Retour sur le hackathon Savoirs organisé au Campus Condorcet (12-13 mai 2022)

Ce hackathon, organisé et encadré par Carmen Brando (Pôle humanités numériques EHESS) et Simon Dumas Primbault (EPFL) s’est déroulé parallèlement au colloque Savoirs au Campus Condorcet.

Un appel à participation avait été diffusé sur différents canaux de communication et publié en ligne sur l’entrepôt GitHub du hackathon (https://github.com/PSIG-EHESS/HackathonSavoirs). Étaient ainsi mises à disposition des participants un certain nombre de ressources numériques (textes encodés en XML-TEI, thésaurus en SKOS, extraits de codes sources, cahiers des charges de l’application) destinées à leur donner un point de départ pour développer leur projet autour de Savoirs.

Le hackathon proposait aux participants de se focaliser sur au moins l’un des trois défis suivants : 

  1. Interfaces innovantes. Quelles interfaces pour quels besoins des utilisateurs et utilisatrices de bibliothèques numériques ?
  2. Analyse et visualisation du corpus. Comment faire émerger des connaissances à partir des textes de Savoirs ?
  3. Parcours de lecture des textes. Quelles suggestions pour quels profils ?

Celine Bohnert, enseignante-chercheuse, Arthur Brody, ingénieur informatique et ergonome, ainsi que des masterants et diplômés des masters en humanités numériques et data science, Cedric Baron, Tamara Glushetckaia, Vincent Sarbach-Pulicani, Etienne Ferrandi, Margaux Pascual et Xinmin Hu, ont exprimé leur intérêt pour participer au hackathon. Des groupes se sont ensuite constitués au fil de l’eau selon les intérêts de recherche et compétences de chacun. Une série de rendez-vous en visio-conférence ont été proposés aux participants pour présenter la plateforme, répondre à leurs questions, et les aider à définir et préparer en amont une preuve de concept.

Pendant les deux jours du hackathon, les participants ont travaillé dans une salle dédiée du Campus Condorcet en lien avec les organisateurs. Une séance de restitution a eu lieu à la fin du colloque : les participants y ont présenté leurs réalisations sous forme de maquettes graphiques ou de résultats issus d’analyses exploratoires menées à l’aide des méthodes du traitement automatique des langues, du machine learning et de la géomatique.

Un projet s’est proposé de revisiter l’interface de recherche pour l’utilisateur de la plateforme tandis qu’un autre a esquissé une maquette de page Web complémentaire au site actuel en proposant une valorisation par des éléments graphiques des parcours de lecture d’articles de la plateforme créés en amont par différents membres du projet.

 

Une série de projets ont exploré la voie du traitement automatique des langues, la visualisation des données et l’analyse spatiale pour dégager des tendances thématiques ou des sujets dans le corpus, par topic modelling, ainsi que l’empreinte spatiale des lieux cités dans les textes, sous forme d’une cartographie.  

À travers les différentes réalisations, cette expérience nous a permis d’ouvrir des pistes de recherche pour la suite du projet.

Au coeur des sciences humaines: la question des savoirs

Conférence “Midan Mounira” à l’Institut français d’Egypte, en partenariat avec l’IFAO, Le Caire, 12 juin 2022.

Scribes au travail. Détail d’un modèle réduit. Musée de la civilisation égyptienne, Le Caire.

 

Au-delà des partages disciplinaires, entre anthropologie, sociologie, droit, politique, et les multiples branches de l’histoire, il me semble que les sciences humaines et sociales ont en commun un objet essentiel : le large spectre des savoirs.

Car au fond, ce qui fait lien entre les hommes, c’est l’acquisition, la pratique, la transmission, le partage et la formalisation des savoirs.

Ces savoirs irriguent et sous-tendent tous les aspects de la vie humaine : depuis les savoir-faire du quotidien, les interactions sociales, l’organisation de l’espace et du temps, la production d’artefacts, jusqu’au maniement des symboles, des concepts, des idées, des images, des mots et des discours.

Ces savoirs s’appuient sur la main comme sur l’intellect, sur l’invisible de la pensée comme sur ses objectivations dans des mots, des textes, des signes, des images, des artefacts.

Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous ce que je crois savoir, ou avoir compris, des savoirs.

le premier point qui me semble important est que pour penser les savoirs, il est nécessaire de se déprendre d’un certain nombre de clivages ordinaires:  par exemple entre les savoirs intellectuels et les savoirs pratiques ; ou entre les savoirs experts et les savoirs de vulgarisation ; ou encore entre les savoirs reconnus et les pseudo-savoirs ; et bien sûr entre les savoirs qui relèvent des sciences dures et ceux qui relèvent des sciences molles.

Il faut aussi dépasser d’autres frontières, comme celles qui séparent les sociétés lettrées des sociétés orales, et bien sûr les sociétés dites « premières » aux sociétés de la modernité occidentale.

De même il me semble nécessaire de déployer le champ des savoirs en dépassant les divisions et subdivisions des disciplines. La constitution et la redéfinition des disciplines s’inscrivent d’ailleurs dans une histoire, tout à fait passionnante.

Je considère donc que les savoirs sont constitutifs de l’humain, et consubstantiels à toute culture et vie sociale. Ils sont présents dès les débuts de l’hominisation, avec les premiers gestes techniques, les pratiques de la chasse et de la survie. Je n’aborde pas ici la question des savoirs et des intelligences animales, qui élargissent et complexifient encore le domaine, mais évidemment, il serait nécessaire de les prendre en compte aujourd’hui, comme du reste les savoirs des machines et l’intelligence artificielle.

Il en résulte que les savoirs ne sont pas des choses purement idéelles et intellectuelles. Il y a des savoirs corporels, pratiques, techniques, artisanaux, artistiques, rituels, professionnels. Mais je pense qu’il faut aussi aller au-delà du clivage entre savoirs et savoir-faire. Dans les savoirs apparemment les plus pratiques, techniques, matériels, où l’on serait tenté de ne voir que du doigté, de la dextérité, et de la force physique, il y a bien évidemment de l’intelligence et de la pensée, l’intelligence de la main, qui guide et module les gestes, les oriente vers une finalité créative, vers l’action efficace, la compréhension des procédures, leur amélioration constante. Que l’on pense aux métiers d’art, aux savoirs techniques, à la danse, au sport, et à tous les arts de la performance. Réciproquement, dans les savoirs apparemment les plus abstraits et conceptuels, les idées ne naissent pas par génération spontanée, mais résultent d’opérations mentales et intellectuelles : réflexion, calcul, mémorisation, raisonnement, théorisation etc. Et ces opérations sont elles-mêmes souvent objectivées dans du discours ou sur des supports, à travers le maniement des signes.

Donc il y a des pratiques et des opérations partout, dans les savoirs manuels comme dans les savoirs abstraits. Les uns et les autres reposent sur des savoir-faire, qui se décomposent en séquences de postures corporelles, de gestes de la main, de manipulation d’outils et de supports matériels, de maniement de techniques intellectuelles et discursives.

Les savoirs, pratiques comme intellectuels, sont toujours instrumentés. Cela va du mobilier aux supports et instruments de l’écriture, des outils aux machines, ces derniers du reste pouvant être matériels ou immatériels. Le syllogisme par exemple est un outil de pensée qui peut être purement mental ou matérialisé sous la forme d’un tracé de schémas et d’équations. Ces outils, ces instruments, ces machines, matériels, graphiques ou intellectuels, reposent sur des savoir-faire particuliers, des techniques de la main, du corps et de l’esprit, qui mobilisent les gestes, la perception sensorielle, la mémoire et l’attention. Que l’on pense par exemple à la complexité de ce qui nous semble être, aujourd’hui, des opérations ordinaires : écrire à la main sur un carnet, saisir un texte sur un clavier d’ordinateur, lire un livre imprimé, lire sur écran. L’attention intellectuelle, la pensée qui formule un texte à écrire ou qui s’approprie le texte lu s’appuient sur des postures du corps, des gestes de la main, des mouvements et des arrêts du regard et un flux  d’impulsions nerveuses qui se traduisent en mots, en phrases, en idées, en association d’idées, en souvenirs, en sensations et en sentiments.

—  Les savoir-faire et leurs instruments font l’objet d’apprentissages, de codification et donc de normes délimitant différentes communautés dans une société donnée et pouvant donner lieu à des traditions traversant l’espace et parfois le temps. Il ne s’agit pas de nier la part des appropriations singulières et individuelles, des usages hétérodoxes ou déviants, du style personnel dans la pratique des savoirs, mais de reconnaître que les savoirs et les savoir-faire sont acquis dans un processus multidimensionnel de socialisation, à différents moments de la vie, en différents lieux. La famille, en premier lieu, avec l’inculcation des savoirs premiers, parmi lesquels figure le langage, mais aussi les cercles de sociabilité au différents âges de la vie, famille, camarades d’école, collègues de travail, amis. Et bien sûr des lieux et des temps spécifiques, ceux des apprentissages, l’école, l’université, l’atelier, l’usine, le milieu professionnel.

Permettez-moi de m’arrêter un instant sur l’école. Elle est le lieu de multiples apprentissages, qui disciplinent le corps, contraignent les postures et la voix,  déploient un cadre de sociabilité régulé dans une petite collectivité soumise à des règles et à une discipline. On y acquiert des savoirs, mais aussi et avant tout des savoir-faire, qui permettront de lire tous les textes, d’écrire toutes les phrases, de conjuguer tous les verbes, de faire toutes les additions ou les multiplications, de verbaliser tous les énoncés, selon de multiples modalités, l’interrogation, l’exclamation, l’ordre, la politesse, le raisonnement, la récitation. A l’école, on entraîne aussi sa mémoire, avec l’apprentissage par cœur, à la lettre, de textes qui portent avec eux des valeurs esthétiques ou morales, comme une exemplarité stylistique. On apprend aussi à organiser et à structurer le temps, sur la longue durée, dans la succession des siècles et le découpage des périodes, ce qui permettra d’y situer tous les évènements du passé proche ou lointain, du passé personnel ou collectif, ou encore de planifier et de se projeter dans l’avenir. On construit aussi son rapport à l’espace, au-delà de son environnement quotidien et familier, au-delà du village, du quartier, de la ville, en adoptant des procédures de repérage et d’orientation, un cadre, qui permettront par la suite de situer les peuples et les pays, et de comprendre le langage des cartes géographiques. 

Au collège, au lycée, à l’université, on apprend des techniques intellectuelles plus complexes, l’art de la dissertation et du débat, l’enrichissement du vocabulaire avec les lexiques de l’abstraction philosophique ou des sciences, les techniques d’acquisition et de mémorisation de nouvelles connaissances, les techniques particulières de l’interprétation des textes, de la traduction,  de l’observation, de l’expérience scientifiques. On apprend aussi les lois de la physique, les principes de la vie, et on ouvre de multiples fenêtres d’intelligibilité sur le monde matériel, végétal, animal, comme sur le corps humain lui-même.

Tous ces savoir-faire sont acquis au fil d’exercices, d’essais et d’erreurs, de réussites et de corrections : ils obéissent à des normes, qui peuvent être codifées dans des manuels et par des exemples, et bien sûr sanctionnés par les examens et les concours qui, au-delà de l’acquisition de connaissances particulières, sanctionnent bien entendu la normativité des techniques intellectuelles et discursives, et au-delà, ce que Pierre Bourdieu appellerait la reproduction d’un habitus.

Il en va de même, bien sûr, pour les savoirs pratiques et corporels, qui font eux aussi l’objet d’apprentissages, depuis le maniement des outils et des instruments, jusqu’à la maîtrise des gestes. Un athlète, au terme de son entraînement, pourra courir sur toutes les pistes, nager dans toutes les piscines. Un danseur pourra s’approprier toutes les chorégraphies, toutes les figures, toutes les scènes. Un violoniste pourra jouer Bach ou Bartok, Mozart ou Ligeti. Un ébéniste pourra construire tous les meubles. Un restaurateur d’art réparer tous les tableaux. Un potier façonner toutes les formes.

Théoriques ou matériels, les savoirs s’acquièrent à travers des savoir-faire, pratiqués, répétés, incorporés.

Détail d’un papyrus. Musée de la civilisation égyptienne, Le Caire

 

les savoirs jouent un rôle essentiel dans les sociétés humaines. Ils en constituent un élément de cohésion, mais aussi de différenciation. Ils jouent un rôle central dans le fonctionnement social. Les savoirs sont des objets qui circulent, s’échangent, se donnent ou se vendent, s’accumulent aussi. Permettez moi de m’arrêter un instant sur ces aspects.

Les savoirs font lien, évidemment. Dans un milieu social, une famille, une corporation professionnelle ou savante, les savoirs déploient un horizon de croyances, de certitudes, de références partagées. Le langage joue un rôle essentiel, en tant que vecteur d’un lexique, d’un découpage du monde, d’une syntaxe aussi, porteuse d’un rapport à la temporalité (passé, présent, futur, conditionnel…) et de rapports logiques (causalité, conséquence, subordination etc). Les énoncés linguistiques, dans la diversité de leurs formes, sont des vecteurs de savoirs, d’informations, d’une vision du monde, dans la multiplicité de ses dimensions.

Mais il faut nuancer et préciser. Une société ne se définit pas par un ensemble uniforme et homogène de savoirs, mais plutôt par un emboîtement de savoirs, qui vont des plus généraux aux plus spécialisés. Une société se compose de multiples communautés, de multiples groupes qui se définissent par le genre, l’âge, les intérêts partagés, les occupations professionnelles, les loisirs, les marqueurs sociaux, religieux, les origines géographiques ou familiales, les réseaux de sociabilité.  Un même individu peut appartenir à différents groupes et communautés, selon les circonstances. Par exemple, il peut faire partie d’une association sportive, aller à la mosquée et appartenir à une communauté de foi, aller à l’université et suivre des cours de physique, appartenir à un réseau social où l’on partage des goûts musicaux, être sur facebook ou instagram, etc.

En passant d’un groupe à l’autre, d’une activité à l’autre, on passe d’un ensemble de savoirs à l’autre, en changeant de logique, de référentiel, de mémoire. On change d’une certaine façon de logiciel.

Les savoirs définissent ainsi des mondes sociaux, à l’intérieur d’une même société. Ces mondes sociaux peuvent être distincts et imperméables, ou au contraire se recouper et communiquer. Ils peuvent être ouverts et extensifs ou au contraire fermés et limités. Ils peuvent être informels, ou régis par des règles et des modalités d’entrée, par exemple les examens, les concours, les initiations.  Dans ces différents groupes, les savoirs tiennent lieu de signes de reconnaissance, de marqueurs identitaires, de liens symboliques.   

Les savoirs définissent donc, dans une société, un archipel de groupes et des communautés, qui peuvent être totalement distincts et imperméables, ou communiquer entre eux. On peut en dresser la cartographie dans l’horizontalité. Mais ils se répartissent aussi dans la verticalité, des savoirs largement partagés aux savoirs les plus spécialisés et experts. L’histoire et l’anthropologie des savoirs s’intéressent naturellement aux degrés de diffusion et de vulgarisation d’une science ou d’un champ de connaissances dans une société. Le savoir du grand public, des amateurs, des passionnés, des autodidactes est tout aussi intéressant que le savoir des plus grands savants. Et il reflète sans doute un impact social plus grand que les savoirs hyperspécialisés présents dans les laboratoires scientifiques et les départements académiques.

Si on prend par exemple un domaine comme l’astronomie, il y a aujourd’hui des revues et des livres de vulgarisation, des clubs de passionnés, du matériel d’observation accessible à des particuliers, des réseaux sociaux, des conférences, des planetariums, des sites de discussion sur internet etc. Au XIXe siècle, il y a eu en Europe des associations d’astronomie populaire et ouvrière, porteuses de projets d’émancipation culturelle et politique.  Que l’on pense aussi, aujourd’hui, au succès des livres d’Hubert Reeves ou Stephen Hawking, et plus généralement, des collections de vulgarisation scientifique dans lesquelles ils sont publiés.

En travaillant sur les savoirs de la Grèce et de Rome dans l’Antiquité, j’ai ainsi été conduit à élargir les perspectives classiques de l’histoire des sciences, qui s’intéresse en priorité aux grands noms et aux savants les plus spécialisés. Par exemple, pour la géographie, on peut écrire une histoire de la géographie grecque en ne s’attachant qu’à Anaximandre, Eudoxe, Dicéarque, Eratosthène, Hipparque, Poseidonios et Ptolémée. Ou on peut élargir la perspective et s’intéresser aux représentations de l’espace portées par les poètes, les mythographes, les philosophes, les auteurs dramatiques, etc.

On peut dès lors se représenter les savoirs comme une série de cercles concentriques, partant du noyau le plus spécialisé pour se diffuser vers la littérature et les représentations imaginaires. Considérées dans la diachronie, on peut parler de traditions parallèles, qui se croisent, s’influencent les unes les autres et s’hybrident.

Scribes au travail. Détail d’un relief sur les parois d’une tombe, Saqqara.

 

Le deuxième point que je voudrais souligner est que les savoirs, dans une société, donnent lieu à une véritable économie. Les savoirs ont de la valeur. Ils donnent lieu à des échanges, mais aussi à une commercialisation, à des transactions. La ramification des savoirs, dès l’âge du Bronze, a été associée à la spécialisation des statuts, entre agriculteurs, artisans, prêtres, guérisseurs, commerçants, éleveurs, et à des règles permettant la circulation sociale de ces compétences. Aujourd’hui encore, on fait appel au médecin, à l’architecte, à l’artisan, que nous rémunérons contre un service rendu.

En tant qu’investis d’une valeur, les savoirs sont soumis à la loi de l’offre et de la demande. La valeur d’un savoir peut augmenter en fonction de sa rareté, de son degré de complexité et de spécialisation. Et cela peut entraîner des stratégies de rétention, de raréfaction. C’est le propre notamment des savoirs initiatiques qui perdraient de leur valeur s’ils étaient divulgués. A l’autre extrémité du spectre, on a des politiques volontaristes de partages et de diffusion des savoirs, qui, si elles ne peuvent atteindre la gratuité totale, prônent néanmoins l’ouverture. Ce sont les politiques de l’instruction et de l’éducation scolaires et universitaires, et aujourd’hui des courants de la science ouverte.

Cette dimension économique permettrait de dérouler un fil passionnant dans l’histoire des savoirs : qu’il s’agisse du patronage ou du mécénat, de la professionalisation et de l’institutionnalisation, des institutions de recherche publiques ou privées,  de la régulation des prix des services, de la fondation et de l’ouverture des grandes bibliothèques privées ou publiques, des laboratoires et observatoires astronomiques, la pratique des savoirs a un coût. Et que dire aujourd’hui de ce qui se joue autour des revues scientifiques, dont une partie non négligeable est captées par de grands trusts commerciaux à but lucratif, qui imposent des tarifs prohibitifs aux bibliothèques universitaires.

Mais l’économie des savoirs prend une autre forme, sur laquelle je voudrais dire un mot. Les savoirs, sous forme d’idées, de théories, de découvertes et de résultats, de textes et de livres, sont pris dans une logique de l’accumulation et de la capitalisation. Ou plutôt, certaines cultures savantes privilégient ce modèle de l’accumulation,  par exemple dans les bibliothèques, dans les Musées, tandis que d’autres prônent au contraire le dépouillement et la sélectivité, voire considèrent qu’un petit nombre de livres, voire un seul livre, par exemple un texte canonique,  un livre révélé, qui contiendrait tous les savoirs essentiels — Homère, les Védas, les Classiques de Confucius, la Bible, la Torah, le Coran.

Cette économie des savoirs permet aussi leur reconfiguration par agrégation, par raffinage, par synthèse, par structuration en disciplines et sous-disciplines, par l’oubli aussi, nécessaire pour libérer la mémoire, par la synthèse, l’encyclopédie, l’axiomatisation. Les savoirs s’appuient sur une stratigraphie profonde, un empilement de couches, mais seul le niveau de surface,  et les premiers niveaux sous la surface, sont la plupart du temps véritablement pratiqués et actualisés : la descente dans les profondeurs de la stratigraphie est réservée aux historiens des savoirs et des sciences, ou à des chercheurs soucieux de mener à bien des vérifications sur les sources et les procédures. Pour le dire d’un mot, on peut évoquer le règne de Ramsès II ou de Toutankhamon sans avoir à redéployer toutes les sources, les recoupements, les travaux de la tradition égyptologique qui nous permettent de résumer leur biographie sous la forme de quelques phrases synthétiques. On peut aussi faire des mathématiques sans avoir à refaire tout le cheminement heuristique qui a permis de démontrer des théorèmes, de résoudre des équations, d’identifier des lois, de fonder des langages spécifiques, etc. Il en va de même pour la géographie, la physique, l’astronomie, la philosophie, etc. L’histoire des savoirs est celle d’une condensation, nécessaire à la diffusion dans l’espace et à la transmission dans le temps. Ces processus de transformation, de reformulation, d’épuration sont à la base de toutes les traditions savantes, qui libèrent la mémoire et la pensée afin qu’elles puissent se saisir de nouveaux objets.

— J’ai mentionné  l’école, l’université, les ateliers, les scènes de spectacle parmi les lieux d’apprentissage. Cela me permet de souligner un point essentiel : les savoirs se matérialisent dans des lieux, ils définissent des lieux. Les lieux de savoir sont multiples et se déploient à de multiples échelles. Il y a évidemment les lieux architecturaux : bibliothèques, écoles, laboratoires, académies, universités, etc. Et à l’intérieur de chacun d’eux, des salles de travail, des salles de conservation, des meubles, des tables, des étagères.

Ces bâtiments s’inscrivent dans des quartiers particuliers de villes, qui peuvent elles-mêmes constituer des lieux de savoir : Athènes, Rome, Alexandrie, Memphis, Bagdad, Le Caire, Paris, Berlin, Londres, réunissant de multiples institutions et ressources.

Ces pôles attirent les savants, les livres, les étudiants, les collections d’art et de sciences naturelles, mais ont aussi un rôle centrifuge : ils irradient sur une région, voire sur des pays et des continents. Que l’on pense au rôle de l’Alexandrie des Ptolémées…

Mais les lieux de savoir peuvent aussi être explorés en changeant d’échelle : de la bibliothèque, on passe au livre, à la page de titre, à la page de texte, aux notes, aux schémas, aux index. Du laboratoire, on passe à la table d’expérimentations, au microscope, aux échantillons, aux carnets de notes, aux ordinateurs.

Les savoirs sont toujours inscrits dans des lieux. Et comme on sait, pendant une grande partie de la tradition européenne, même la mémoire et la pensée humaines ont été structurées par des systèmes de lieux mentaux : les lieux de mémoire où l’on stockait les énoncés, les matériaux que l’on voulait mémoriser.

les savoirs permettent de multiples déplacements dans une pluralité de dimensions. Ce que je dis peut sembler abstrait, mais réfléchissons-y un instant. L’historien, comme ceux qui lisent des travaux historiques, peuvent accéder au passé proche, ou lointain, voire très lointain, s’immerger dans l’exploration et la compréhension d’évènements, de sociétés, voire de personnages individuels. De même la géographie permet d’accèder à des régions lointaines, des îles perdues, aux antipodes. Les savoirs permettent d’accèder à l’infiniment petit, le monde de la biologie ou de la physique atomique, par exemple, comme à l’infiniment grand, celui de l’astronomie et de la cosmologie. Les savoirs donnent aussi accès à ce qui est caché au regard empirique, par exemple l’intérieur du corps ou  le sous-sol de la terre, mais aussi à des niveaux de réalité différents, qu’il s’agisse de la métaphysique, de l’eschatologie, de la spiritualité. Les savoirs portent aussi sur des idées et des concepts, sur des abstractions, qu’il s’agisse, par exemple, de philosophie ou de mathématiques, de physique théorique ou de logique. Enfin les savoirs portent sur eux-mêmes, dans une boucle réflexive, qu’il s’agisse d’en comprendre la nature ou d’en valider les contenus. Autant dire que les savoirs portent sur l’humain en général et son rapport au monde.

les savoirs créent aussi un réseau de connexions allant au-delà des interactions de la vie quotidienne, des réseaux proches. Qu’est-ce qui se passe aujourd’hui quand nous ouvrons un texte d’Aristote, de Platon, ou d’Al-Jahiz, Avicenne, ou Ibn Khaldoun ? A qui, à quoi sommes nous connectés ? Qu’est-ce qui passe de l’un à l’autre ? Ces questions peuvent sembler naïves, mais de toute évidence, les savoirs créent d’étranges connexions entre les vivants et les morts, à travers le temps et l’espace, à travers les langues aussi. Ces connexions ne sont pas l’exclusivité des transmissions écrites et lettrées. Il y a aussi des savoirs, des sagesses qui se transmettent dans l’oralité, et permettent de créer des liens, des continuités, avec des sources très anciennes. En quoi Platon, Aristote, Al-Jahiz, Ibn Khaldoun peuvent-ils participer d’une production ou d’une pratique des savoirs et de la pensée aujourd’hui, à travers leurs textes ? Et que restent-ils de leurs savoirs et de leurs pensées après avoir été soumis à l’épreuve de la traduction, des rééditions, des réinterprétations ? On pourrait aussi s’interroger sur ce que les lecteurs, au fil de la tradition, au fil des éditions et des commentaires, font aux textes et à la pensée de ces auteurs lointains… Platon, Aristote, Avicenne, comme Nietzsche ou Michel Foucault, sont comme des socles géologiques sur lesquels se sont ajoutées, au fil des temps, des strates d’interprétation, de digressions, de contresens, de reformulations, de citations, qui en ont sans cesse réactualisé le sens…

Mais au fond, en ce qui concerne les savoirs assignables à une source et une origine identifiée, à un nom propre, un nom d’auteur ou de transmetteur, qu’il s’agisse de Confucius, d’Homère ou al-Jahiz, d’étranges lignes de continuité traversent le temps, l’espace, les langues, les sociétés. Les savoirs permettent une forme de dialogue avec les morts, les absents, ils les font revenir à la vie, leur redonnent une voix, et ravivent leur pensée. Les traditions savantes font parler les morts.

 

Pour conclure, je voudrais partager avec vous ma conviction humaniste, et peut-être la raison pour laquelle je m’intéresse tellement aux savoirs, et pour laquelle l’histoire et l’anthropologie des savoirs sont tellement importantes aujourd’hui.

Notre monde est à feu et à sang. Les intolérances, les guerres, les conflits nous montent les uns contre les autres. Le fossé d’incompréhension s’élargit, entre le nord et le sud, entre pays riches et pays en voie de développement, entre cultures premières et cultures de la post-modernité, entre religions du Livre, Juifs, Islam, Chrétienté.

Mon approche des savoirs repose sur le comparatisme et la longue durée. Il repose sur les fils de transmission et de traduction, qui ont conduit d’Athènes vers Rome, d’Alexandrie vers Bagdad, Damas et le Caire, puis vers Byzance, Venise , Florence, et les centres de culture de l’Europe renaissante et moderne.

Mon approche des savoirs repose aussi sur l’intérêt heuristique, sur l’enrichissement personnel, spirituel, qu’il y a à faire de le détour par l’ailleurs, par les autres.

Bien qu’étant avant tout un helléniste, j’ai fait le voyage du Moyen-Orient et du Maghreb, en m’intéressant au Coran et aux hadiths, en m’intéressant aux madrasas et aux mosquées, en lisant al-Jahiz, Ibn Khaldoun, les poètes de gazhal et les mystiques sufis. De même, j’ai fait le voyage de la Chine et du Japon, lisant les Classiques de Confucius et les koan zen, les poètes lettrés  et les historiographes impériaux. Et aujourd’hui, je voyage dans le Tibet, au Népal et au Boutan, sur les traces d’Alexandra David-Neel et de Mathieu Ricard qui m’introduisent dans la richesse infinie du bouddhisme, de ses sagesses, de sa bibliothèque.

Il ne peut y avoir aujourd’hui d’humanisme sans ce détour par la culture, les traditions, les sagesses des autres, sans la musique de ces noms de sages, de savants, de lettrés, d’érudits qui ont jalonné l’histoire des grandes civilisations de notre planète. C’est une école de tolérance, une ouverture intellectuelle à des altérités multiples qui nous permet de revenir sur nous-mêmes, pour prendre conscience des terrains communs où plongent nos racines.

Et se parler, se lire, se découvrir, prendre le risque du dialogue et de l’exploration, affronter les dépaysements et les décentrements, ce sont les premières étapes vers une éthique de la tolérance, du respect, de l’ouverture aux autres, sans lesquels il n’est pas de monde partagé.

Colloque Savoirs. Propos d’ouverture (Campus Condorcet, 12 mai 2022)

Chères et chers collègue et ami.e.s

C’est un grand plaisir, pour moi, que de vous souhaiter la bienvenue à ce colloque au nom de toute l’équipe Savoirs.

Ce colloque Savoirs marque une étape importante dans notre aventure. Il referme une période, il en ouvre une nouvelle. C’est un moment pivot, un moment charnière, un jalon.

Ce colloque accompagne, six mois après, la mise en ligne de la première version de la plateforme Savoirs sur les serveurs d’Huma-Num, avec un premier ensemble de près de 250 textes et un environnement de lecture et de navigation opérationnel (https://savoirs.huma-num.fr/). C’est l’aboutissement d’un travail qui, pour moi, a commencé au seuil des années 2000, avec différents projets collectifs comme les deux volumes Des Alexandries, publiés par la BnF, puis les Lieux de savoir, publiés par Albin Michel en 2007 et 2011.

Avec un collectif de chercheuses et de chercheurs venus de différents horizons et aventureux, nous sommes passés de l’exploration des mondes lettrés, ceux du livre, des bibliothèque et de la lecture, au quadrillage des lieux de savoir, redistribuant les cartes entre sciences, sciences humaines et sociales, arts, techniques et spiritualités.

Entre histoire et anthropologie, entre philosophie et sociologie, en traversant les disciplines d’érudition, les périodes historiques et les aires culturelles, le projet était celui d’un comparatisme expérimental comme d’une déconstruction des clôtures disciplinaires pour faire émerger la granularité fine des lieux, des acteurs, des gestes et des pratiques, des instruments et des artefacts.

Il aura fallu sept ans pour que le projet, initié dans l’imprimé, renaisse dans le numérique. Cette transition s’imposait, mais nous voulions aussi dépasser le modèle attendu de la revue, du livre, voire de la collection de livres numériques. Il nous semblait que le projet des Lieux de savoir, ou son prolongement, méritait une forme différente, plus expérimentale, modulaire, évolutive et interactive.  Le moment nous semblait venu aussi d’adopter une démarche réflexive sur ce que le numérique pouvait changer, pour le meilleur, comme pour le pire, dans nos pratiques de recherche en SHS, sur les déplacements et redéploiements qu’il impliquait, sur le statut de l’écrit, de la lecture, de l’édition, voire de la pensée, et bien sûr du partage et de la transmission des savoirs.

De fin 2018 jusqu’à ce printemps 2022, le projet s’est concrétisé et a conduit à la conception et à la réalisation d’une première version de la plateforme Savoirs. Quatre ans, donc, de travail collectif, où il nous a fallu imaginer Savoirs, mais aussi apprendre à dialoguer et à coopérer entre ingénieurs, développeurs, designers, étudiants et enseignants chercheurs, trouver un langage et des méthodes partagés, des seuils de traduction entre la technicité des codes informatiques et les formulations approximatives, parfois irréalistes, des non spécialistes.

L’équipe Savoirs a fonctionné comme une structure souple et informelle, reposant sur des  liens amicaux, une motivation partagée, la méthode “agile”, la réactivité face aux accidents de parcours, de semaine en semaine. Savoirs n’existerait pas sans cette énergie et cette intelligence collectives.   

Le projet a grandi, mûri, s’est assagi et structuré, est devenu réaliste sans perdre de vue son horizon utopique, et l’équipe a reçu le soutien technique et les financements d’un ensemble de partenaires institutionnels, sans lesquels nous n’en serions pas là.

Notre colloque est un point d’aboutissement, donc, mais aussi le point de départ d’une nouvelle phase.

Il nous faut aujourd’hui affronter trois défis.

 

Le premier défi porte sur le fond même de notre aventure et ses enjeux intellectuels. La plateforme Savoirs s’est constituée autour du noyau des Lieux de savoir, première exploration de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs, des sciences et des techniques, basée sur le tournant spatial, pratique et matériel. D’autres textes sont venus s’agréger à ce noyau, une sélection d’articles venant de l’écosystème d’OpenEdition, des contributions inédites résultant de tables rondes et colloques. Quel est l’état des lieux, aujourd’hui, de cette approche ? S’agit-il d’une discipline, d’une méthodologie, d’un objet de recherche ? Comment définir plus précisément la visée de Savoirs, son rapport aux sciences sociales et aux disciplines d’érudition ? En quoi le comparatisme expérimental, qui sous-tend les algorithmes de Savoirs, est-il consubstantiel à cette approche ? Et enfin, à l’heure des sciences cognitives, des études sur la cognition animale, des humanités numériques, mais aussi des tensions nouvelles qui travaillent l’histoire, la sociologie, l’anthropologie,   et des débats sur l’enseignement supérieur et la recherche et les réformes de fond qui en remanient complètement le paysage depuis des années, quelle peut être la place, la fonction, la visée d’un projet comme Savoirs ?  Ce défi nous contraint à la réflexivité, sur nos métiers, nos trajectoires, nos pratiques d’enseignement et l’encadrement de nos étudiants, le statut de nos publications et la construction de l’autorité intellectuelle, mais aussi sur l’immense difficulté de la professionalisation des jeunes chercheurs que nous formons, confrontés à une pénurie dramatique de débouchés et à la précarité de contrats courts, quant ce n’est pas au plus grand dénuement. Ce défi nous invite aussi, pour l’avenir proche, à un rôle proactif dans l’ouverture de nouveaux chantiers de recherche, collectifs, interactifs, bienveillants, échappant aux lignes de partage des institutions comme aux gardes frontières des champs disciplinaires, corrélant au plus près le projet intellectuel et la construction de nouveaux artefacts éditoriaux.

 

Le second défi est celui de l’évolution technique de la plateforme. Quel environnement  numérique imaginer pour le travail intellectuel en SHS ? Comment formaliser de nouveaux workflows pour enrichir les parcours de lecture, les étapes de conceptualisation et de comparaison, la génération des idées et des intuitions, le processus de découverte et d’exploration de champs conceptuels ? Comment instrumenter le processus de la lecture numérique, en offrant des points de vue inédits, inhabituels, surplombants sur des textes et des corpus ? Comment faire émerger de nouveaux objets intellectuels, susciter des avancées conceptuelles, élargir des champs de références documentaires ? Quelles pourront être les valeurs ajoutées, en termes de productivité intellectuelle, quels pièges ou illusions seront à éviter  ? Quelles nouvelles questions, quelles nouvelles idées, impensables par les moyens traditionnels, pourront être mises en mouvement par les algorithmes, les visualisations, les graphes, les outils de navigation ? Quel équilibre trouver entre des fonctionnalités génériques et l’imprévisibilité créative des appropriations individuelles ? Comment innover en restant dans des technologies non propriétaires, en open source ? Ces défis, ces questions sont au cœur des humanités numériques. Car il ne s’agit pas d’informatique pure ni de recherche théorique en intelligence artificielle, mais d’un processus de coproduction entre le savoir-faire des codeurs et développeurs et les attentes des chercheurs, dans un dialogue continu où les uns et les autres doivent sortir de leurs zones de confort et métisser leurs compétences pour créer des artefacts et des pratiques nouvelles. Les membres de notre équipe formés aux humanités numériques ont joué un rôle essentiel de passeurs de frontières et de traducteurs entre ces deux mondes.

Le troisième défi  est un défi de croissance et de stabilisation institutionnelle. Comment passe-t-on d’une équipe informelle, bouillonnante, pleine d’énergie créative, avec sa part d’inconscience et d’aventurisme, à une structure pérenne, avec un schéma de gouvernance formalisé, un modèle économique et une consolidation des liens avec les partenaires ?  Cette étape est commune à beaucoup d’initiatives innovantes qui doivent franchir le seuil des financements sur appel à projets  pour entrer dans la durée. Nous avons engagé une réflexion sur ces aspects stratégiques avec Pierre Mounier, qui a entrepris à l’EPFL un vaste travail sur la gouvernance des plateformes numériques et des infrastructures émergentes de la science ouverte. Savoirs est un cas d’école emblématique des enjeux de ces transformations.

Vous l’aurez compris, ces trois défis sous-tendent l’organisation de ces deux journées de colloques,  où nous avons voulu tisser les fils de la rétrospective et de la prospective, de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs et des humanités numériques, mais aussi du dialogue continu, créatif que nous avons noué, entre enseignants-chercheurs et ingénieurs, jeunes chercheurs et universitaires établis.

Ces trois défis nous conduisent aussi, à l’occasion de ce colloque, et d’une nouvelle étape de la vie publique de Savoirs, à lancer un appel à contributions, pour les bonnes volontés, les talents, les compétences qui voudraient contribuer à écrire les prochains chapitres de notre aventure collective: nous avons besoin de regards, d’idées, de savoir-faire nouveaux ! Nous espérons tous que ce colloque suscitera des vocations !

Nous espérons nouer avec vous, avec les étudiants participant en ce moment même au hackathon Savoirs, des liens de collaborations, sur les différentes lignes de front de notre projet, design, algorithmes, ergonomie de l’application, aide à l’édition enrichie des textes, initiatives scientifique et pédagogiques pour élargir le champ de Savoirs et nourrir sa bibliothèque en devenir.

Il me reste à remercier les partenaires qui nous accompagnent depuis près de trois ans pour certains. Le LabEx Hastec, Histoire et anthropologie des techniques ; l’EHESS et sa direction de la recherche, ses Editions, sans oublier sa DSI qui a joué un rôle important lors du démarrage du projet  ; la Fondation Maison des Sciences de l’Homme ; la Très grande infrastructure de recherche Huma-Num, qui a accueilli la plateforme Savoirs et en assure la pérennité technique ; l’infrastructure de recherche Métopes et le Pôle documents numériques de l’Université de Caen ; OpenEdition ; la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ; l’Ecole nationale des sciences de l’information et des bibliothèques de Villeurbanne ; l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne ; le Centre Koyré et Anhima, deux unités de recherche de l’écosystème EHESS.

Christian Jacob

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search