Lieux de savoir 1 (Philippe Raccah)

Compte rendu de Philippe Raccah, publié dans le Bulletin des Bibliothèques de France, 2008, t. 53, n. 2.


L’entreprise ambitieuse du Groupement de recherche international animé par Christian Jacob, dont cet ouvrage constitue le premier volume publié (trois autres suivront), a pour objectif une anthropologie et une histoire des savoirs, non de leurs contenus mais de leurs pratiques, c’est-à-dire de la façon dont ils sont produits, s’incarnent, sont validés, circulent, se transmettent.
Ce premier et gros volume (1277 pages), sous-titré Espaces et communautés, s’attache, comme l’annonce C. Jacob, aux savoirs comme lien social et comme produit et principe de configurations spatiales, objet de fixation et de circulation.
Le champ des savoirs étudié comprend tous les domaines et toutes les époques : aussi bien les religions (taoïsme) que les sciences (la recherche bio-médicale contemporaine ou l’historiographie au xixe siècle), les réalisations techniques (les compagnons du Tour de France) ou théoriques (la philosophie antique) que les cultures traditionnelles (la pensée juive), les institutions d’enseignement (les universités au Moyen Âge) que les entourages des puissants (la cour iranienne des Sassanides), les communautés mystiques (monastères zen au Japon) que les programmes scientifiques actuels (exploration robotique de Mars), etc.
La méthode repose sur le comparatisme, qui rejette un modèle occidental unique, et la transdisciplinarité, qui fait éclater le compartimentage des disciplines traditionnelles.
Les 60 auteurs du présent volume sont des spécialistes de multiples horizons disciplinaires, historiens de la Chine ou de la Renaissance italienne, chercheurs en intelligence artificielle ou paléographes, anthropologues ou linguistes, etc., y compris plusieurs collègues bibliothécaires. Outre la réjouissante variété des textes, les sujets abordés sont ainsi dans leur majorité conçus à une échelle locale, non globalisante, et concernent un moment particulier, pas la longue durée.


Le résultat est un vaste panorama encyclopédique dans l’étendue et la diversité de ses objets (63 articles) mais sous la forme de coups de sonde vagabonds et non de tableaux systématiques, avec des éclairages et des points de vue variés et non des présentations synthétiques. Le lecteur est ainsi invité à plonger dans des lieux et des époques extrêmement divers, à s’intéresser à des personnages, des communautés, des pratiques, des entreprises et des écoles de pensée fort différentes.
Cela ne nuit aucunement à la cohérence du propos. La construction en quatre parties répond à quatre directions de recherche :
  • « Communauté et institution » : règles, rites, valeurs partagées, styles de vie ;
  • « Lieux du travail savant » : lieux de la production et de la diffusion des savoirs ;
  • « Territoires et mobilité » : voyages, réseaux, centres et périphéries ;
  • « Villes phares » : carrefours exemplaires dans l’histoire des savoirs.
Les trois premières parties comprennent de trois à cinq chapitres composés chacun de trois à quatre articles et d’une introduction qui montre en quoi le regroupement effectué illustre un thème particulier, tel que celui qui s’attache à montrer ce que les organisations des espaces apprennent sur le système de pensée d’une époque, avec les exemples de l’Académie royale des sciences, du musée de l’Homme et de l’exposition internationale japonaise de 2005. La dernière partie est consacrée à des exemples de villes phares qui ont incarné un moment de l’histoire des savoirs (comme la bibliothèque d’Alexandrie).
Plusieurs grilles de lecture sont possibles, chacune aussi excitante :
  • soit en continu, d’une grande partie ou de l’ensemble du volume, pour apprécier l’envergure et la valeur heuristique de l’entreprise ;
  • soit en suivant un des fils propres à l’ouvrage, par exemple la constitution des communautés savantes à travers les chapitres qui concernent les devins bassar du Nord-Togo, le système des examens publics dans la Chine impériale entre 1400 et 1900, le cercle des frères Dupuy à Paris aux xviie et xviiie siècles, Cicéron, le chef-d’œuvre des compagnons, les lettrés chinois de la Chine des Ming ou la recherche en réseaux contemporaine ;
  • ou encore, au gré des centres d’intérêt personnels, les éclairages nouveaux apportés dans ce contexte à des époques ou des lieux particuliers, par exemple le Moyen Âge européen à travers les chapitres sur Saint-Victor et le milieu des victorins à Paris, le scriptorium médiéval, la mobilité entre universités au Moyen Âge, ou « Espace, temps et savoir dans la diaspora juive », qui déborde ce cadre mais y prête une particulière attention.
Tous les outils pour s’orienter, naviguer à loisir et approfondir les sujets d’étude sont présents : introduction éclairante de C. Jacob, table des auteurs, index des noms de lieux et des institutions et abondantes bibliographies qui accompagnent chacun des textes.
Cet ensemble de courtes monographies portant sur des études de cas a finalement l’allure d’une véritable encyclopédie, où l’on peut picorer au hasard les sujets qui intéressent et voyager librement en se laissant porter par le plaisir des découvertes.
Bref, un ouvrage important par l’originalité du propos et l’ampleur des connaissances transmises et que toute bibliothèque se doit de proposer à ses lecteurs.

Notice bibliographique :
« Lieux de savoir : espaces et communautés », BBF, 2008, n° 2, p. 96-96
[en ligne] Consulté le 30 novembre 2010

Une volonté de savoirs

texte publié sur Espaces Temps, 25.06.2008
Une volonté de savoirs.
Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir. 1 : Espaces et communautés, 2007.
Image1

Il est des entreprises intellectuelles qui sont appelées à faire date tant en raison de la nouveauté de leur propos qu’au regard des perspectives qu’elles permettent de dégager. Les Lieux de savoir sont de cette trempe, ce dont manifeste le volume « Espaces et communautés » qui inaugure une série qui devrait en compter quatre. Longuement mûri depuis une dizaine d’années autour du maître d’œuvre Christian Jacob, le projet des Lieux de savoir, en dépit du format qui est le sien, de sa très grande richesse (près de 1300 pages pour ce premier volume), de la présence d’un index des lieux et des noms (on regrette cependant l’absence d’un index des matières), ne constitue pas ce que serait une encyclopédie du savoir. Il s’agit bien plutôt d’un livre-laboratoire qui ne se contente pas de répertorier des contenus savants, de faire le relevé cartographique des connaissances à l’échelle mondiale, mais se donne pour objet le savoir en construction. Comme l’évoque Christian Jacob dans l’important texte qui introduit l’ouvrage, c’est à une nouvelle anthropologie de la connaissance que cette série est consacrée. L’idole du « contenu » a été brûlée et l’on s’est rendu compte qu’il y avait des « restes ». L’examen de ces restes, repérés par l’ensemble des contributeurs, invite à reconsidérer les savoirs comme des modalités d’articulation de l’individu et du social, de l’homme et de la nature.

Cette approche, neuve par l’horizon qu’elle s’impose (tous les savoirs à l’échelle mondiale), assume et résume un double héritage intellectuel. Tout d’abord, son ampleur, sa formule argumentaire, son usage élargi de la notion de « lieux » insèrent l’entreprise dans une filiation symbolique vis-à-vis des Lieux de mémoire de Pierre Nora. Cette proximité évidente et revendiquée n’est cependant pas celle qui éclaire le mieux les rouages intellectuels qui opèrent au sein des Lieux de savoir. En effet, tant par la méthode employée qui consiste à privilégier les savoirs dans leurs formes et leurs « pragmatiques » que par les figures tutélaires qui sont convoquées (Michel Foucault, Jean-Pierre Vernant, Pierre Bourdieu notamment), les Lieux de savoir ont un accent structuraliste. Mais, et de la même manière que l’ouvrage et le projet qu’il inaugure invitent à décloisonner les savoirs, il serait imprudent, et sans doute hors-sujet, de chercher à les classer sous telle obédience, de les renvoyer de manière trop rigide à des catégories préconçues. Ainsi, sont également invités à siéger sur le banc des ressources théoriques les interactionnistes symboliques américains tels que Anselm Strauss et Erving Goffman, ou encore l’inclassable Michel de Certeau.
La variété des approches, le nombre des contributeurs (60) auraient pu conduire à la production de simples collages. Il n’en est rien tant le maître d’œuvre s’est appliqué à la couture des quatre grandes parties qui organisent le volume même si, c’est la loi du grand nombre, les contributions sont d’une valeur inégale. Toutefois, l’ensemble tient par une problématique que chacune des contributions a cherché à respecter : « Comment des savoirs en viennent-ils à faire corps et à faire lieu ? » (p. 20). L’ampleur du questionnement convie l’usage de la méthode comparative, non pour produire des « universaux », et l’entreprise prend ici justement ses distances avec un ancien structuralisme, mais pour permettre la découverte de nouvelles jonctions entre les domaines du savoir en établissant de nouvelles résonances. Fondé en « style de positivité » comme dirait Michel Foucault, le projet se serait satisfait d’un découpage en ères, en aires, en disciplines. Mais la leçon, celle de l’Archéologie du savoir notamment, a été retenue : le savoir est travaillé selon les façons dont il agit et dont il est agi, et non selon celles par lesquelles il est figé ou classé. C’est l’expérience immédiate du savoir sensible qui organise le volume, dans un « empirisme assumé » (p. 14) qui s’applique à faire entendre du savoir en action, c’est-à-dire dans la mesure où il met en place des « mondes sociaux » (Anselm Strauss).
Christian Jacob repère ainsi trois actions transversales, qui sont aussi bien des conséquences de l’acte de savoir que les gestes qui contribuent à le fonder. Car, c’est le postulat de départ, le savoir pur est un fantasme (p. 125). Seul existe un savoir porté, pensé, transmis, caché, toujours pris dans les filets d’actions humaines qui constituent en quelque sorte la peau du savoir, c’est-à-dire des actions qui le contiennent et le font exister tout à la fois. De ce point de vue, tout savoir a vocation à être partagé dans des collectifs, à organiser des territoires, à circuler dans des réseaux. Ce sont les axes qui organisent les trois premières parties avec, au sein de chacune, des proximités a priori surprenantes où l’on voit les lettrés chinois jouxter les compagnons du Tour de France, les maîtres itinérants de la Grèce ancienne côtoyer les universitaires européens du Moyen Âge. Enfin, dans une dernière partie consacrée aux « Villes phares », la trame des problématiques est reconstituée à partir de l’examen de lieux exemplaires.
Communauté et institution.

Ce premier axe, qui s’interroge sur la constitution et l’organisation des collectifs savants, est de notre point de vue le plus stimulant. Divisée en quatre chapitres qui interrogent successivement les manières d’entrer dans une communauté de savants, les façons d’y vivre, les valeurs et les règles à respecter, cette partie introduit magistralement le volume. Chaque chapitre bénéficie d’une introduction qui, au-delà de la présentation du groupement de textes qui lui succède, articule minutieusement le particulier et le général, fonde un modèle de fonctionnement, en justifie les déclinaisons singulières, ne néglige pas les apax et les limites de tout comparatisme. Jean-Louis Fabiani insiste ainsi sur la dimension rituelle du savoir qui, outre le fait de distinguer un temps d’apprentissage et un moment de certification, rappelle toute l’importance du corps dans tout savoir, y compris celui qui se présente comme le plus intellectuel qui soit. C’est une des lectures possibles de la contribution de William Clark sur le diplôme universitaire en Europe ou de celle, excellente, de Benjamin A. Elman sur le système des examens dans la Chine impériale, sans doute le texte le plus proche de l’esprit de Michel Foucault. En revanche, la contribution de Stéphane Dugast qui n’expose qu’une ethnographie descriptive de l’initiation de devins togolais manque d’un renfort analytique qui l’insinuerait davantage dans la problématique présentée par Jean-Louis Fabiani.
Une fois pénétrée la communauté, il s’agit d’y prendre place, d’y occuper une position qui est définie selon deux logiques dont Christian Jacob montre la pertinence, celles du « cercle » et de la « lignée » qui, selon les cas, sont pondérées de manière différente. Soit l’on est capable, voire contraint, de se situer dans une filiation intellectuelle qui peut éventuellement recouper une filiation biologique comme dans le cas des scribes de l’ancienne Mésopotomie étudiés par Jean-Jacques Glassner ; soit l’on occupe une position que définit la synchronie selon ses dispositions personnelles, le moment de son entrée dans le cercle comme dans le cas des académies de l’Ancien Régime (Jérôme Delatour). Enfin, la lignée et le cercle peuvent se rejoindre et se renforcer l’un l’autre, notamment au sein de communautés très organisées et fondées sur l’existence d’une tradition comme chez les moines taoistes en Chine présentés par Adeline Herrou. Ces logiques de l’appartenance attestent leur efficacité et leur imprégnation au niveau de chaque individu lorsqu’il est possible de déterminer au singulier l’adhésion à un ensemble de valeurs, à un ethos qui s’incarne en chacun. En effet, l’emprise de la communauté se mesure aussi à l’empreinte qu’elle laisse sur les individus comme l’explique Jean-Marc Chatelain. Pour faire corps, il faut faire la preuve de la maîtrise d’un certain savoir-être pour lequel il peut exister des modèles. La notion d’exemplarité est ici fondamentale et se retrouve aussi bien dans les biographies de lettrés dans la Chine du 17e siècle (Pierre-Henri Durand) qui sont tout à la fois une manière d’imitation et une façon de s’inscrire dans une tradition, dans la carrière d’orateur de Cicéron qui manque précisément de ces références d’ancienneté (Charles Guérin) et dans les chefs-d’œuvre des compagnons que présente François Icher dans un texte qui doit beaucoup aux travaux anciens de Roger Lecotté et qui aurait sans doute pu insister davantage sur l’importance que revêt la notion de transmission au sein du compagnonnage dans la mesure où elle s’inscrit avant tout dans des hommes, les « hommes de Devoir », et non dans des objets. L’anthropologie de connaissance annoncée par Christian Jacob perd ici son aspect anthropologique.
Cette importance des modèles rejoint la primauté accordée très souvent, au sein des ces collectifs savants, à la relation maître/disciple, notamment dans le cadre des communautés religieuses, « virtuoses » du savoir (p. 271). Guy Stroumsa y décèle un savoir double, l’un qui relève de l’enseignement et qui est de l’ordre de la connaissance discursive, du savoir réflexif, de la raison ; l’autre qui est le fruit d’une magie initiatique, qui est un savoir plus intuitif, qui se découvre et illumine l’apprenti. Ce double statut est superbement mis en valeur dans l’article de Renée Koch-Piettre consacré aux écoles philosophiques antiques où le passage de la logique du cercle, de l’école (scholê), à celle de l’initiation par un maître rayonnant comme dans l’épicurisme est parfaitement retracé. Dans la transmission du savoir, il s’agit tout autant d’instruire que de toucher, et cela se vérifie également au sein du système monastique présenté à partir du cas de l’abbaye Saint-Victor étudié par Dominique Poiriel. La ritualisation du savoir, qui parcourt l’ensemble de ces communautés de virtuoses, y est forte. Elle atteint d’ailleurs un très haut niveau de formalisme dans le cadre des académies confucéennes entre le 10e et le 13e siècle en Chine (Hoyt Tillamn) où il est nécessaire de reproduire des liens explicitement empruntés au modèle familial. Les maîtres sont des pères qui s’engendrent les uns les autres, formant une généalogie au sommet de laquelle règne Confucius. Cette dimension rituelle est si solidement ancrée dans l’épaisseur du savoir qu’elle résiste même aux communautés qui, tels les monastères zen du Japon étudiés par Bernard Faure, s’attachent à favoriser la spontanéité, l’immédiateté dans la saisie du savoir. L’art du dialogue (kōan) entre un maître et son disciple relève ainsi de ces rituels qui encadrent la transmission « spontanée » du savoir (p.354).
Lieux du travail savant.

Ces relations qui conduisent à la production du savoir, et notamment du savoir savant, ont des espaces à eux, des réduits où le savoir est ordonné et ordonne en retour le monde. À ce titre, les jardins et pavillons des lettrés de la Chine des Ming sont exemplaires : ils recréent véritablement un « monde en petit » (p. 397) comme l’écrit Richard Schneider. Ces lieux prennent, aujourd’hui en Occident, la forme du laboratoire qui s’est lentement constitué depuis le 17e siècle. Il s’agit véritablement d’un espace sous tension qui hésite entre l’intimité et l’ostentation (Sophie Houdart). L’intimité, c’est la tentation inévitable de la retraite qui, peu ou prou, touche tout savant. C’est le modèle du studiolo de la Renaissance, celui de Pétrarque notamment, avec ses exigences d’exiguïté, d’isolement, de fermeture (Christopher Celenza). Ce qui n’empêche pas le maître des lieux de s’exposer, d’y soigner le décor pour se dire et
se montrer tel qu’il veut être, signe que l’ostentation s’invite jusque dans les recoins de l’espace d’étude. Mais l’espace savant peut aussi, à l’occasion, envahir l’espace domestique comme dans le cas du professeur Müller qui avait fait de sa maison, vers 1835, un véritable temple dédié à la culture grecque, et au dorique notamment (Paul Zanker).
Lieux d’exposition, ces laboratoires sont avant tout des lieux de travail actif et pas seulement de mise en commun des connaissances. Véritables lieux d’élaboration comme le souligne Rafael Mandressi, ce sont des espaces qui peuvent être discontinus, soumis à des politiques, des « dispositifs » ainsi que l’établit bien Christiane Sinding au sujet de la mise au point de l’insuline. Mais il existe également, même au sein des « dispositifs » les plus encadrés, des micro-stratégies, du braconnage dirait Michel de Certeau, des enjeux personnels. Car le savoir institue des liens, crée des « familles de sang, d’esprit, de raison » (p. 435) dans la mesure où son élaboration ne peut se penser sans sa transmission. Il s’y trame donc la recherche ou la confirmation d’une position sociale. Le souci des prêtres et astronomes d’Uruk à l’époque hellénistique (Eleanor Robson) de présenter leur généalogie, de s’inscrire dans une lignée et de confiner le savoir au sein de la famille comme une marque de distinction témoigne bien de l’imbrication des parentés réelles et des parentés électives dans ces configurations du savoir se faisant. Au sein de ces relations de savoir, le modèle et l’esprit de la parenté semblent s’imposer aux acteurs. Dans le séminaire qu’organisait l’historien Leopold von Ranke en marge de son enseignement universitaire à Berlin au 19e siècle, il s’exprimait la volonté de faire naître un esprit de famille autour du maître qui, par ses invitations, ses recommandations, ses appuis, désignait en quelque sorte ses « héritiers » (Kasper R. Eskildsen).
Au sein de ces collectifs savants, l’élaboration, la transmission et la conservation des connaissances ont su très tôt disposer de l’écrit, « mettre en texte » le savoir. Mais les enjeux de cette écriture savante se situent également en dehors de son contenu, en dehors du savoir lui-même. L’on ne produit pas toujours des livres pour qu’ils soient lus comme dans le cas des copies bouddhiques de la Chine médiévale. Ce peut être un moyen de mémoriser un corpus de textes dont la performance essentielle est avant tout orale (Jean-Pierre Drège). Mais il peut s’agir aussi, dans le cas de la copie de livres, d’« habiller » un lieu savant et donner au savoir l’allure qui lui convient. C’est à l’aune de cette approche que Guglielmo Cavallo invite à repenser entièrement la notion descriptorium en Occident, rejoignant ainsi les contributions de Jean-François Gilmont et d’Anthony Grafton évoquant, de la Renaissance à nos jours, les atours de la production du savoir écrit, ses enjeux non savants qui mettent en lumière une politique, une économie, une technique du savoir qui disposent également de leurs maîtres, « obscurs tâcherons » de l’édition.
L’élaboration de cette écriture du savoir permet la constitution de bibliothèques et de banques de données qui traduisent davantage des représentations, des pratiques, des politiques de savoir qu’elles ne mettent à disposition des données brutes. D’ailleurs, Bruno Latour le démontre bien dans une introduction très engagée, il est dangereux de penser le savoir en dehors des moyens qui le produisent et l’exposent car ils appartiennent en nature et en droit au champ de la connaissance. Isoler le savoir dans l’esprit et le cerveau, c’est en quelque sorte retenir la pensée alors que celle-ci invite à se distribuer dans chacun des outils qui la supportent et l’animent. Or, retenir le savoir dans l’esprit, c’est se donner la possibilité trancher dans les moyens qui ne seraient que de surface (p. 609). Qu’il s’agisse d’anciennes bibliothèques de l’Inde (Dominique Wujastyk), de bases de données informatiques ou de documentation multimédia (François Cavalier), tous ces moyens de savoir engagent en amont et en aval une réflexion sur le savoir lui-même, son mode de transmission et de l’élaboration. Le texte de François Cavalier me semble ainsi, eu égard à la grande pertinence des contributions qui l’environnent, manquer sa cible en s’apparentant davantage à un répertoire, aussi précis et intéressant soit-il, qu’à un questionnement. Par contre, Bruno J. Strasser établit parfaitement le fait que la constitution des banques de données bioinformatiques dans les sciences du vivant a engagé une profonde rupture dans le mode habituel de production du savoir en ce domaine, fondé sur l’expérience de laboratoire (p. 699).
L’entourage du savoir, ce sont aussi des bâtiments, une architecture, et l’étude des rapports entre les fonctions des institutions de savoir et les propriétés des espaces qui les contiennent constitue un champ qui offre de riches perspectives. C’est toute la « présentation de soi » qui, au plan du savoir, est ici mise sur le métier et révèle que l’espace est moins un décor qu’un reflet des conceptions et des enjeux de la connaissance. Ainsi, dans les amphithéâtres d’anatomie de la Renaissance, démontrer revient à montrer : il s’agit donc de mettre en spectacle le savoir (p. 707). Parfois, c’est le cas de l’ethnologie dans les années 1930 (Benoît de l’Estoile), la généalogie de l’espace de savoir bâti permet de rendre compte d’un processus plus large d’institutionnalisation d’une discipline ou d’un savoir.

Territoire et mobilité.

Mais, qu’on l’institutionnalise ou qu’on le fixe dans des espaces, le savoir reste avant tout un objet en mouvement. Il se transmet et circule moins du fait de la volonté des hommes que pour répondre à l’exigence de sa nature. Il y a donc une sorte de fragilité inhérente à toute entreprise de fixation du savoir. Cet impératif de mouvement peut atteindre un haut niveau de visibilité dans les cas, que l’on retrouve dans diverses parties du monde et à différentes échelles, de ces praticiens du savoir qui ont une activité itinérante. Qu’il s’agisse des maîtres itinérants en Grèce ancienne (Natacha Massar) ou des « circulateurs de savoirs » en Chine (Jean Lévi), le modèle de l’école errante implique une relation maître/disciple particulière dans laquelle le savoir fait l’objet de mises en situation, de contextualisations entraînant, chez le maître, une maîtrise de la parole, de l’événement, de l’occasion et, pour les disciples, la nécessité de conquérir leur savoir. Cette dimension capitale de la conquête, insistant sur les performances du savoir, se retrouve finalement au cœur de ces savoirs « intransmissibles » au sein desquels des identités sont en jeu.
Un savoir en mouvement n’est cependant pas un savoir anarchique. Il existe une organisation de l’espace de la mobilité parcouru par des forces qui agrègent et qui dispersent, et constituent ainsi une « sphère d’action » (Christian Jacob) traversée par une hiérarchie, une gestion, un projet. C’est bien le cas de la cour persane (Ziva Vesel et Francis Richard) dont la mobilité ne retranche rien à la rigidité de sa structuration. Dans ces sphères d’action, il existe des enjeux qui relèvent tout à la fois de la découverte, de la maîtrise et de la conquête du savoir, du monde, des individus. Sur ce plan, les modalités peuvent être différentes. Au modèle centripète de la cour persane, s’oppose celui des voyages scientifiques missionnés tels que la mission Dakar-Djibouti (Éric Jolly) conduite par l’ethnologue Marcel Griaule où l’universel, attiré dans le cas de la cour persane, est ici recherché, rapetissé, rapporté par le biais de ces collectes de récits et d’objets.
Ces sphères d’action œuvrent à différentes échelles dont la mesure et l’examen sont nécessaires pour élaborer le projet d’une cartographie des savoirs (Jean-Jacques Glassner), condition préalable à toute volonté de pointer des centres et des périphéries, précisément pour les remettre en cause. C’est la magistrale leçon que l’on peut tirer de la contribution d’Éric Trombert au sujet de la bibliothèque de Dunhuang qui est tout à la fois un foyer de culture (un centre) et un lieu où viennent s’éprouver des enjeux de frontières et d’identités (une périphérie). Mais il existe également des espaces où la notion même de périphérie s’efface, le cédant à une sorte de polycentralité comme dans le cas de l’espace des relations entre la Mer Noire et la Méditerranée dans l’Antiquité (Madalina Dana). Enfin, ces espaces qui sont avant tout des objets de pensée ne trouvent pas nécessairement à s’appuyer de façon prioritaire sur des lieux géographiques. Ce sont les savants, et non leurs cabinets, qui forment la République des lettres au 18e siècle en Europe comme l’établit parfaitement Anne Goldgar. Et cette logique immatérielle de l’espace atteint sans doute sa dernière extrémité dans la « géographie de l’Internet » que nous décrit Éric Guichard où, de façon paradoxale, le champ sémantique de l’espace occupe le premier plan avec ses « routes », ses « flux », ses « domaines », etc.
Il existe ainsi une nécessité de méthode à situer les savoirs aussi bien dans l’espace que dans le temps. Ceux-ci ne peuvent se penser hors des données immédiates de l’expérience (p. 1011). Le cas des écoles philosophiques de l’Antiquité, de Pythagore à Plotin (Carlos Lévy), atteste parfaitement l’importance de l’espace et du temps dans la production et la transmission du savoir. L’invention de lieux tels que le Lycée et l’Académie invite moins à penser un attachement à l’espace qu’une volonté de s’installer dans le temps des auditeurs. Ce mélange des données de l’expérience se retrouve dans le cas de la diaspora juive (Micha Perry) où l’imagination (la conscience collective du groupe qu’exprime et que renforce une durée) et la réalité dispersée des lieux conduisent à l’invention d’un espace atypique, celui de la diaspora, dominé par l’importance du relationnel que traduit, dans le champ de la connaissance, le passage du savoir des prêtres, fondé sur l’hérédité, au savoir des sages, fondé sur la relation élective. Enfin, le poids de l’espace et du temps au sein de la configuration du savoir se mesure à travers les nécessités de sa circulation, notamment par le biais de l’épistolarité savante, qu’elle soit le fait de la correspondance postale autour de la figure de Franz Cumont (Corinne Bonnet) ou du Webmail (Véréna Paravel). Dans les deux cas, il est démontré que la nature même des savoirs varie selon l’épaisseur ou la fluidité de leur communication.

Villes phares.

La dernière partie de l’ouvrage se distingue de ce qui précède de plusieurs manières. D’abord, par sa structure : ni introduction, ni chapitrage mais un collage de six contributions présentant une ou plusieurs villes, lieux-paradigmes du savoir. Ensuite, elle semble échapper à la démonstration, obéissant à une autre ligne de recherches. En réalité, et Christian Jacob s’en est expliqué dans l’introduction générale, il s’agit là de renouer les fils patiemment démêlés tout au long de l’ouvrage, d’appliquer les leçons du dernier chapitre en mettant les savoirs en site et situation tout en récapitulant les acquis que les diverses contributions ont permis de produire. Sur ce plan, le texte du maître d’œuvre consacré à Alexandrie au 3e siècle avant J.C. est une superbe réussite. Toutes les problématiques du volume y sont ramassées de manière à exposer les voies par lesquelles cette « ville-bibliothèque » (p. 1124) en est venue à « conquérir les dimensions nouvelles d’un même monde » (p. 1134) frayant, par cette quête de l’universel et du chatoiement de la culture humaine, le sentier qui mène à la possibilité d’une anthropologie réflexive. Tant par sa solide argumentation, sa problématique générale et son objet paradigmatique, cette contribution constitue tout à la fois une introduction nécessaire à l’examen des autres cités étudiées et le joyau de ce premier volume.
Aussi, les dernières études paraissent-elles plus incomplètes. C’est que les objets présentés n’ont pas la grandeur exceptionnelle d’Alexandrie et se prêtent moins sans doute à la reconstitution totale de la trame des questionnements abordés jusque-là. De la Bagdad abbasside (Javier Teixidor) aux cités scientifiques de l’Urss (Georgy Lappo et Pavel Polian) en passant par l’examen de ce qui a fait l’originalité de Berlin au 19e siècle (Céline Trautamann-Waller) ou la réputation d’un centre éducatif tel que Pune en Inde à la même époque (Madhav M. Deshpande), il n’est pas une ville ou un espace qui permette un déploiement aussi complet des problématiques. Mais chaque étude s’applique à développer le ou les aspects par lesquels son objet se distingue comme « lieu de savoir ». À ce niveau, l’on pourra accorder une attention particulière à la contribution d’Antonella Romano et Stéphane Van Damme concernant l’approche conjointe de Paris et de Rome aux 17e et 18e siècles. Mettant en évidence la manière dont ces villes se sont appliquées à rendre le savoir lisible dans l’espace urbain et l’architecture, les auteurs posent ainsi les jalons de ce processus d’institutionnalisation des pratiques savantes (pp. 1173-1177) qui annonce ce mouvement décisif de notre modernité qu’est l’institutionnalisation de la culture en général. L’originalité de l’entreprise des Lieux de savoir est, finalement, d’être tout à la fois le témoin et la preuve de ce phénomène.
Maître de conférences (en cours de nomination) en ethnologie à l’université de Toulouse II — Le Mirail, Nicolas Adell-Gombert travaille sur les thématiques des passages à l’âge d’homme dans les sociétés européennes dans une perspective d’anthropologie historique, ainsi que sur la narration de soi à partir de l’étude des communautés compagnonniques. Auteur de nombreux articles apportant un éclairage neuf sur la société et la culture du compagnonnage, il a publié récemment une synthèse de ses recherches, Des hommes de Devoir. Les compagnons du Tour de France (18e-20e siècle), aux éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (2008).

Lieux de savoir 1 (Gilles Heuré)

Publié dans Télérama (8 décembre 2007)

ESSAI

4OEuvre collective et internationale rédigée par une soixantaine de chercheurs, ce premier volume des Lieux de savoir (qui en comptera quatre) se présente comme un « livrelaboratoire », inspiré par un « braconnage intellectuel qui refuse de se laisser enclore par des barrières disciplinaires et académiques ». C’est que l’ambition n’est pas mince : élaborer une histoire comparée des pratiques intellectuelles, concevoir une anthropologie historique des traditions, productions, circulations et transmissions du savoir, en croisant les approches et en convoquant aussi bien l’histoire, la géographie, l’ethnologie, l’ethnographie, l’histoire sociale ou des religions, que la sémiologie et la sociologie.

C’est en fait un jeu de miroir que proposent ces 1 300 pages : « Comment réagit le champ de recherche d’un helléniste, écrit Christian Jacob, maître d’oeuvre du livre, si on le fait entrer en résonance avec ceux d’un sinologue, d’un sanskritiste, d’un historien des sciences ? La vision des universités européennes demeure-t-elle inchangée si l’on compare leurs examens à ceux de la Chine impériale ou au rituel d’initiation des devins du Togo ? » Comment, également, de l’Antiquité à nos jours, c’est-à-dire du temps des sophistes grecs au temps d’Internet, réagit celui dont le geste de savoir uniquement tourné vers soi se transforme, à un moment donné, en comportement rituel destiné à une communauté ?

C’est à une succession de morceaux de vie, à des scènes intimes comme à des constitutions de communautés que nous assistons, à toutes les périodes et dans tous les pays. Ainsi le stress de l’impétrant soutenant une thèse de théologie en Sorbonne au XVe siècle, pendant douze heures, n’apparaît pas forcément plus intense que celui du paysan chinois se présentant vainement, deux siècles plus tard, à un examen impérial. La conscience professionnelle ou confessionnelle d’un moine copiste dans un scriptorium occidental peut se comparer à celle d’un moine bouddhiste au VIIe siècle. Et dans le cabinet de travail d’un universitaire allemand du XIXe siècle résonnent les mêmes silences que dans celui d’un lettré italien du XVIe siècle. C’est bien à un itinéraire savant et passionné qu’invite ce livre, où un orateur romain improvisant son discours croise un compagnon faisant son tour de France et réfléchissant à son chef-d’oeuvre. En traversant époques et villes différentes, en découvrant les gestes de métiers intellectuels et manuels, en sillonnant aussi bien les villes que les bibliothèques, le lecteur voit se dessiner des réseaux, se façonner au cours des siècles des sen timents d’appartenance et se perpétuer des gestes. En tissant entre eux les fils d’enquêtes différentes, de nouvelles questions apparaissent, chaque époque étant confrontée à une autre.

Sans abdiquer tout protocole scientifique, cette volumineuse somme des Lieux de savoir fait ainsi un pari : s’essayer « à un nouvel art du récit et de la description, attentif aux corps et aux lieux, aux signes et aux gestes, aux manières de dire et de faire, aux aspects les plus concrets des démarches intellectuelles en même temps qu’à la construction sociale des normes qui les régissent ». Pari réussi, tant ce livre invite aux échanges disciplinaires, aiguise la curiosité vers d’autres cultures, et force à se demander comment ce qui apparaît a priori si différent peut, soudainement, nous permettre de mieux comprendre ce qui nous semble le plus familier.

Gilles Heuré

Telerama n° 3021 – 08 décembre 2007

C’est quoi l’idée ? Allez savoir…

Libération Livres, Jeudi 29 Novembre 2007, sur le premier volume des Lieux de savoir.



Trois autres vont suivre: Les Mains de l’intellect, La Construction des traditions et Identité, métissage, universalité. Mais le premier volume des “Lieux de savoir”, – Espaces et communautés – est déjà une somme. Il fallait en effet plus d’un millier de pages à une soixantaine de chercheurs internationaux, et la mobilisation de toutes les sciences humaines, pour cartographier les “mille manières dont à travers les âges et les cultures les hommes ont produit, validé, sauvegardé et transmis des savoirs”. Réalisation réussie d’un projet que résume Christian Jacob, son maître d’oeuvre.



“A quelle étrange activité s’adonne-t-on en lisant un livre, en consultant internet, en suivant un cours, en écrivant un texte, en pratiquant le calcul mental devant les étals des maraîchers, en compilant une base de données sur l’ADN des espèces vivantes ou en répétant une expérience de chimie devant sa classe ? Qu’est-ce qui distingue ou unit le spécialiste et l’amateur, un philosophe grec et un sage bouddhiste, Galilée et Stephen Hawking, un artisan du faubourg Saint-Antoine et un biologiste assigné à résidence dans une ville interdite de l’ex-URSS, un médecin de l’hôpital Georges-Pompidou et un “medecine man” africain ? L’idée des Lieux de savoir a été de redéployer en un territoire unique et continu ce que le partage des disciplines a fragmenté en une mosaïque de principautés. Et ce afin de rendre au champ de l’expérience humaine sa force d’invention et son unité: par l’esprit, le langage et les signes, cette humanité travaille à se réfléchir elle-même, tout en aspirant à maîtrise le temps et l’espace, le visible et l’invisible,la matière et l’immatériel, l’inerte et le vivant, à les domestiquer dans des discours et des représentations qui seront discutés, diffusés, modifiés, hybridés ou rejetés.



Cette expérience fondamentale, nous l’avons explorée, tels des voyageurs en terre lointaine, en renonçant aux modèles a priori, aux hiérarchies établies selon les partages entre vrai et faux, science et superstition, techniques et humanités, main et intellect. Nous avons cheminé sans certitude, mais avec curiosité. Notre “caravane” – historiens, anthropologues, sociologues, épistémologues, philologues ou archéologues, attentifs aux progrès de la rationalité comme à la force du symbolique – a avancé sur des pistes indiquées par Claude Lévi-Strauss, Norbert Elias, Clifford Geertz, Michel Foucault ou Michel de Certeau, Jean-Pierre Vernant ou Pierre Bourdieu, en observant les étranges tribus des hommes de savoir.



Ce premier volume expose les jalons d’une socio-histoire des mondes savants: comment se fondent les écoles, s’assemblent les collectifs, se tissent les projets de vie et de savoir, s’organise et se pense une institution? Ces Lieux de savoir, élaborés dans le cadre du Groupement de recherche du CNRS “Les Mondes lettrés”, relient le phare d’Alexandrie et un monastère taoïste, la maison d’un professeur de Göttingen et le sol de la planète Mars, le rituel d’initiation d’un devin africain ou une exposition universelle au Japon, selon la double logique de la sélection et de la confrontation comparatiste de situations ancrées dans le temps, l’espace et les sociétés, dans une écriture qui fait “voir” le vécu des situations, la formalité des gestes, la mise en scène des activités savantes. Alors qu’une actualité brûlante montre trop bien que le choc des traditions et l’incompréhension entre cultures et religions peuvent mettre la planète à feu et à sang, nous ouvrons une réflexion sur le pluriel des savoirs et des croyances, considérés dans leur richesse propre et leur diversité, sans jamais perdre de vue l’unité fondamentale des cultures humaines”.


Recueilli par Robert Maggiori.

Lieux de savoir 1 (Bibliofrance)

Publié sur Bibliofrance (13.11.2007)


La sortie d’un travail collectif remarquable : LIEUX DE SAVOIR, Espaces et communautés. Sous la direction de Christian Jacob, cet ouvrage est le premier tome, d’une série de quatre, d’une grande histoire comparée des pratiques intellectuelles. Le deuxième, qui paraîtra en 2011, portera sur les pratiques savantes, du maniement des instruments aux opérations les plus abstraites. Les suivants s’attacheront à la construction sociale des savoirs, puis à leur transmission et leur diffusion. Christian Jacob est directeur de recherche au CNRS, où il anime le Groupement de recherche international à l’origine de ce projet. L’équipe rédactionnelle réunie sous sa direction compte les chercheurs prestigieux de 23 institutions internationales (Allemagne, Belgique, États-Unis, Grande-Bretagne, Israël, Italie, Russie…) et, pour les auteurs français, des professeurs au Collège de France, à l’École normale supérieure, à l’école pratique des Hautes Études et à l’école des Hautes Études en Sciences sociales, ainsi que des chercheurs du CNRS.



Véritable somme, ce travail est une remarquable histoire comparée des pratiques intellectuelles et interroge nos sociétés humaines : Comment naissent, se pratiquent et se transmettent les savoirs ? Quels sont les gestes et les instruments du travail savant ? Quelle est la géographie dessinée par les parcours et les étapes des maîtres et des étudiants, des pèlerins et des explorateurs, des livres et des objets ?

“Aventure intellectuelle qui a mûri une dizaine d’années”, projet international de grande ampleur, tant par sa richesse que par son ambition, les “Lieux de savoir” offrent un panorama sans équivalent des milles manières dont, à travers les âges et les cultures, les hommes ont produit, validé, sauvegardé et transmis des savoirs, par-delà les grands partages entre sociétés lettrées et sociétés sans écriture, entre Orient et Occident, sciences et humanités. Des monastères bouddhistes à l’atlas au génome humain, de la route de la soie au sol de la planète Mars, des villages africains aux écrans d’ordinateurs, ce « livre-laboratoire », premier volume d’une série de quatre, ouvre la voie (je cite l’éditeur) “à une nouvelle anthropologie de la connaissance”. Que nous dit cette histoire protéiforme sur le savoir “global”, standardisé et instantané, du monde contemporain ?

“On passe d’une connaissance découpée, partagée par des communautés particulières, à une connaissance partagée et validée quel que soit le lieu où elle est produite. Le processus de globalisation de la science conduit à faire abstraction de son ancrage dans des lieux.
Notre travail retrace d’une certaine façon la genèse de ce processus: on voit se mettre en place des modes de transmission et de circulation, avec à la fois leurs dynamiques restrictives – certaines reposent sur le secret, l’élitisme, l’ésotérisme – et leurs dynamiques universalisantes, qui préparent la voie à différentes configurations de savoir, dont le savoir contemporain.”

Le mot de la fin à travers la propre description de l’auteur sur ce travail :

“Carnet de route d’un collectif de chercheurs nomades, adeptes, dans le sillage de Michel de Certeau, d’un braconnage intellectuel qui refuse de se laisser enclore par des barrières disciplinaires et académiques, ce livre-laboratoire ne prétend à aucune synthèse visant à récapituler le champ entier de l’histoire des savoirs. Plus mesurée, son ambition est de réintroduire de la fluidité dans la pensée et de l’inventivité dans la recherche; de déstabiliser des positions que tend à figer le compartimentage établi (humanités, sciences sociales, histoire des sciences, etc.) et d’offrir à ses lecteurs de tirer parti d’un dépaysement raisonné.
Les Lieux de savoir déroulent de multiples fils entre les disciplines, les époques historiques et les aires culturelles. Si chacun d’eux peut être suivi dans sa cohérence et sa continuité, pour relier par exemple les chapitres traitant de l’Antiquité ou de l’histoire du livre, l’essentiel réside dans les croisements et les noeuds, qui invitent à circuler entre la Chine et la Grèce, l’Inde et l’Afrique, les sciences et les humanités, les monastères et les écrans, les bibliothèques et les jardins.”

Durel Eric pour Bibliofrance

L’aventure du savoir

Le Monde des livres, vendredi 2 novembre 2007, sur le premier volume des Lieux de savoir.


Premier tome d’une grande histoire comparée des pratiques intellectuelles, des tablettes mésopotamiennes à Internet.


Nord du Togo, pays bassar. Dans cette société agreste organisée en clans, la caste des devins occupe une place centrale, qui structure la vie de la communauté et marque sa singularité face aux autres ethnies. Le novice y reçoit une initiation longue et complexe, qui commence dès avant sa naissance, par l’évocation d’un soleil personnel, et comporte une succession d’étapes où entrent en scène un bâton (le mbookpando, canne de divination), un tabouret (le diboojal, siège de la divination) et une danse du feu (le tibool) qui achève la formation du nouvel élu, enfin apte à user de l’art de la consultation et des secrets des médecines africaines.



Europe, universités de Cambridge, de Göttingen ou de Paris-Sorbonne. Dans cette société académique cultivant les honneurs et les hiérarchies, organisée en grades (bachelier, licencié, docteur), la caste des diplômés jouit d’un prestige envié. L’impétrant y franchit les échelons d’une initiation très codifiée, qui débute dès le stade prénatal, par l’invocation d’un statut familial, et fait intervenir un ensemble de cérémoniaux (leçon, dispute, soutenance) et de fétiches (toge, cuillère de bois, mentions), qui le rendent enfin apte à dispenser l’enseignement des Lumières.


Chine, dynasties des Ming et des Qing. Dans cette société étatique imprégnée de confucianisme et de poésie, la caste des fonctionnaires et des lettrés est un instrument de contrôle par le pouvoir impérial. Les candidats à l’administration, poussés dès le plus jeune âge à rejoindre les élites, se pressent par millions à des examens publics institués dans plus d’un millier de districts, sous surveillance policière, avec un système de quotas. Les nouveaux bureaucrates assurent alors le maintien d’un ordre politique, social et culturel qui sera emporté avec la révolution chinoise. 



Trois espaces, trois temporalités, trois rituels d’apprentissage dont la juxtaposition éclaire, dans leurs affinités singulières, le dessein du monumental et labyrinthique ouvrage que consacrent 70 chercheurs de tous horizons, emmenés par Christian Jacob, aux Lieux de savoir. La première pierre (près de 1300 pages) d’un édifice qui comportera trois autres volumes.


“Chercheurs nomades”
On pense bien sûr aux Lieux de mémoire de Pierre Nora. L’héritage est revendiqué. Mais le projet est autre.  Il s’agit ici de brosser une histoire et une géographie comparée des pratiques intellectuelles et des traditions de savoir: comment naissent, se pratiquent et se transmettent les connaissances ?


Au risque – délibéré – de désorienter le lecteur, les auteurs n’ont pas voulu faire oeuvre d’encyclopédisme, de synthèse totalisante dont l’ordonnancement – chronologique, spatial ou disciplinaire – aurait à l’avance épuisé le champ des possibles. Ils ont plutôt procédé par touches sensibles, à la façon des peintres impressionnistes, voire pointillistes. Les Lieux de savoir se présentent comme le “carnet de route d’un collectif de chercheurs nomades, adeptes d’un braconnage intellectuel'”, déroulant “de multiples fils entre les disciplines, les époques historiques et les aires culturelles”‘. 



On y visite la maison à palabres du village dogon, l’observatoire de l’astronome persan, le laboratoire de l’alchimiste de la Renaissance, le pavillon du lettré ming, la classe de l’école juive
, coranique ou védique. On y côtoie les moines taoïstes, de Chine, les sophistes grecs, les scribes mésopotamiens, les compagnons du Tour de France et les prêtres-astronomes d’Uruk. On y pénètre dans la bibliothèque indienne de Tanjavur, les collections virtuelles contemporaines, les bases de données bio-informatiques, l’Académie royale des Sciences ou l’Exposition internationale japonaise de Nagoya. On y prend en main la plume d’oie, l’éprouvette, la souris d’ordinateur et les commandes des robots martiens. On y déambule dans les citadelles de l’esprit, Alexandrie, Bagdad, Rome, Berlin ou les “villes de cerveaux” interdites de l’Union Soviétique.






Le fil conducteur proposé – “communautés et institutions”, “lieux du travail savant”, “territoire et mobilité”, “villes phares” -, sans imposer la tyrannie d’un itinéraire contraint, invite à une lecture buissonnière propice aux rapprochements inattendus – ce qui fait continuité dans la généalogie du savoir – et aux oppositions éclairantes ) ce qui rend une expérience irréductible à une autre. “L’éclectisme est de règle, l’empirisme assumé”, prévient Christian Jacob.


Loin de s’y diluer, le sens s’y regénère, bousculant les repères et faisant voler en éclats les cloisons universitaires. Une déconstruction qui, à l’heure où s’exacerbent le chc planétaire des croyances et des traditions, fait en définitive la salutaire démonstration de “l’unité fondamentale des cultures humaines”.


A chacun de choisir sa porte d’entrée et de frayer son chemin dans l’inépuisable et stimulant matériau de ce livre-laboratoire.


Pierre Le Hir.

« On va ici au-delà de tous les clivages »


Le Monde des livres, vendredi 2 Novembre 2007, à propos du premier volume des Lieux de savoir.

Christian Jacob, vous êtes directeur de recherche au CNRS, helléniste, vous avez dirigé l’équipe rédactionnelle des Lieux de savoir. Comment est né ce projet ?

C’est une aventure intellectuelle qui a mûri une dizaine d’années. Elle est partie du travail de spécialistes de l’Antiquité classique, auxquels se sont fédérés des spécialistes d’autres cultures. Par élargissements successifs, aux pratiques scientifiques, technologiques, spirituelles, nous sommes arrivés à une approche aussi large que possible de l’histoire des savoirs. Elle nous a conduits à adopter une perspective expérimentale, visant à repérer quels pourraient être les fondements, les concepts, les grilles d’analyse d’un nouveau type d’histoire culturelle s’attachant aux opérations du savoir quels qu’en soient les domaines.

L’éclectisme de ce travail, qui se lit comme un recueil d’études de cas, est-il une façon de toucher à l’universalité du savoir?

Les études de cas permettent de focaliser sur ce qu’il y a de plus spécifique, de plus ancré dans la pratique des savoirs (situations, gestes, personnages, lieux, communautés savantes), dans une perspective qui est à la fois celle de la micro-histoire et de l’anthropologie. Un deuxième niveau vise à proposer un cadre de réflexion théorique et méthodologique qui pourrait être appliqué à d’autres contextes.

Sans parler d’universalité, on va ici au-delà de tous les clivages entre sciences et humanités, sociétés avec et sans écriture, Occident et Orient, savoirs intellectuels et techniques, entre lesquels se noue un réseau de connexions.

Que nous dit cette histoire protéiforme sur le savoir “global”, standardisé et instantané, du monde contemporain ?

On passe d’une connaissance découpée, partagée par des communautés particulières, à une connaissance partagée et validée quel que soit le lieu où elle est produite. Le processus de globalisation de la science conduit à faire abstraction de son ancrage dans des lieux. Notre travail retrace d’une certaine façon la genèse de ce processus: on voit se mettre en place des modes de transmission et de circulation, avec à la fois leurs dynamiques restrictives – certaines reposent sur le secret, l’élitisme, l’ésotérisme – et leurs dynamiques universalisantes, qui préparent la voie à différentes configurations de savoir, dont le savoir contemporain.

Trois autres volumes sont en préparation. Quel en sera l’objet ?

Le deuxième portera sur les pratiques savantes, du maniement des instruments aux opérations les plus abstraites. Les suivants s’attacheront à la construction sociale des savoirs, puis à leur transmission et leur diffusion.

Propos recueillis par Pierre Le Hir.

L’équipement de la pensée









Peu de projets aujourd’hui sont aussi aventureux et aussi importants que celui des Lieux de Savoir. Christian Jacob, qui dirige la publication de cette série d’ouvrages, nous présente dans un long texte qui met déjà en bouche l’origine et les espoirs portés par un tel programme. Boojum, qui s’épanouit dans un des nouveaux lieux de savoir, en attendant le suivant, s’associe comme simple relais de cette somme et remercie les éditions Albin Michel pour l’autorisation de reproduction de la préface générale de l’ouvrage.



Boojum s’associe d’autant plus volontiers que les lieux de savoir commencent des tablettes mésopotamiennes et s’achèvent, à ce jour, dans l’Internet. Les Lieux ne sont pas des lieux, tâchons que le savoir y trouve sa place.
Comment naissent, se pratiquent et se transmettent les savoirs dans la société ?
Quels sont les gestes, les instruments et les procédures qui donnent forme à tout type de connaissance?
Dans cette aventure éditoriale hors normes, les sciences humaines mettent en commun leurs disciplines pour répondre à ces deux questions.

FAIRE LIEU, FAIRE CORPS

Retracer le cheminement  qui conduit un projet intellectuel des étapes initiales de sa conception jusqu’au terme de sa réalisation nous semble être un seuil possible pour entrer dans ce premier volume des Lieux de savoir. Sans doute ce récit pourrait-il être dit et redit en de multiples variantes, selon les différents modèles et langages auxquels nous habitue l’histoire contemporaine des savoirs. Selon les narrateurs,  l’inspiration et l’auditoire, selon les lecteurs et les codes en vigueur dans tel lieu disciplinaire ou académique, on optera pour le registre d’une épopée solitaire ou d’une aventure collective, pour celui d’une quête mystique ou d’une odyssée paisible dans le monde éthéré du savoir et de la pensée, où, comme chacun sait, les idées naissent par génération spontanée et vont jusqu’à leur terme en suivant la seule logique qui les a produites. On choisira de retracer les hésitations et les doutes, les incertitudes et les tournants  qui métamorphosèrent ce projet au fil de sept ans de travail et d’une trentaine d’ébauches successives, ou au contraire d’en souligner, dès ses premières étapes,  la cohérence profonde et la force téléologique, selon le point de vue omniscient de qui écrit l’histoire sur un mode rétrospectif. Histoire qui pourrait prendre la forme d’un road movie cahotique ou d’un itinéraire rectiligne…

Il était une fois, donc. Il était une fois un classiciste formé à l’école parisienne d’anthropologie des sociétés anciennes,  aux séminaires de Jean-Pierre Vernant, de Marcel Detienne, de Pierre Vidal-Naquet et de Nicole Loraux, qui appprit de ses maîtres l’art de marcher en comparant, l’art de tisser les liens et d’unir les forces pour construire et penser  des objets ou des pratiques complexes, telles la guerre ou la terre, la divination ou le sacrifice, la fondation ou l’écriture des mythes dans les sociétés anciennes. Ce classiciste rencontra aussi Michel de Certeau et Louis Marin, lut Michel Foucault et Pierre Bourdieu, puis rencontra Geoffrey Lloyd, Roger Chartier  et Bruno Latour. Il traça ses premiers sillons sur les champs tant labourés des études grecques, en choisissant le terrain de l’histoire de la géographie et de la cartographie, puis celui de la bibliothèque d’Alexandrie et de ses pratiques lettrées. Choreute plus qu’archégète, ce classiciste comprit très vite que l’union fait la force, et que si l’on peut monter sur les épaules des géants qui vous ont précédé, on peut aussi travailler à plusieurs pour déplacer les montagnes et élargir l’horizon. D’autres classicistes participèrent aux premiers chantiers, rejoints par des historiens modernistes, puis des spécialistes des cultures non-européennes, la Chine, l’Inde, le monde Islamique, et enfin, par des anthropologues et des historiens des sciences.

Un réseau se forma, se formalisa même, et gravit les échelons institutionnels qui, en 2004, lui donnèrent le statut d’un Groupement de recherche international (GDRI) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), réunissant des chercheurs de vingt équipes, appartenant à sept pays différents et illustrant le large spectre des disciplines d’érudition et des sciences sociales.  Le projet des Lieux de savoir, esquissé dès février 1999, fut porté par cette structure collective et les dynamiques de recherche qu’elle initia, dans le champ de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs.



Le lieu des Lieux de savoir : brève histoire d’un réseau et d’un projet intellectuels

Les membres du réseau « Les Mondes lettrés » sont représentatifs de la grande diversité de statuts des acteurs de la recherche : enseignants d’universités ou de grands établissements scientifiques (l’Ecole pratique des hautes études, l’Ecole des hautes études en sciences sociales, etc.), dans la hiérarchie de leurs grades, chercheurs du CNRS, aux différents échelons de leur carrière, conservateurs de bibliothèques, doctorants et post-doctorants aux statuts précaires.

Ces chercheurs sont entrés ou aspirent à entrer dans un milieu professionnel, après avoir subi avec succès des examens universitaires, des concours de recrutement dans l’enseignement secondaire, des concours d’entrée aux Grandes écoles, les épreuves de cooptation des institutions de recherche.  Selon les cas, ces « rites d’entrée » ont impliqué des épreuves écrites ou orales, la constitution de dossiers et la convocation de garants, la comparution devant des jurys ou des commissions. Les impétrants ont dû faire preuve autant de leurs connaissances que de leur savoir-faire, de leur maîtrise d’un certain nombre de techniques intellectuelles comme du style personnel avec lequel ils donnent l’apparence du naturel aux artifices qu’on leur a inculqués.  Ces épreuves leur ont conféré des titres honorifiques, ont validé des compétences et permis des recrutements, mais  ont aussi marqué plus subtilement les transformations, sociales et personnelles, du statut des individus. Entre la confraternité des universitaires et la collégialité des chercheurs, les titres et diplomes sont autant de signes d’appartenance à des communautés, exclusives ou ouvertes, monopolistiques ou concurrentielles.

Les membres de ces communautés intellectuelles et professionnelles ont dû en acquérir et en refléter l’éthos,  une manière d’être qui se manifeste dans les manières de faire et de dire, et régule la présentation de soi comme les interactions sociales selon des codes d’autant plus subtils qu’ils sont le plus souvent tacites. Ce faisant, ils ont intériorisé les valeurs d’un milieu, d’une institution ou d’une discipline, son idéologie et sa mythologie,  les hiérarchies qui les structurent, les figures tutélaires qui y font autorité.

Venus de différents horizons professionnels et disciplinaires, ces chercheurs se sont regroupés dans  le réseau des « Mondes lettrés » :  un lieu au croisement des savoirs, un laboratoire virtuel dont les membres se sont agrégés sur la base d’affinités humaines et intellectuelles, d’un désir de travailler et de penser ensemble, de sortir d’un champ de spécialité pour participer à la construction d’objets partagés. Il n’est d’autres obligations que celles des liens qui se tissent, d’amitié, de dialogue et de confiance.  Le programme intellectuel est indissociable d’une certaine manière de vivre l’aventure de la recherche, dans son ambition comme dans sa modestie, dans son imprévisibilité comme dans l’humilité du travail qui la nourrit. Chercheurs à plein temps ou professeurs d’université, doctorants ou post-doctorants, au-delà de leurs statuts, tous partagent une certaine conception de l’échange intellectuel, où la liberté de penser s’accompagne du désir d’écouter l’autre.


Un « collège invisible » de chercheurs, donc, constitué autour d’un champ de  questions communes: le maniement des livres, les gestes de l’écriture savante, la fonction des bibliothèques, la transmission des textes, le fait que des oeuvres traversent le temps et l’espace pour éveiller des pensées imprévisibles chez de nouveaux lecteurs, le fait que des idées, des interprétations, des théories, des découvertes, des questions et parfois des réponses acquièrent une portée et une validité qui dépassent celui qui les a conçus. Etudiant la Grèce ancienne ou la Renaissance européenne, la culture chinoise ou l’Inde védique, l’histoire des sciences ou des religions, ces chercheurs se sont rencontrés dans l’étude des pratiques et des traditions de savoir, d’ailleurs et d’autrefois. Ils confrontent aussi leurs propres pratiques, leurs méthodes, leurs instruments de travail, leurs milieux professionnels et leur réseaux intellectuels. Spécialistes de l’histoire des savoirs,  ils r
éfléchissent sur les savoirs qu’ils produisent. Le détour dans le temps et dans l’espace, l’observation des acteurs et des pratiques participent d’une démarche réflexive : qu’est-ce que le travail intellectuel ?

Ces chercheurs travaillent chez eux, parfois aussi dans un bureau de leur université ou de leur laboratoire.  Dans l’espace privé, qu’il s’agisse d’une pièce dédiée ou partagée, la table et le siège, les dossiers et les livres, l’ordinateur et les instruments d’écriture, l’imprimante et les fichiers définissent le cadre, l’ergonomie du travail intellectuel dans la multiplicité de ses composantes : écrire, consulter son courriel, lire, prendre des notes, réfléchir, classer, ranger, accompagner le travail de la pensée par des tâches matérielles ou par le balisage visuel des textes à méditer. La décoration, la lumière, les photos et les cartes postales, les objets d’art et les bibelots, le foisonnement des livres comme l’empilement des dossiers jalonnent un espace visuel et affectif, mémoriel et sensoriel, où s’inscrivent les moments d’une vie, l’entourage d’une famille,  les éléments d’une identité intellectuelle. Tout ceci participe d’une mise en scène du travail savant et d’un processus d’auto-représentation, entre intimité et ostentation, selon que l’on reçoit ou non dans ce lieu visiteurs, collègues et étudiants.



Dans l’espace professionnel du laboratoire ou du département universitaire, le bureau est le plus souvent partagé, qu’il soit attribué à deux ou trois occupants, qui l’investissent de leurs dossiers et de leurs livres, ou qu’il soit un lieu ouvert et collectif, accueillant les premiers arrivés pour une journée de travail ou un rendez-vous ponctuel. Selon les disciplines, le laboratoire est le lieu de travail principal et incontournable, ou un lieu d’alternance avec l’espace privé. La présence d’une bibliothèque et, pour les sciences « dures », des équipements et des instruments nécessaires aux expérimentations et aux observations, définit un cadre de vie et de travail collectifs  où circulent de multiples acteurs — chercheurs, étudiants et post-doctorants, personnel administratif et technique, invités. La vie collective est régie par des protocoles précis, le séminaire, la réunion de département ou de conseil de laboratoire, la discussion sur les recherches en cours, la définition des programmes, les rendez-vous avec les étudiants et les doctorants, les tâches d’administration, la préparation des rapports, les demandes de subventions, la correspondance.

Du temps et de l’énergie furent consacrés à un processus d’institutionnalisation minimale de ce réseau, pour l’inscrire dans la durée et obtenir les financements nécessaires à l’achat de livres, à la circulation des chercheurs, à l’organisation de journées d’études et de séminaires. Première étape : la rédaction en juillet 1997 d’un projet pour répondre à un appel d’offre du CNRS, sur le thème « La construction des traditions savantes : livres, objets, images » . Puis, en janvier 2002, le désir de poursuivre le travail entrepris sous la forme d’un Groupement de recherche (GDR) du CNRS,  une structure souple qui permet l’association de chercheurs autour d’un projet intellectuel sans imposer le cadre d’un laboratoire formel. Groupement ouvert, qui sut tisser de multiples liens et accueillir de nouveaux chercheurs, le GDR « Les Mondes lettrés » se manifesta sous la forme d’un séminaire bimensuel accueilli par l’Ecole normale supérieure, sous la forme de colloques et de journées d’études, sous la forme de publications. En 2003, au coeur de la crise affectant le monde de la recherche française et le CNRS en particulier, le soutien du Ministère de la Recherche fut demandé et obtenu, sous la forme d’une Action Concertée Incitative (ACI), « Les savoirs de la réflexivité. Histoire comparée des pratiques intellectuelles ». Le second semestre 2004 fut consacré à la transformation du Groupement en Groupement international, un GDRI qui intègra les nouveaux liens de coopération et de travail noués par le réseau.



Les étapes de cette brève histoire  du réseau « Les mondes lettrés » rappellent qu’un projet de recherche ne peut exister sans l’intervention des acteurs institutionnels, politiques, administratifs, scientifiques qui créent les structures et apportent les financements, qui encouragent les in
itiatives et accordent les moyens.  L’évaluation par les pairs, le soutien d’une direction scientifique, l’investissement d’un organisme public dans la recherche fondamentale à long terme, la possibilité d’associer doctorants et post-doctorants au projet et d’inscrire son déroulement dans une activité de formation et d’enseignement (directions de thèse, séminaires, master, magistère, etc), l’encouragement à développer un réseau international, permettant la circulation des chercheurs, des savoirs et des cultures académiques, tout cela est à mettre au crédit du CNRS, dont la place et la fonction centrales seront, je l’espère, préservées dans les bouleversements actuels et à venir du paysage de la recherche française. Le projet des
Lieux de savoir aurait été impossible sans ce soutien institutionnel et sans le réseau d’expertises et de collaborations qu’il a permis de construire. Un autre lieu d’appartenance n’eut sans doute pas permis au maître d’oeuvre la liberté intellectuelle et les parcours transversaux qui furent les siens.

Si l’on tente d’explorer les lieux qui ont rendu possible la réalisation de cette aventure éditoriale et intellectuelle,  deux fabriques du savoir s’imposent immédiatement.  La première est la bibliothèque qui fut créée par le Groupement. La seconde fut la genèse même de ce livre, c’est-à-dire un projet d’édition de savoir.

Créer, puis faire vivre une bibliothèque nous a conduits à mettre en pratique et en miroir notre travail sur les opérations lettrées.  Une bibliothèque est à la fois une collection d’objets matériels, impliquant un ensemble d’opérations techniques, un lieu et un dispositif de rangement, qui en assure la sauvegarde et l’accès, et enfin un projet intellectuel. Elle est aussi un lieu partagé et identitaire, un pôle autour duquel gravitent de multiples acteurs, aux diverses étapes de leur travail. Le projet desLieux de savoir s’est appuyé sur une bibliothèque, créée en 1997, qui comprend aujourd’hui un peu plus d’un millier d’ouvrages, traversant les disciplines et les aires culturelles pour constituer un fonds cohérent sur l’histoire des savoirs et des pratiques savantes.  La gestion de cette collection impliquait une veille bibliographique, le processus des commandes dans sa complexité bureaucratique, puis la réception des livres, leur catalogage, leur étiquettage et leur rangement. Une pluralité d’acteurs se trouvaient impliqués, gestionnaires et bibliothécaire du CNRS, libraires et éditeurs internationaux, étudiants vacataires aidant au traitement bibliographique. Non moins importante que la veille bibliographique, la structuration de la collection a déterminé ses usages et ses effets intellectuels. Le choix de s’en tenir aux grandes catégories de la classification de la Bibliothèque du Congrès, sans descendre dans le détail des arborescences, a permis de constituer des sections thématiques où la proximité même des livres créait un objet et un champ intellectuels, au-delà des divisions chronologiques,  culturelles et disciplinaires : histoire du livre, éducation, sciences et techniques, anthropologie, religions, langues et littératures… La bibliothèque fut ainsi l’un des instruments de la construction des objets de ce volume. Elle a donné un corps à un projet de recherche collective, elle a matérialisé une certaine conception du savoir, reposant sur le pouvoir des livres et sur la gamme des pratiques intellectuelles qui en déploient les effets.

La publication est l’une des fins principales de la recherche : article dans une revue savante, communication dans des actes de colloque, chapitre de livre collectif ou livre sont autant de moyens de mettre les savoirs en circulation, de soumettre les idées et les hypothèses au débat. Si le réseau des « Mondes lettrés » a pratiqué ces différentes formes de publication, en des projets circonscrits et encadrés , l’idée desLieux de savoir a d’abord émergé sur le mode de l’utopie :  c’est le désir, le besoin de disposer d’un tel ouvrage englobant et systématique qui en inspiré la conception.  Il n’y avait d’autre moyen que de réaliser nous-même le livre dont nous rêvions…  Cette utopie fut discutée et modelée dans des réunions de travail, avec un cercle d’interlocuteurs intellectuels proches,  dans un lent processus d’élaboration : un volume ? trois ? cinq ? Lorsqu’au détour d’une conversation avec Hélène Monsacré  l’idée d’un ouvrage collectif, en  quatre volumes de près de mille pages chacun, voué à une histoire comparée des pratiques de savoirs lui fut soumise, il s’agissait davantage de réfléchir à haute voix sur le réalisme et la possibilité même d’une telle entreprise dans le paysage éditorial européen,  que d’en envisager la publication chez Albin Michel. L’intérêt de la responsable des collections de sciences humaines pour ce projet fut, en toute franch
ise, une surprise totale.



Pour devenir un livre publié, le projet des Lieux de savoir dut franchir de multiples étapes. Si la maturation intellectuelle se déploya dans des séminaires fermés et dans des journées d’études fondatrices, comme celles que voulut bien accueillir la Fondation des Treilles trois ans de suite, la mise en oeuvre nécessita la collaboration de multiples acteurs, la synergie des concepteurs intellectuels et d’une maison d’édition. Il fallut construire le projet, en évaluer les coûts,  prospecter des soutiens institutionnels et privés, prendre des contacts préliminaires avec des éditeurs étrangers en vue d’une future circulation internationale des volumes.  On protégea le concept et la déclinaison détaillées des quatre volumes en les déposant dans des enveloppes Soleau, datées par rayon laser dans les archives de l’Institut national de la propriété industrielle.  Il fallut convaincre de multiples interlocuteurs, affûter des argumentaires, cibler des présentations, concilier des intérêts différents afin de créer une synergie, préparer des dossiers pour des demandes de subvention, tant auprès de fondations privées (la Fondation des Treilles fut la première à soutenir généreusement le projet) que d’organismes publics (le Ministère de la Recherche et le CNL).

Sans la maison d’édition ou l’imprimeur, il n’est pas de diffusion des savoirs : ce qui fut vrai à la Renaissance ou au XVIIIe siècle l’est encore aujourd’hui. La directrice de département éditorial et son assistante, les designers comme les informaticiens, les responsables des relations internationales comme de la promotion, les correcteurs et les préparateurs éditoriaux, les lecteurs et relecteurs, l’imprimeur, enfin, ont joué un rôle essentiel dans un processus de mise en forme et de fabrication sans lequel il n’est pas de livre publié.

Les Lieux de savoir ont-ils un lieu propre ? Le lent processus de construction intellectuelle s’est déroulé dans un réseau qui, malgré son institutionnalisation progressive, est resté une structure ouverte, transversale, interdisciplinaire et internationale, échappant aux enjeux de pouvoir comme aux ancrages et aux exclusions idéologiques ou épistémologiques. Les Mondes lettrés réunissent en premier lieu des praticiens de la recherche, qui partagent une activité empirique, la lecture, l’édition, le commentaire, l’exploration de corpus de sources premières, de situations historiques, de champs disciplinaires. Le croisement de ces recherches a permis la construction collective d’objets, dont la forme, les contours, la structure et la géométrie même sont modelés furent modelés dans le travail de la comparaison. Les Lieux de savoir, dans leur genèse comme dans leur aboutissement, veulent ainsi être un livre-laboratoire, mobile, délocalisé, reproductible et traductible. Ni lieu disciplinaire, ni livre encyclopédique, ce laboratoire virtuel reflète un état de la recherche contemporaine dans le champ de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs, en dépassant les clivages habituels pour mettre en évidence des objets, des mécanismes, des dynamiques, des phénomènes, des scénarios,  à la fois inscrits dans une situation historique et culturelle, qui a son intérêt propre, mais aussi investis d’une valeur paradigmatique, qui se prête à des opérations critiques et réflexives : sur les sources, sur les méthodes et les approches possibles de leur exploitation, sur les latitudes de généralisation et de transposabilité, sur les liens entre l’évènement et la structure, sur les concepts opératoires et les schémas d’explication. Dans ce laboratoire, l’historien des sciences comme l’orientaliste, le classiciste comme le sinologue, l’anthropologue comme le philologue, confrontent leurs expériences propres, exhibent leurs échantillons et leurs instruments, explicitent les réglages et les protocoles de l’interprétation des sources, reviennent à la matérialité même des situations et des phénomènes. Les études de cas, confrontées et articulées, ont une valeur à la fois expérimentale et didactique, et inspireront, nous l’espérons, de nouvelles opérati
ons aux lecteurs eux-mêmes engagés dans des recherches dans le champ des humanités et des sciences sociales.

La topographie et la circulation sont à la fois l’objet de ce premier volume et son principe d’organisation. L’espace de ce livre est lui-même organisé en une réticulation de lieux, où les contiguïtés et les cohérences locales sont signifiantes, sans que ces effets de sens ne résultent d’un ordre de lecture contraignant. De multiples parcours sont possibles et peuvent susciter des rapports de présupposition ou d’explicitation, suggérer des parallélismes ou des contrastes. Plus qu’un livre-encyclopédie, les Lieux de savoir voudraient être un livre-bibliothèque, où les contiguïtés immédiates sont signifiantes comme les rapprochements imprévisibles que peut établir un lecteur vagabond, d’une section à l’autre, sur la base de sa curiosité et de ses propres critères de pertinence
Si les modèles du réseau, de la toile, de la navigation ont inspiré l’architecture intellectuelle de cet ouvrage, ils ont aussi joué un rôle central dans le processus de sa réalisation.  Les auteurs de ce volume composent en effet une communauté savante virtuelle et fluide, de la Russie aux Etats-Unis, d’Israël à la Grande-Bretagne, de l’Italie à la Belgique. La construction même du plan du volume reposait sur le patient tissage de ce réseau, du centre vers la périphérie. Un cercle de conseillers scientifiques, au fil d’entretiens successifs, permit d’identifier les auteurs possibles, de nouer des contacts, de solliciter des collaborations. Un forum de discussion par courriel a permis au fil des mois de déployer une réflexion collective sur l’architecture du premier volume comme sur les multiples problèmes et enjeux intellectuels de l’entreprise. Le courriel a aussi été un instrument de travail quotidien pour approcher les auteurs, préciser l’orientation de leur contribution, réagir aux premières esquisses des chapitres, soumettre les questions, faire valider les traductions et les corrections. La fluidité et la réactivité des échanges sur internet ont ainsi facilité toutes les étapes du travail de conception, entre les auteurs, l’équipe de pilotage intellectuel et l’éditeur lui-même.

Christian Jacob

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search