Au coeur des sciences humaines: la question des savoirs

Conférence “Midan Mounira” à l’Institut français d’Egypte, en partenariat avec l’IFAO, Le Caire, 12 juin 2022.

Scribes au travail. Détail d’un modèle réduit. Musée de la civilisation égyptienne, Le Caire.

 

Au-delà des partages disciplinaires, entre anthropologie, sociologie, droit, politique, et les multiples branches de l’histoire, il me semble que les sciences humaines et sociales ont en commun un objet essentiel : le large spectre des savoirs.

Car au fond, ce qui fait lien entre les hommes, c’est l’acquisition, la pratique, la transmission, le partage et la formalisation des savoirs.

Ces savoirs irriguent et sous-tendent tous les aspects de la vie humaine : depuis les savoir-faire du quotidien, les interactions sociales, l’organisation de l’espace et du temps, la production d’artefacts, jusqu’au maniement des symboles, des concepts, des idées, des images, des mots et des discours.

Ces savoirs s’appuient sur la main comme sur l’intellect, sur l’invisible de la pensée comme sur ses objectivations dans des mots, des textes, des signes, des images, des artefacts.

Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous ce que je crois savoir, ou avoir compris, des savoirs.

le premier point qui me semble important est que pour penser les savoirs, il est nécessaire de se déprendre d’un certain nombre de clivages ordinaires:  par exemple entre les savoirs intellectuels et les savoirs pratiques ; ou entre les savoirs experts et les savoirs de vulgarisation ; ou encore entre les savoirs reconnus et les pseudo-savoirs ; et bien sûr entre les savoirs qui relèvent des sciences dures et ceux qui relèvent des sciences molles.

Il faut aussi dépasser d’autres frontières, comme celles qui séparent les sociétés lettrées des sociétés orales, et bien sûr les sociétés dites « premières » aux sociétés de la modernité occidentale.

De même il me semble nécessaire de déployer le champ des savoirs en dépassant les divisions et subdivisions des disciplines. La constitution et la redéfinition des disciplines s’inscrivent d’ailleurs dans une histoire, tout à fait passionnante.

Je considère donc que les savoirs sont constitutifs de l’humain, et consubstantiels à toute culture et vie sociale. Ils sont présents dès les débuts de l’hominisation, avec les premiers gestes techniques, les pratiques de la chasse et de la survie. Je n’aborde pas ici la question des savoirs et des intelligences animales, qui élargissent et complexifient encore le domaine, mais évidemment, il serait nécessaire de les prendre en compte aujourd’hui, comme du reste les savoirs des machines et l’intelligence artificielle.

Il en résulte que les savoirs ne sont pas des choses purement idéelles et intellectuelles. Il y a des savoirs corporels, pratiques, techniques, artisanaux, artistiques, rituels, professionnels. Mais je pense qu’il faut aussi aller au-delà du clivage entre savoirs et savoir-faire. Dans les savoirs apparemment les plus pratiques, techniques, matériels, où l’on serait tenté de ne voir que du doigté, de la dextérité, et de la force physique, il y a bien évidemment de l’intelligence et de la pensée, l’intelligence de la main, qui guide et module les gestes, les oriente vers une finalité créative, vers l’action efficace, la compréhension des procédures, leur amélioration constante. Que l’on pense aux métiers d’art, aux savoirs techniques, à la danse, au sport, et à tous les arts de la performance. Réciproquement, dans les savoirs apparemment les plus abstraits et conceptuels, les idées ne naissent pas par génération spontanée, mais résultent d’opérations mentales et intellectuelles : réflexion, calcul, mémorisation, raisonnement, théorisation etc. Et ces opérations sont elles-mêmes souvent objectivées dans du discours ou sur des supports, à travers le maniement des signes.

Donc il y a des pratiques et des opérations partout, dans les savoirs manuels comme dans les savoirs abstraits. Les uns et les autres reposent sur des savoir-faire, qui se décomposent en séquences de postures corporelles, de gestes de la main, de manipulation d’outils et de supports matériels, de maniement de techniques intellectuelles et discursives.

Les savoirs, pratiques comme intellectuels, sont toujours instrumentés. Cela va du mobilier aux supports et instruments de l’écriture, des outils aux machines, ces derniers du reste pouvant être matériels ou immatériels. Le syllogisme par exemple est un outil de pensée qui peut être purement mental ou matérialisé sous la forme d’un tracé de schémas et d’équations. Ces outils, ces instruments, ces machines, matériels, graphiques ou intellectuels, reposent sur des savoir-faire particuliers, des techniques de la main, du corps et de l’esprit, qui mobilisent les gestes, la perception sensorielle, la mémoire et l’attention. Que l’on pense par exemple à la complexité de ce qui nous semble être, aujourd’hui, des opérations ordinaires : écrire à la main sur un carnet, saisir un texte sur un clavier d’ordinateur, lire un livre imprimé, lire sur écran. L’attention intellectuelle, la pensée qui formule un texte à écrire ou qui s’approprie le texte lu s’appuient sur des postures du corps, des gestes de la main, des mouvements et des arrêts du regard et un flux  d’impulsions nerveuses qui se traduisent en mots, en phrases, en idées, en association d’idées, en souvenirs, en sensations et en sentiments.

—  Les savoir-faire et leurs instruments font l’objet d’apprentissages, de codification et donc de normes délimitant différentes communautés dans une société donnée et pouvant donner lieu à des traditions traversant l’espace et parfois le temps. Il ne s’agit pas de nier la part des appropriations singulières et individuelles, des usages hétérodoxes ou déviants, du style personnel dans la pratique des savoirs, mais de reconnaître que les savoirs et les savoir-faire sont acquis dans un processus multidimensionnel de socialisation, à différents moments de la vie, en différents lieux. La famille, en premier lieu, avec l’inculcation des savoirs premiers, parmi lesquels figure le langage, mais aussi les cercles de sociabilité au différents âges de la vie, famille, camarades d’école, collègues de travail, amis. Et bien sûr des lieux et des temps spécifiques, ceux des apprentissages, l’école, l’université, l’atelier, l’usine, le milieu professionnel.

Permettez-moi de m’arrêter un instant sur l’école. Elle est le lieu de multiples apprentissages, qui disciplinent le corps, contraignent les postures et la voix,  déploient un cadre de sociabilité régulé dans une petite collectivité soumise à des règles et à une discipline. On y acquiert des savoirs, mais aussi et avant tout des savoir-faire, qui permettront de lire tous les textes, d’écrire toutes les phrases, de conjuguer tous les verbes, de faire toutes les additions ou les multiplications, de verbaliser tous les énoncés, selon de multiples modalités, l’interrogation, l’exclamation, l’ordre, la politesse, le raisonnement, la récitation. A l’école, on entraîne aussi sa mémoire, avec l’apprentissage par cœur, à la lettre, de textes qui portent avec eux des valeurs esthétiques ou morales, comme une exemplarité stylistique. On apprend aussi à organiser et à structurer le temps, sur la longue durée, dans la succession des siècles et le découpage des périodes, ce qui permettra d’y situer tous les évènements du passé proche ou lointain, du passé personnel ou collectif, ou encore de planifier et de se projeter dans l’avenir. On construit aussi son rapport à l’espace, au-delà de son environnement quotidien et familier, au-delà du village, du quartier, de la ville, en adoptant des procédures de repérage et d’orientation, un cadre, qui permettront par la suite de situer les peuples et les pays, et de comprendre le langage des cartes géographiques. 

Au collège, au lycée, à l’université, on apprend des techniques intellectuelles plus complexes, l’art de la dissertation et du débat, l’enrichissement du vocabulaire avec les lexiques de l’abstraction philosophique ou des sciences, les techniques d’acquisition et de mémorisation de nouvelles connaissances, les techniques particulières de l’interprétation des textes, de la traduction,  de l’observation, de l’expérience scientifiques. On apprend aussi les lois de la physique, les principes de la vie, et on ouvre de multiples fenêtres d’intelligibilité sur le monde matériel, végétal, animal, comme sur le corps humain lui-même.

Tous ces savoir-faire sont acquis au fil d’exercices, d’essais et d’erreurs, de réussites et de corrections : ils obéissent à des normes, qui peuvent être codifées dans des manuels et par des exemples, et bien sûr sanctionnés par les examens et les concours qui, au-delà de l’acquisition de connaissances particulières, sanctionnent bien entendu la normativité des techniques intellectuelles et discursives, et au-delà, ce que Pierre Bourdieu appellerait la reproduction d’un habitus.

Il en va de même, bien sûr, pour les savoirs pratiques et corporels, qui font eux aussi l’objet d’apprentissages, depuis le maniement des outils et des instruments, jusqu’à la maîtrise des gestes. Un athlète, au terme de son entraînement, pourra courir sur toutes les pistes, nager dans toutes les piscines. Un danseur pourra s’approprier toutes les chorégraphies, toutes les figures, toutes les scènes. Un violoniste pourra jouer Bach ou Bartok, Mozart ou Ligeti. Un ébéniste pourra construire tous les meubles. Un restaurateur d’art réparer tous les tableaux. Un potier façonner toutes les formes.

Théoriques ou matériels, les savoirs s’acquièrent à travers des savoir-faire, pratiqués, répétés, incorporés.

Détail d’un papyrus. Musée de la civilisation égyptienne, Le Caire

 

les savoirs jouent un rôle essentiel dans les sociétés humaines. Ils en constituent un élément de cohésion, mais aussi de différenciation. Ils jouent un rôle central dans le fonctionnement social. Les savoirs sont des objets qui circulent, s’échangent, se donnent ou se vendent, s’accumulent aussi. Permettez moi de m’arrêter un instant sur ces aspects.

Les savoirs font lien, évidemment. Dans un milieu social, une famille, une corporation professionnelle ou savante, les savoirs déploient un horizon de croyances, de certitudes, de références partagées. Le langage joue un rôle essentiel, en tant que vecteur d’un lexique, d’un découpage du monde, d’une syntaxe aussi, porteuse d’un rapport à la temporalité (passé, présent, futur, conditionnel…) et de rapports logiques (causalité, conséquence, subordination etc). Les énoncés linguistiques, dans la diversité de leurs formes, sont des vecteurs de savoirs, d’informations, d’une vision du monde, dans la multiplicité de ses dimensions.

Mais il faut nuancer et préciser. Une société ne se définit pas par un ensemble uniforme et homogène de savoirs, mais plutôt par un emboîtement de savoirs, qui vont des plus généraux aux plus spécialisés. Une société se compose de multiples communautés, de multiples groupes qui se définissent par le genre, l’âge, les intérêts partagés, les occupations professionnelles, les loisirs, les marqueurs sociaux, religieux, les origines géographiques ou familiales, les réseaux de sociabilité.  Un même individu peut appartenir à différents groupes et communautés, selon les circonstances. Par exemple, il peut faire partie d’une association sportive, aller à la mosquée et appartenir à une communauté de foi, aller à l’université et suivre des cours de physique, appartenir à un réseau social où l’on partage des goûts musicaux, être sur facebook ou instagram, etc.

En passant d’un groupe à l’autre, d’une activité à l’autre, on passe d’un ensemble de savoirs à l’autre, en changeant de logique, de référentiel, de mémoire. On change d’une certaine façon de logiciel.

Les savoirs définissent ainsi des mondes sociaux, à l’intérieur d’une même société. Ces mondes sociaux peuvent être distincts et imperméables, ou au contraire se recouper et communiquer. Ils peuvent être ouverts et extensifs ou au contraire fermés et limités. Ils peuvent être informels, ou régis par des règles et des modalités d’entrée, par exemple les examens, les concours, les initiations.  Dans ces différents groupes, les savoirs tiennent lieu de signes de reconnaissance, de marqueurs identitaires, de liens symboliques.   

Les savoirs définissent donc, dans une société, un archipel de groupes et des communautés, qui peuvent être totalement distincts et imperméables, ou communiquer entre eux. On peut en dresser la cartographie dans l’horizontalité. Mais ils se répartissent aussi dans la verticalité, des savoirs largement partagés aux savoirs les plus spécialisés et experts. L’histoire et l’anthropologie des savoirs s’intéressent naturellement aux degrés de diffusion et de vulgarisation d’une science ou d’un champ de connaissances dans une société. Le savoir du grand public, des amateurs, des passionnés, des autodidactes est tout aussi intéressant que le savoir des plus grands savants. Et il reflète sans doute un impact social plus grand que les savoirs hyperspécialisés présents dans les laboratoires scientifiques et les départements académiques.

Si on prend par exemple un domaine comme l’astronomie, il y a aujourd’hui des revues et des livres de vulgarisation, des clubs de passionnés, du matériel d’observation accessible à des particuliers, des réseaux sociaux, des conférences, des planetariums, des sites de discussion sur internet etc. Au XIXe siècle, il y a eu en Europe des associations d’astronomie populaire et ouvrière, porteuses de projets d’émancipation culturelle et politique.  Que l’on pense aussi, aujourd’hui, au succès des livres d’Hubert Reeves ou Stephen Hawking, et plus généralement, des collections de vulgarisation scientifique dans lesquelles ils sont publiés.

En travaillant sur les savoirs de la Grèce et de Rome dans l’Antiquité, j’ai ainsi été conduit à élargir les perspectives classiques de l’histoire des sciences, qui s’intéresse en priorité aux grands noms et aux savants les plus spécialisés. Par exemple, pour la géographie, on peut écrire une histoire de la géographie grecque en ne s’attachant qu’à Anaximandre, Eudoxe, Dicéarque, Eratosthène, Hipparque, Poseidonios et Ptolémée. Ou on peut élargir la perspective et s’intéresser aux représentations de l’espace portées par les poètes, les mythographes, les philosophes, les auteurs dramatiques, etc.

On peut dès lors se représenter les savoirs comme une série de cercles concentriques, partant du noyau le plus spécialisé pour se diffuser vers la littérature et les représentations imaginaires. Considérées dans la diachronie, on peut parler de traditions parallèles, qui se croisent, s’influencent les unes les autres et s’hybrident.

Scribes au travail. Détail d’un relief sur les parois d’une tombe, Saqqara.

 

Le deuxième point que je voudrais souligner est que les savoirs, dans une société, donnent lieu à une véritable économie. Les savoirs ont de la valeur. Ils donnent lieu à des échanges, mais aussi à une commercialisation, à des transactions. La ramification des savoirs, dès l’âge du Bronze, a été associée à la spécialisation des statuts, entre agriculteurs, artisans, prêtres, guérisseurs, commerçants, éleveurs, et à des règles permettant la circulation sociale de ces compétences. Aujourd’hui encore, on fait appel au médecin, à l’architecte, à l’artisan, que nous rémunérons contre un service rendu.

En tant qu’investis d’une valeur, les savoirs sont soumis à la loi de l’offre et de la demande. La valeur d’un savoir peut augmenter en fonction de sa rareté, de son degré de complexité et de spécialisation. Et cela peut entraîner des stratégies de rétention, de raréfaction. C’est le propre notamment des savoirs initiatiques qui perdraient de leur valeur s’ils étaient divulgués. A l’autre extrémité du spectre, on a des politiques volontaristes de partages et de diffusion des savoirs, qui, si elles ne peuvent atteindre la gratuité totale, prônent néanmoins l’ouverture. Ce sont les politiques de l’instruction et de l’éducation scolaires et universitaires, et aujourd’hui des courants de la science ouverte.

Cette dimension économique permettrait de dérouler un fil passionnant dans l’histoire des savoirs : qu’il s’agisse du patronage ou du mécénat, de la professionalisation et de l’institutionnalisation, des institutions de recherche publiques ou privées,  de la régulation des prix des services, de la fondation et de l’ouverture des grandes bibliothèques privées ou publiques, des laboratoires et observatoires astronomiques, la pratique des savoirs a un coût. Et que dire aujourd’hui de ce qui se joue autour des revues scientifiques, dont une partie non négligeable est captées par de grands trusts commerciaux à but lucratif, qui imposent des tarifs prohibitifs aux bibliothèques universitaires.

Mais l’économie des savoirs prend une autre forme, sur laquelle je voudrais dire un mot. Les savoirs, sous forme d’idées, de théories, de découvertes et de résultats, de textes et de livres, sont pris dans une logique de l’accumulation et de la capitalisation. Ou plutôt, certaines cultures savantes privilégient ce modèle de l’accumulation,  par exemple dans les bibliothèques, dans les Musées, tandis que d’autres prônent au contraire le dépouillement et la sélectivité, voire considèrent qu’un petit nombre de livres, voire un seul livre, par exemple un texte canonique,  un livre révélé, qui contiendrait tous les savoirs essentiels — Homère, les Védas, les Classiques de Confucius, la Bible, la Torah, le Coran.

Cette économie des savoirs permet aussi leur reconfiguration par agrégation, par raffinage, par synthèse, par structuration en disciplines et sous-disciplines, par l’oubli aussi, nécessaire pour libérer la mémoire, par la synthèse, l’encyclopédie, l’axiomatisation. Les savoirs s’appuient sur une stratigraphie profonde, un empilement de couches, mais seul le niveau de surface,  et les premiers niveaux sous la surface, sont la plupart du temps véritablement pratiqués et actualisés : la descente dans les profondeurs de la stratigraphie est réservée aux historiens des savoirs et des sciences, ou à des chercheurs soucieux de mener à bien des vérifications sur les sources et les procédures. Pour le dire d’un mot, on peut évoquer le règne de Ramsès II ou de Toutankhamon sans avoir à redéployer toutes les sources, les recoupements, les travaux de la tradition égyptologique qui nous permettent de résumer leur biographie sous la forme de quelques phrases synthétiques. On peut aussi faire des mathématiques sans avoir à refaire tout le cheminement heuristique qui a permis de démontrer des théorèmes, de résoudre des équations, d’identifier des lois, de fonder des langages spécifiques, etc. Il en va de même pour la géographie, la physique, l’astronomie, la philosophie, etc. L’histoire des savoirs est celle d’une condensation, nécessaire à la diffusion dans l’espace et à la transmission dans le temps. Ces processus de transformation, de reformulation, d’épuration sont à la base de toutes les traditions savantes, qui libèrent la mémoire et la pensée afin qu’elles puissent se saisir de nouveaux objets.

— J’ai mentionné  l’école, l’université, les ateliers, les scènes de spectacle parmi les lieux d’apprentissage. Cela me permet de souligner un point essentiel : les savoirs se matérialisent dans des lieux, ils définissent des lieux. Les lieux de savoir sont multiples et se déploient à de multiples échelles. Il y a évidemment les lieux architecturaux : bibliothèques, écoles, laboratoires, académies, universités, etc. Et à l’intérieur de chacun d’eux, des salles de travail, des salles de conservation, des meubles, des tables, des étagères.

Ces bâtiments s’inscrivent dans des quartiers particuliers de villes, qui peuvent elles-mêmes constituer des lieux de savoir : Athènes, Rome, Alexandrie, Memphis, Bagdad, Le Caire, Paris, Berlin, Londres, réunissant de multiples institutions et ressources.

Ces pôles attirent les savants, les livres, les étudiants, les collections d’art et de sciences naturelles, mais ont aussi un rôle centrifuge : ils irradient sur une région, voire sur des pays et des continents. Que l’on pense au rôle de l’Alexandrie des Ptolémées…

Mais les lieux de savoir peuvent aussi être explorés en changeant d’échelle : de la bibliothèque, on passe au livre, à la page de titre, à la page de texte, aux notes, aux schémas, aux index. Du laboratoire, on passe à la table d’expérimentations, au microscope, aux échantillons, aux carnets de notes, aux ordinateurs.

Les savoirs sont toujours inscrits dans des lieux. Et comme on sait, pendant une grande partie de la tradition européenne, même la mémoire et la pensée humaines ont été structurées par des systèmes de lieux mentaux : les lieux de mémoire où l’on stockait les énoncés, les matériaux que l’on voulait mémoriser.

les savoirs permettent de multiples déplacements dans une pluralité de dimensions. Ce que je dis peut sembler abstrait, mais réfléchissons-y un instant. L’historien, comme ceux qui lisent des travaux historiques, peuvent accéder au passé proche, ou lointain, voire très lointain, s’immerger dans l’exploration et la compréhension d’évènements, de sociétés, voire de personnages individuels. De même la géographie permet d’accèder à des régions lointaines, des îles perdues, aux antipodes. Les savoirs permettent d’accèder à l’infiniment petit, le monde de la biologie ou de la physique atomique, par exemple, comme à l’infiniment grand, celui de l’astronomie et de la cosmologie. Les savoirs donnent aussi accès à ce qui est caché au regard empirique, par exemple l’intérieur du corps ou  le sous-sol de la terre, mais aussi à des niveaux de réalité différents, qu’il s’agisse de la métaphysique, de l’eschatologie, de la spiritualité. Les savoirs portent aussi sur des idées et des concepts, sur des abstractions, qu’il s’agisse, par exemple, de philosophie ou de mathématiques, de physique théorique ou de logique. Enfin les savoirs portent sur eux-mêmes, dans une boucle réflexive, qu’il s’agisse d’en comprendre la nature ou d’en valider les contenus. Autant dire que les savoirs portent sur l’humain en général et son rapport au monde.

les savoirs créent aussi un réseau de connexions allant au-delà des interactions de la vie quotidienne, des réseaux proches. Qu’est-ce qui se passe aujourd’hui quand nous ouvrons un texte d’Aristote, de Platon, ou d’Al-Jahiz, Avicenne, ou Ibn Khaldoun ? A qui, à quoi sommes nous connectés ? Qu’est-ce qui passe de l’un à l’autre ? Ces questions peuvent sembler naïves, mais de toute évidence, les savoirs créent d’étranges connexions entre les vivants et les morts, à travers le temps et l’espace, à travers les langues aussi. Ces connexions ne sont pas l’exclusivité des transmissions écrites et lettrées. Il y a aussi des savoirs, des sagesses qui se transmettent dans l’oralité, et permettent de créer des liens, des continuités, avec des sources très anciennes. En quoi Platon, Aristote, Al-Jahiz, Ibn Khaldoun peuvent-ils participer d’une production ou d’une pratique des savoirs et de la pensée aujourd’hui, à travers leurs textes ? Et que restent-ils de leurs savoirs et de leurs pensées après avoir été soumis à l’épreuve de la traduction, des rééditions, des réinterprétations ? On pourrait aussi s’interroger sur ce que les lecteurs, au fil de la tradition, au fil des éditions et des commentaires, font aux textes et à la pensée de ces auteurs lointains… Platon, Aristote, Avicenne, comme Nietzsche ou Michel Foucault, sont comme des socles géologiques sur lesquels se sont ajoutées, au fil des temps, des strates d’interprétation, de digressions, de contresens, de reformulations, de citations, qui en ont sans cesse réactualisé le sens…

Mais au fond, en ce qui concerne les savoirs assignables à une source et une origine identifiée, à un nom propre, un nom d’auteur ou de transmetteur, qu’il s’agisse de Confucius, d’Homère ou al-Jahiz, d’étranges lignes de continuité traversent le temps, l’espace, les langues, les sociétés. Les savoirs permettent une forme de dialogue avec les morts, les absents, ils les font revenir à la vie, leur redonnent une voix, et ravivent leur pensée. Les traditions savantes font parler les morts.

 

Pour conclure, je voudrais partager avec vous ma conviction humaniste, et peut-être la raison pour laquelle je m’intéresse tellement aux savoirs, et pour laquelle l’histoire et l’anthropologie des savoirs sont tellement importantes aujourd’hui.

Notre monde est à feu et à sang. Les intolérances, les guerres, les conflits nous montent les uns contre les autres. Le fossé d’incompréhension s’élargit, entre le nord et le sud, entre pays riches et pays en voie de développement, entre cultures premières et cultures de la post-modernité, entre religions du Livre, Juifs, Islam, Chrétienté.

Mon approche des savoirs repose sur le comparatisme et la longue durée. Il repose sur les fils de transmission et de traduction, qui ont conduit d’Athènes vers Rome, d’Alexandrie vers Bagdad, Damas et le Caire, puis vers Byzance, Venise , Florence, et les centres de culture de l’Europe renaissante et moderne.

Mon approche des savoirs repose aussi sur l’intérêt heuristique, sur l’enrichissement personnel, spirituel, qu’il y a à faire de le détour par l’ailleurs, par les autres.

Bien qu’étant avant tout un helléniste, j’ai fait le voyage du Moyen-Orient et du Maghreb, en m’intéressant au Coran et aux hadiths, en m’intéressant aux madrasas et aux mosquées, en lisant al-Jahiz, Ibn Khaldoun, les poètes de gazhal et les mystiques sufis. De même, j’ai fait le voyage de la Chine et du Japon, lisant les Classiques de Confucius et les koan zen, les poètes lettrés  et les historiographes impériaux. Et aujourd’hui, je voyage dans le Tibet, au Népal et au Boutan, sur les traces d’Alexandra David-Neel et de Mathieu Ricard qui m’introduisent dans la richesse infinie du bouddhisme, de ses sagesses, de sa bibliothèque.

Il ne peut y avoir aujourd’hui d’humanisme sans ce détour par la culture, les traditions, les sagesses des autres, sans la musique de ces noms de sages, de savants, de lettrés, d’érudits qui ont jalonné l’histoire des grandes civilisations de notre planète. C’est une école de tolérance, une ouverture intellectuelle à des altérités multiples qui nous permet de revenir sur nous-mêmes, pour prendre conscience des terrains communs où plongent nos racines.

Et se parler, se lire, se découvrir, prendre le risque du dialogue et de l’exploration, affronter les dépaysements et les décentrements, ce sont les premières étapes vers une éthique de la tolérance, du respect, de l’ouverture aux autres, sans lesquels il n’est pas de monde partagé.

Production et transmission des savoirs pratiques et spirituels dans une population animiste sibérienne (par Andrea Zuppi)

Un séminaire de recherche repose sur de multiples dynamiques, et l’interaction entre l’enseignant-chercheur et ses auditeurs est l’une des plus importantes. La parole et le savoir circulent, la pensée et la réflexion s’aiguisent au fil des questions et des réponses, des objections et des digressions.

L'anthropologue Rane Willerslev avec les chasseurs Yakugirs (nord de la Sibérie) © E. Willerslev
L’anthropologue Rane Willerslev avec les chasseurs Yukaghirs (nord de la Sibérie) © E. Willerslev

 

Comme souvent à l’Ehess, mon séminaire de l’année 2012-2013, intitulé “La validation sociale des savoirs”, avait une portée indisciplinaire, comparatiste. Les participants venaient de différents horizons: histoire ancienne, histoire des sciences, anthropologie, sociologie, économie. Ce croisement de compétences a enrichi nos séances de travail au cours de l’année, et les travaux écrits des étudiants de master ont souvent ouvert des voies originales à partir de mes propres questionnements.

En d’autres termes, j’ai beaucoup appris de mes étudiants et dans le croisement de nos paroles, de nos écoutes, de nos lectures et de nos écritures, nous avons partagé une quête intellectuelle commune, au-delà de la spécificité de nos cheminements respectifs.

Pour laisser une trace de ces moments de travail, avec l’accord des étudiants de master concernés, je reproduis dans ce carnet de recherche quelques textes particulièrement significatifs. Je voudrais ainsi faire de ce carnet  l’archive de cet atelier de travail partagé qu’est un séminaire de l’Ehess, un lieu de lecture, d’écriture et de réflexion.

 ——

Andrea Zuppi (1ere année de master, Ethnologie et Anthropologie sociale, Ehess)

Production et transmission des savoirs pratiques et spirituels

dans une population animiste sibérienne

 

Introduction

Dans ce texte, je vais essayer de montrer comment l’animisme, entendu au sens large comme cosmologie, comme vision du monde, influence la production et la transmission des savoirs. Je vais m’appuyer principalement sur l’ethnographie de Rane Willerslev, anthropologue danois, Soul Hunters. Hunting, Animism and Personhood among the Siberien Yukaghirs (2007), dans laquelle l’auteur a examiné les rapports entre les savoirs spirituels et la pratique de la chasse parmi les Yukaghirs, population du nord-est de la Sibérie. Dans son livre, Willerslev ne parle pas souvent des savoirs de façon explicite, mais il aborde toutefois la question de leur production et leur transmission de manière cohérente et explicative.

Mon texte est divisé en trois parties. Dans la première partie je présenterai une brève histoire de l’idée d’animisme en anthropologie, afin de montrer les principales interprétations théoriques qui lui ont été données ; j’évoquerai également la conception de l’animisme propre aux Yukaghirs. La deuxième et la troisième parties sont consacrées respectivement à la démonstration de l’influence de l’animisme sur la production et la transmission des savoirs, surtout liés à la chasse,  et à des réflexions personnelles et conclusives à cet égard.

 

Partie 1. Animisme, Religion et Yukaghirs

1.1 Animisme et Religion. Problèmes de catégorisation

L’animisme est considéré comme l’un de premiers, sinon le plus ancien, phénomènes étudiés et théorisés par l’anthropologie. Edward Burnett Tylor, anthropologue évolutionniste britannique, est le premier à avoir proposé dans Primitive Culture (2010 [1871]) une théorie anthropologique sur l’animisme. Pour lui l’animisme était le plus primitif des phénomènes religieux. Il le considérait comme rien de plus qu’une croyance religieuse fondée sur des bases irrationnelles et erronées qui attribuait, à tort, les caractéristiques de la personnalité humaine à des non-humains, comme les plantes, les animaux et les choses (Willerslev 2007 :15 ). En tant que fondé sur une perception erronée des choses, l’animisme selon la pensée évolutionniste de Tylor était considéré comme le premier stade d’évolution de la religion monothéiste moderne, qui selon une conception commune durant de nombreuses d’années en anthropologie des religions, « had evolved in stages from animistic beliefs » (Bird-David 1999).

Nous allons revenir sur le concept d’animisme. À ce stade cependant, il est important de réfléchir brièvement moins sur la façon dont l’animisme est théorisé, que sur la façon dont il est catégorisé. Déjà avec Tylor, on voit comment l’animisme est considéré, même s’il n’est pas entièrement une religion, mais un phénomène antérieur à elle, donc une étape nécessaire et préparatoire. C’est pour cela que l’animisme a été longtemps considéré par Tylor et par beaucoup d’autres après lui (notamment Frazer et Lévy-Bruhl), comme une forme primitive de religion.  Cependant la catégorisation de l’animisme comme religion ou comme forme primitive de celle-ci pose un autre problème: c’est que la religion elle-même n’est pas une catégorie anthropologique bien définie.  Au contraire, on a à faire à ce que Martin Southwold  appelle une “polythetic class”, c’est-à-dire une classe, une catégorie, qui n’a pas de frontières nettes, ce qui fait de sa catégorisation non seulement une tâche ardue, mais aussi inutile (Southwold 1978). On peut rappeler par exemple le refus célèbre de Durkheim d’une définition théiste de la religion. En effet, il souligne que, dans le cas d’une définition strictement théiste, le bouddhisme ne pourrait pas être considéré comme religion (Durkheim 1912: 40-49). La catégorisation des religions a donc toujours posé problème aux anthropologues. C’est parce que ses contours sont flous et perméables, et en conséquence il est extrêmement difficile, souvent impossible, de séparer, en n’importe quel contexte social, les phénomènes religieux des phénomènes politiques ou économiques (Klass et Weisegrau, 1999: 5). Ce n’est donc pas par hasard que les définitions de la religion qui ont eu le plus de succès en anthropologie ont souvent été critiquées comme étant trop vagues et générales, au point qu’elles pouvaient également englober des phénomènes sociaux autres que religieux (voir à titre d’exemple la critique d’Enrico Comba sur la définition de la religion par Clifford Geertz : Comba 2008 : 21-22).

Ces brèves notions de catégorisation sont à mon avis nécessaires pour donner une base, bien que limitée, à l’histoire académique du concept d’animisme. Ce qu’il faut retenir est que l’animisme a été considéré comme une forme primitive de religion, même si la notion de religion n’a jamais été systématisée. Tout le monde sait ce que l’on entend par « religion », mais personne ne peut donner une définition acceptable (Comba 2008: 24). Au cours des vingt dernières années toutefois, grâce aux travaux de certains anthropologue (Viveiros de Castro, Descola), l’idée de l’animisme comme une religion, primitive ou pas, a commencé à disparaître, au profit d’une vision qui le considère comme une ontologie, une vision du monde. L’anthropologue danois Rane Willerslev s’inscrit dans cette nouvelle tradition. Il considère que catégoriser sous l’étiquette de « religion » des pratiques et des phénomènes qui ne sont pas occidentaux implique automatiquement l’application de sous-entendus ontologiques propres à la tradition occidentale. Cela, soutient-il, ne servirait à rien d’autre qu’à empêcher une véritable compréhension des pratiques et phénomènes étudiés. L’étude des phénomènes qui nous sont étrangers, doit alors être menée en se basant sur les modèles de validation sociale propres au groupe en question. C’est en adoptant cette perspective qu’il a essayé de comprendre ce qu’est l’animisme pour les Yukaghirs. En tout cas, pour Willerslev, l’animisme n’est pas une religion, mais plutôt « une pratique » (Willerslev 2007 : 9).

Cette brève introduction m’a permis de souligner que nous nous aventurons dans un champ encore très controversé et à rappeler que l’animisme, quelle que soit la façon dont il est catégorisé (religion, pratique, ontologie etc. etc.) « influenza e modella le attività umane »1 (Comba 2008: 179).

C’est en m’appuyant sur ce dernier point que je vais entamer mon enquête.

37

1.2 Yukaghirs et Animisme

Les Yukaghirs sont une petite population indigène de la Sibérie nord-orientale, qui compte aujourd’hui environ mille cent individus. Comme la plupart des peuples autochtones de Sibérie, les Yukaghirs ont subi la colonisation de la Russie. Cette colonisation, qui a commencé depuis environ la fin du dix-huitième siècle et qui est devenue plus systématique avec l’avènement du communisme, a eu de nombreux effets sur la vie des Yukaghirs. La population a en effet subi un effondrement démographique drastique à cause des maladies apportées par les Russes et des politiques ethniques du communisme. D’ailleurs, il y a eu des déplacements forcés dans d’autres parties de la Sibérie, l’abandon de l’économie de subsistance, la scolarisation obligatoire, la christianisation d’abord et l’athéisme forcé ensuite. Depuis la chute du communisme, les Yukaghirs ont recommencé à pratiquer leurs anciennes occupations, comme la chasse et la pêche.Toutefois la langue autochtone n’est plus parlée que par les personnes les plus âgées, tandis que les nouvelles générations ne parlent que le russe. Aujourd’hui les Yukaghirs se divisent en deux groupes principaux, qui occupent des territoires limitrophes, mais pratiquent des activités différentes. Tandis qu’un groupe s’occupe principalement d’élevage des rennes, l’autre est constitué par des chasseurs et pécheurs. C’est dans ce deuxième groupe que Willerslev a mené ses recherches de 1993 à aujourd’hui, en se focalisant principalement sur la pratique de la chasse et sur l’animisme (Willerslev 2004a).

Avant de présenter plus avant son travail, il faut que je précise ce que j’ai dit dans la partie précédente. Willerslev, dans son livre (2007), n’oppose pas l’animisme à la religion ; en effet le mot « religion » n’apparaît pas une seule fois dans tout le livre. Il serait donc incorrect d’utiliser le mot religion pour décrire ce que, selon Willerslev, l’animisme n’est pas. Plutôt que d’utiliser le mot religion en particulier, il oppose à l’animisme des systèmes normalisés de vision du monde. Je cite : « Animism among the Yukaghirs, however, is not an explicitly articulated doctrinal system, for perceiving the world » (Willerslev 2007 : 8), et encore : « […] Yukaghirs animism does not resemble anything like a formally abstracted and articulated philosophy about the world » (ibid.). L’animisme donc, tel qu’il l’a observé parmi les Yukaghirs, n’a pas les attributs d’une théorie ou d’une doctrine qui structure et systématise le monde. Selon Willerslev l’animisme est plutôt « une pratique » (2007 : 13).  On n’a donc pas à faire à une activité spéculative, mais au contraire à « […] a particular way of perceiving animals and the environment that is brought into play in specific contexts of practical activities » (Willerslev 2007 : 116). Cette façon particulière de percevoir les animaux et l’environnement est basée sur deux conceptions principales. La première est que les qualités des êtres humains sont également attribuables aux animaux ou à d’autres non-humains, et la seconde est que le monde est peuplé d’esprits.

Pour les Yukaghirs, les êtres humains ne sont pas les seules personnes, mais au contraire la qualité de « personne » est aussi le propre de certains types d’animaux ou des non-humains2. Les Yukaghirs donc, envisagent une continuité ontologique de base entre les êtres humains et les animaux, sur la base du fait que « animals and other non humans possess qualities paralleling those of human selves or persons » (Willerslev 2007 : 19). Cela ne veut pas dire que les humains se considèrent comme des animaux, ou que les animaux sont totalement des êtres humains. Les humains en fait sont caractérisés par des attributs et des caractéristiques qui les distinguent des animaux, comme par exemple le langage, qui est considéré comme l’attribut humain par excellence (Willerslev 2007 : 164). Ce n’est pas une question d’égalité ou de totale correspondance entre les hommes et les animaux, mais plutôt la certitude que le monde est peuplé par différentes subjectivités, qui ont toutes le même point de vue mais qui l’appliquent à des réalités différents, à savoir, la réalité propre de chaque personne, qui dépend du corps que chaque personne habite (un renne perçoit la réalité de manière différente qu’un homme).

La raison à la base de cette unité des points de vue mais de différentes réalités (et à la base de cette continuité entre hommes et animaux) est que toutes les personnes partagent les même qualités spirituelles, c’est-à-dire que les humains, les animaux, et parfois même des choses non-humaines comme les forêts et les fleuves, sont associés à un ou plusieurs esprits, qui interagissent constamment avec la personne (qu’elle soit humaine ou animale), et qui guident et gèrent les interactions entre les différentes personnes. Les Yukaghirs vivent donc dans un monde où il y a une unité spirituelle qui relie tous les êtres qui le peuplent, et qui détermine les interactions entre eux3. Dans cette perspective, les humains et les non-humains différent seulement dans leur apparence physique, mais ils sont liés spirituellement. Les Yukaghirs vivent donc dans un monde peuplé par plusieurs subjectivités différentes. La particularité des cette perception des animaux comme personnes et de la présence des esprits est que ces caractéristiques du monde se matérialisent et émergent seulement à travers les actes, c’est-à-dire dans des circonstances d’engagement pratique avec le monde et les acteurs qui le peuplent. Comme le dit Willerslev, ces qualités du monde non-humain, « come into view in the context of close mutual engagement » (2007 : 19). C’est pour cela que Willerslev considère que l’animisme est une pratique. C’est en effet à travers la pratique, les actions, surtout la chasse, que les Yukaghirs entrent en contact avec les entités du monde, que les non-humain acquièrent les qualités qu’ils ont, et que les esprits entrent en relation entre eux. La « pratique » donc, pour Willerslev, correspond à une action dans le monde en étant conscients que celui-ci est peuplé par plusieurs personnes et esprits. L’animisme est une pratique parce que c’est par la pratique que les Yukaghirs interagissent avec les autres acteurs du monde et que les qualités de ces derniers deviennent perceptibles et évidentes.

Je vais à présent montrer comment cette perception du monde influence la façon dont les savoirs sont produits et transmis.

Darja.M.Osenina

Partie 2. Animisme et Savoirs

2.1 De la pratique à la production des savoirs

On a vu que l’animisme est pour les Yukaghirs la vision du monde (et non une vision du monde) qui attribue les caractéristiques de la personne aux autres catégories de non-humains, et que chaque personne est associée à des esprits, et ce sont ces dernières qui dirigent la plupart des relations entre les différentes entités. Cette vision du monde est essentiellement liée à la pratique, à l’engagement avec le monde, parce que les qualités des personnes non-humaines et l’existence des esprits est validée à travers l’engagement avec eux ; les animaux en effet ne sont pas tous considérés comme des personnes a priori, mais seulement au moment où les chasseurs interagissent avec eux et où ils peuvent se rendre compte de leur « personnalité » ; le même discours vaut pour l’existence des esprits. C’est à travers l’interaction avec les animaux que les Yukaghirs se rendent compte de leurs qualités humaines ; ils n’attribuent pas une personnalité à tous les animaux a priori, mais seulement à ceux avec qui ils ont interagi. Ce que cela veut dire est que les Yukaghirs ont une connaissance du monde qui : « is not grounded in abstract contemplation, but emerges from concrete contexts of practical engagement »(Willerslev 2007 : 94). Les Yukaghirs acquièrent donc les savoirs qu’ils ont du monde en interagissant avec lui, dans des contextes d’engagement mutuels avec lui. C’est grâce à cet engagement mutuel qu’ils apprennent la manière dont les esprits et les animaux se comportent, à savoir, c’est en étant en contact avec le monde qu’ils voient véritablement comment ces acteurs agissent, et ils se comportent en conséquence. Il s’ensuit que les savoirs spirituels, c’est-à-dire les savoirs qui concernent les esprits et la façon dont ils se comportent (et font se comporter les animaux), et qui dirigent aussi la manière dont les chasseurs se comportent et donnent sens aux actions des esprits, sont des savoirs a posteriori, parce qu’ils dépendent et découlent de l’engagement pratique, ils ne sont pas la cause de cet engagement, mais ils en sont la conséquence. (Ceci est démontré par le fait que les Yukaghirs ne connaissent que les esprits avec lesquels ils ont interagi, mais ils ne disent pas que ces derniers sont les seuls esprits qui existent (Willerslev 2007 : 160). Pour les Yukaghirs la pratique de l’engagement avec le monde est elle même la pratique qui produit les savoirs. Il y a deux types de pratiques principales à travers lesquelles les chasseurs Yukaghirs peuvent acquérir des savoirs sur les esprits et les animaux : les rêves et la chasse.

2.1.1 Les Rêves et la chasse

Pour comprendre pourquoi les rêves sont conçus comme une pratique dans laquelle se produisent des savoirs, il faut d’abord expliquer la façon dont les Yukaghirs les conceptualisent, car cette conception est très différente de la nôtre. Pour eux, les rêves ne sont pas une expérience différente ou séparée de la vie éveillée, et ne sont pas même la représentation de la dimension inconsciente réprimée pendant l’éveil, tel que Freud l’avait suggéré. Au contraire, selon eux, il n’y a pas de différence entre les expériences du rêve et les expériences de la vie éveillée (Willerslev 2007 : 175-176). La réalité ne se limite pas à la vie éveillée, mais continue pendant le sommeil aussi. Cependant, dans le sommeil, ce ne sont pas les Yukaghirs eux même qui peuvent agir, mais leurs esprits qui agissent pour eux. Willerslev décrit les processus des rêves de cette façon :

« For them, the dreaming Self, far from taking a break from the demands of coping with reality, is seen to set out in search of meanings that will help it to accomplish concrete objectives in the tangible world of waking life. While the hunter’s body is lying asleep, his soul, […], is thus said to penetrare beneath the surface of things into the ‘shadow-world’ so that he can encounter the invisible counterparts of animals, their guardian spiritis, and seduce them into supplying him with prey ». (2004b).

Les rêves ne sont donc pas seulement la réalité, mais une partie extrêmement importante de la réalité, vu que les chasseurs, quand ils sont éveillés, agissent en fonction de ce qui leur arrive pendant les rêves : « through dreams they acquire notions of spiritual beings […] » (Willerslev 2004b). Ce qui se passe pendant le sommeil est un engagement pratique avec le monde comparable à celui de la vie éveillée. Ainsi, les évènements qui se passent pendant les rêves ont la même validité que ceux qui se produisent dans la vie éveillée car : « For Yukaghirs […] the mind always subsists in the very engagement of the person in the world, quite independently of whether he is asleep of awake » (Willerslev 2007: 176). Les rêves sont une expérience pratique, pendant lesquels les esprits des chasseurs interagissent activement avec les esprits de la proie et donnent des instructions sur la façon de se comporter pendant la vie éveillée. De ce point de vue les rêves sont une pratique qui produit des savoirs liés à la façon dont le chasseur doit se comporter pendant la chasse. Ce sont alors des savoirs qui concernent ensuite une série d’opérations allant du choix de l’endroit dans la forêt où il faut aller, au type de proie qu’il faut chercher, en passant par la manière dont ils doivent interagir avec la proie et son esprit.

La chasse est l’autre « moment » d’engagement avec le monde duquel découlent les savoirs. Elle est en quelque sorte le prolongement de l’engagement du chasseur et de son esprit dans le monde qui a commencé pendant la nuit dans les rêves du chasseur. Pendant la chasse, les chasseurs continuent donc l’interaction avec les esprits des animaux qu’ils ont eue pendant les rêves. Ainsi, les Yukaghirs doivent tenir compte à la fois de ce qui s’est passé dans leurs rêves et d’une série de savoirs spirituels, indispensables pour connaître la façon dont les animaux se comporteront avec le chasseur et comment ce dernier devra se comporter avec les animaux. Cependant, ces savoirs ne précédent pas la pratique mais découlent d’elle. Ceci parce que tous les savoirs spirituels qu’un chasseur possède sont en sa possession parce qu’il les a précédemment appris pendant la chasse, parce qu’il en a fait expérience dans ses interactions avec les animaux et leur esprits. Il n’existe donc pas un corpus de savoirs spirituels qui précède le moment de la chasse et sur lequel le chasseur pourrait se baser. Tout ce que le chasseur sait, il le sait parce qu’il en a fait une expérience directe. Les savoirs sur la chasse naissent de la pratique concrète de la chasse et la connaissance des chasseurs se limite aux choses qu’ils ont expérimentées personnellement et c’est sur cette expérience concrète qu’ils se basent pour agir.

Les savoirs spirituels dont le chasseur a besoin au cours de la chasse concernent principalement la connaissance du caractère de l’esprit de la proie. Afin de réussir dans la chasse, le chasseur doit démontrer qu’il connaît véritablement l’esprit de sa proie – habituellement un élan – car le succès repose sur la capacité du chasseur à l’attirer à découvert et en imitant ses mouvements physiques. Le chasseur imite donc un élan et, ce faisant, trompe l’esprit de l’élan qui croit avoir à faire à un semblable. Une fois que la proie est à découvert, le chasseur peut lui tirer dessus. Cette technique relève de ce que Willerslev appelle Mimesis, c’est-à-dire la capacité que les chasseurs ont d’entrer en contact avec d’autres personnes et d’autres esprits sans perdre la conscience de leur véritable identité humaine 4. Il est donc tout à fait essentiel pur le chasseur Yukaghir de savoir comment se comporter avec l’esprit de la proie (étant donné aussi que les esprits ne se comportent pas tous de la même manière, mais que leur comportement dépend du contexte) et ce savoir découle de cette même interaction.

Les rêves et la chasse sont donc deux pratiques d’engagement avec le monde des esprits à travers lesquelles les Yukaghirs peuvent se rendre compte de l’existence des esprits et de la personnalité des animaux, et par conséquent produire des savoirs sur leur existence qui ensuite donneront du sens à leur monde, et grâce auxquels ils pourront définir leurs actions. Comme je l’ai expliqué ci-dessus, c’est dans l’interaction pratique avec ces acteurs (les esprits et les animaux) que l’existence de ces derniers se matérialise et que leurs qualités deviennent évidentes aux yeux des Yukaghirs. L’interaction détermine, en quelque sorte, l’interaction elle-même. Les savoirs spirituels des Yukaghirs découlent donc de l’interaction avec le monde et ne sont pas les produits de représentations mentaux précédant l’interaction. Comme le dit Willerslev « […] meaning is inherent in the relation contexts of people’s direct perceptual engagement with the world, so that mental representations or cognition instead of being primary is derived from a practical background of involved activity […] » (Willerslev 2007 : 20). C’est pour cela que les savoirs sont produits dans la pratique, c’est-à-dire pratiquement et pas théoriquement, a posteriori et pas a priori, conformément à une façon de voir les choses selon laquelle « knowing is deeply related to doing », (où par « doing » on entend l’interaction et l’engagement dans et avec le monde comme je l’ai l’expliqué ci-dessus), de sorte que « people’s knowledge about various spiritual matters resides primarly in their activities rather than in discourse »(Willerslev 2007 : 58).

hqdefault

2.2 Transmission des savoirs

Cette façon de produire les savoirs spirituels influence aussi la façon dont les savoirs sont transmis. Deux problèmes se posent ici. Le premier est qu’on peut légitimement se demander comment des savoirs qui sont produits seulement à travers l’expérience directe sont transmis. Le second est que les interactions avec le monde d’où découlent les savoirs spirituels sont aussi accompagnées par des savoirs pratiques et techniques comme, par exemple, la performance mimétique inhérente à la chasse, la construction des outils nécessaires pour la pratiquer, ou la capacité de suivre les traces de la proie dans la neige. Ceux-ci ne sont pas apparemment des savoirs spirituels, mais des savoirs techniques qu’il convient de maîtriser et pour lesquels il semble nécessaire d’avoir des connaissances à priori, c’est à dire des connaissances qui précèdent la pratique.

Pour la transmission des savoirs spirituels il faut rappeler que chaque chasseur produit des savoirs particuliers correspondant à un contexte lui aussi particulier, car les esprits ne se comportent pas toujours de la même manière. Cependant, les chasseurs ont l’obligation de partager avec les autres chasseurs ce qu’ils ont appris sur le comportement d’un certain esprit pendant leur partie de chasse. Il y a donc une transmission des savoirs spirituels. Toutefois les savoirs reçus ne sont pas validés ni pris en compte tant que le chasseur n’en fait pas l’expérience directement. Les chasseurs Yukaghirs connaissent donc seulement les esprits qu’ils ont rencontrés personnellement, pas ceux dont ils ont entendu parler par d’autres chasseurs (Willerslev 2007 : 160). Willerslev croit que cela s’explique par le fait que les Yukaghirs ont :

« a general attitude of mistrust, at times even hostility, toward information conveyed through language, which, on a fumdamental level, is grounded in an ontology that considers verbal accounts to be an inferior way of knoweing compared to lived experience » (2007 : 159).

Autrement dit, le langage n’est pas considéré comme un moyen suffisant ni suffisamment approprié pour transmettre les savoirs. Toutefois, ce « mistrust toward language » n’est pas limité à la transmission des savoirs spirituels : il concerne aussi les savoirs techniques et pratiques. Je vais répondre ainsi au second problème. En effet, de la même façon que les savoirs spirituels sont validés par l’expérience directe, les savoirs pratiques et techniques ne sont appris que par l’expérience, sans qu’il y ait un enseignement formel ou officiel. Le langage n’est donc pas nécessaire pour transmettre les savoirs techniques. Les jeunes chasseurs apprennent ce qu’il faut par imprégnation, simplement en regardant et en imitant les chasseurs plus experts. La même chose vaut pour les enfants, auxquels rien n’est enseigné explicitement, mais qui sont tout simplement assistés dans leurs actions sans qu’il leur soit expliqué comment faire les choses (Willerslev 2007 : 161). C’est par l’expérience directe qu’ils comprendront comment faire. Ainsi, même les enfants apprennent par mimétisme, ou peut-être en trouvant de nouvelles façons de faire les choses. Comme le dit Willerslev : « I hardly ever saw children having things explained to them, especially with regard to spirits […] » (ibid.). On ne peut pas dire que les savoirs soient « transmis » dans le sens où nous l’entendons car, même dans le cas de savoirs « transmis » par le langage, quand les chasseurs échangent les renseignements qu’ils ont appris pendant la chasse, il ne s’agit pas de savoirs qui ont une influence sur la manière dont les Yukaghirs interagissent avec leur monde ou à travers lequel ils peuvent donner sens aux événements, parce que les Yukaghirs « only credit as knowledge that which is revealed throught their own experience (Willerslev 2007 : 160). Il s’agit donc d’un système de copartage des savoirs basé, indirectement, sur l’imitation et surtout sur une perspective selon laquelle « doing is learning and learning is doing » (Willerslev 2007 : 162)5.

Ainsi, les savoirs spirituels, même s’ils sont transmis oralement dans certains cas, n’ont pas de valeur s’ils ne sont pas validés personnellement par l’expérience. De la même façon, les savoirs techniques ne sont pas enseignés mais appris à travers la pratique. L’engagement avec le monde est donc toujours à la base de l’apprentissage et de ce point de vue on voit que la pratique vient toujours en premier, avant la théorie, c’est-à-dire que tous les types des savoirs sont des savoirs construits à posteriori. Ce qui résulte de cela c’est que « among the Yukaghirs (and I suspect among many other groups of hunter-gatherers too) the world is not seen in terms of an antinomy between technical know-how and symbolic know-how » (Willerslev 2009: 283, dans Hastrup 2009), car chaque type de savoir dérive toujours de l’expérience directe d’engagement avec le monde.

 

Partie 3. Implications et Conclusions

Il semble évident que l’animisme influence la façon dont les savoirs sont produits et transmis. Cela est principalement dû au fait que les Yukaghirs donnent sens à leur monde et agissent sur lui à travers la constitution de savoirs qui sont constitués en interagissant avec le monde en premier lieu. Les savoirs ne sont pas un moyen que l’homme crée pour interagir avec le monde, mais le résultat d’une interaction. Dans cette partie finale, je voudrais examiner les implications de ce constat et en tirer quelques conclusions. La conception animiste du monde 6, si on peut l’appeler ainsi, implique qu’il n’existe pas une tête ou un cerveau qui puisse donner sens au monde sans être en contact avec lui ; c’est-à-dire qu’il n’y a pas de savoirs qui soient « context-free ». Par extension, cela implique également qu’il ne peut pas y avoir une véritable différence entre la production et la transmission des savoirs parce que, comme nous l’avons vu, il n’existe pas de pédagogie comme nous l’entendons et les informations sont apprises activement par l’engagement. Les Yukaghirs semblent être, en d’autres termes, anti-cartésiens, dans le sens où, comme Willerslev l’a dit plusieurs fois, pour eux le monde n’existe pas indépendamment de l’activité humaine et ce n’est pas « […] something that the self can get outside or stand beside as a self-contained Cartesian ‘mind’ » (Willerslev 2007 : 21).

Il s’ensuit que leur façon de considérer les savoirs est très différente de la nôtre. En premier lieu, en surgissant de la pratique, leurs savoirs ne sont pas inscrits dans des dispositifs particuliers mais s’inscrivent dans la pratique, dans les relations et dans les interactions avec le monde. Deuxièmement, comme on a pu le voir, le langage n’est pas considéré comme un moyen approprié pour transmettre les savoirs. Je trouve ce dernier un point très intéressant. Les Yukaghirs en effet, considèrent le langage comme une barrière qui les sépare du monde et « distorts people’s true understanding of things […] » (Willerslev 2007 : 164), car c’est un moyen qui fixe et inscrit les savoirs mécaniquement dans un type de technologie (le langage même) qui ce faisant empêche l’interaction entre l’homme et le monde, un rapport au monde qui constitue, lui, la seule manière par laquelle les Yukaghirs acquièrent les savoirs (ibid.). Cela peut sembler peut-être un peu naïf comme constatation, mais Willerslev – en essayent d’expliquer la vision du monde des Yukaghirs – a utilisé le langage écrit. Cela veut dire qu’il a transmis avec le langage des savoirs qui ne sont pas transmis avec le langage parmi les gens qui les produisent et qui considèrent, eux, le langage comme inapproprié pour transmettre des savoirs. Willerslev ne peut dès lors échapper à un paradoxe. Un paradoxe d’autant plus marquant si l’on considère qu’il a aussi traduit en anglais toutes les informations qu’il a recueillies de la langue Yukaghirs, mais il ne s’agit là que d’une supposition. En effet, Willerslev ne nous dit pas si les informations qu’il présente dans son livre lui ont été expliquées oralement, ou s’il s’agit du fruit de ses observations. Le problème est épistémologique : comment peut-on transmettre les savoirs d’une population qui ne transmet pas ses savoirs parmi les individus qui la compose ? Mais surtout Willerslev ne nous dit pas comment il a recueilli les savoirs qu’il reporte. En effet, si les Yukaghirs lui ont dit oralement ce qu’il rapporte dans le livre, on pourrait se demander quelle validité ces informations peuvent avoir, étant donné que les Yukaghirs méprisent le langage et qu’ils ne l’utilisent même pas entre eux pour échanger des renseignements. En d’autres termes, si ce que Willerslev rapporte est le produit du langage, il faut se rappeler que, comme le dit Maurice Bloch, « one must not confuse what people say with what they know » (Bloch 1998 : 46) et j’imagine que l’on devrait faire particulièrement attention à cela, quand on étudie une population qui méprise le langage. Mais il est aussi possible que Willerslev ait rapporté exclusivement ce qu’il a vu. Quelle que soit la façon dont Willerslev a recueilli ces savoirs, il a dû les rapporter en se conformant à la tradition européenne, son lieu d’origine. Il a donc inscrit les savoirs sur un dispositif matériel, un livre, en utilisant un type de technologie bien définie, l’écriture. Il a traduit et présenté avec le langage écrit ce que les Yukaghirs pensent comme non traduisible ni représentable par le langage. Il a présenté des savoirs décontextualisés en les appelans les savoirs des Yukaghirs, tandis que ces derniers croient que les savoirs existent seulement contextualisés, en relation avec le monde. Cela me conduit à penser qu’il est impossible de proposer une véritable traduction culturelle des savoirs Yukaghirs. Puisque leurs savoirs n’existent que dans la relation avec le monde, et puisque ce ne sont pas des règles abstraites qu’il faut apprendre pour donner sens au monde et y vivre, mais parce qu’ils sont la relation même avec le monde, celui-ci est donc créé au fur et à mesure, en vertu de la relation que les Yukaghirs ont avec lui. Il s’ensuit que, même si Willerslev a fait un travail remarquable, on ne peut pas traduire ce type des savoirs sous une forme  systématique. La vision du monde Yukaghirs est totalement différente de la nôtre et cela pose, à mon avis, des problèmes de traduction culturelle. Pour eux :

« […] practical involvement with things is prior to the cogitant ego, confronting an external world ‘out there’, and that which is revealed through involved activity is ontologically more fundamental than the context-free properties revealed by detached contemplation » (Willerslev 2007 : 21).

Pour nous (les occidentaux au sens large) au contraire, le paradigme est différent : le « mind » peut réfléchir, penser et produire des connaissances et des savoirs sur le monde sans avoir aucun contact avec lui. Il s’ensuit que les savoirs ne peuvent pas constituer un corpus d’objets de recherche universel, puisque la manière dont ils sont produits, transmis et même conceptualisés est étroitement liée à des cosmologies particulières. J’espère avoir réussi à démontrer dans ma discussion de ces “savoirs animistes”.

 Andrea Zuppi (étudiant Ehess)

 

Bibliographie

 

Anderson, G., D., 2002. Identity and Ecology in Arctic Siberia. Oxford: Oxford University Press.

Bird-David, N., 1999. Animism Revisited : Personhood, Environment, and Relational Epistemology. Current Anthropology, 40 (supplement), pp. S67-S91). [en ligne]. Disponible à www.jstor.org. [Accédé 30 Mai 2013].

Bloch, M., 1998. How we think they think. Anthropological Approaches to Cognition, Memory and Literacy. Oxford : Westview Press.

Comba, E., 2008. Antropologia delle religioni. Un’introduzione. Bari: Laterza.

Descola, P., 2005. Par-delà Nature et Cultre. Paris : Gallimard

Durkheim, E., 1912. Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris: Alcan.

Southwold, M., 1978. Buddhism and the Definition of Religion. Man, new series, vol. 13, no. 3, pp. 362-379. [en ligne]. Disponible à www.jstor.org. [Accédé 25 Mai 2013].

Tylor, B., E., 2010 [1871]. Primitive Culture, vol.1. Cambridge : Cambridge University Press.

Viveiros de Castro, E., 1998. Cosmological Deixis and Amerindian Perspectivism. Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 4, pp. 469-488. [en ligne]. Disponible à www.jstor.org. [Accédé 30 Mai 2013].

Willerslev, R., 2004a. Not Animal, Not Not-Animal : Hunting, Imitation and Empathetic Knowledge among the Siberian Yukaghirs. Dans : The Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 10, n. 3, pp. 629-652. [en ligne]. Disponible à www.jstor.org. [Accédé 24 Mai 2013].

Willerslev, R., 2004b. Spirits as ready to hand. A phenomenological analysis of Yukaghirs spiritual knowledge and dreaming. Anthropological Theory, vol 4(4), pp. 395-418. [en ligne]. Disponible à www.sagepub.com. [Accédé 24 Mai 2013].

Willerslev, R., 2007. Soul Hunters: Hunting, Animism, and Personhood among the Siberian Yukaghirs. Berkeley: University of California Press.

Willerslev, R., 2009. Hunting the elk by imitating the reindeer : a critical approach to ecological anthropology and the problems of adaptation and resilience among hunter-gatherers. Dans : Hastrup, K., 2009 (sous la direction de), The question of resilience: social responses to climate change. The Royal Danish Academy of Sciences and Letters.v

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search