être utilisé aujourd’hui pour reproduire à l’identique des types de supports et des artefacts déjà existants dans le monde de l’imprimé: les revues , les livres (ebooks) en sont les meilleurs exemples. Le passage au numérique a un impact sur les chaînes de fabrication, sur l’économie et les modalités de diffusion de ces vecteurs traditionnels de l’information et des savoirs.

Le troisième constat que nous avons fait est que l’impact du numérique va bien au-delà de la transposition de l’existant. Le numérique favorise l’émergence de nouveaux objets, de nouvelles visualisations, de nouvelles ergonomies, de nouvelles formes de pensée.

Choisir un format nativement numérique pour le projet intellectuel et éditorial « Savoirs » n’implique pas seulement le choix d’un médium, d’une technologie pour se substituer au processus complexe de la production d’un livre imprimé collectif. Ce choix implique aussi l’expérimentation de nouveaux usages, de nouvelles formes d’écriture et de lecture, et de formes de circulation non linéaires dans une bibliothèque de textes.

La construction de la plateforme « Savoirs » implique dès lors une dimension réflexive particulière, sur l’usage d’une nouvelle technologie, de nouveaux outils et de nouveau formats pour écrire sur les savoirs. Réflexivité sur le statut des textes, sur les modalités de leurs connexions, sur les logiques de navigation permettant de passer de l’un à l’autre, sur les critères d’indexation, sur la production d’une architecture évolutive et modulaire, où l’ajout d’un nouveau texte déploie de nouveaux liens, reconfigure des positions, sans déstabiliser la structure d’ensemble.

« Savoirs » voudrait ainsi expérimenter de nouvelles interactions entre écriture, lecture et réflexion, permettre des parcours heuristiques à travers un corpus de textes, selon de multiples tables d’orientation (chronologique, géographique, linguistique, disciplinaire, conceptuelle), faire émerger des questionnements et des problématiques à travers la confrontation des études de cas, des lieux, des pratiques, des moments historiques.

Lecture dynamique, à travers différentes échelles de visibilité, selon différents paramètres de mobilité, des sources premières à l’interprétation, des thésaurus aux textes, du graphe à la bibliothèque.

« Savoirs » : projet éditorial

Reliures de livres anciens, à la bibliothèque du Merton College, à Oxford (Angleterre). Photo Tom Murphy (CC BY-SA 3.0.)

Les Lieux de savoir se présentaient comme un projet éditorial traditionnel: volumes imprimés, sommaire construit et fixé une fois pour toutes, texte figé. Ce que l’on gagnait, en termes de cohérence, d’architecture intellectuelle, de pondération entre les aires culturelles, les disciplines, les périodes, avait une contrepartie: les choix ainsi opérés étaient définitifs, le livre était fixé une fois pour toutes.

Le livre imprimé s’inscrivait aussi dans une chaîne de fabrication qui exigeait que l’ensemble des textes soient réunis et préparés avant de passer à l’étape finale de publication.

Le second constat que nous avons fait est la nécessité d’expérimenter un autre modèle éditorial, fluide, évolutif et modulaire. Ce modèle alternatif permettrait la construction en temps réel d’un objet éditorial nouveau, actualisable, reconfigurable, reposant sur de multiples connections qui s’enrichiraient au fil des ajouts. A défaut d’un plan d’ensemble a priori, la cohérence résiderait dans le réseau de liens de complémentarité, d’analogie, d’explicitation entre les textes: une architecture évolutive, donc, permettant de commencer par différentes entrées, le plus important n’étant pas la position dans un sommaire, mais la capacité d’un texte à générer des liens avec d’autres textes, voire à générer la rédaction d’autres textes, sur le mode du complément, de la critique, du commentaire, de l’explicitation.

Le projet Savoirs emprunte certains traits au blog, à la revue, au livre, à la collection de livres, à la bibliothèque, à l’archive, à la base de données, à l’encyclopédie en ligne, sans s’y réduire totalement.

Sa cohérence réside dans un projet intellectuel fort: celui d’une histoire et d’une anthropologie des savoirs, traversant les disciplines, les cultures, les périodes historiques, les langues. Sans souci d’exhaustivité, mais en inventant une autre forme de systématicité.

Fluide, modulaire, évolutif, rétroactif, en reconfiguration permanente.

 

 

« Savoirs » : projet intellectuel

Cartes d’un jeu divinatoire, Collection Musées départementaux de la Haute-Saône CC BY-SA 3.0

La décision de relancer le projet des Lieux de savoir sous une nouvelle forme et sous un nouveau nom, Savoirs, a été longuement mûrie. Elle s’appuie sur différents constats et sur de nouvelles hypothèses de travail.

Le premier constat est que les savoirs constituent aujourd’hui un champ de recherche dynamique et élargi. Les Lieux de savoir ont contribué, avec d’autres, à ouvrir un champ de recherches interdisciplinaires et comparatistes portant sur les savoirs humains, dans un sens extensif, regroupant les sciences, les sciences humaines et sociales, les arts et les techniques, les spiritualités. Au carrefour de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, il s’agissait d’explorer les savoirs comme champ d’expériences humaines, organisant des formes d’espace et de sociabilité, reposant sur une gamme de gestes et d’opérations, selon un arc qui conduit des pratiques les plus concrètes et matérielles aux pratiques intellectuelles. Les savoirs, dans cette perspective, apparaissent comme des constructions que l’on peut étudier à de multiples échelles, de la table de travail du savant ou de l’artisan, avec ses matériaux, ses outils et ses supports, aux dynamiques sociales qui confèrent aux artefacts ainsi produits des valeurs particulières de vérité et d’autorité.

Ces questions sont partagées aujourd’hui par des courants de recherche multiples, qui invitent à repenser la nature des savoirs et le périmètre de leur étude: des sciences cognitives à l’éthologie de la cognition animale, de l’intelligence artificielle aux humanités numériques, avec leurs nouveaux outils et leurs nouveaux objets.

Les disciplines traditionnellement au coeur des SHS (histoire, anthropologie, sociologie…) offrent une grande richesse d’études empiriques portant sur un vaste spectre de lieux, d’acteurs, de pratiques, d’objets de savoir dans les contextes culturels et les période historiques les plus divers. Les savoirs techniques de la philologie, de la codicologie et de la paléographie, de la prosopographie, de l’archéologie, de l’analyse de discours, de l’iconographie ouvrent la voie à de nouveaux questionnements des sources premières.

Et surtout, ces recherches multiples et foisonnantes, trop souvent séparées par les cloisons disciplinaires, partagent les mêmes interrogations théoriques, les mêmes questions fondamentales: qui, comment, pourquoi, quand, où ?

Le projet Savoirs voudrait défaire ces cloisonnements et favoriser de multiples interactions entre ces études empiriques et les interrogations qu’elles partagent.

 

 

 

Prolonger le voyage

Un graphe de relations entre de multiples entités. Penser la complexité à l’heure des Big data (Wikimedia France)

De 2011 à 2018, il n’a jamais été question de renoncer à ce projet, même si l’usage du titre Lieux de savoir nous était désormais interdit.

Trois cheminements complémentaires ont été engagés pour prolonger le voyage.

Le premier a été un parcours personnel. Revenir sur les hypothèses fondatrices, synthétiser et formaliser les positionnements théoriques et historiographiques, faire un état des lieux, des lieux de savoir.

A cet égard, l’invitation de Marin Dacos à contribuer à l’Encyclopédie numérique lancée par OpenEdition Books, sous la forme d’un petit volume intitulé Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, disponible en libre accès, en mode freemium, et en impression à la demande, a été une étape importante. Et je remercie Marin, et toute l’équipe d’OpenEdition, pour m’avoir permis d’écrire ce texte et de le publier en libre accès (en 2014), pour le plus grand nombre, dans un esprit de partage des idées, des savoirs et de la pensée qui est essentiel à mes yeux.

Différentes interventions dans des colloques et des séminaires, des commandes de textes m’ont permis d’élargir et d’approfondir ma réflexion, et je suis reconnaissant à tous (toutes) les collègues qui m’ont donné l’occasion de poser ces nouveaux jalons, dans des milieux intellectuels et disciplinaires très variés: histoire de l’art, métiers d’art, métiers de l’action sociale et de l’éducation spécialisée, anthropologie, sociologie, philosophie.

Le second cheminement a été un parcours collectif. Poursuivre les collaborations engagées, nouer de nouveaux dialogues, tisser de nouveaux liens de collaboration, penser à plusieurs, se connecter à une intelligence collective. Quel lieu de savoir inventer pour travailler sur les lieux de savoir, sur les savoirs ? Il me faudrait citer tous (toutes) les collègues et ami(e)s, tous (toutes) les étudiant(e)s, aux différentes étapes de leurs parcours, qui m’ont enrichi par leur savoir, provoqué par leurs critiques, déstabilisé par leurs questions, réorienté par leurs suggestions, inspiré par leurs travaux. Je ne citerai pas de noms, par peur d’en oublier, mais vous savez qui vous êtes… A l’heure des compétitions et de la concurrence acharnées, de l’individualisme imposés par les nouveaux managements des mondes académiques, nous avons su préserver des lieux et des temps de pensée partagée, de quête intellectuelle, de mise en commun des savoirs, bref, de la slow science, soucieuse d’approfondir, de creuser, d’explorer, de discuter, de comprendre, d’imaginer.

Le troisième cheminement a été inspiré par les mutations du paysage éditorial et l’essor des humanités numériques. Il me faudrait citer ici encore beaucoup de noms, celles et ceux avec qui nous avons tenté d’imaginer une nouvelle phase des Lieux de savoir, sous forme nativement numérique. Comment concevoir un projet éditorial collectif, interdisciplinaire, comparatiste, dans la nouvelle économie de l’édition savante ? Comment concilier l’innovation technologique avec les usages du monde universitaire, comment trouver une place dans les expérimentations en cours sur les nouvelles formes d’écriture et de lecture, quels partenaires choisir pour une telle aventure volontariste ? En quelques années, le paysage a évolué, de nouveaux horizons se sont ouverts. Exigence de l’accès ouvert, nouvelles dimensions de la recherche en SHS liées à l’exploitation des données, nouveaux écosystèmes académiques et savants, premières tentatives pour repenser la forme, la finalité de la publication des travaux savants, tant sur le plan des contenus que de la forme, tant sur celui de l’ergonomie que sur celui de l’économie.

Ces trois cheminements, fortement schématisés, nous conduisent en juin 2018…